vietnam

  • Comment célèbre-t-on la fête de la lune ou de la Mi-Automne dans le monde?

    13524893_11n.jpg

    Célébrée le soir du 15ème jour du huitième mois lunaire par de nombreuses populations ethniques chinoises, la Fête de la mi-automne est une fête traditionnelle chinoise également appelée la Fête de l’automne. Elle a lieu au milieu de l’automne. On dit que cette nuit-là la pleine lune est la plus grosse et la plus ronde de l’année. Pour cette célébration vieille de plusieurs millénaires, dans la nuit de la mi-automne, les Chinois ont coutume de boire et de manger tout en admirant la lune et les moeurs exigent que les épouses, qui sont allées voir leurs parents ce jour-là, rentrent chez leurs époux le jour même, une signification du complet et de la béatitude. A Hong Kong, après le 15, encore imprégné de l’atmosphère festive, on prolonge les carnavals jusqu’à la nuit du 16, appelée ainsi « la Fête à la poursuite de la lune ». 

    La fête de la Mi-automne, qui tombe cette année le 8 septembre, est l'une des plus importantes fêtes traditionnelles chinoises. C'est une occasion de réunions de famille avant les congés de sept jours de la fête nationale qui commenceront le 1er octobre.

    0019b91ec9811573a19905.jpg

    En Corée du Sud, connue sous le nom de Chuseok, la fête de la Mi-Automne est une fête importante de la moisson et un congé de trois jours dans le pays. Elle est célébrée le 15e jour du 8e mois du calendrier lunaire. Pendant cette célébration des bonnes récoltes, les Coréens visitent la ville natale de leurs ancêtres, partagent un festin de mets traditionnels, tels que songpyeon et vin de riz, dansent ou admirent la lune. Cette photo prise le 10 septembre 2013 montre des femmes en costume traditionnel qui préparent des songpyeon pendant la fête à Séoul.

    0019b91ec9811573a1b308.jpg

    Singapour attache une grande importance à la fête de la Mi-Automne. Des galas sont organisés par les établissements commerciaux dans de nombreuses collectivités. En plus des activités de célébration comme manger des gâteaux de lune, allumer des lanternes, il y a des visites de jardins et des danses du dragon. La photo montre des lanternes en soie dépeignant des personnages mythologiques et illuminant le ciel nocturne de Singapour lors de la fête de la Mi-Automne, le 28 août 2011.

    0019b91ec9811573a1b809.jpg

    La Malaisie, un pays qui est le foyer de plusieurs races, est un autre endroit ayant une forte concentration de Chinois, soit environ 25 % de la population totale. À la fête de la Mi-Automne, les Chinois locaux organisent toutes sortes de célébrations, y compris admirer la lune, manger des gâteaux de lune et transporter une lanterne. La photo montre un couple tenant des lanternes lors des célébrations de la fête de la Mi-Automne, dans un temple à Kuala Lumpur, en Malaisie, le 25 septembre 2007.

    0019b91ec9811573a1c50a.jpg

    La fête de la Mi-Automne, ou Chuseok, est l'une des fêtes traditionnelles les plus importantes en Corée du Nord. Ce jour-là, presque chaque famille cuisine des songpyeons et en partage. Certaines familles vont également au cimetière pour honorer les parents décédés. La photo, prise le 19 septembre 2013, montre des Nord-Coréens, debout, qui posent ensemble à côté de la tombe d'un membre de la famille dans un cimetière, alors qu'ils observent Chuseok, à Pyongyang.

    0019b91ec9811573a1d10b.jpg

    Des enfants présentent un spectacle au cours de la fête de la Mi-Automne, aussi connue comme la fête de la Lune, au Palais des enfants à Hanoi, au Vietnam, le 2 octobre 2009, la veille de la fête de la Mi-Automne. La fête est un grand jour pour les enfants du pays, car ils peuvent profiter de toutes sortes de gâteaux de lune, admirer de belles lanternes et recevoir une variété de jouets.

    0019b91ec9811573a1d60c.jpg

    Au Japon, la fête de la Mi-Automne est appelée Tsukimi ou Otsukimi (signifie littéralement regarder la lune). La coutume Tsukimi provient de la fête chinoise de la Mi-Automne, car la tradition de cette fête chinoise a été introduite au Japon il y a 1 000 ans. Contrairement aux Chinois qui mangent des gâteaux de lune pour célébrer la fête, les Japonais mangent habituellement des boulettes de riz appelées Tsukimi dango. En plus, les gens revêtent des costumes traditionnels et vont dans les temples pour brûler de l'encens.

  • Que cachent les provocations du Vietnam à l'égard de la Chine?

    001fd04cfc2214ff5cf602.jpg

    Pourquoi le Vietnam cherche à provoquer la Chine? Pourquoi le Vietnam met au grand jour ses intentions belliqueuses? Pourquoi les Etats-Unis y mettent-ils leur grain de sel? Pourquoi les médias occidentaux prennent-ils systématiquement fait et cause pour les adversaires de la Chine?

    Autant de questions où vous ne savez que répondre. Je vais essayer de vous expliquer la situation et le pourquoi du comment.

