zoellick

  • 500 millions de personnes en Chine sont sorties d'une pauvreté absolue

    La Chine est confiante, mais n'est pas arrogante, elle veut écouter les différents points de vue des pays du monde
    F201009171656351603016370.jpg

    Le 13 septembre, a eu lieu à Beijing une réunion de discussion à l'occasion du 30ème anniversaire de la coopération entre la Chine et la Banque mondiale. Li Keqiang, vice-Premier ministre chinois, et Robert B. Zoellick, président du Groupe de la Banque mondiale, ont prononcé des allocutions au cours de cette réunion. Ils ont exprimé leur satisfaction pour la coopération bilatérale, estimant qu'une telle coopération a enrichi l'expérience acquise dans la coopération entre la Banque mondiale et les pays en développement.

    Le 13 septembre, au soir, M. Zoellick a donné à Beijing une réception au cours de laquelle il a improvisé une allocution. Il s'est rappelé, disant qu'après sa première visite en Chine en 1980, il a effectué plusieurs visites en Chine et constaté de visu les immenses changements qui sont intervenus en Chine. Grâce au développement de leur pays, environ 500 millions de personnes en Chine sont sorties d'une pauvreté absolue. C'est un succès extraordinaire. Il a dit que d'ici 30 ans, la Chine deviendra un pays à revenu élevé. Avec le développement et le progrès de la Chine, la confiance en soi des Chinois augmentera. La Chine est sûre d'elle-même; mais elle n'est pas arrogante, parce que la Chine, confiante, adopte toujours une attitude ouverte envers le monde et est disposée à écouter les différents points de vue des pays du monde.

    Ces propos de M. Zoellick ont raison.

  • LE G2(CHINE-USA) VA DIRIGER LE MONDE.

    Le directeur de la Banque mondiale prône une collaboration étroite entre la Chine et les Etats-Unis
      

          WASHINGTON, 22 avril. Le président de la Banque  mondiale, Robert Zoellick, a déclaré mardi que les Etats-Unis et  la Chine doivent renforcer leur coopération pour surmonter la  crise. 

         "Nous essayons de souligner le fait que, au-delà du besoin de  sortir de la récession économique, les Etats_Unis et la Chine  doivent coopérer pour opérer des réformes structurelles", a  indiqué M. Zoellick, répondant à une question de l'agence Xinhua. 

         Selon M. Zoellick, la véritable raison du déséquilibre fiscal  mondial est structurelle : la surconsommation aux Etats-Unis et  l'épargne excédentaire en Chine. 

         Par conséquent, les Etats-Unis doivent accroître leur épargne  et leurs investissements et la Chine sa consommation, et non pas  seulement sa capacité à consommer, a-t-il précisé. 

         Dans un récent article publié par le Washington Post, Zoellick  et Justin Yifu Lin, économiste en chef et vice-président directeur de la Banque mondiale, ont également appelé à la création d'un G2  fort entre les deux puissances. 

         "Sans un G2 fort, le G20 ne pourra que décevoir", ont-ils  ajouté.