xi jinping

  • COP21 : Xi Jinping invite les pays développés à honorer leurs promesses en matière de financement et de transfert technologique

    Le président chinois Xi Jinping a demandé lundi à Paris aux pays développés à honorer leurs promesses en ce qui concerne le financement et le transfert des technologies bas carbone et respectueuses de l'environnement en faveur des pays en voie de développement.

    Le président Xi a tenu ces propos dans un discours qu'il a prononcé lors de la cérémonie d'ouverture de la 21e Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21).

    M. Xi a appelé à l'application totale et efficace de l'accord sur le financement dans le domaine climatique.

    Pour rappel, il a été convenu en 2009 à Copenhague que les pays pauvres vulnérables face aux impacts du réchauffement mondial recevraient 100 milliards de dollars américains par an avant 2020 afin de pouvoir renoncer aux combustibles fossiles et se protéger contre la pénurie alimentaire due aux conséquences climatiques telles que les vagues de chaleur et les tempêtes.

    "Les pays développés doivent honorer leurs promesses en mobilisant 100 milliards de dollars américains chaque année avant 2020 et apporter par la suite un soutien financier plus important aux pays en voie de développement", a souligné le président chinois.

    "Il est également important que les technologies respectueuses du climat soient transférées aux pays en développement", a insisté M. Xi.

    La COP21 qui se déroule actuellement dans la capitale française et jusqu'au 11 décembre vise à conclure un nouvel accord international en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) après 2020, date à laquelle le Protocole de Kyoto de 1997 expirera.

    Un tel accord est considéré comme crucial pour limiter à 2°C le réchauffement climatique par rapport à l'époque pré-industrielle, un objectif qui, selon les scientifiques, doit être respecté pour éviter des changements climatiques risqués.

  • Le président chinois exprime sa "plus forte" condamnation suite aux attaques terroristes à Paris

     Le président chinois Xi Jinping a exprimé samedi sa "plus forte" condamnation suite aux attaques terroristes en série survenues à Paris dans la nuit de vendredi.

    "Dans ce moment douloureux du peuple français, au nom du gouvernement chinois, du peuple chinois, et à mon nom personnel, je condamne dans les termes les plus vigoureux ces actes de barbarie", a déclaré M. Xi dans un message de condoléances à son homologue français, François Hollande.

    Au moins 120 personnes ont été tuées dans une série d'attaques survenues vendredi soir à Paris et dans sa banlieue, a annoncé samedi matin le procureur de Paris, François Molins.

    Dans son message, M. Xi a exprimé ses profondes condoléances pour les victimes et a fait part de son soutien aux blessés et aux familles des victimes.

    La Chine a toujours été opposée à toutes formes de terrorisme et elle est prête à travailler avec la France et la communauté internationale pour renforcer la coopération en matière de sécurité, lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité des peuples de tous les pays, a conclu M. Xi.

  • Le port belge d'Anvers renforce ses relations commerciales avec la Chine et va jouer un rôle majeur dans l'initiative du président chinois Xi Jinping ,la "Ceinture et Route"

    Le port belge d'Anvers a l'intention de renforcer ses relations commerciales avec la Chine et jouer un rôle majeur dans l'initiative phare du président chinois Xi Jinping nommée "Ceinture et Route", a annoncé mardi le président de l'Autorité portuaire d'Anvers, Marc Van Peel.

    M. Van Peel, qui est aussi maire-adjoint de la ville d'Anvers, a déclaré qu'un groupe de travail "Ceinture et Route" a été spécialement créé pour s'assurer que le port prenne "les bonnes décisions stratégiques envers la Chine" tout en améliorant les relations amicales déjà existantes avec d'autres ports chinois.

    "La Chine est très importante pour le port d'Anvers, qui entretient avec elle une relation d'amitié de longue date", a-t-il dit.

    Selon les autorités portuaires, les relations commerciales avec la Chine représentent 5 % du trafic annuel du port, soit 10 millions de tonnes de marchandises par an. Un volume qui a augmenté de plus de 38 % en un an.

    "Anvers attire les investissements chinois", a ajouté Marc Van Peel et de faire remarquer : "Les entreprises chinoises cherchent de nouvelles opportunités d'investissements avec le port d'Anvers. Ces investissements sont bien sûr les bienvenus. Cela ne pourra que développer et renforcer nos relations avec la Chine".