    I. Opération sur la plate-forme HYSY 981

    Le 2 mai 2014, une entreprise chinoise a entamé, sur sa plate-forme HYSY 981 dans la zone contiguë des îles Xisha de Chine (voir la localisation ci-dessus), une opération de forage pour l'exploration pétrolière et gazière. Actuellement, la première phase de l'opération a déjà été accomplie, et la deuxième phase a démarré le 27 mai. Les deux zones d'opération se situent toutes à 17 milles marins de l'île Zhongjian des îles Xisha de Chine et des lignes de base des eaux territoriales des îles Xisha, mais approximativement à une distance de 133 à 156 milles marins des côtes continentales du Viet Nam.

    Cette entreprise chinoise mène depuis dix ans dans les eaux concernées des opérations d'exploration, telles que travaux de prospection sismique et études du site de puits. Cette opération de forage sur la plate-forme HYSY 981 s'inscrit dans le prolongement naturel des activités d'exploration concernées et relève totalement de la souveraineté et de la juridiction chinoises.

    II. Provocations du Viet Nam

    Une fois l'opération chinoise démarrée, la partie vietnamienne a envoyé immédiatement de nombreux bateaux, y compris des navires armés, pour perturber illicitement et violemment l'opération chinoise et heurter les bateaux administratifs chinois chargés d'escorte et de sécurité sur place. Elle a même mobilisé des agents sous-marins, y compris des « hommes-grenouilles », et posé dans cette zone une grande quantité de filets de pêche, d'objets flottants et d'autres obstacles. Jusqu'à 17 heures du 7 juin, on enregistrait au maximum 63 navires vietnamiens présents en même temps sur place, et au total 1416 intrusions dans la zone d'alerte chinoise et heurts contre les bateaux administratifs chinois.

    Ces actes de la partie vietnamienne ont porté gravement atteinte à la souveraineté, aux droits souverains et à la juridiction de la Chine, mis en danger sévèrement le personnel chinois et la plate-forme HYSY 981, violé sérieusement le droit international concerné dont la Charte des Nations Unies, la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM) conclue en 1982, ainsi que la Convention pour la répression d'actes illicites contre la sécurité de la navigation maritime conclue en 1988 et son Protocole pour la répression d'actes illicites contre la sécurité des plates-formes fixes situées sur le plateau continental, compromis la liberté et la sécurité de navigation dans cette zone maritime, et nui à la paix et à la stabilité dans la région.

    Tout en perturbant illicitement et violemment l'opération normale en mer de l'entreprise chinoise, la partie vietnamienne fermait les yeux sur les manifestations anti-chinoises dans son pays. Mi-mai, des milliers d'agresseurs vietnamiens se sont livrés à des actes d'attaques, de sabotages, de pillages et d'incendies à l'encontre des entreprises chinoises et de plusieurs autres pays étrangers au Viet Nam. Ils ont tué cruellement quatre ressortissants chinois et blessé plus de 300 autres dans le pays, et causé de lourdes pertes matérielles.

    III. Réaction de la Chine

    Il existe une question de délimitation maritime entre les îles Xisha de Chine et les côtes continentales du Viet Nam. Jusqu'à présent, les deux parties n'ont pas encore procédé à une délimitation de leurs zones économiques exclusives (ZEE) et de leurs plateaux continentaux dans ces eaux. Chacune d'entre elles a le droit de revendiquer sa ZEE et son plateau continental en vertu de la CNUDM. Cependant, les zones d'opération ne peuvent en aucun cas faire partie de la ZEE ou du plateau continental du Viet Nam, quel que soit le principe de délimitation.

    Face aux provocations vietnamiennes en mer, la partie chinoise, tout en faisant preuve d'une grande retenue, a pris des mesures préventives nécessaires en envoyant des navires administratifs sur place pour assurer la sécurité de l'opération ainsi que préserver effectivement l'ordre de l'activité en mer et la sécurité de navigation. En même temps, depuis le 2 mai dernier, la Chine a déjà eu plus de 30 échanges aux différents niveaux avec le Viet Nam, lui demandant d'arrêter ses actes de perturbation illicites. Cependant, ce qui est regrettable, c'est que ces perturbations illicites se poursuivent toujours.

    IV. Les îles Xisha font partie intégrante du territoire chinois

     Les îles Xisha font partie intégrante du territoire chinois et ne font l'objet d'aucun litige.

    La Chine est le premier pays à découvrir, à développer et exploiter les îles Xisha ainsi qu'à exercer sa juridiction sur ces îles. Sous la dynastie des Song du Nord (9601126), le gouvernement chinois mettait déjà les îles Xisha sous sa juridiction et envoyait des patrouilles maritimes dans cette zone. En 1909, Li Zhun, Commandant militaire provincial chargé des forces navales du Guangdong du gouvernement des Qing, a mené une inspection sur les îles Xisha à la tête de troupes armées, et il a fait hisser le drapeau et tirer des salves sur l'île Yongxing pour réaffirmer la souveraineté chinoise. En 1911, le gouvernement de la République de Chine a déclaré placer les îles Xisha et les eaux adjacentes sous l'administration du district de Yaxian de l'île Hainan.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Japon s'est emparé des îles Xisha. Suite à la capitulation japonaise en 1945, conformément à une série d'instruments internationaux, le gouvernement chinois a envoyé, en novembre 1946, de hauts officiels à bord de navires militaires aux îles Xisha pour y organiser une cérémonie de reprise de possession, poser une stèle et faire cantonner des troupes. Ainsi les îles Xisha, occupées illicitement pendant un temps par des pays étrangers, sont elles replacées sous la juridiction du gouvernement chinois.

