wen jiaboa

  • Selon le Premier-ministre chinois , le système financier chinois reste stable mais des risques éventuels subsistent

    Le système financier de la Chine reste stable malgré la crise financière mondiale. Cependant, des problèmes évidents et des risques éventuels subsistent, la crise n'ayant pas encore touché à sa fin, a annoncé le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

    M. Wen a fait cette remarque lors de la conférence nationale de deux jours sur le travail financier, qui s'est clôturée samedi. La conférence, qui se tient tous les cinq ans, établit les plans de développement du secteur financier pour les cinq ans à venir. Des réunions analogues ont également eu lieu en 1997, 2002 et 2007.

    "L'économie chinoise a conservé une croissance stable et relativement rapide, les prix à la consommation sont maintenus à un niveau stable et le niveau de vie du peuple s'améliore. Le système financier fonctionne convenablement. La bonne tendance du développement économique et social reste inchangée", a affirmé M. Wen.

    "Nous avons la confiance, la capacité et les conditions pour porter le développement économique à une étape supérieure", a-t-il indiqué.

    La Chine a résolument adopté une série de réformes financières qui représentent un tournant historique. Les grandes banques commerciales ont remarquablement amélioré leurs capacités de se prémunir contre les risques, a noté le Premier ministre.

    "Surtout, nous devons souligner que la crise financière mondiale n'est pas finie. Nous devons renforcer notre conscience des risques et des responsabilités afin de porter le travail financier à des niveaux supérieurs", a-t-il indiqué.

    Dans le futur, la Chine s'en tiendra au principe que l'industrie financière doit servir l'économie réelle, afin de prévenir les bulles financières qui gonflent les valeurs boursières, a-t-il noté.

    M. Wen a exprimé son soutien au développement des innovations financières, et a souligné que cela ne devait pas échapper à la supervision. "L'aversion au risque doit être la colonne vertébrale de notre travail financier", a-t-il affirmé.

    Il s'est engagé à offrir aux forces du marché une plus grande influence quant à l'allocation des fonds, et à définir plus clairement le rôle du gouvernement.

    La supervision financière sera resserrée et renforcée. Les banques doivent établir un système de supervision plus complet et prudent, a-t-il indiqué.

    Le total des actifs de la Chine dans le secteur financier s'élevait à 11 900 milliards de yuans (1 860 milliards de dollars) en novembre 2011, en hausse de 149% par rapport à 2006, selon un communiqué publié à l'issue de la conférence.

    En septembre 2011, le taux d'adéquation des fonds propres des banques était de 12,3%, soit une hausse de 5 points de pourcentage par rapport à 2006 et le taux des prêts non productifs était de 0,9%, en baisse de 6,2 points de pourcentage par rapport à 2006.

  • La Chine vient une nouvelle fois en aide à l'Europe

    Au moment où des pays membres de l'Union européenne (UE) font face à une grave crise de la dette souveraine, la Chine a démontré une nouvelle fois qu'elle était l'amie de l'UE, une amie prête à apporter son aide pour surmonter les coups durs dans les moments difficiles.

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao, actuellement en visite en Europe, a déclaré le 25 juin que la Chine allait racheter une partie de la dette souveraine de la Hongrie et fournir un prêt spécial d'un milliard d'euros (environ 1,44 milliard de dollars) pour soutenir les joint-ventures entre les entreprises des deux pays.

    En prenant cette décision, la Chine renouvelle ainsi sa promesse de soutenir les membres endettés de l'UE, bien que des incertitudes continuent de peser sur l'économie européenne.

    "Depuis que la crise de la dette en Europe a éclaté en Grèce en 2009, le gouvernement chinois a adopté une série de mesures positives, telles que l'augmentation de ses avoirs et obligations libellés en euro et la hausse de ses investissements en Europe, afin d'aider les pays européens à surmonter la crise actuelle", a indiqué le 21 juin le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei.

    Ces mesures prises par la Chine indiquent que le pays a agi en tant que membre responsable de la communauté internationale et qu'il est toujours disposé à assumer ses responsabilités internationales au mieux de sa capacité. Et maintenir une zone euro stable et un euro dynamique est non seulement dans l'intérêt de l'UE, mais également dans l'intérêt de la Chine et du reste du monde.

