traitrise

  • Michael Brand, président du Comité des droits de l'homme et de l'aide humanitaire du Parlement allemand, membre du Bundestag interdit de visa en Chine

    Il est loin le temps où les Chinois faisaient des courbettes au moindre sous-fifre occidental. La Chine a redressé la tête et personne ne peut offenser, ni son peuple, ni ses autorités sans s'attirer les foudres de tout un chacun.

    Michael Brand, président du Comité des droits de l'homme et de l'aide humanitaire du Parlement allemand, membre du Bundestag depuis 2005 ( CDU) en a fait les frais.

     

    hdqf_fa030208.jpg

    Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a déclaré jeudi que la Chine avait refusé la visite dans le pays d'un législateur allemand à cause de sa position visant à soutenir "l'indépendance tibétaine".

    Michael Brand n'est pas le bienvenu en Chine, a indiqué M. Lu, lors d'un point presse régulier.

    Il a expliqué que la position de M. Brand de soutenir "l'indépendance tibétaine" allait à l'encontre de la politique d'une seule Chine soutenue par l'Allemagne.

    M. Brand n'a pas eu la permission de visiter la Chine juste pour sa position sur le Tibet et non pour ses commentaires sur la situation des droits de l'homme en Chine, a souligné M. Lu.

    La Chine attache de l'importance aux échanges et à la coopération avec le Parlement allemand ainsi qu'avec ses comités, y compris le Comité des droits de l'homme et de l'aide humanitaire, a noté M. Lu.

    La partie chinoise a fait des préparations importantes pour la prochaine visite des membres du comité, a affirmé M. Lu, ajoutant que le dialogue et les échanges devaient être basés sur le respect mutuel.

    Il serait peu judicieux de la part du comité de publier un communiqué critiquant la décision de la Chine, a souligné le porte-parole chinois.

    Le dalai lama qui a eu pour précepteur des nazis notoires a toujours joué double jeu face à son ancien pays , la Chine. Aidant la CIA à provoquer un soulèvement contre les autorités chinoises , il a du fuir avec l'aide de ses amis américains après que ce coup d'Etat aie échoué. Depuis il mène des actions de séparation contre la Chine.

    Les autorités chinoises ont toujours annoncé qu'ils condamneraient sans hésitation toute personne qui auraient des contacts avec lui dans le but de comploter contre la Chine. Monsieur Brand était donc bien prévenu.

    org_fa030209.jpg

  • Les médias allemands accusent le Dalaï Lama d'hypocrisie

    Dans les médias allemands se multiplient depuis quelques temps doutes et remises en questions quant à la soi-disante "attitude neutre" adoptée par le Dalaï Lama envers la récente frénésie d'immolations par le feu, l'accusant de cautionner ces comportements extrémistes et inhumains au mépris de la vie des Tibétains.

    Un discipline du Dalaï Lama, exilé avec lui en Inde, a déclaré aux journalistes que ces immolations n'étaient pas des actes de désespoir, mais des gestes politiques destinés à exprimer le mécontement et les revendications des Tibétains.

    Les médias allemands ont critiqué cette position peu scrupuleuse, notant que ces actes déments d'auto-immolation étaient justement politiquement motivés, orchestrés sans aucune considération pour la vie des Tibétains par la "clique pro-indépendance" qui complote pour atteindre ses propres fins politiques.

     

    472px-Christian-y-schmidt-2009-ffm-002.jpg



    Le célèbre chroniqueur allemand Chirstian Y. Schmidts ( Berliner Zeitung, Geo spéciale et le Sueddeutsche Zeitung)a déclaré que le Dalaï Lama était depuis longtemps habitué à mentir et à couvrir délibérément la vérité.

    Dans un article intitulé "Vive la vérité sur le Dalaï Lama", M. Schmidt a mis en doute la crédibilité et la responsabilité personnelle du 14e Dalaï Lama, au moyen d'une série de remarques percutantes.

    M. Schmidt s'est indigné de voir un homme, qui se fait appeler "Sa Sainteté", avoir un tel mépris pour la vie de ses disciples, et faire preuve d'une telle absence de conscience ou de charité, en ne faisant rien pour arrêter le sacrifice de vies humaines, ce qui revient à les cautionner implicitement.

     



    Le Dalaï Lama a déclaré dans une interview publiée par le journal indien The Hindu le 9 juillet qu'il refusait de critiquer ces actes d'auto-immolation, craignant que ses remarques ne fassent de la peine aux familles de ceux qui se sont "sacrifiés".

    Par ailleurs, le Dalaï Lama s'est également abstenu de tout commentaire visant à se dissocier activement de cette forme radicale de protestation.

    "Si je tentais d'intervenir, le retrait de la politique que j'ai annoncé l'an dernier perdrait tout son sens", a-t-il même déclaré dans une interview avec la BBC.



    Toutefois, M. Schmidt a souligné que le Dalaï Lama n'avait jamais cessé de louer et de justifier les actions de ceux qui se sont immolés par le feu, dont beaucoup n'avaient que 17 ou 18 ans.

    Le chroniqueur allemand s'est interrogé sur les objectifs poursuivis par le Dalaï Lama, se demandant s'il souhaitait immoler la vie de centaines de personnes sur l'autel de la haine.