    En 1959, le gouvernement chinois a instauré le Bureau d'administration des îles Xisha, Zhongsha et Nansha. En janvier 1974, l'armée et le peuple chinois ont chassé l'armée sud-vietnamienne des autorités de Saigon qui avait fait irruption sur l'île Shanhu et l'île Ganquan des îles Xisha, préservant ainsi la souveraineté territoriale de la Chine. La Loi de la République populaire de Chine sur la mer territoriale et la zone contiguë promulguée en 1992 et les points de base et les lignes de base des eaux territoriales des îles Xisha publiés par le gouvernement chinois en 1996 ont successivement confirmé la souveraineté de la Chine sur les îles Xisha et la délimitation de la mer territoriale concernée. En 2012, le gouvernement chinois a établi les différents organes du pouvoir de la ville de Sansha sur l'île Yongxing des îles Xisha.

     Avant 1974, les gouvernements vietnamiens successifs n'ont jamais contesté la souveraineté chinoise sur les îles Xisha. Que ce soit dans ses déclarations gouvernementales, ses notes verbales ou dans sa presse, ses manuels scolaires et sur ses cartes géographiques, le Viet Nam reconnaissait toujours officiellement que les îles Xisha faisaient partie intégrante du territoire chinois depuis l'antiquité.

    Le 15 juin 1956, le Vice-Ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Viet Nam Ung Van Khiem a affirmé solennellement, lors de sa rencontre avec le Chargé d'affaires a.i. de l'Ambassade de Chine au Viet Nam Li Zhimin, que « Selon les documents vietnamiens, et historiquement parlant, les îles Xisha et les îles Nansha font partie du territoire chinois ». Le Directeur par intérim du Département d'Asie du Ministère vietnamien des Affaires étrangères Le Loc a notamment indiqué, en citant les données vietnamiennes, qu'« Historiquement parlant, ces îles faisaient déjà partie de la Chine sous la dynastie des Song ».

    Dans sa déclaration du 4 septembre 1958, le gouvernement chinois a proclamé que la largeur de la mer territoriale de la Chine était fixée à 12 milles marins et précisé que « Cette stipulation s'applique à tout le territoire de la République populaire de Chine, y compris les îles Xisha… ». Le 6 septembre 1958, l'organe du Comité central du Parti des Travailleurs du Viet Nam Nhan Dan a publié à la une le texte intégral de la déclaration du gouvernement chinois sur la mer territoriale chinoise. Le 14 septembre 1958, le Premier Ministre du gouvernement vietnamien Pham Van Dong a affirmé solennellement, dans une note adressée au Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État de Chine Zhou Enlai, que « Le gouvernement de la République démocratique du Viet Nam reconnaît et approuve la déclaration faite le 4 septembre 1958 par le gouvernement de la République populaire de Chine sur sa décision concernant la mer territoriale de la Chine » et que « Le gouvernement de la République démocratique du Viet Nam respecte cette décision ».

    Dans sa déclaration du 9 mai 1965 sur la délimitation par le gouvernement américain de la « zone de combat » pour les forces armées des États-Unis au Viet Nam, le gouvernement de la République démocratique du Viet Nam a indiqué que « Le Président américain Lyndon Johnson a désigné comme une zone de combat pour les forces armées des États-Unis tout le Viet Nam et les eaux adjacentes qui s'étendent à 100 milles marins des côtes vietnamiennes ainsi qu'une partie des eaux territoriales chinoises contiguës aux îles Xisha de la République populaire de Chine », ce qui « menace directement la sécurité de la République démocratique du Viet Nam et de ses voisins ».

    L'Atlas du monde édité en mai 1972 par le Bureau d'Arpentage et de Topographie de l'Office du Premier Ministre vietnamien a désigné les îles Xisha selon leur appellation chinoise . Le manuel scolaire de géographie pour la 9e année des écoles ordinaires, publié en 1974 par les Éditions de l'enseignement du Viet Nam, dit dans la leçon La République populaire de Chine que « Les îles Nansha, les îles Xisha, l'île Hainan, l'île Taiwan, les îles Penghu, les îles Zhoushan … prennent la forme d'un arc de cercle et constituent une ''grande muraille'' protégeant la partie continentale de la Chine ».

    Le Viet Nam revient aujourd'hui sur son engagement en revendiquant la souveraineté territoriale sur les îles Xisha de Chine, ce qui viole gravement les principes du droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales dont le principe de l'estoppel.

