usine

  • Air France envisage de construire deux usines de maintenance d'avions en Chine

    Le transporteur français Air France envisage de construire deux usines de maintenance d'avions en Chine pour répondre aux demandes croissantes dans le domaine de l'entretien et de la maintenance d'avions en Asie, a confirmé vendredi une porte-parole de la compagnie.

    Airbus_A380.jpg

     

    "C'est un projet annoncé dans le cadre du plan Transform 2015, qui vise à redresser et à réformer Air France. Une partie de ce plan est consacrée à Air France Industries (AFI) qui cherche à se développer dans les activités porteuses d'entretien d'équipements et de moteurs, notamment en Chine", a déclaré la porte-parole à Xinhua.

    Le plan Transform 2015, présenté en mai dernier, vise à restaurer à l'horizon 2015 la compétitivité d'Air France qui a accusé des pertes ces deux dernières années. AFI entend saisir une opportunité de capter une forte demande des compagnies aériennes chinoises.

    "Il ne s'agit en aucun cas de transférer une activité actuellement effectuée en France, mais de répondre aux demandes en forte croissance des compagnies chinoises dans le domaine d'entretien, d'équipement et de moteurs", a indiqué la porte- parole, ajoutant que la majorité des partenaires sociaux (NDLR : syndicats professionnels) se sont prononcés en faveur de ce projet qui est en cours d'étude.

    Mais la porte-parole n'a pas voulu préciser ni les emplacements de ces deux usines, ni l'heure du lancement de ce projet. Selon les sources proches d'Air France, citées par l'agence de presse AFP, l'une d'entre elles se trouve à Xi'an (nord-ouest de la Chine) et l'autre à Shanghaï (est de la Chine), et elles démarreront au premier trimestre 2013.

     

    air_france.jpg

    La maintenance, la réparation et la révision des avions commerciaux (ou MRO en anglais qui signifie "maintenance, repair and overhaul") constitue un marché énorme, estimé à 50 milliards de dollars dans le monde.

    "C'est un marché très concurrentiel et mondial, et il y a une perspective de croissance de 3% par an pour les dix prochaines années, surtout en Asie et en Chine", a expliqué la porte-parole d'Air France.

    Les grands transporteurs et les avionneurs comme l'américain Boeing et l'européen Airbus en cherchent chacun une part de ce marché lucratif.

    AFI est la branche spécialisée dans MRO, notamment l'entretien d'équipement et de moteurs, du groupe franco-néerlandais Air France KLM, a ajouté la porte-parole. Cette filiale a rapporté en 2010-2011 un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros.

     

     

  • INVESTIR EN CHINE , LE MEILLEUR PLACEMENT.

    Investir en Chine c'est placer des capitaux pour un avenir plein d'espérance

    Suite à la crise financière internationale qui continue à sévir et à s'étendre à travers le monde, la confiance de la plupart des investisseurs du monde entier est gravement atteinte et refroidie et ils font preuve d'une prudence accrue avant de prendre décision. Alors à ce moment crucial pour eux, quelles sont leurs idées sur la Chine et pensent-ils toujours à investir dans ce pays ?

    Les données statistiques établies et publiées récemment par le Ministères chinois du Commerce montrent que durant la période allant de janviers à novembre derniers, le montant des capitaux étrangers effectivement utilisés dans l'ensemble du pays se chiffre à 86,418 milliards de dollars US, soit une augmentation de 26,29+% part rapport à la même période de l'année dernière. Dans ce laps de temps, 24.952 entreprises à capitaux étrangers sont nouvellement installées en Chine avec l'approbation des autorités compétentes, soit une baisse de 27,51% par rapport à l'année passée. Au cours des dix premiers mois de cette année, 4.218 entreprises étrangères ont diminué leur investissement en Chine, soit une baisse de 10,8%, tandis que 3.774 sociétés étrangères ont mis fin à leurs activités en Chine, soit respectivement une baisse de 10,8% et de 6,6% comparaison faite avec l'année dernière.

    En étudiant soigneusement le problème, on s'aperçoit que la plupart des entreprises étrangères, qui ont diminué leur investissement ou qui se sont retirées du pays, sont de petites entreprises. Quant aux grandes entreprises multinationales, elles ne souhaitent aucunement se retirer de la Chine, au contraire, elles ont augmenté leur investissement.

    Le 4 décembre, 24 projets d'investissements étrangers d'un montant total de 2,168 milliards de dollars US, ont été conclus et signés ensemble à Shanghai. D'après les statistiques établies par la Commission des Affaires commerciales de la Municipalité de Shanghai, il sera fort possible que les capitaux étrangers introduits dans la ville durant toute cette année battra un nouveau record.

    Pour le Président d'Alstom China Claude Burckbuchler, le projet d'investissement de 4.000 milliards du gouvernement chinois raffermit sa confiance en l'avenir en Chine d'Alstom et présente à ce dernier de bonnes opportunités de se développer, c'est pourquoi il est décidé d'augmenter ses investissements dans le pays et d'accumuler ses forces dans l'attente d'occasion pour accroître ses affaires.

