vol

  • La communauté asiatique dénonce les actes de délinquance de plus en plus nombreux dont elle est victime en France

    FOREIGN201504220846000459875536018.jpg

    Ce qui suit,est l'illustration qu'en Ftance et en bon nombre de pays occidentaux  les sacro-saints "Droits de l'homme" sont en fait devenus "Droits des gangsters et terroristes"et qu'il s'agit d'un mensonge et d'une duperie que de  dire que ces soi-disant "Droits de l'homme" sont universels.

    Depuis quelque temps, les vols dont sont victimes les touristes chinois en France –mais aussi les Chinois y résidant en permanence- font régulièrement la une des journaux. Plus largement, la communauté asiatique dénonce les actes de délinquance de plus en plus nombreux dont elle serait victime en France, se mobilisant même par le biais d'une grande pétition pour faire connaitre ce problème aux autorités. C'est dans ce contexte qu'on a appris qu'un homme d'affaires d'origine chinoise a écrit à Manuel Valls pour lui dire son incompréhension face à la gestion par la police française d'une « affaire simple », le vol de sa valise.

     

    L'homme en question n'est pas n'importe qui : c'est Meng Fanchen, ex-vice-président de Lafarge international, est l'un des intermédiaires les plus influents en Europe pour ouvrir les portes du marché chinois. Il a raconté son histoire dans un mail, détaillant comment il s'est fait voler sa valise, contenant une belle somme d'argent, dans le TGV à la gare Montparnasse de Paris. Il a le sentiment que la police n'a rien fait pour l'aider dans ce qu'il juge être une « affaire simple », alors que les caméras de la gare ont probablement filmé les voleurs sortant de la rame et qu'il bénéficie par surcroit de deux témoignages.

     

    Ne s'en laissant pas conter, il a voulu dire son histoire au premier ministre Manuel Valls en personne. Afin, notamment, dit-il « d'améliorer l'attractivité de Paris et de la France pour les voyageurs d'affaires internationaux et les investisseurs potentiels ». Le jour du vol, le 13 novembre 2014, il allait à Bordeaux, invité par le maire de la ville Alain Juppé, pour un sommet franco-chinois. Meng Fanchen, de nationalité allemande, mais vivant à Paris, n'a pas hésité à écrire, amer, à Manuel Valls, le 24 novembre dernier, soulignant qu'« avant d'être en France, j'ai travaillé et habité pendant 14 ans en Allemagne et 32 ans en Chine. Cet incident est le pire que j'ai jamais vécu jusqu'à présent, et je suis très surpris par la façon dont est géré ce type d'incident d'un point de vue de la sécurité ».

     

    Enfonçant le clou, il ajoute que « bien que deux témoins aient décrit le suspect et que la caméra de surveillance ait enregistré tout ce qui a eu lieu, jusqu'à présent, votre système de police n'a pas été en mesure , à ce jour, d'aider à identifier et à attraper le voleur », et encore que « ces choses peuvent se produire partout. Mais la suite donnée à cet incident est consternante pour l'image de la nation et de l'État français, où, à l'évidence, les droits de sécurité fondamentaux de ses résidents et des contribuables ne semblent pas être respectés et correctement protégés par le système de police ». A ce jour, a-t-il précisé, il attend toujours une réponse de Manuel Valls…

    Nouvelles en Bref

    Selon le département national chargé de la sécurité au travail, un bilan établi mercredi à 10h00 fait état de 19 morts à la suite de l'inondation de la mine de charbon Jiangjiawan dans la province du Shanxi (nord). Les secouristes ont retrouvé 19 corps et sont engagés dans une course contre la montre pour sauver les deux mineurs toujours bloqués dans le puits.

    Tous les yeux sont maintenant rivés sur la liste des gagnants du Ve Festival international du film de Beijing qui a été inauguré en grand la semaine dernière. Les prix Tiantan, ou prix Temple du Ciel, ainsi que sont appelés les honneurs les plus élevés, seront présentés le jeudi 15 aux gagnants qui seront sélectionnés parmi des centaines de films produits dans 103 pays. «Le dernier loup», une production sino-française réalisée par Jean-Jacques Annaud, et « The Taking of Tiger Mountain », l'épopée révolutionnaire du réalisateur Hark Tsui de Hong Kong sont deux films qui sont susceptibles d'émerger comme favoris pour les prix, selon plusieurs cinéphiles chinois au festival.