    Il se trouve aussi que la Chine et l'UE sont complémentaires du point de vue économique, et que leurs intérêts sont étroitement imbriqués. Comme le président du Conseil européen Herman Van Rompuy l'a indiqué : "La Chine a apporté son soutien aux pays de la zone euro en difficulté, tout comme l'UE soutient de son côté le développement continu de la Chine avec ses investissements et ses technologies".

    Ainsi, le gouvernement chinois a dépêché plusieurs délégations chargées de l'approvisionnement en Europe, avec des contrats d'un montant de plusieurs milliards de dollars, et il a soutenu fermement les mesures de stabilisation prises par l'UE et le Fonds monétaire international.

    Toutefois, certains pays européens éprouvent des difficultés à redresser leur situation économique. Dans ce contexte difficile, les pays européens ont grandement besoin d'une confiance forte, à la fois de l'intérieur et de l'extérieur. En ce sens, le plan de rachat de la Chine récemment annoncé par le Premier ministre Wen témoigne de la confiance de la Chine dans la revitalisation de l'économie européenne.

    La Chine est un partenaire fiable de la Hongrie, a déclaré le président hongrois Pal Schmitt lors de sa rencontre avec M. Wen. En effet, la Chine est un partenaire fiable non seulement de la Hongrie, mais aussi d'autres pays européens et du reste du monde. La Chine est toujours prête à oeuvrer avec d'autres pays pour relever les défis mondiaux.

  • Le programme d'éducation gratuite pour les futurs enseignants devrait être étendu à toute la Chine

     

    Un programme pilote -qui offre des programmes d'études de quatre ans financés par l'Etat aux futurs enseignants dans six universités d'enseignement d'élites de la Chine- devrait être étendu progressivement à l'ensemble du pays, a indiqué vendredi le Premier ministre chinois, Wen Jiabao.

     

    M. Wen a fait ces remarques lors d'une cérémonie de remise des diplômes à l'Université normale de Beijing organisés pour les représentants du premier lot d'étudiants à bénéficier de ce programme financé par l'Etat.

     

    Initié en 2007, le programme pilote permet aux six université d'enseignement d'offrir gratuitement les frais de scolarité à 12 000 étudiants chaque année.

     

    Les étudiants obtiennent aussi une bourse. Toutes les dépenses sont couvertes par le budget central.

     

     

    Pour prétendre aux frais de scolarité gratuits, les étudiants doivent accepter de travailler dans des écoles primaires ou secondaires dans leurs bourgs natals pendant au moins 10 ans après avoir terminé leurs études. Ils doivent aussi passer les deux premières années dans des écoles rurales, car de nombreuses écoles rurales de la Chine n'ont pas suffisamment d'enseignants qualifiés.

     

    "Le programme a pour but de montrer du respect envers le corps enseignement et de persuader davantage de personnes de devenir professeurs toute leur vie", a expliqué M. Wen.

     

    Il a souhaité que les enseignants boursiers traitent leurs élèves avec amour, soient dévoués et innovant, et qu'ils continuent leurs études après avoir été diplômés.

     

    Plus de 2 600 enseignants et représentants des diplômés des six université étaient présents à la cérémonie.

     

  • Chine : une lettre de Wen Jiabao à 48 écoliers, à l'occasion de la Journée internationale de l'enfance

    Quarante-huit élèves de la province du Hebei (nord) ont reçu un cadeau spécial à la veille de la Journée internationale de l'enfance - une lettre du Premier ministre chinois Wen Jiabao.

     

    Inspirés par une histoire qui raconte l'échange de courriers entre une jeune fille et le physicien Albert Einstein, les écoliers ont écrit une lettre à Wen Jiabao, dans l'espoir que le Premier ministre leur réponde, a fait savoir Xing Xinxin, enseignant à l'école primaire de Dongfengxilu, à Shijiazhuang, la capitale de la province du Hebei.

     

    Wen Jiabao a loué, dans sa lettre, ces enfants pour leur "capacité à penser de manière indépendante" et que "vos nombreuses questions méritent une réflexion profonde des parents, des enseignants et des fonctionnaires chargés de votre éducation", a-t-il indiqué.

     

    Les écoliers ont raconté au Premier ministre leurs activités favorites, telles que ramasser des déchets dans les parcs ou vendre des journaux pour récolter des fonds destinés aux écoles défavorisées.

     

    Ils se sont également plaints du manque d'excursions et d'un nombre excessif d'examens. "Si nous subissons déjà de telles pressions à l'école primaire, comment celles-ci pourront-elles diminuer après notre entrée au lycée?", se sont demandés ces élèves dans leur courrier.

