voiture hybride

  • La Chine exempte les acheteurs de voitures électriques de taxes à l'achat

    FOREIGN201407101618000583297354187.jpg

    La Chine va exempter les acheteurs de voitures électriques de taxes à l'achat dans le cadre des mesures d’Etat élargies destinées à stimuler les ventes de véhicules, a-t-il été annoncé lors d'une réunion exécutive du Conseil des Affaires de l'Etat, qui a eu lieu mercredi.

     

    Du 1er septembre prochain à la fin de 2017, le Gouvernement va donc renoncer aux taxes sur les achats d’autos pour les véhicules à énergies nouvelles, qui en Chine désignent toutes les voitures électriques, véhicules hybrides rechargeables et à pile à combustible, a-t-il été précisé lors de la réunion, dirigée par le premier ministre Li Keqiang.

     

    Le développement de ces véhicules est d'une importance cruciale pour soulager la dépendance énergétique de la Chine, lutter contre la pollution de l'air, stimuler la demande locale et soutenir l'industrie automobile, a-t-il encore été ajouté.

     

    Enfin, toujours lors de la réunion, il a été dit que ces mesures seront un scénario gagnant-gagnant pour le secteur, car elles permettront de soutenir l'industrie automobile locale et de protéger l'environnement. 

     

    Les véhicules à énergies nouvelles sont importantes pour l'indépendance énergétique de la Chine, aussi Beijing va-t-elle « consacrer davantage de ressources pour les encourager », a déclaré Cai Linlin, analyste automobile émérite à Shanghai.

     

    « Cette exemption va au-delà des attentes, car le gouvernement devrait déployer une série de mesures avant que les ventes de véhicules électriques ne décollent », a déclaré M. Cai.

     

    La Chine compte actuellement environ 70 000 véhicules à énergies nouvelles en circulation après cinq ans d’encouragement, bien loin des souhaits du Gouvernement central d’atteindre un chiffre de 500 000 d'ici à 2015.

    Comme on le voit, la Chine est à l'avant-garde quand il s'agit de prendre des mesures environnementales , il faut dire aussi que la Chine a les pouvoirs de se donner les moyens.

    PC110376-001.JPG

    PC110398.JPG

  • Chine:d'avantage de voitures propres

    Avec un record de 1125 véhicules en vedette au salon biannuel de l'automobile de Beijing, qui a ouvert lundi, les constructeurs automobiles chinois et étrangers sont clairement passés à la vitesse supérieure dans leur tentative de séduire les consommateurs chinois.

    C'est le fort potentiel d'un marché de plus de 1,3 milliard de personnes qui attise cette convoitise. 18,5 millions de voitures neuves ont été vendues en Chine en 2011, faisant du pays pour la troisième année consécutive, le plus grand marché automobile du monde.

    Denza de BYD-Daimler, équipé de ET-POWER batteries en fer



    Lorsque le niveau de pénétration des véhicules ne reste qu'à environ un dixième de celui des pays développés, les grands constructeurs automobiles ne peuvent pas se permettre d'accuser un retard dans la course pour pénétrer le marché chinois en pleine croissance.

    Cependant, alors que les constructeurs attachent une grande importance à ce marché, qui permettrait de garantir une qualité de service et qui signifie un plus grand choix de consommation, plus de nouvelles voitures énergivores n'est pas ce que le pays à besoin.

    BYD Qin, qui assure une accélération de zéro à 100 km en 6,9 secondes, avec un coût de 16 yuans sur 100km.


    Compte tenu des besoins énergétiques de la Chine et des défis de la pollution, les constructeurs devraient comprendre l'urgence d'accélérer le développement de l'économie d'énergie et de véhicules propres.

    On anonce que l'aspiration de la Chine d'adopter les voitures vertes consiste principalement à construire une nouvelle industrie voiture-énergie pour exporter des véhicules dans le monde entier. Son énorme marché et ses prouesses de fabrication pourraient rendre cela possible, mais ce n'est pas un objectif en soi.

    La version électrique de Trumpchl, GAC Motor

    On estime que si les niveaux de propriété de véhicules en Chine atteignent ceux des États-Unis, la Chine à elle seule consommerait plus de pétrole que le monde peut en produire de nos jours.

    Pendant ce temps, l'aggravation de la pollution de l'air dans de plus en plus de villes chinoises exige une solution immédiate qui ne peut être assuré que conjointement par le gouvernement et l'industrie automobile.

    La semaine dernière, le gouvernement a adopté un plan de développement pour l'industrie nouvelle économie d'énergie et de nouveaux véhicules utilisant des énergies, la fixation d'un objectif de production et de vente de 500.000 tout-électrique et plug-in de véhicules hybrides d'ici 2015 et plus de 5 millions d'ici 2020.

     

    La version électrique de Venucia, Dongfeng Nissan

    Le dernier plan du gouvernement est moins ambitieux que le précédent, qui visait à mettre 1 million de voitures électriques sur les routes d'ici 2015, mais après de nombreux faux départs de l'industrie automobile électrique, le fait que les responsables politiques appliquent cette fois un rythme plus stable est plus réaliste.