     

    La Chine souhaite voir ses relations avec le Viet Nam se développer dans de bonnes conditions, mais elle ne peut renoncer pour autant à ses principes. Les canaux de contact entre les deux pays sont fluides. Elle conseille au Viet Nam de privilégier l'intérêt général de la préservation des relations bilatérales et de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale, de respecter la souveraineté, les droits souverains et la juridiction de la Chine, d'arrêter immédiatement toute forme de perturbation à l'encontre de l'opération chinoise et de retirer tous ses navires et le personnel sur place, de sorte à apaiser la tension et à ramener au plus tôt la paix en mer. La Chine poursuivra ses efforts pour communiquer avec le Viet Nam en vue d'un traitement adéquat de la situation actuelle.

     

     

     

  • Les Etats-Unis, gendarmes du monde? juste des pompiers pyromanes!

    001fd04cfc2214f7a26406.jpg

    Les différends maritimes font monter les tensions au Dialogue de Shangri-La

    La Chine a vivement réagi aux critiques la visant sur les questions maritimes au Dialogue de Shangri-La, dans un contexte de durcissement de sa politique extérieure.

    « La Chine a la souveraineté sur les îles Xisha et Nansha en mer de Chine méridionale depuis plus de 2 000 ans, ce que savent bien les pays voisins », a rappelé Wang Guanzhong, chef adjoint de l'État-major de l'Armée populaire de Libération (APL) au sommet de dimanche.

    M. Wang a ajouté que les récents conflits ont été principalement causés par la découverte de réserves de pétrole dans les années 1970, a rapporté le quotidien de l'Armée.

    Des chasseurs-bombardiers chinoisJH-7 effectuent des missions régulières pour soutenir les garde-côtes et garder la plateforme pétrolière des îles Xisha, a indiqué le magazine Defense Weekly d'IHS Jane.

    « Les remarques illusoires sont une provocation flagrante visant la Chine. Nous n'avons jamais entamé de conflits, mais nous devons répondre aux provocations lancées par certains pays », a jugé M. Wang.

    Cette réponse intervient après que le Japon et les États-Unis ont prononcé des discours lors du sommet sur les différends en mer de Chine méridionale entre la Chine et ses pays voisins, notamment le Vietnam et les Philippines.

    Plusieurs collisions de navires ont eu lieu entre la Chine et le Vietnam dans les eaux entourant une plateforme pétrolière chinoise opérant près des îles Xisha et ont provoqué des émeutes visant les sociétés étrangères dans les zones industrielles du sud du Vietnam le mois dernier, tandis que le gouvernement vietnamien a annoncé qu'il envisageait de poursuivre la Chine en justice sur cette querelle territoriale.

    Les Philippines ont déjà déposé une action en justice pour régler les différends en mer de Chine méridionale.

    Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a déclaré que les États-Unis s'engageaient à rééquilibrer la configuration géopolitique dans la région.

    Le régime étasunien se frotte les mains. Lui qui cherche toute occasion afin de provoquer la Chine.

    « La Chine a entrepris des actions unilatérales et déstabilisantes pour faire valoir ses revendications en mer de Chine méridionale. Nous sommes fermement opposés aux intimidations de tout pays, à la coercition ou à la menace de la force pour faire valoir des revendications », a déclaré M. Hagel.

    Comme toujours les autorités américaines sont là pour jeter de l'huile sur le feu. Mais la Chine est forte et elle ne se laissera plus impressionner.

    M. Wang a qualifié le discours de Chuck Hagel de « plein d'hégémonie, de mots de menace et d'intimidation … visant à créer des troubles et à la provocation. »

    La Chine continuera à renforcer le dialogue et la coordination avec l'ASEAN dans les domaines de la défense et de la sécurité, a assuré M. Wang.

    Jin Canrong, directeur adjoint de l'École des hautes études internationales relevant de l'Université Renmin de Chine, a estimé que l'échange de commentaires « agressifs » pourrait devenir « la norme » entre la Chine et les États-Unis. « Toutefois, les mots durs prononcés en public ne signifient pas que les deux parties vont s'engager dans un véritable conflit », a-t-il ajouté.

    Le Dialogue de Shangri-La, officiellement connu comme le Sommet de la sécurité asiatique, est organisé par l'Institut international des études stratégiques (IISS), un think tank dont le siège est à Londres.

     

  • 3.553 ressortissants chinois touchés par la récente flambée de violence contre les étrangers au Vietnam ont embarqué à bord de quatre ferries chinois dans le port de Vung Ang au Vietnam, en vue de leur rapatriement vers la Chine

    fer.jpg

    Un total de 3.553 ressortissants chinois touchés par la récente flambée de violence contre les étrangers au Vietnam ont embarqué lundi à bord de quatre ferries chinois dans le port de Vung Ang, dans le centre du Vietnam, en vue de leur rapatriement vers la Chine.

    Pour mener à bien cette mission d'évacuation, Beijing a affrété les ferries Wuzhishan, Tongguling, Zijing 12 et Baishiling, dotés chacun d'une capacité de transport d'un millier de passagers.

    Les quatre bateaux ont appareillé de la ville portuaire de Haikou, située dans le sud de la Chine, d'où ils ont rejoint le port de Vung Ang. Ils ont ensuite pris le chemin du retour avec les évacués à bord. Ils sont attendus aujourd'hui au port de Xiuying à Haikou.