     

     

     

  • Paris ,la ville qui déçoit le plus les Chinois quand ils arrivent en Europe

    sans-titre.png

    Selon un récent reportage de la chaîne Bloomberg News, un virus frappe actuellement les touristes chinois en visite en  la capitale française : le « syndrome de Paris ». Sous l'influence des images et clichés véhiculés par les médias et le cinéma, les Chinois se rendant à Paris pour la première fois s'attendent à découvrir une charmante capitale européenne, classique, somptueuse et accueillante, mais se heurtent une fois sur place à la réalité parisienne : rames de métro bondées, serveurs rudes et expéditifs et pickpockets spécialisés dans le vol d'argent liquide. Les touristes en reviennent parfois traumatisés , bien loin de l'image romantique qu'ils ont depuis la Chine.

    Jiang He, un étudiant shanghaien de 20 ans, a rapidement déchanté après son arrivée à Paris. Il avait choisi Paris pour son premier voyage à l'étranger, mais à peine arrivé sur le sol français, à l'aéroport, il apprend que l'un des passagers chinois de son vol s'est fait dérober ses bagages. Jiang He a ensuite été surpris pas la quantité de mégots et d'ordures jonchant les rues de la ville lumière : « Je croyais que les villes d'Europe étaient très propres, mais j'ai trouvé Paris très sale, et ça n'a pas l'air de déranger les Français ».

     

    sans-titre.png

    Les Chinois sont influencés par ce qu'ils voient dans les médias et au cinéma, c'est pourquoi lorsqu'ils découvrent le « vrai » Paris, ils sont choqués par ce qu'ils voient. « Ils ont une image trop idéalisée de la France », estime Jean-François Zhou, directeur général d'Ansel Travel, agence de voyage spécialisée dans l'accueil de touristes chinois. « Pour certains, le séjour finit dans les larmes et ils jurent de ne plus jamais revenir ».

    La France voit dans cet afflux régulier de touristes chinois un élément crucial pour relancer son économie. Selon Thomas Deschamps, responsable des études à l'Office du tourisme de Paris, la région parisienne a accueilli 900 000 touristes chinois l'année dernière, ce qui représente une augmentation de 23 % par rapport à 2012. « Le nombre de touristes chinois continue d'augmenter, mais moins vite qu'avant », a-t-il précisé. D'après Jean-François Zhou, cette tendance est en partie liée à la lutte anti-corruption menée par Beijing, qui a fait chuter les dépenses des Chinois, mais également à leurs craintes concernant l'accueil qui les attend dans la capitale.

     

    images.jpg

     

    En 2012, les touristes chinois dépensaient en moyenne 59 euros à Paris, soit deux fois plus que les autres touristes étrangers. Ils sont donc souvent pris pour cible par les voleurs, d'autant plus qu'ils ont transportent  de grandes sommes en liquide. « Paris est une ville romantique, mais il faut être naïf pour croire que le crime n'y existe pas », juge un commissaire de police du 8e arrondissement. Aujourd'hui, la sécurité est la plus grande préoccupation des Chinois à Paris.

    Le syndrome du voyageur est un trouble fréquent, causé par la confrontation des touristes avec une réalité en décalage avec leurs attentes. Dans le cas du syndrome de Paris, les touristes ont une vision excessivement romantique de la ville. Jean-François Zhou explique que les touristes chinois ne s'attendent pas à trouver des locaux si peu aimables et des professionnels du tourisme si peu accueillants : « Les serveurs ne sont pas patients avec eux et ne parlent pas anglais. Nos clients sont souvent déçus par l'attitude des Parisiens ».

    images.jpg

     

