torah

  • La communauté juive de Kaifeng , ces Chinois qui lisent dans la Torah et respectent les fêtes d’Israël

    israel.jpg

    Pour ceux qui ne suivent pas ce blog depuis plus de 3 ans , j'ai déjà consacré plusieurs articles

    au judaïsme , aux juifs de Kaifeng , Harbin ou Shanghai.

    En plein cœur de la Chine, il y à plusieurs centaines d’habitants locaux qui vivent une vie juive, lisent dans la Torah et respectent les fêtes d’Israël. Ils s’agit de descendants d’une communauté âgée de plus de mille ans, communauté qui a pratiquement disparue, et qui tente de revenir au judaïsme.

    La communauté juive de la ville de Kaifeng est la plus ancienne de Chine. Selon les estimations des chercheurs, des juifs d’Iran et d’Irak se seraient installés dans cette ville, qui compte actuellement pratiquement cinq millions d’habitants, dès le VIIIème ou IXème siècle.

    Les membres de cette communauté ont continué de vivre une vie juive jusqu’à nos jours.

     

    chine.png

     Les historiens sont convaincus que les premiers juifs sont arrives à Kaifeng après un long voyage sur la route de la soie », raconte au ‘Maariv’ le professeur Michael Freund, responsable de l’organisation « Shvi Israël » qui agit pour renforcer les liens entre les communautés et les groupes d’origine juive de diaspora qui demandent à faire partie du peuple d’Israël.

    « Ces juifs étaient des commerçants qui se sont installés là avec la bénédictionde l’empereur ». Le professeur Freund raconte que selon la légende, l’empereur n’aurait pas réussi a prononcé les noms hébraïques des juifs, et que pour cette raison, il leur aurait donné des noms chinois.

    « Ainsi, par exemple, Lévy serait devenu Lee, mais cela ne veut pas dire bien sur que tous les gens qui portent ce nom sont juifs, il s’agit d’une famille spécifique de Kaifeng ».

    Avec le temps la communauté a grandi, et en 1173 a été construite la première synagogue de la ville. Au cours du Moyen Age la communauté a atteint son plus grand nombre de membres et a compté jusqu’à 4000-5000 juifs. A notre époque les descendants de cette communauté compte environ 600 a 1000 membres qui veulent revenir au judaïsme.  »

     

    Juifs-de-Kaifeng.png

    Chinois juif de Kaifeng

    A l’époque la ville avait toutes les infrastructures et les institutions d’une communauté juive en exil : rabbins, synagogues, mikvés et bien sur des discussions internes », explique Freund. Mais contrairement aux autres communautés en exil, les juifs de Kaifeng ne connurent pas l’antisémitisme. En conséquence de cela, les juifs se sont assimilés à la population locale à un rythme assez élevé.

    Vers 1.810, le dernier rav de la communauté est décédé, et la synagogue créée au XIIème siècle fut inondée au cours de très fortes averses qui sont tombées sur la ville. Les survivants de la communauté tentèrent de continuer a respecter la tradition juive, et au début du XXème siècle, ils ont lancé un « appel au judaïsme mondial » : « C’est un document très émouvant dans lequel ils ont écrit ne pas avoir de synagogue, et que personne ne peut comprendre l’hébreu des prières ou lire dans la Torah », explique Freund. « Ils demandaient aux juifs de diaspora de les aider à apprendre l’hébreu et le judaïsme, seule la communauté de Shangai a répondu au défi. Ils envoyèrent deux représentants qui arrivèrent dans la ville et convertirent les descendants de la communauté. Mais avec le déclenchement de la première guerre mondiale en 1914 les juifs de Kaifeng furent oublies ».

    juif.jpg

     

    Il y a environ 9 ans, Freund a lu l’hsitoire de cette communauté. « Ca m’a fait beaucoup de mal d’apprendre qu’en fait ces gens se sont adressés au judaïsme mondial et ont demandé d’être sauvés, d’être aidés, c’est comme si nous avions loupé une opportunité », raconte t-il.

    Freund a commencé a amener en Israël de petits groupes de jeunes filles et de jeunes hommes de Kaifeng dans le but de les convertir définitivement au judaïsme. Ils apprennent l’hébreu moderne et ancien, ils apprennent la Torah, les commandements. »

    Aujourd’hui il y a à Kaifeng un centre éducatif et culturel de l’organisation ‘Shvi Israel’, ou est mis en avant la culture et la tradition juive.

    « Régulièrement nous y envoyons des émissaires qui y font différentes activités », raconte Freund tout en précisant qu’hier un émissaire y a été spécialement envoyé pour la fête de Souccot.

    Selon un article du journal israélien Maariv.

    Juifs-de-Kaifeng.png