tigre

  • Chine: un bébé tigre maltraité dans un zoo à Nanchang

    Un scandale a récemment été mis au jour dans le zoo municipal de la ville chinoise de Nanchang : un gardien a maltraité un tigre de Chine méridionale de seulement quelques jours.

    Selon l'administration du zoo, le gardien a été licencié après la découverte de ses actes grâce à des caméras de vidéosurveillance.

     

    L'animal a subi des examens médicaux et son état de santé est désormais normal.

    Le tigre de Chine méridionale est classé parmi les espèces en danger critique d'extinction par l'UICN depuis 1996, et est probablement déjà éteinte à l'état sauvage.

     

  • Cette vidéo d'un tigre qui tue et mange un homme dans un zoo, fait le buzz en Chine

    Bien que ceci ne se passe pas en Chine, je vous présente cette vidéo prise en septembre 2014 en Inde et qui fait le buzz sur les réseaux sociaux en Chine depuis quelques jours. En fait, j'ai pris connaissance de cette vidéo, comme beaucoup de Chinois, sur le site d'un journal de Malaisie, écrit en chinois ( un tiers de la population de ce pays est chinoise) . C'est quand j'ai vu que cette vidéo se répandait sur les réseaux chinois que j'ai eu l'idée de vous la présenter. En voulant la copier, j'ai constaté qu'elle se trouvait sur You Tube où elle n'a pas eu le même engouement que sur les sites asiatiques.

    25145333lntd.jpg

    Le mardi 23 septembre 2014, dans un zoo de New Delhi, un homme âgé d'une vingtaine d'années , sous l'influence de l'alcool, est tombé dans l'enclos d'un tigre. L'homme a sauté sur le parapet et gesticulé jusqu'à perdre l'équilibre et tomber par accident. La scène a été filmée par le téléphone portable d'un visiteur. On peut voir l'animal face à l'homme qui remue les bras comme pour le supplier de le laisser en vie. Les gardiens ont essayé d'attirer l'animal et de détourner son attention, mais sans succès. Après quelques secondes, le tigre va attraper l'homme par le cou et le déplacer dans un coin. L'homme est mort quelques minutes plus tard. Il a fallu deux heures au staff pour calmer le tigre et le remettre dans sa cage afin de récupérer le corps. Les gardiens ont des fusils tranquillisants, mais le temps qu'ils aillent les chercher, l'homme était déjà mort.

     

  • Un trafiquant de tigre de Sibérie a été condamné à sept ans et demi de prison en Chine

    tigre_siberie_03.jpgUn trafiquant de tigre de Sibérie a été condamné à sept ans et demi de prison par un tribunal dans l'est de la Chine pour achat illégal d'espèces menacées.

    Wang, âgé de 31 ans, originaire de la province du Jiangxi, a été condamné à une amende de 50.000 yuans (6.000 €) par le Tribunal populaire du district de Lucheng à Wenzhou, dans la province du Zhejiang.

    Wang et un autre homme, Yang, s'étaient fait prendre avec un tigre mort le 8 janvier dans le centre-ville de Wenzhou. Wang avait été capturé par la police mais Yang s'était enfui.

    Yang avait acheté le tigre le 5 janvier dans la province de l'Anhui pour 190.000 yuans et l'avait transporté à Wenzhou, où il comptait le vendre à Wang pour 250.000 yuans.

    Le Bureau national des forêts a confirmé que l'animal, actuellement dans une chambre froide du zoo de Wenzhou, était un tigre de Sibérie, cependant la cause du décès et l'origine du tigre restent inconnues, car le vendeur dans l'Anhui n'a pas encore été retrouvé.

    Yang, finalement arrêté peu après, attend son procès à Wenzhou pour les mêmes chefs d'accusation.

    Le tigre de Sibérie, l'un des mammifères les plus rares au monde, vit principalement dans l'est de la Russie, le nord-est de la Chine ainsi que les parties du nord de la péninsule coréenne. Moins de 500 tigres de Sibérie vivent encore à l'état sauvage.

    La Chine estime à entre 18 et 22 le nombre de tigres de Sibérie à l'état sauvage sur son territoire.

     

    images.jpg

     

     

  • Qui est responsable de la diminution du nombre d'éléphants, de rhinocéros et de tigres ?

    Elephant_(Loxodonta_Africana)_04.jpg

     

    Ces derniers temps, l'opinion selon laquelle la diminution du nombre d'éléphants, de rhinocéros et de tigres est due à la Chine a fait le buzz dans le monde. Néanmoins, ce point de vue est un jugement partial portant une forte empreinte de subjectivité.  Meng Xianlin, directeur du Bureau national d'administration de l'import-export des espèces menacées d'extinction de Chine, a expliqué la baisse continue du nombre des animaux sauvages par plusieurs facteurs, entre autres quatre causes importantes : la réduction de l'habitat, le braconnage pour la subsistance, les catastrophes naturelles, le manque de surveillance et de contrôle efficaces de la part des pays d'origine.

    images.jpg

    Malgré les malentendus chez les Occidentaux envers la Chine au sujet des aspects de la tradition culturelle, de l'idéologie et de l'intérêt d'Etat, la Chine joue toujours le rôle d'un grand pays responsable qui fait de son mieux dans la protection des animaux sauvages et participe activement à la coopération internationale dans la lutte contre le commerce illégal animalier. Ce qui a été reconnu par de plus en plus de personnes sur la scène internationale. Une preuve : la Chine s'est vue décerner à deux reprises le ‘Certificat d'honneur du Secrétaire général de la CITES' (la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), du jamais vu dans le monde.