    Pour les constructeurs automobiles nationaux et étrangers qui exposent au Salon de l'auto de Beijing , malgré les 88 nouveaux modèles utilisant de nouvelles énergies, il faut en faire davantage pour promouvoir les voitures vertes en Chine.

    Après tout, seules les voitures propres hybrides survivront avec la raréfaction des ressources pétrolifères et l'explosion du prix du gaz.
    Great Wall Haval M4

    Great Wall Haval m4

     

  • La Chine veut être en pointe dans le secteur des voitures vertes

    Malgré les faibles ventes de véhicules électriques en Chine, elle peut encore devenir un leader mondial dans l'industrie du véhicule électrique si les décideurs et les fabricants réorientent leurs activités de véhicules électriques à batterie purs vers une perspective à moyen terme en se concentrant davantage sur le secteur des véhicules électriques hybrides rechargeables, selon le cabinet de conseil McKinsey & Co.

    Ces prédictions de la société américaine ont été énoncées dans son rapport intitulé « Renouvellement des aspirations de la Chine dans le domaine des véhicules électriques », publié vendredi, qui s'est appuyé sur des entretiens avec plus de trente décideurs, leaders d'industrie et experts.

    « Malgré les défis et les revers initiaux, les véhicules électriques ont de l'avenir en Chine, en tant que meilleure solution pour résoudre les défis auxquels fait face la Chine en matière énergétique et de pollution », a déclaré Axel Krieger, associé au bureau de McKinsey à Beijing et Directeur du Pôle Auto Chine de McKinsey. « En outre, comme il n'y a pas de raccourci vers les véhicules électriques à batterie, les véhicules hybrides rechargeables peuvent être la passerelle adéquate vers l'objectif à long terme du décollage des véhicules électriques purs ».

    Selon lui, en produisant des véhicules électriques rechargeables, les constructeurs automobiles chinois auront une meilleure chance de relancer les ventes de véhicules électriques.

    McKinsey estime que les véhicules électriques rechargeables équipés de batteries de 15 kilowatts-heure deviendront compétitif en matière de prix avec les véhicules à moteur à combustion interne en Chine d'ici 2017. Des véhicules rechargeables avec des batteries plus petites, de 10 kWh, pourraient même avoir un coût similaire à celui des véhicules à moteur à combustion dès 2014.

    La Chine risque maintenant de se trouver en deçà de ses aspirations dans le domaine des véhicules électriques, avec 6 000 véhicules électriques, et pas plus de 10 modèles, fabriqués en 2011, soit seulement 0,03 % de la production totale de l'année, bien en deçà de sa capacité industrielle de 500 000 unités, prévue pour entrer en service en 2015, selon le rapport. Le chiffre de 16 000 bornes de chargement construites en 2011 a également été beaucoup plus faible que les objectifs de l'industrie, qui étaient de 400 000 unités d'ici à 2015.

    Les recherches de McKinsey laissent également entendre que les flottes de transports en commun, comme les parcs d'autobus, sont susceptibles d'être dans la première vague de ceux qui vont adopter les véhicules électriques en Chine, plutôt que les consommateurs. McKinsey estime que la flotte totale d'autobus électriques pourrait atteindre 100 000 unités d'ici 2016.

    « La Chine a encore de très bonnes chances de réaliser son aspiration à devenir un leader mondial dans le domaine des véhicules électriques. Pour atteindre cet objectif, il faudra que les parties prenantes de l'industrie des véhicules électriques calibrent à la fois leurs attentes et leurs actions », selon Axel Krieger.

    « Le gouvernement chinois, les constructeurs automobiles, équipementiers et fournisseurs d'infrastructures chinois doivent collaborer plus étroitement dans l'élaboration d'une nouvelle stratégie », a-t-il ajouté.

    Larry Wang, Directeur du bureau de McKinsey à Shanghai, a ajouté que « la Chine a une occasion unique de tirer parti de sa taille énorme pour développer une solution de véhicules électriques qui pourrait réussir non seulement chez elle, mais qui pourrait aussi conquérir les marchés mondiaux. Les acteurs de l'industrie doivent adopter une approche très différente de celle qu'ils ont eu jusqu'à ce jour ».

    Le Conseil des Affaires de l'Etat a adopté mercredi un plan de développement industriel des économies d'énergie et des véhicules à énergies nouvelles, tant attendu, disant que les véhicules électriques purs et les véhicules hybrides rechargeables seront l'orientation stratégique pour que la Chine puisse répondre aux défis en matière d'énergie et d'environnement auxquels elles fait face.

    La Chine a également fixé un objectif de production et de ventes cumulées de 500 000 unités de véhicules électriques purs et de véhicules rechargeables d'ici à 2015, et de plus de 5 millions d'unités en 2020, par le biais de subventions, et d'accélération de la mise en place d'installations de chargement pour les véhicules électriques.