    Une équipe chinoise composée de délégués de divers ministères, du personnel de l'ambassade de Chine au Vietnam et de dirigeants de la Metallurgical Corporation of China s'est coordonnée étroitement avec la partie vietnamienne afin que l'évacuation se déroule dans le calme et la sécurité.

    fer2.jpg

     

    "Enfin le retour !", se sont exclamés de nombreux employés chinois au moment de l'embarquement, visiblement soulagés de rentrer en Chine.

    Au moins deux ressortissants chinois ont été tués et plus d'une centaine d'autres ont été blessés lors des violentes manifestations contre des entreprises étrangères survenues la semaine dernière dans le centre et le sud du Vietnam. Les blessés avaient déjà été rapatriés par des avions spécialement affrétés.

    La plupart des évacués sont des employés de la Metallurgical Corporation of China, une entreprise impliquée dans la construction d'un complexe métallurgique dans la province de Ha Tinh. Le projet, dans lequel a investi le conglomérat taïwanais Formosa Plastics Group, a été l'un des plus gravement touché lors des émeutes.

    Ces manifestations, pillages et mises à feu ont fait suite au harcèlement répété mené par des navires et des personnels vietnamiens contre les activités régulières d'une compagnie pétrolière chinoise dans des eaux non disputées en mer de Chine méridionale.

    Beijing a condamné la violence et réclamé que le Vietnam prenne des mesures fermes et efficaces pour faire cesser tous les actes de violence, assurer la sécurité des ressortissants chinois et des entreprises chinoises, punir les auteurs et indemniser les sociétés et citoyens chinois affectés.

     

     

    photo.JPG

    Le hasard a voulu que nous soyons à la frontière Vietnamienne ce 11 mai.

    Nous avons été contrôlés par l'armée chinoise à ce poste où il était interdit de prendre des photos.

    A mesure que nous approchions du Vietnam , les drapeaux aux devantures des maisons privées étaient de plus en plus nombreux et les forces de l'ordre semblaient nerveuses.

    Mais dans les villes frontalières de Dongxing (en Chine) et Mong Cai (au Vietnam) tout était calme . On voit bien que les Vietnamiens sont beaucoup plus pauvres que les Chinois même si les Vietnamiens de la région sont parmi les plus riches du Vietnam. Ici les Vietnamiens ne vont quand même pas tuer la poule aux œufs  d'or.

     

     

    vietnam,violence,rapatriement

    Ce pont délimite la frontière entre la Chine et le Vietnam ( Dongxing-Mong Cai) 

     

  • La Chine a envoyé cinq navires au Vietnam pour évacuer ses ressortissants pris dans les violences meurtrières anti-Chine

    viet.jpg

    La Chine a envoyé dimanche cinq navires au Vietnam pour évacuer ses ressortissants pris dans les violences meurtrières anti-Chine, a annoncé le ministère des Transports.

    Le premier bateau est parti dimanche à 08h00 du port de Haikou, capitale de la province insulaire chinoise de Hainan, selon un communiqué de presse du ministère.

    Le bateau devait atteindre le Vietnam après 17 à 18 heures de voyage, a précisé l'administration de la sécurité maritime de Hainan.

    Un navire de secours a aussi été envoyé vers les eaux concernées pour apporter un support d'urgence, tandis qu'un autre navire de secours et un hélicoptère sont prêts à partir, a-t-on appris de l'administration.

    Deux Chinois ont été tués et une centaine d'autres blessés au Vietnam dans les violences anti-Chine.

    Dans la province vietnamienne de Ha Tinh, une usine sidérurgique bénéficiant des investissements du groupe Formosa Plastics, basé à Taipei, a été la cible d'attaques violentes consécutives au litige opposant la Chine et le Vietnam en mer de Chine méridionale.

    Seize Chinois grièvement blessés ont été rapatriés dimanche matin par avion sanitaire spécialement affrété par le gouvernement chinois.

    Plus de 3.000 ressortissants chinois ont été évacués du Vietnam samedi après-midi, a annoncé dimanche matin le ministère chinois des Affaires étrangères.

     

    viet2.jpg

     

    viet3.jpg

    viet4.jpg

  • Que de mystères autour de l'avion de Malaysia Airlines disparu!!!

    Près de 48 heures se sont écoulées depuis la disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines qui transportait 239 personnes, dont plus de 150 Chinois. Leur sort reste inconnu jusqu'à présent.
    Le centre de contrôle du trafic aérien à Subang (Malaisie) a perdu le contact avec l'avion, un Boeing 777-200, moins d'une heure après son départ de Kuala Lumpur, capitale malaisienne.
    Voici des explications d'experts sur certains des grands mystères qui entourent la disparition de l'avion.
    Comment l'avion peut perdre soudainement son contact ?
    Les analystes ont donné trois possibilités : 1. L'avion vole dans un cumulo-nimbus et perd le contrôle.