    M. Van Peel a pris la parole lors de la troisième édition du "China Day" au port d'Anvers, événement créé en 2010 pour mettre à l'honneur les liens qui relient le port aux entreprises chinoises.

    134394918_14363980787041n.jpg

  • Pékin et Londres lancent un défi à l'hégémonie du dollar US

    Pendant que les canons continuent de tirer au Moyen-Orient, des coalitions tactiques et stratégiques se forment en dehors de la région.

     
    Les Etats-Unis créent leur "Partenariat transpacifique" avec le Japon pour ralentir l'influence croissante de la Chine dans la région. Cette dernière, quant à elle, s'intéresse au Royaume-Uni — en procès depuis plus de quatre ans avec les Américains à cause de l'accident qui s'est produit sur la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, dont la compagnie BP est le principal figurant. Début octobre, le géant pétrolier britannique a accepté de satisfaire la plainte des Etats-Unis à hauteur de 20 milliards de dollars. Sachant que les Britanniques paieront sur 18 ans. La Chine est prête à aider Londres. Selon la BBC, le Royaume-Uni espère signer avec Pékin des contrats commerciaux et d'investissement pour plus de 30 milliards de livres. Ce n'est donc pas par hasard que le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a déclaré que son pays entrait dans des relations plus étroites avec la Chine "les yeux ouverts". Pékin est du même avis, notamment après l'adhésion en été 2015 de la Bank of China au processus de calcul du cours de l'once à Londres, devenant la première structure asiatique à marcher sur le chemin de la nouvelle "alchimie" — le "fixing de l'or".

     

    De plus, la presse chinoise soutient le thème de l'"internationalisation du yuan et du marché de l'or", entourant d'un contexte anti-américain et anti-dollar la visite du chef de l'État chinois à Londres.

    Président chinois Xi Jinping
    Xi Jinping à Londres: "une époque dorée" dans les relations sino-britanniques?

    Le président chinois Xi Jinping et la reine Elizabeth II ont évoqué à Londres le "partenariat global" entre les deux pays, que l'histoire a séparés plus d'une fois aux XIXe et XXe siècles. Ce sont surtout les conséquences politiques de cette visite de quatre jours qui nous intéressent dans cet épisode. La principale question en suspens reste la préparation par la BP et la chinoise CNPC d'une alliance stratégique impliquant le développement de projets communs en Afrique occidentale, en Irak et dans d'autres pays du Moyen-Orient.

     

    Xi Jinping, la reine d'Angleterre et le premier ministre David Cameron ont donc des choses à se dire. Le dialogue entre Londres et Pékin se développe plus rapidement que Washington ne le voudrait, sachant qu'il y a deux ans ce dernier avait fait pression sur les autorités chinoises par le biais des protestations à Hong Kong. La Chine est en colère. En septembre, Xi Jinping s'est rendu à Washington où il a été accueilli par Barack Obama qui a tenté par tous les moyens d'établir le contact. Au final, le président chinois a simplement décliné la demande délicate du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg d'inventer un nom chinois pour sa fille qui naîtra bientôt. 

     

    1018956192.jpg

     



    source: http://fr.sputniknews.com/presse/20151022/1019008391/chine-usa-dollar-royaume-uni-japon.html#ixzz3pfMYbMlk

  • Plus de 40 milliards d'euros en contrats en vue pendant la visite de Xi Jinping en Grande-Bretagne

    La visite du président chinois Xi Jinping au Royaume-Uni devrait être l'occasion de signer pour 30 milliards de livres (40,45 milliards d'euros) d'accords commerciaux, créant plus de 3900 emplois au Royaume-Uni, alors que les deux pays se préparent à renforcer leurs liens économiques.

    Le ministère chinois du Commerce a déclaré mardi que la taille de l'investissement est sans précédent, et qu'il surpassera ceux obtenus par les précédents dirigeants chinois qui ont visité le Royaume-Uni.

    Selon un communiqué publié mardi par l'ambassade de Grande-Bretagne, de nombreux accords commerciaux impliquant, entre autres, le secteur de la création, de la vente au détail, de l'énergie, de la santé et de la technologie, des services financiers, de l'aérospatiale et de l'éducation seront signés lors de la visite du président chinois au Royaume-Uni, y compris des accords d'exportation dans le commerce de détail d'une valeur dépassant 1 milliard de livres (1,35 milliard d'euros).