     

     

     

    Le Premier ministre s'est rendu mardi dans une école en banlieue de Beijing. Il a rejoint des élèves pour un match de basketball et a encouragé les enfants à garder une bonne santé en faisant du sport et d'autres exercices physiques.

    "Un pays aura un avenir brillant quand ses enfants seront en bonne santé", a déclaré M. Wen, qui a ajouté que "Nous devons rester en bonne santé pour mieux servir le peuple".

     

    L'école primaire de Shibalidian compte 756 écoliers, dont la plupart viennent de familles rurales et de familles d'ouvriers migrants.

     

    Lors de la 4e session de la 11e Assemblée populaire nationale (APN, Parlement chinois), Wen Jiabao a déclaré lors de la présentation du rapport d'activité du gouvernement, que les écoliers devaient avoir au moins une heure d'activités physiques par jour.

     

  • La France a une ferme confiance en la Chine, dit Jean-Pierre Raffarin

     

    Face au développement rapide de la Chine, la France ne se sent pas inquiète, bien que les Etats-Unis et certains autres pays européens soient en grand désarroi et estiment que leurs pays risquent d'être remplis de produits chinois, a dit Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français.

    M.Raffarin a exprimé ce point de vue le 14 avril au cours de la 17e édition du Colloque d'économie sino-français.

    L'ancien Premier ministre français a fait connaître ses points de vue à plusieurs reprises dans des occasions différentes.

    Depuis 1976, il a effectué des visites à intervalles réguliers en Chine presque tous les ans. Après l'échange de visites des chefs d'Etat français et chinois l'an dernier, les deux pays ont renforcé leur compréhension mutuelle. Ce genre d'échange stratégique a renforcé la confiance mutuelle, a-t-il estimé.

    « La France a choisi l'amitié, comme l'a fait Charles de Gaulle en 1964. Et nous avons une ferme confiance en la Chine, de même que Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac », a dit M. Raffarin, ajoutant que la France et la Chine ont une orientation commune et des idées proches sur le futur développement et nous aurons une plus ferme confiance en l'avenir.


    M. Raffarin a estimé que la France et la Chine partagent des vues sur le développement futur.

    Il a expliqué, en indiquant que les deux pays mettent l'accent sur la multipolarisation du monde. Un équilibre multi-polaire permet d'assurer la paix mondiale. « La Chine et la France ne sont pas d'accord sur le point de vue selon lequel la paix devrait être établie sur la domination d' un pays sur les autres. La paix est l'équilibre entre pays. Il a fait l'éloge de la Chine pour sa participation de plus en plus nombreuse aux affaires mondiales et aux organisations internationales. Il a encore parlé de la coopération franco-chinoise sur les problèmes monétaire et financier du monde qui ont été discutés lors de la réunion de haut niveau du G20 à Nanjing.

    Les deux pays insistent tous sur le changement de mode de croissance dans le futur et sur le développement de hautes technologies et des produits à haute valeur ajoutée pour accélérer ce changement. Les principes établis dans le 12e plan quinquennal de la Chine et qui consistent à stimuler la consommation à l'intérieur du pays et à maintenir un développement durable sont semblables à ceux que la France devrait lancer dans le futur.

    Les deux pays sont contre le protectionnisme. Le protectionnisme n'est pas un bon choix pour les nouvelles économies. La France espère que des règles commerciales plus sévères et plus transparentes seront établies à l'avenir. Et une ouverture plus poussée est le meilleur levier pour le développement commun des deux pays, a-t-il dit.

  • Le monde fait l'éloge de la Chine pour ses efforts de secours de ses ressortissants en Libye

    Ces derniers jours, le gouvernement chinois a déployé tous ses efforts pour évacuer ses citoyens en Libye. Ses actions de secours rapides et ordonnées ont suscité l'attention générale de la communauté internationale et des commentaires positifs des principaux médias étrangers.

    Les médias étrangers ont été profondément impressionnés par ces opérations chinoises. Pour évacuer ses citoyens, la Chine a lancé « des actions par terre, par mer et par air et agi avec rapidité », a commenté l'AFP.

    Le quotidien français en langue chinoise «Nouvelles d'Europe » a publié un commentaire le 25 février dans lequel il a hautement apprécié les opérations de grande envergure et de haute efficacité que la Chine a effectuées pour évacuer ses ressortissants en Libye dont la situation s'aggravait.