                                                                  2. Certains accidents ont eu lieu faute des  pilotes.     

                                                                  3. La communication air-sol est coupée en raison d'un dysfonctionnement.

    Les contrôleurs au sol surveillent l'avion par trois voies : le radar, la communication vocale et le système de liaison de données air-sol basé sur la technologie de communication par satellite.

    L'absence d'un appel "suggère que quelque chose de très soudain et très violent s'est passé", estime William Waldock, qui enseigne l'enquête sur les accidents à L'Université Embry- Riddle Aeronautical, à Prescott (Etats-Unis), cité par les médias.
    S'il y avait une défaillance mécanique mineure, ou même quelque chose de plus grave comme l'arrêt des deux moteurs de l'avion, les pilotes auraient probablement eu le temps d'envoyer un signale de détresse, a-t-il affirmé.
    Le 1er juin 2009, le vol AF447 de la compagnie aérienne Air France, un Airbus A330-200, s'est abîmé dans l'océan Atlantique avec 228 personnes à bord. La foudre était initialement considérée comme la cause de l'accident. Mais le rapport d'enquête sorti trois ans plus tard montre qu'une défaillance technique et le facteur humain étaient à l'origine de l'accident.    
    Qu'est-il advenu de l'avion à l'altitude de croisière ? 

       
    La disparition du MH370 est particulièrement mystérieuse du fait qu'il s'est apparemment produit quand l'avion était à l'altitude de croisière, pas pendant les phases les plus dangereuses de décollage ou d'atterrissage.
    Seulement 9% des accidents mortels se produisent quand l'avion est à l'altitude de croisière, selon un résumé statistique des accidents d' avions commerciaux établi par Boeing.
    Les experts pensent que l'avion se serait soudainement désintégré en vol ou aurait plongé verticalement à haute vitesse.
    Après les attaques terroristes 9-11 en 2001 à New York, les avions du monde entier ont installé des portes pare-balles pour les cockpits d'avion, pour permettre aux pilotes d'avoir suffisamment de temps d'informer le sol si un avion est détourné par des terroristes.
    En outre, il est impossible pour l'avion de disparaître de l'écran radar si le transpondeur reste actif.

    Quelle est la chance pour survivre ?


    Dans le milieu de l'aviation, il est dit que l'on préfère s'écraser sur une colline plutôt que dans l'eau.
    Si un avion a explosé avant de plonger dans la mer, les chances de survie sont  presque nulles, et les fragments de l'avion pourraient se disperser autour d'un rayon de plus de 100 km.
    Si l'avion perd le contrôle avant de s'écraser dans la mer, les chances de survie sont également très faibles.
    Un atterrissage d'urgence contrôlé dans l'eau est extrêmement rare pour les compagnies aériennes commerciales et est très exigeant pour la capacité et  la psychologie des pilotes.
    Yin Zhuo, membre du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois et expert militaire de renom, a déclaré aux médias que la chance de survie est rare pour un avion atterrissant dans la mer.
    "L'avion pourrait se désintégrer quand il s'abîme dans l'eau en raison de la force de l'impact", a-t-il affirmé.

    Voici quelques exemples réussis de l'atterrissage de l'eau :

    Le 15 janvier 2009, le vol 1549 de US Airways a réussi à se poser avec succès sur la rivière Hudson, entre New York et du New Jersey, après l'annonce de multiples impacts d'oiseaux. Tous les 155 passagers et membres d'équipage à bord se sont échappés et ont été sauvés.
    Le 13 avril 2013, un jet de la compagnie indonésienne Lion Air s'est abîmé dans l'océan et s'est cassé en deux tout en essayant d'atterrir sur l'île indonésienne de Bali. Tous les 101 passagers à bord et les sept équipes en sont sortis sains et saufs.

    Pourquoi est-il si difficile de localiser l'avion disparu ?


    La recherche se poursuit dans les mers entre la Malaisie et le Vietnam où il a disparu des écrans.
    La principale épave de l'AF447 a été trouvé deux ans plus tard.
    Wang Xiaopeng, chercheur de l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré que selon les informations officielles, la région où l'accident avait eu lieu fait partie du golfe de Thaïlande.
    Qian Chuanhai, directeur du Centre de prévision météorologique du typhon et de la mer de Chine, a déclaré que les conditions météorologiques et de mer seraient bénéfiques pour les opérations de recherche d'ici mardi.

  • Les Etats-Unis enquêtent sur une éventuelle attaque terroriste au sujet de l'avion de Malaysia Airlines

    Malaysia_Airlines_Boeing_777-200ER_PER_Koch-1.jpg

    Des responsables américains enquêtent sur l'éventualité d'une attaque terroriste au sujet de l'avion disparu de la Malaysia Airlines, après que deux personnes sur la liste des passagers du vol MH 370 ont été confirmés comme n'étant pas à bord et ayant eu leurs passeports volés en Thaïlande, ont rapporté samedi les médias locaux.

    Les Américains ont déclaré qu'ils n'avaient trouvé aucun lien évident avec une attaque terroriste, mais qu'ils vérifiaient les listes des passagers et faisaient des enquêtes de renseignement à leur sujet, selon NBC News.