    La visite permettra également d'ouvrir des possibilités d'exportation pour les entreprises britanniques qui cherchent à se développer en Chine, et d'attirer les investissements chinois. Le poumon économique du nord devrait également profiter d'un coup de pouce avec l'annonce par la Chine d'autres investissements dans la région lorsque le Premier ministre britannique David Cameron et Xi Jinping visiteront Manchester à la fin de la semaine, a déclaré l'ambassade.

    Mardi, la banque centrale de Chine a attiré des commandes dépassant les 30 milliards de yuans (4,15 milliards d'euros) pour ses premières ventes de dette sur les marchés de Londres, a rapporté le Financial Times. Et de son côté, la Banque de Chine, un établissement majeur appartenant à l'Etat, a également dévoilé son centre d'échanges dans la capitale du Royaume-Uni.

    A la date de lundi soir, a rapporté mardi le Nandu Daily, six entreprises chinoises avaient signé des contrats avec des partenaires britanniques, comme Lakala Payment Co, NCF Group et 21Vianet Group.

    Parmi elles, Lakala, dont le siège est à Beijing, a signé un accord avec Allpay Ltd, le premier fournisseur de services de paiement du Royaume-Uni, en vue de construire une plate-forme de services financiers transfrontières.

    Séparément, la BBC a rapporté que le groupe d'investissement chinois SinoFortone prévoit d'investir 2 milliards de livres (2,71 milliards d'euros) dans Orthios Eco Parcs pour développer des stations de déchets d'énergie et alimentaires, outre un plan d'investissement dans un parc d'attractions à Ebbsfleet, dans le Kent.

    Le Sunday Times a également rapporté que Hamleys, le célèbre magasin de jouets britannique, vieux de 255 ans, est sur le point d'être vendu à une société de Hong Kong gérée par un parent de Yuan Yafei, le propriétaire milliardaire de la House of Fraser.

    L'impact de l'investissement

    Selon le ministre chinois du Commerce Gao Hucheng, plus de 500 entreprises chinoises sont actuellement présentes au Royaume-Uni.

    En 2014, le commerce bilatéral a augmenté de 15,3% par rapport à l'année précédente, à 80,9 milliards de dollars US (71,14 milliards d'euros), avec une croissance le plaçant au premier rang de tous les partenaires commerciaux de la Chine dans l'UE.

    À la fin du mois d'août de cette année, le Royaume-Uni avait quant à lui investi 19,6 milliards de dollars US (17,23 milliards d'euros) en Chine, avec un nombre de projets atteignant 7992.

    Dans le même temps, les investissements directs chinois au Royaume-Uni ont atteint 12,8 milliards de dollars US (11,25 milliards d'euros) la fin de l'année dernière, en forte hausse par rapport à 1,35 milliard (1,18 milliard d'euros) en 2010, a souligné Gao Hucheng dans une interview publiée mardi dans le Quotidien du Peuple.

    « Les dirigeants des deux pays ont une vision orientée vers la coopération bilatérale, ce qui profitera aux deux nations », a de son côté déclaré mardi au Global Times Li Jian, chercheur à l'Académie chinoise du commerce international et de la coopération économique.

    Shen Danyang, un porte-parole du ministère du Commerce, a pour sa part précisé que l'initiative chinoise « Une ceinture et une route », avec le plan britannique de soutien au nord de l'Angleterre, offrira de nouvelles possibilités de coopération dans les infrastructures.

    Jing Linbo, professeur à l'Académie chinoise des sciences sociales, a enfin déclaré mardi au Global Times que les accords qui seront signés permettront de moderniser les industries connexes en Chine et encourager davantage d'entreprises chinoises à investir à l'étranger.

  • La Chine reloge 6,8 millions de personnes pour les aider à sortir de la pauvreté

    La Chine a relogé 6,8 millions de personnes vivant dans des zones difficiles afin de les aider à sortir de la pauvreté.

    Depuis 2001, le gouvernement central a débloqué 36,3 milliards de yuans (5,7 milliards de dollars) pour des projets de relogement, a annoncé la Commission nationale du développement et de la réforme.

    Entre 2010 et 2015, la Chine a consacré 23,1 milliards de yuans pour reloger 3,94 millions d'habitants de 17 provinces et régions. Environ 10 millions de Chinois vivant dans des régions montagneuses et désertiques auront besoin d'être relogés d'ici cinq ans.

    Plus de 600 millions de personnes sont sorties de la pauvreté au cours de ces 15 dernières années, représentant environ 70% du total des personnes qui ont échappé à la pauvreté dans le monde.

