universitaire

  • Aujourd'hui , le Tibet jouit d'une éducation exemplaire, depuis le primaire jusqu'aux universités

    Les autorités chinoises ne donnent une éducation gratuite qu'au Tibet. Les frais de scolarité des élèves tibétains sont à la charge de l'Etat. Jusqu'au siècle dernier, jamais le Tibet n'avait eu d'école, et encore moins d'université, aujourd'hui cette région en compte quatre.

     

    Pour développer l'éducation au Tibet, depuis 1985, le gouvernement central a construit des écoles dans 21 villes, lesquelles ont déjà formé presque 10.000 diplômés. Les frais relatifs au logement, à la nourriture, ainsi qu'à l'étude proprement dite, sont couverts dans leur globalité par l'Etat.

    A la fin de l'année 2003, il y avait 1011 écoles de toutes sortes parmi 2020 lieux d'enseignement au Tibet. Ces établissements sont fréquentés par 453.400 élèves, pour jouir d'un taux de scolarisation de 91,8%. Quant au quotient concernant l'analphabétisme, il est passé sous la barre des 30%. « Le projet d'espoir » fondé au Tibet en 1992 dans le but d'aider les enfans non-scolarisés, a vu la construction de plus de 180 écoles, ainsi que la subvention de 36.000 élèves.

  • 1MILLION DE CANDIDATS POUR LA FONCTION PUBLIQUE

    Environ 1 million de candidats aux examens des fonctions publiques

    F200810271058592944117804[1]

    Environ 1 million de candidats se sont inscrits aux examens nationaux des fonctions publiques de 2009. Ce chiffre représente une augmentation de 25% par rapport à cette année, a dit le ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale.

    A travers ces examens, 134 institutions relevant directement des autorités centrales et des départements concernés recruteront plus de 13 500 candidats l'année prochaine, soit environ 10% de plus que cette année.

    Les candidats doivent être âgés de moins de 35 ans. Les examens écrits auront lieu le 30 novembre et les candidats, qui y auront réussi, auront des interviews après la Fête du Printemps de l'année prochaine.
    Le ministère a accepté les demandes pour les « examens les plus attirants de Chine » à partir du 15 octobre, à 8H du matin, jusqu'au 24 octobre, à minuit.

    « Les diplômés universitaires, qui viennent de sortir de leurs écoles, et qui le seront bientôt, constituent la majorité des candidats aux examens des fonctions publiques, lesquelles sont devenues convoitées au cours de ces trois et quatre dernières années », a dit Yu Tianxiao, conseiller de ces examens d'un groupe d'éducation.

    « Le caractère stable des emplois de fonctions publiques, le bon traitement de bien-être et la position sociale des fonctionnaires attirent un nombre croissant de candidats », a dit M.Yu. « Il est difficile pour les diplômés universitaires de trouver un emploi ces dernières années. Beaucoup de jeunes désirent de trouver un emploi stable dans les organismes gouvernementaux ».

    Xiao Zhou, diplômé universitaire spécialisé dans le journalisme, a présenté sa demande pour participer aux examens.

    "Beaucoup de mes camarades de classe, diplômés de l'année dernière, n'ont pas encore trouvé un travail. Certains d'eux se sont également inscrits pour les examens des fonctions publiques", a expliqué Xiao.

    Selon le ministère de l'Education, environ 30% des diplômés universitaires de l'été dernier n'ont pas encore trouvé un travail à la fin de 2007.

    Environ 73 personnes seront en concurrence pour obtenir un poste de travail à travers les examens de 2009, toujours selon le ministère de l'Education.