ypre

  • 140000 CHINOIS ENGAGES EN FRANCE ET BELGIQUE PENDANT LA GUERRE EN 1917.

    1914-1918 des chinois dans la Grande Guerre 1914-1918.

    A partir de 1917 , 140000  travailleurs chinois ont rejoint la première guerre mondiale, dans le nord de la France et en Belgique aux environs de Ypres , dernière contrée de Belgique à ne pas être envahie par les armées allemandes.

    Les Chinois ont accompli un dur labeur à l'arrière du front.Le manque de main d'oeuvre amenèrent Français et Anglais à faire venir travailler ces gens, dans des usines d'armement, comme docker pour charger et décharger le matériel de guerre,la réfection des routes.

    Certains de ceux qui sont au service de l’armée britannique creusent des tranchés pour les soldats, ce qui constitue une violation de leur contrat de travail. Au lendemain de la guerre, des travailleurs constitués en unités sont encore employés au déminage des champs de bataille, ou encore l’exhumation et à l’ensevelissement des soldats tués pendant les combats. 

    cimetiere_chinois_2

    Le mémorial chinois et les 160 tombes chinoises

    cimetiere_chinois_4

     
     

     http://www.tao-yin.com/wai-jia/cimetiere_noyelles.htm

    http://www.tao-yin.com/wai-jia/cimetiere_Saint-Etienne_au%20Mont.htm

     
     Voici 2 liens intéressants pour plus de détails.

     

     

     

     

     

     Selon les officiels britanniques, quelque 2000 ouvriers chinois engagés par leur corps expéditionnaire sont tombés au cours des hostilités, tandis que les autorités militaires françaises ont recensé plus d’un millier de travailleurs morts dans leurs rangs. Les bombardements navals et aériens, les mauvais traitements, le surmenage au travail et les maladies (tuberculose, rougeole, méningite cérébro-spinale, épidémies de grippe, dysenterie…) sont les principales causes de décès. Plusieurs années après la fin du conflit mondial, la commission impériale britannique des sépultures de guerre a fait construire des cimetières en hommage aux soldats et aux travailleurs morts pendant la guerre. Elle a adopté une résolution selon laquelle les victimes de guerre doivent reposer sur le sol où elles avaient été ensevelies, près de l’endroit de leur première bataille. C’est ainsi que des travailleurs chinois sont enterrés dans des cimetières militaires britanniques en France et en Belgique ou dans les cimetières communaux français ».

    20080523Chr3noyelles_inscription_chinoi

    LE CIMETIERE CHINOIS DE NOYELLES SUR MER (SOMME)noyelles_campagne_tombes

    LA TOMBE CHINOISE DU CIMETIERE MILITAIRE D'ETAPLES (62)

    Une seule tombe chinoise à l'écart parmi 12 000 tombes du Commonwealth

    etaples1

     

    Une vue de la nécropole face à l'entrée

    etaples2

    Un alignement parfait comme dans l'Armée Britannique

    etaples5

    "LA" tombe chinoise du Cimetière Militaire d'Etaples !

    etaples6


    Le bosquet de bambous qui représente la Chine ! 

    La Chine déclarera  la guerre à l’Allemagne en Août 1917. En dépit de cette participation de la Chine à l’effort de guerre contre l’Allemagne, les puissances alliées qui délibèrent à la "Conférence de la Paix" en 1919, entérinent les "21 demandes" du Japon et lui attribuent les concessions allemandes en Chine. Cette décision déclenche un mouvement de protestation en Chine, connu sous le nom du "Mouvement du 4 Mai" qui va prendre par la suite une grande extension et qui sera soutenu par les intellectuels, parmi lesquels Lu Xun, qui depuis mai 1918 publie la revue "La Jeunesse", écrite en langue vulgaire, point de départ d’une révolution littéraire et démocratique, qui préfigure la naissance du parti communiste chinois en 1921 à Shanghai.