    Lors de son allocution à l'occasion du Forum sur la réduction de la pauvreté et le développement tenu vendredi à Beijing, le président chinois Xi jinping s'est engagé à ce que la Chine fasse davantage afin d'aider les 70 millions de personnes dans le besoin restantes à surmonter le seuil de pauvreté d'ici 2020.

  • La visite du président Xi à Washington saluée comme un succès

    La première visite d'État officielle aux États-Unis du président Xi Jinping a été saluée comme un vif succès, malgré le scepticisme qu'avaient exprimé certains avant ce déplacement.

    L'ancien maire de New York, Michael Bloomberg, a félicité sincèrement le président Barack Obama et le président Xi Jinping pour les progrès qu'ils ont accomplis dans plusieurs domaines de la coopération économique, en particulier pour l'engagement pris par la Chine et les États-Unis de continuer à discuter des mécanismes permettant de faciliter les opérations de change et la compensation de la devise chinoise, le RMB, aux États-Unis.

    « Cela va grandement élever la relation bilatérale, stimuler le commerce bilatéral, renforcer la compétitivité des entreprises américaines et faire avancer davantage l'industrie financière américaine », a déclaré M. Bloomberg, fondateur de Bloomberg LP, dans un communiqué publié vendredi.

    Ce dernier a noté que, bien qu'il y ait beaucoup à faire, cela est une étape importante accomplie par les deux parties.

    M. Bloomberg est l'un des 94 PDG qui ont écrit au président Obama et au président Xi, le 15 septembre, pour les exhorter à accorder la priorité aux discussions du Traité bilatéral d'investissement (TBI) lors de leur sommet à Washington. La lettre avait été envoyée aux deux présidents par le Paulson Institute et par le US-China Business Council.

    Le sommet de Washington a généré un consensus sur un large éventail de questions, mais c'est la Déclaration présidentielle commune Chine-É.-U. sur le changement climatique, annoncée vendredi, qui a suscité le plus d'attention. Dans cet accord, les deux dirigeants ont fait la promesse de leur engagement ferme, ainsi que de mesures concrètes pour lutter contre le changement climatique.

    002564bb44f71771ae2a03.jpg

  • La Chine tend une main amicale mais la presse occidentale garde une plume persiflante animée par la propagande

    134450922_14379783257401n.jpg

    Selon le China Daily , en ce jour de célébration de la victoire chinoise contre le Japon et dans un contexte de tensions militaires en mers de Chine, peu d’observateurs occidentaux s’attendaient à ce que Xi Jinping déclare une réduction des effectifs de l’Armée populaire de Libération, à hauteur de 300 000 hommes. Pour l’expert militaire chinois Song Xiaojun, cette démarche « est en accord avec l’engagement fait par Xi Jinping de ne jamais rechercher l’hégémonie ».

     

    0019b91ed6e0175365ab0e.jpg

     

    Certains médias occidentaux, comme à leur habitude, ont une fois de plus émis des rapports déformés concernant le projet de la Chine de réduire ses effectifs militaires de 300.000 .

    Contrairement au fait que l'annonce du président Xi ait été immédiatement saluée par les personnes présentes, un rapport d'Associated Press indique que "(même après la réduction), elle (l'armée chinoise) sera toujours la plus grande force militaire du monde, et cette réduction survient à un moment où l'augmentation des capacités technologiques réduit le besoin d'un grand nombre de troupes".

    L'agence de presse française AFP a mentionné la montée des inquiétudes concernant la volonté croissante de la Chine de se mettre en avant dans ses disputes territoriales, peu après avoir cité le président Xi indiquant que la Chine ne cherche pas l'hégémonie.

    Dans un rapport similaire, la BBC a également diffusé plusieurs paragraphes élaborant sur "la confiance militaire croissante de la Chine".

    Les médias occidentaux ont toujours négligé, de manière intentionnelle ou non, le fait qu'une armée chinoise forte et moderne vise non seulement à défendre la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, mais également à préserver la paix mondiale.les personnes lucides ayant un point de vue objectif sur l'Histoire découvriront que cela n'est rien de plus qu'une autre performance ratée du préjugé idéologique que tient depuis longtemps l'Occident contre la Chine.  