    "Nous sommes au courant des indications sur les deux passeports volés," a confirmé un important responsable américain cité par NBC News. "Nous n'avons pas déterminé de lien avec du terrorisme jusqu'ici, même s'il est encore très tôt, et que cela n'est en aucun cas définitif", a-t-il dit.

    Le ministre autrichien des Affaires étrangères a confirmé samedi à Xinhua que l'Autrichien de 61 ans, qui était sur la liste du vol de Malaysia Airlines disparu, n'était pas dans l'avion mais en Autriche et en bonne santé.

    Cet Autrichien avait perdu son passeport en Thaïlande en 2012, a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Martin Weiss, ajoutant que manifestement il n'y avait aucun ressortissant autrichien à bord.

    Le père de l'Italien dont on pensait qu'il se trouvait sur le même vol disparu, Luigi Maraldi, a indiqué à Xinhua qu'on avait volé son passeport à son fils au mois d'août dernier, dans un magasin de location de voitures en Thaïlande.

    Maraldi a téléphoné à son père tôt samedi matin pour lui dire qu'il n'était pas dans le vol disparu, mais sain et sauf en Thaïlande.

    Le vol MH370, un Boeing 777-200, transportait 12 membres d'équipage et 227 passagers à son bord, dont 154 Chinois, lorsqu'il a perdu le contact avec la tour de contrôle de Subang tôt samedi matin.

    Une mission internationale de recherche et de sauvetage n'a jusqu'ici pas réussi à trouver de traces de l'épave du vol disparu de la Malaysia Airlines, plus de 24 heures après le dernier contact radio, a indiqué la compagnie aérienne dans son dernier communiqué de presse.

    La police de l'est de la Chine a confirmé dimanche qu'un Chinois de la province orientale du Fujian, dont le numéro de passeport G25****18 figure sur la liste d'embarquement fournie par la Malaysia Airlines, n'était pas à bord de l'avion disparu.

    Cependant, la police a annoncé que le nom du propriétaire du passeport ne correspondait pas au nom fourni par la Malaysia Airlines. Le propriétaire du passeport est toujours au Fujian et n'a pas d'enregistrement de départ, selon la police.

    Le propriétaire a indiqué que son passeport n'avait jamais été perdu ou volé.

     

    Des proches des passagers de l'avion malaisien disparu s'envoleront vers un endroit tenu secret

     

    Des proches des passagers de l'avion disparu de Malaysia Airlines seront amenés à l'aéroport international de Kuala Lumpur et s'envoleront dimanche matin vers un endroit tenu secret, a rapporté l'agence de presse d'Etat Bernama.

    Citant un proche non identifié d'un des passagers, l'agence Bernama a également rapporté que le Premier ministre malaisien Najib Razak et son épouse ont prévu de rencontrer ces proches après l'aube.

     

    Le gouvernement malaisien a fait part de sa gratitude envers la Chine, les Philippines, Singapour, le Vietnam et les Etats-Unis pour leur assistance et leur coopération.

     
     
     
  • L'AVION MALAISIEN MH370 A DESTINATION DE BEIJING S'EST ECRASE EN MER DE CHINE, AU SUD DU VIETNAM

    AVION.jpg

    La Chine s'inquiète de l'avion disparu à destination de Beijing

     

    La Chine s'inquiète fortement de l'avion à destination de Beijing qui a disparu des écrans de contrôle du trafic aérien, a indiqué samedi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

    "La nouvelle est très inquiétante. Nous espérons que les passagers à bord de l'avion sont sains et saufs", a-t-il ajouté.

    Il a fait ces remarques lors d'une conférence de presse en marge de la session annuelle de l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois).

    Il a indiqué que le ministère des Affaires étrangères et les départements concernés avaient activé le mécanisme de réponse d'urgence.

    "Dès que nous aurons davantage de nouvelles, nous vous en informerons immédiatement", a-t-il souligné.

    La Chine a dépêché en mer de Chine méridionale deux navires de sauvetage à la recherche de l'avion disparu.

    Un vol commercial de la Malaysia Airlines transportant 239 personnes à bord a perdu contact avec le contrôle du trafic aérien après son départ de Kuala Lumpur, capitale malaisienne, a déclaré samedi la compagnie aérienne Malaysia Airlines.

    Selon la compagnie, un total de 154 Chinois étaient à bord de l'avion, dont un enfant et un Taiwanais.

    L'avion B777-200 a décollé de Kuala Lumpur samedi à 00h41, et devait atterrir à Beijing à 06h30 le même jour.

    Le contact a été perdu avec l'appareil et son signal radar samedi à 01h20 au Vietnam.

    L'Administration de l'aviation civile de Chine a confirmé que l'avion n'avait pas contacté le département chinois de la gestion du trafic aérien ni n'était entré dans la zone chinoise de contrôle du trafic aérien.

    La compagnie aérienne a ajouté qu'elle travaillait avec les autorités qui avaient dépêché l'équipe de recherche et de secours pour localiser l'avion.

    Les médias vietnamiens ont rapporté que le signal de l'avion disparu avait été détecté à environ 120 miles nautiques au sud-ouest de la province de Ca Mau, à l'extrême-sud du Vietnam. L'Agence de presse Xinhua n'a pas encore pu vérifier ces informations.