    Quant à Zhang Yaqin, Vice Président chargé de la Recherche et du Développement chez Microsoft et Président de Microsoft Chine, qui nourrit la même espérance, il a dit : « Dans la situation actuelle défavorable, il est justement important pour les entreprises de renforcer leur compétitivité relative et de faire de bons préparatifs en vue de la relance économique, ce afin de pouvoir saisir les opportunités inépuisables qui leur seront offertes après le redressement de l'économie. ». A cet effet, a-t-il ajouté, Microsoft envisage d'investir en Chine un milliard de dollars US dans les trois prochaines années pour renforcer et intensifier sa capacité de recherches et de développement.

    Une enquête menée dernièrement par la Chambre de Commerce de l'Union européenne en Chine indique que malgré les défis et les difficultés qui surgissent de plus en plus, la grande partie des entreprises de l'UE installées en Chine continuent à adopter une attitude optimiste quant à la perspective d'avenir du marché chinois et de leur développement ultérieur en Chine. Le Président de cette Chambre de Commerce Joerg Wuttke a déclaré : « Pour les entreprises de l'Union européenne, le marché chinois figure parmi les plus importants marchés émergents. A l'heure actuelle où l'économie mondiale se trouve dans une situation de stagnation et de régression, il est possible en réalité pour le marché chinois de connaître une croissance sensible. L'exploitation en Chine de nos entreprises se concentre sur le marché chinois proprement dit, et non pas sur les exportations. »

    Les entreprises américaines et japonaises établies en Chine adoptent des idées semblables sur cela. Au début de ce mois, la Société japonaise Toshiba a tenu à Beijing un briefing pour présenter ses nouveaux produits électroniques et numériques : téléviseur numérique à haute définition, ordinateur portable, dispositif composé numérique, réfrigérateur, machine à laver, climatiseurs et autres nouveaux produits. Le représentant général en Chine de Toshiba a pris la parole et a indiqué que sa société fera des efforts pour s'introduire plus en profondeur sur le marché chinois et pour développer et étendre ses affaires et ses activités en Chine.

    Les nouveaux projets de construction en Chine susciteront d'énormes investissements dans les domaines des matières premières de base pour les industries sidérurgique et métallurgique, de la pétrochimie, des grands et importants équipements et des matériels électroniques, ce qui apportera de nouvelles opportunités aux entreprises étrangères qui désirent investir en Chine. D'autre part, la structure industrielle et la structure régionale des entreprises à capitaux étrangers en Chine connaissent également des changements, alors que l'industrie de fabrication et de transformation continue à être le principal secteur préféré des investisseurs étrangers et que l'utilisation de capitaux étrangers dans les secteurs de l'agriculture, de la sylviculture, de l'élevage et de la pisciculture continue à s'accroître. Pour ce qui est du secteur tertiaire, il absorbe toujours une grande quantité de capitaux étrangers et les utilisent effectivement. Quant à la répartition régionale des investissements étrangers, elle s'est améliorée sensiblement et les régions relativement arriérée et centre et de l'ouest du pays ont augmenté l'utilisation effective des fonds étrangers.

    Traverser la crise en se mettant à la recherche d'opportunités et préparer la disposition sur le marché chinois après la relance et le redressement de l'économie mondiale, voilà l'idée commune des investisseurs et des hommes d'affaires étrangers.





  • GENERAL MOTORS OUVRE UNE USINE EN CHINE. MA PETITE ENTREPRISE CONNAIT PAS LA CRISE!

    General Motors et SAIC ouvrent une nouvelle usine automobile en Chine malgré "les temps difficiles"

    General Motors (GM) et son partenaire chinois, la Shanghai Automative Industry Corporation (SAIC) ont ouvert une usine automobile mercredi dans la province du Liaoning (nord-est), faisant ainsi de la province une des trois bases de production de Chevrolet Cruze dans le monde.

    Deuxième joint venture implantée par GM et SAIC à Shenyang, chef-lieu de la province, la nouvelle usine a coûté un investissement de 2,67 milliards de yuans (390,6 millions de dollars) et produira 150 000 unités chaque année. L'usine lancera la production générale de voitures compactes Chevrolet Cruze au deuxième trimestre de 2009.

    Kevin Wale, président et directeur général de GM en Chine, dit avoir confiance dans le futur développement de GM en Chine. "GM ne ralentira pas son développement en Chine malgré les temps difficiles", a-t-il affirmé.

    Ding Lei, directeur général de GM Shanghai, a estimé que la nouvelle usine établirait des bases solides pour le développement de GM Shanghai au cours des dix prochaines années, de concert avec les deux autres bases de production dans l'arrondissement de Jinqiao à Shanghai et à Yantai dans la province orientale du Shandong