    0019b91ed6e01753672216.jpg

     Xinhua cité ajoute que la Chine n’a pas voulu montrer ses muscles à travers la parade militaire d’aujourd’hui, contrairement à ce qu’affirment les médias occidentaux. Elle a simplement voulu rappeler ses souffrances et son héroïque contribution à la victoire contre le Japon, qu’elle juge peu reconnue dans le monde. Le défilé de ses armes de pointe n’était là que pour montrer sa détermination à « protéger la paix dans le monde ».
     
     
     
  • Chine: démonstration de force mais discours résolument pacifiste du Président Xi Jinping

    134583999_14412516769841n.jpg

    La Chine souhaitait célébrer avec éclat l'anniversaire de la fin de la guerre la plus vaste et la plus meurtrière de l'histoire, qui a duré près d'une décennie et fait des centaines de millions de victimes, dont 35 millions de Chinois.L'envergure de la cérémonie, au cours de laquelle 12.000 militaires et 500 pièces d'équipements militaires ont défilé devant la place Tian'anmen survolés par près de 200 avions, a suscité l'admiration dans beaucoup de pays.

    FOREIGN201507280814000273807510893.jpgEn permettant de réfléchir à l'histoire et de rendre hommage aux sacrifices et à l'héroïsme, cette grande cérémonie devrait lancer un avertissement à ceux qui tentent de déformer et de manipuler l'histoire de la Seconde Guerre mondiale pour servir leurs intérêts politiques à court terme.

    Pour la paix, la Chine poursuivra résolument la voie du développement pacifique et ne recherchera jamais l'hégémonie, ni l'expansion, a déclaré jeudi le président chinois Xi Jinping.

    Il s'est ainsi exprimé lors d'un rassemblement commémorant le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la fin de la Guerre mondiale antifasciste dans le centre-ville de Beijing.

    Quel que soit son niveau de développement, la Chine ne recherchera jamais l'hégémonie ni l'expansion, et elle n'imposera jamais à autrui les tragédies qu'elle a vécues, a noté M. Xi.

    Le peuple chinois vivra toujours en bons termes avec les autres peuples du monde, défendra fermement les acquis de la victoire de la Guerre de résistance contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifasciste et apportera une nouvelle contribution encore plus importante à l'humanité, a indiqué le président.

    sans-titre.png

    La Chine ne veut pas ,comme un autre grand pays le fait, devenir le gendarme du monde. Elle veut sauvegarder ses acquis révolutionnaires mais est tout le contraire de l'URSS, elle ne cherche pas et ne cherchera jamais à imposer son modèle aux autres pays. Le discours du président Xi Jinping est sans ambigüité :que l'on respecte le peuple chinois et la Chine est prête et souhaite vivre en bonne entende avec tous les peuples de la terre.

  • Crise ukrainienne: la Russie salue la position de la Chine

    03.jpg

    La coopération entre les deux pays sur la scène internationale est un puissant facteur de stabilisation en matière de maintien de la paix et de la sécurité, a fait remarquer l'ambassadeur russe en Chine.

     

    Moscou remercie Pékin pour la compréhension de la position de la Russie sur la crise ukrainienne, a annoncé l'ambassadeur russe en Chine Andreï Denissov, jeudi lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Pékin.

    "Nous apprécions également la position ferme du gouvernement chinois en ce qui concerne le rejet des sanctions antirusses", a ajouté M. Denissov en commentant les thèmes de l'actualité internationale censés être abordés au cours de la visite du président russe Vladimir Poutine en Chine le 2 et le 3 septembre.

     

    L'ambassadeur russe a également souligné que la coopération entre les deux pays sur la scène internationale était un puissant facteur de stabilisation en matière de maintien de la paix et de la sécurité.

    Vladimir Poutine se rendra en Chine le 2 septembre pour participer au défilé militaire consacré au 70e anniversaire de la fin de Seconde Guerre mondiale et à la victoire de la Chine face à l'occupation japonaise.

     

    Il est prévu qu'au cours de sa visite les chefs d'Etats signeront un nombre important d'accords bilatéraux.
    M.Poutine et son homologue chinois Xi Jinping évoqueront le développement de la coopération entre les deux pays, notamment la mise en œuvre des accords atteints lors de la visite du président chinois en Russie en mai 2015. Les deux dirigeants procèderont également à un échange de vues sur des problèmes internationaux et régionaux.

     

    russie,crise,ukraine,xi jinping,poutine



    source: http://fr.sputniknews.com/international/20150827/1017799950.html#ixzz3k0kuRay8