    A Beijing, les proches des passagers à bord de l'avion attendent avec anxiété des nouvelles.

    L'Aéroport international de la capitale à Beijing a formé un groupe d'urgence pour traiter l'incident.

     

    avion,crash,beijing,vietnam

    Le pilote et le co-pilote de l'avion disparu

     


    Malaysia Airlines publie la liste des passagers du vol MH370

     

    Numéro de téléphone pour la plupart des situations de mise à jour

    Malaysia Airlines : 006037884-1234 ;

    Contact pour Médias    : 006038777-5777 ;

    Ambassade de Chine en Malaisie : 0065322531 ;

    Ambassade de Malaisie en Chine : 01065322531,32,33 .

    Bureau Malaysia Airlines Pékin :010 - 65052681 .

     
  • Dix Vietnamiennes jugées pour trafic d'enfants et avoir tenté de faire entrer illégalement des enfants en Chine

    1107f995e2724a75b121d41c7b7c8c75.jpg

    Vingt-quatre prévenus, dont dix femmes vietnamiennes, sont passés en jugement lundi dans un tribunal dans le sud de la Chine pour trafic d'enfants à la frontière sino-vietnamienne, ont annoncé mardi des responsables locaux.

    Les accusés sont des membres d'un réseau de trafic d'êtres humains qui ont acheté plus de 20 nourrissons au Vietnam, les ont fait entrer illégalement en Chine afin de les revendre à des familles chinoises entre le 2 juin et le 15 juillet de l'année dernière, ont indiqué des responsables.

    Le tribunal intermédiaire de Fangchenggang n'a pas prononcé son verdict lors de la séance de lundi.

    Fangchenggang est une ville qui partage la frontière avec la ville vietnamienne de Mong Cai. La police chinoise a démantelé le réseau et arrêté ses membres en juillet 2011.

    Selon le Code pénal chinois, le trafic de plus de trois enfants est puni par une peine d'emprisonnement allant de dix ans à la perpétuité. Si l'infraction est grave, l'accusé peut être condamné à la peine capitale.

    Ces dernières années, la Chine a adopté une position ferme sur le trafic et a lancé de multiples campagnes de répression. Selon des données officielles, la police du pays a sauvé l'année dernière 8 660 enfants et 15 458 femmes enlevés après avoir démantelé 3 195 réseaux de trafic d'êtres humains.

    chinese-border-fangchenggang.jpg

    71478287.jpg

  • Les plus belles photos des îles Xisha dans le sud de la Mer de Chine méridionale

    175284.jpg

    Situé à 330 km du sud-est de l'île de Hainan, les îles Xisha, ainsi que les îles Dongsha, Nansha et Zhongsha, sont appelées les quatre grands archipels de la province du Hainan. Les îles Xisha sont belles et pures. Composée de 45 îles, récifs, îlots et grèves, des groupes d'îles coralliennes de différentes formes couvrent une immensité de parages.

    Xisha se trouve au sud du tropique du Cancer , les précipitations y sont abondantes et le changement de la température annuelle faible. Ces conditions naturelles favorables sont à l'origine du paysage extraordinaire des îles Xisha.

     

    Eloigné du continent et peu fréquenté, l'eau de mer autour de Xisha est pure et la visibilité atteint jusqu'à 40 m. En raison des récifs de corail s'étendant sur une longeur de mille, on peut y trouver de nombreux oiseaux maritimes et une variété de plantes aquatiques et poissons. Depuis ces dernières années, quelques voyageurs ont monté sur cet archipel pour dévoiler son mystère.

    L'archipel Xisha est réputé pour sa beauté du paysage naturel. on peut y voir beaucoup de palmiers et l'air y est frais. La température anuelle moyenne est de 26 degré.

    Sans population indigène, la propriété de l'archipel a été sujette à de nombreux différends depuis le début du XXe

     siècle.

    Le 3 juillet 1938, les troupes françaises, qui ont colonisé l'Indochine au XIXe siècle, envahissent et occupent les Iles Xisha malgré les protestations chinoises. Cet évènement a lieu peu de temps après le début de la Seconde Guerre sino-japonaise, où la Chine se trouve en pleine résistance contre l'invasion japonaise.  La Grande-Bretagne et la France avaient déclaré respectivement en 1900 et 1921, que les Îles Xisha faisaient partie de la préfecture administrative de l'île d'Hainan.

    Le Premier ministre nord-vietnamien Pham Van Dong envoya une note diplomatique à la Chine, en précisant :

    « Nous avons l'honneur de porter à votre connaissance que le gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam reconnait et soutient la déclaration datée du 4 septembre 1958 écrite par le gouvernement de Chine, fixant l'étendue des eaux territoriales chinoises. Le gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam respecte cette décision »

     Le Sud-Viêt Nam réclama , à tord,la juridiction sur les îles, sur la base de l'occupation française antérieure et envoya des forces armées sur une des Îles Xisha en 1973.
    Il en résulta une bataille entre la Chine et le Sud-Viêt Nam ,suite à cette bataille, la République populaire de Chine  reprit le contrôle de l'ensemble des îles Xisha