    Apparemment, le Dalaï Lama est devenu complètement fou, et ses mensonges échappent à tout contrôle, comme on a pu le voir en début de semaine dernière, lorsqu'il a déclaré au quotidien britannique Sunday Telegraph qu'une Tibétaine spécialement entraînée avait essayé de l'empoisonner au moyen d'un poison déposé sur son écharpe et ses cheveux, a rappelé M. Schmidt. Il a sérieusement mis en doute la véracité de l'affaire, soulignant que la tueuse présumée n'aurait pu survivre en enduisant ses cheveux d'un poison soi-disant capable de tuer par un simple toucher.

     



    Outre cette antipathie généralisée des médias, un certain nombre de parlementaires allemands ont appelé le Dalaï Lama à envoyer un message clair pour mettre un terme à ces brutales immolations, déclarant que son silence et sa soi-disante neutralité reflétaient le fait qu'il encourageait en réalité ce genre d'actes fanatiques, au mépris de la vie humaine.

  • Dalai Lama CESSE DE MENTIR dit une importante communauté tibétaine en exil

    .http://www.westernshugdensociety.org/fr/protesting/dalai-lama-cesse-de-mentir

    Dalai Lama CESSE DE MENTIR

     

    dalai-lama-stop-lying

     

    Ce n'est pas moi qui le dis , mais Dordjé Shougdèn , secte bouddhiste tibétaine comme celle du Dalaï lama , et dont de nombreux adeptes vivent aussi en exil en Inde.

    Dordjé Shougdèn est un bouddha qui apparaît en tant que protecteur du dharma pour nous aider à progresser sur la voie spirituelle de l’illumination.Pour suivre la voie de l’illumination enseignée par Bouddha, il est nécessaire de développer notre amour et compassion pour tous les êtres vivants, et de nous entraîner au don, à la discipline morale, à la patience, à l’effort joyeux, à la concentration méditative et à la sagesse.

    Les adeptes de Dordjé Shougdèn le considèrent comme une émanation de leur guide spirituel, qui est un fidèle adepte de Djé Tsongkhapa.

    Djé Tsongkhapa était un grand maître bouddhiste du XIVe siècle, qui a reformé et restauré la pureté du bouddhisme tibétain, en mettant l’accent sur les enseignements originaux de bouddha, passés en une succession ininterrompue de maîtres réalisés .

     

    La Western Shugden Society accuse ouvertement le Dalai-Lama d‘être un menteur, et cela avec de nombreuses raisons valides. Ci-dessous, une liste de ses mensonges les plus dommageables :

    Le Dalai-Lama lui-même a été formé dans cette tradition, et il s’en est remis à Dordjé Shougdèn pendant 40 ans, et lui à même composé une prière et demandé son aide.

    Subitement, en 1975, il a abandonné sa pratique parce qu’il aurait « découvert » que Dordjé Shougdèn était un esprit malfaisant !

    De manière incroyable, on nous demande de croire que la Dalai-Lama a accidentellement vénéré un esprit malfaisant pendant 40 ans, sans rien remarquer !Le Dalai-Lama affirme que Dordjé Shougdèn est un esprit malfaisant.

     

     

     

    Pour renforcer son emprise sur le pouvoir politique en exil, il a tenté de détruire les quatre grandes traditions du bouddhisme tibétain, la tradition Guéloug, la tradition Sakya, la tradition Kagyu, et la tradition Nyingma, pour créer un nouveau mouvement religieux qu’il appelle « ri-me ».

    Un des stratagèmes préférés du Dalai-Lama est d’accuser les autres des actions néfastes que lui-même commet.

    Comme mentionné précédemment, il essaie de détruire des traditions religieuses centenaires en créant son propre mouvement, qu’il appelle “ri-me”

    Pour parvenir à cela, il détruit la pratique auparavant très répandue de : s’en remettre à Dordjé Shougdèn.

    Puis, par une inversion remarquable de la vérité, il accuse ceux qui s’opposent à cette désacralisation d‘être une secte minoritaire !

    La vérité est autre : ceux qui continuent à s’en remettre à Dordjé Shougdèn préservent une pratique religieuse centenaire, auparavant une des plus répandus.

    C’est le Dalai-Lama qui a créé un nouveau mouvement religieux !

     

    Le Dalai-Lama, en promouvant la supériorité de son nouveau mouvement religieux et en dénigrant ou interdisant les pratiques que ne se conforment pas à ce mouvement, qui agit de manière sectaire.

    Le Dalai-Lama nie fréquemment qu’il a interdit la pratique de Dordjé Shougdèn, et proclame que quiconque veut pratiquer est libre de le faire.

    La vérité est autre. Non seulement ceux qui continuent leur pratique, mais toute personne ayant des relations, faisant du commerce ou même partageant la nourriture avec eux, fait l’objet d’une campagne hideuse d’intimidation, d’humiliation et d’ostracisme. Des milliers de personnes ayant subi cela en ont témoigné.

    Il dit que la pratique de Dordjé Shougdèn nuit à l’indépendance du Tibet. En dehors du fait qu’il n’y a pas la moindre preuve pour supporter ces déclarations absurdes, il dit lui-même qu’il ne souhaite plus l’indépendance du Tibet.

    Au cours des dernières années, le Dalai-Lama a tissé une toile de supercheries pour maintenir son emprise politique sur les tibétains en exil, et pour soutenir sa position de célébrité mondiale, exigeant des millions de dollars pour ses discours, et profitant de l’adulation des dirigeants de pays occidentaux, de stars hollywoodiennes, et d' autres célébrités dans le monde.

    Il a utilisé son autorité de dirigeant non-élu du peuple tibétain et de son statut de célébrité mondiale pour hypnotiser le monde et leur faire croire  tout ce qu’il dit. Mais la vérité est là pour quiconque prend le temps d’observer et d’enquêter.