    L'année dernière, la mairie de Paris a distribué un guide intitulé Paris en toute sécurité, également publié en chinois, dans lequel les touristes peuvent trouver des informations pratiques expliquant, entre autres, comment discerner les vrais policiers des imposteurs et les vrais taxis des faux ; comment se prémunir contre les vols de sacs ; et comment réagir en cas de vol ou d'agression. La ville a également augmenté les effectifs policiers dans les quartiers les plus touristiques et les grands magasins. La préfecture de Police de Paris a, quant à elle, mis en place une procédure de plainte simplifiée en 16 langues, comprenant le chinois. C'est pas mal , mais cela n'a diminué en rien les agressions dont sont victimes les Chinois.

    images6MFS1G3G.jpg

     

  • À Paris comme à Cannes, les cas de vols et de racket de touristes chinois sont nombreux,la police française se montre peu efficace

    1908638-l-insecurite-des-chinois-stereotype-ou-prejuge.jpg

    Le 16 mai, jour même de l'ouverture du Festival de Cannes, le vice-président de la China Film Group Corporation Zhang Qiang a fait part sur son microblog de son expérience malheureuse à Cannes : « Je séjournais à la résidence Pierre & Vacances quand hier, à mon retour du dîner, j'ai trouvé la porte de ma chambre forcée et tous mes bagages avaient disparu. L'hôtel se montrait indifférent à tout cela, me disant d'avertir la police moi-même et refusant de venir constater l'infraction dans ma chambre. La direction s'est contentée de me proposer de changer la serrure. Voilà ce que j'ai vécu personnellement à Cannes, dans ce haut lieu du tourisme français. Comment peut-on encore avoir envie de participer à un festival de cinéma organisé dans une ville qui n'assure pas correctement la sécurité publique et qui fait preuve d'une telle arrogance ?! »

    À Paris comme à Cannes, les cas de vols et de racket de touristes chinois sont nombreux. Le problème de la sécurité publique est en train de détruire l'image romantique de la France.

    Mauvaise sécurité publique, embouteillages importants et vols ; l'équipe chinoise de tennis de table, venue participer aux Championnats du monde, n'a pas été plus chanceuse à Paris, une ville pourtant connue pour son romantisme.

    L'équipe chinoise de tennis de table séjournait dans un hôtel près de la Porte de Bagnolet, dans le nord-est de Paris. Reliant la banlieue nord et la ville de Paris, ce quartier considéré comme à hauts risques est souvent le théâtre de vols et de cambriolages. Certaines sources ont rapporté que le 14 mai, M. Huang Biao, capitaine de l'équipe chinoise de tennis de table, s'est vu dérober son iPhone 5 alors qu'il se rendait avec plusieurs membres de l'équipe vers un restaurant situé à proximité de l'hôtel. Huang a précisé que le voleur était certainement très habile car celui-ci a agit très rapidement et qu'aucune personne du groupe ne s'en est aperçu.

    Wang Liqin et Rao Jingwen, les n º1 du double mixte, devaient se rendre pour un match dans le stade principal à 10h, dans la matinée du 15 mai. Or à 9h, alors que leurs adversaires polonais avaient déjà commencé leurs exercices d'échauffement, ont attendait toujours Wang Liqin et Rao Jingwen. Finalement, les deux joueurs sont arrivés dans la précipitation vers 9h30 : à cause des embouteillages, ils ont mis plus d'une heure et demie à faire un trajet qui ne prend qu'un quart d'heure en temps normal.

    Dans son microblog, M. Zhang Qiang a averti ses compatriotes chinois qui envisagent de partir pour la France que la sécurité publique était vraiment catastrophique ces derniers temps en France. Le travail de la police française étant peu efficace selon lui, il conseille de faire très attention en marchant dans la rue – en se méfiant particulièrement des personnes issues de minorités ethniques , d'éviter d'utiliser son portable dans la rue et dans le métro, et de fermer sa porte à clef la nuit dans les hôtels. Il conseille même de barrer la porte avec une chaise ou tout autre objet pouvant remplir ce rôle.