    Selon l'AP américaine, « C'est la plus grande action que la Chine ait entreprise ces dernières années pour évacuer ses ressortissants à l'étranger ».

    Le site Internet de"The Wall Street Journal" a publié le 24 février un article intitulé"La Chine s'engage à protéger les Chinois en Libye". Il est dit dans cet article que la Chine a déclaré fermement sa volonté de protéger les citoyens chinois en Libye. Ce qui indique qu'avec l'accroissement de son influence dans le monde, la protection de ses ressortissants et de ses entreprises à l'étranger est au centre des préoccupations de la Chine.

    Le site Internet du Conseil des relations étrangères des Etats-Unis a publié le 24 un article d' Elliott Abrams, expert en études sur le Moyen-Orient. Selon cet article, la Chine protège fermement ses ressortissants et envoie des navires escorteurs de la marine pour ses opérations d'évacuation. Par de telles actions, la Chine ressemble plus que les Etats-Unis,"réservés et prudents", à une"superpuissance".

    L'auteur a indiqué dans cet article intitulé"Qui est la superpuissance? Une leçon provenant de Libye" :"Les Chinois ne prononcent pas de paroles creuses. Ils font des efforts, en déclarant explicitement qu'ils ne peuvent tolérer qu'aucun ouvrier chinois soit exposé au danger". Reuter a rapporté le 25 février que les actions d'évacuation de grande envergure sous l' éscorte de la marine sont la nouvelle et la plus grande tâche pour le gouvernement chinois.

     

     

    Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
     
     
    Au nom du gouvernement et du peuple chinois, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a adressé dimanche des messages de reconnaissance aux gouvernements grec et maltais, pour l'assistance qu'ils ont porté aux ressortissants chinois évacués de Libye.

    Dans ces messages, transmis par des diplomates chinois au Premier ministre grec George Papandreou et à son homologue maltais Lawrence Gonzi, M. Wen a indiqué que les gouvernements grec et maltais avaient rapidement répondu à la requête du gouvernement chinois, qui leur avait demandé d'aider à l'évacuation de ressortissants chinois de Libye et d'offrir des solutions d'hébergement aux évacués. Leur réponse positive est une preuve de la bonne volonté des deux pays envers le peuple chinois et de leur esprit vénérable quand il s'agit de venir en aide à des amis en cas de crise, a noté M. Wen.

    Davantage de ressortissants chinois évacués de Libye devraient arriver dans les jours qui viennent en Grèce et à Malte et le gouvernement chinois les rapatriera aussi rapidement que possible, a ajouté le Premier ministre, exprimant l'espoir de voir les gouvernements des deux pays continuer à apporter leur aide dans les opérations d'évacuation.

    MM. Papandreou et Gonzi ont remercié M. Wen pour son message et ont indiqué comprendre totalement la haute importance attachée par le gouvernement chinois à l'évacuation de ses ressortissants, selon des sources diplomatiques. Ils ont également indiqué être prêts à poursuivre leur soutien et leur coopération avec la Chine, qui continue de déployer des efforts pour évacuer de Libye des citoyens chinois.
  • LA DIPLOMATIE CHINOISE FAIT FLECHE DE TOUT BOIS.

    Fructeuses tournées de dirigeants chinois à l'étranger

       

        Les récentes visites effectuées par des dirigeants chinois dans 15 pays et à l'Union européenne  (UE) se sont avérées extrêmement fructueuses, consolidant l'amitié traditionnelle de la Chine avec ces pays et accroissant la  confiance entre leurs peuples à l'avenir dans un contexte de crise financière mondiale. 

         Le président chinois Hu Jintao, le Premier ministre Wen Jiabao  et le vice-président Xi Jinping ont effectué, du 26 janvier au 24  février, des tournées dans plusieurs pays en Asie, Afrique, Europe et Amérique latine, au cours du premier mois après le Nouvel an  chinois. 

         Leurs tournées ont été chaleureusement accueillies et  favorablement saluées par les gouvernements et les médias des pays visités. 

         Entre temps, la Chine et les Etats-Unis ont eu leur premier  dialogue depuis l'investiture du président américain Barack Obama  le 20 janvier 2009, ce dernier ayant appelé son homologue chinois  Hu Jintao le 30 janvier dernier. Ce dialogue constructif devrait  contribuer au renforcement des relations bilatérales et aux  efforts visant à relever les défis auxquels le monde est  confronté. 

         Le président chinois Hu a effectué du 10 au 17 février des  visites d'Etat en Arabie saoudite, au Mali, au Sénégal, en  Tanzanie et sur l'île Maurice. 

         Durant cette tournée, M. Hu a mis en exergue les vues et les  positions de la Chine sur les moyens de traiter la crise  financière, soulignant que la communauté internationale devrait  faire tous les efforts pour réduire l'impact de la crise sur les  pays en développement, particulièrement sur ceux les moins  avancés. 

         Il a également indiqué que la Chine souhaite renforcer la  coopération et prendre une action coordonnée avec les pays en  développement et toute la communauté internationale afin de  relever les actuels défis. 

         Le président chinois est parvenu à d'amples consensus avec des  dirigeants africains sur les moyens de renforcer encore davantage  la coopération bilatérale, de mettre en oeuvre de manière  progressive les engagements pris en faveur de l'Afrique lors du  Sommet de Beijing du Forum sur la coopération Chine-Afrique en  novembre 2006 et d'approfondir le partenariat stratégique  sino-africain. 

         M. Hu a avancé une proposition en six points pour développer  les relations sino-africaines dans le contexte actuel, soulignant  que la Chine reste attachée à son amité traditionnelle avec  l'Afrique et que le peuple chinois considère les Africains comme  des amis de tous temps, dignes de confiance et sûrs, et souhaite  être des frères et des partenaires du peuple africain pour  toujours. 

         Pour les dirigeants du Mali, du Sénégal, de Tanzanie et de  l'île Maurice, les relations entre l'Afrique et la Chine  constituent un premier exemple de la coopération amicale entre des nations et l'Afrique veut promouvoir sa coopération avec la Chine  et renforcer les relations bilatérales. 

         Avant la tournée du président Hu, le Premier ministre chinois  Wen Jiabao s'est rendu en Suisse, en Allemagne, au siège de  l'Union européenne à Bruxelles, en Espagne et en Grande-Bretagne  du 27 janvier au 3 février. 

         Lors de ces visites, qualifiées de "tournée de confiance", M.  Wen a particulièrment exprimé la confiance de la Chine sur  l'avenir du monde dans le contexte de crise financière mondiale. 

         Au cours de son séjour en Suisse, M. Wen a souligné  l'importance "de la confiance, de la coopération et de la  responsabilité" dans le traitement de la crise financière, dans un discours prononcé au Forum économique mondial de Davos.  

         En Grande-Bretagne, le Premier ministre chinois a réaffirmé que la confiance est la chose la plus importante en ce moment de crise, plus importante que l'or ou l'argent. 

         A travers les rencontres, les discours, les symposiums et les  entretiens durant sa tournée, M. Wen est parvenu à accroître la  confiance de l'Europe envers la Chine et a montré au monde la  confiance et la force de la Chine. 

         Il a également obtenu la confiance de la communauté  internationale en des informations basées sur des faits et des  statistiques. 

         Ses visites ont non seulement abouti à la conclusion  d'importants consensus entre le Chine et l'Europe sur les moyens  de faire face à la crise financière et à d'autres questions  internationales, mais également apporté une nouvelle impulsion aux échanges commerciaux bilatéraux et à la coopération économique  entre les deux parties. 

         Le vice-président chinois Xi Jinping s'est rendu successivement au Mexique, en Jamaïque, en Colombie, au Venezuela, au Brésil et à Malte, du 8 au 22 février. 

         A l'occasion de sa visite au Venezuela, ce pays et la Chine ont signé douze accords portant sur la coopération dans les domaines  économique, commercial, financier, énergétique et agricole. 

         Lors de sa visite au Brésil, le vice-président chinois et les  dirigeants brésiliens se sont engagés à approfondir le partenariat stratégique entre les deux pays et à explorer de nouveaux moyens  et secteurs pour la coopération bilatérale. 

         Par ailleurs, les dirigeants de la Chine et des Etats-Unis ont  récemment eu des contacts intenses, créant d'excellentes  conditions pour le développement des relations bilatérales. 

         Le 30 janvier dernier, le président chinois Hu a eu un  entretien téléphonique sur les relations bilatérales avec son  homologue américain Barack Obama, les deux parties exprimant à  cette occasion la volonté de les renforcer encore davantage. 

         La nouvelle secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a  effectué une visite en Chine du 20 au 22 février.