     

    209931-parisune-jpg_103544.jpg

    imagesCAQRDFJT.jpg

    1210228621_lille-relaxe-pour-les-parents-roms-pour-495843.jpg

    1538053_3_3663_des-chinois-manifestent-contre-l-insecurite.jpg

     

  • Le Premier ministre chinois salue la fusion Geely-Volvo comme un «exemple de réussite»

     

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a visité mardi la Volvo Cars Corporation, une propriété exclusive chinoise, mais basée à Göteborg, où il a salué la fusion entre Geely et Volvo comme un «exemple de réussite» pour la coopération entre les entreprises des deux nations.

    M. Wen a dit que cette coopération a été menée sur la base du bénéfice mutuel, ajoutant qu'elle était non seulement une coopération dans le capital, mais aussi dans la technologie, la gestion et le commerce, et c'est aussi une sincère communication peuple à peuple et des échanges ainsi.

    Le Premier ministre chinois a exhorté les deux constructeurs à continuer de promouvoir une coopération plus fructueuse et de contribuer à l'approfondissement des liens commerciaux entre la Chine et la Suède en défendant l'esprit de compréhension, la tolérance et le soutien mutuels.

    La Volvo Cars Corporation, frappée par la crise financière mondiale, a été acquise en 2010 par Geely Holdings Group, un constructeur automobile privé chinois.

    La Suède est la troisième étape de la tournée de M. Wen dans quatre pays européens, qui l'a déjà conduit en Islande et en Allemagne. Il se rendra également en Pologne.

     

     

     

  • UN AUTRE OBJET D'ART VOLE PAR LES FRANCAIS MIS EN VENTE DEMAIN.

    Un autre objet d'art du Yuanmingyuan sera mis aux enchères en France

    F200904281535212158022567[1]
    Le cachet, dont la valeur est estimée à 300 000/400 000 €

    Un autre objet historique d'art qui avait fait l'objet de pillage dans le Palais du Yuanmingyuan sera une fois de plus vendu aux enchères en France. On apprend que l'Etude Beaussant Lefèvre a annoncé récemment qu'elle organisera le 29 avril à l'hôtel Drouot à Paris une vente aux enchères de la collection d'un ancien général de l'armée française, laquelle comprend un sceau en jade de l'époque de l'empereur Qianlong de la dynastie des Qing (1644-1911).

    Le quotidien hongkongais «Wenhui Bao » rapporte qu'il est sculpté deux dragons sur ce sceau en jade qui mesure 9 sur 10 centimètres et qui porte des inscriptions qui signifient « Paix sur les neuf continents (la Chine) ». Fabriqué sous le règne (1736-1795) de l'empereur Qianlong, le sceau en jade appartenait à la famille impériale.

    Le prix de base de l'enchère de l'objet en question est fixé à 300.000 euros (environ 3,06 millions de dollars hongkongais). Les soi-disant propriétaires de l'objet volé sont les descendants et héritiers d'un général français en garnison avec ses troupes à Dagu, lesquelles s'allièrent par la suite aux troupes anglaises pour attaquer en 1860 la capitale chinoise Pékin. Les troupes anglo-françaises s'en prirent ensuite au Palais Yuanmingyuan pour s'emparer des trésors qui y étaient conservés avant de l'incendier et de le détruire complètement.

    Des analystes français indiquent que le « butin » du général provient sans aucun doute du pillage de Yuianmingyuan par l'armée alliée anglo-française et que le général était lui-même un des pilleurs, des saccageurs et des incendiaires.

    La Maison aux enchères concernée et les propriétaires dudit objet choisissent ce moment-là pour vendre le sceau impérial en question, car ils pensent faire monter, monter et monter les enchères grâce à la polémique médiatisée survenue auparavant par la vente aux enchères des deux têtes d'animaux en bronze.

    Le site web du journal français l'Echo a fait paraître un blog dans lequel il est déclaré directement que son auteur souhaite que la présente mise aux enchères « puisse attirer les esprits polémiques qui ont un intérêt à se montrer zélés auprès des autorités chinoises », ce qui inciterait « les Chinois qui ont beaucoup, beaucoup et beaucoup d'argent » à acheter cet « objet noble et précieux ».