    « Ces dernières années, certaines organisations internationales ont fait une analyse sur les chiffres de l'économie chinoise et les revenus des habitants chinois, qui a abouti au résultat que la forte hausse du nombre d'animal sauvage braconnés est en corrélation positive avec la croissance de l'économie chinoise. Ils croient qu'une fois enrichis, les Chinois achètent de l'ivoire comme un objet à bas risque de dévaluation, ce qui a beaucoup attisé le braconnage », a indiqué Zhang Shanning, directeur général du Bureau national d'administration de l'import-export des espèces menacées d'extinction de Chine.

    « C'est effectivement un jugement subjectif sans fondement. Aucune preuve n'est disponible jusqu'à présent pour trancher que les Chinois utilisent leurs revenus disponibles pour acheter de l'ivoire. La situation déplorable du braconnage des animaux sauvages en Afrique est le résultat de plusieurs éléments et n'a rien à avoir avec la croissance économique chinoise », a ajouté Zhang Shanning.

    Kan Daoyuan, professeur de politique à l'Institut national des cadres fiscaux de Chine, partage a également fait part de son point de vue sur le sujet. « L'opinion qu'il faut imputer à la Chine la diminution du nombre d'éléphants, de rhinocéros et de tigres tire en fait son origine des différences de traditions culturelles, idéologiques et des intérêts d'Etat des pays. »

    Le malentendu quant à l'aspect de tradition culturelle est dû au manque de connaissance sur la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Dans les théories de la MTC, les os et la fourrure de tigre et les cornes de rhinocéros sont des médicaments précieux qui sont efficaces pour le traitement de certaines maladies. C'est pourquoi l'ONG TRAFFIC (en anglais Trade Records Analysis of Flora and Fauna in Commerce) et le WWF partagent l'idée que la MTC est à l'origine de la baisse du nombre de certaines espèces animales et végétales déjà en danger.

    « Dans l'histoire de la MTC, certains animaux sauvages étaient considérés comme un médicament. Cependant, avec la sensibilisation à la protection des animaux sauvages et le développement des techniques d'élevages des animaux aux fins d'utilisation médicale, braconner les animaux sauvages pour obtenir des médicaments est devenu très rare. Aujourd'hui, la Chine a déjà établi un système strict de protection des animaux sauvages et a aussi réalisé un approvisionnement industriel de la plupart des espèces animales à des fins médicales. Un tel point de vue est causé par un manque de connaissance sur le développement de l'industrie de la MTC », a analysé Liu Zhanglin, vice-président de la Chambre commerciale des importateurs-exportateurs de médicaments et de produits de santé de Chine.

    De plus, la Chine a depuis 1993 interdit l'utilisation des os de tigre comme médicament et a publié spécifiquement un décret interdisant le commerce des cornes de rhinocéros et des os de tigre, qui a également effacé ces deux produits animaux de la liste des médicaments traditionnels chinois. Une série de lois et réglementations a été ensuite promulguée pour mieux protéger les espèces animales qui sont médicalement exploitables.

    Actuellement la Chine a déjà mis en place un réseau de réserves naturelles qui a une large couverture et est performant, ce qui lui permet de bien protéger 90% des sortes d'écosystèmes terrestres, 85% des espèces animales sauvages et 65% des groupes de plantes terrestres.

  • Des tigres maltraités dans un zoo en Chine

    001ec92b902912edc0600e.png

     

     

    La presse chinoise a récemment dénoncé un cas de maltraitance sur des tigres dans un zoo de Chine. Il semblerait que les dompteurs battent les félins et les obligent à s'allonger par terre pour que les touristes puissent s'assoir sur leur dos. Ces images ont fait le tour de weibo , le Facebook chinois , et les commentaires sont critiques de cette action aussi stupide que barbare selon de nombreux intenautes . D'autres trouvent cela très dangereux .

    chine,zoo,tigre,maltraitance,weibo

    chine,zoo,tigre,maltraitance,weibo

    chine,zoo,tigre,maltraitance,weibo

  • Des volontaires chinois vont enlever des pièges pour les tigres de Sibérie

    Soixante volontaires chinois des quatre coins du pays vont enlever des pièges pour les tigres de Sibérie dans le nord de la Chine, cet hiver.

    tiLa campagne pour enlever ces pièges va être sponsorisée conjointement par  l'Administration provinciale de l'industrie de la forêt du Heilongjiang, l'entreprise Harbin Daily Newpaper Group, et une entreprise d'informations en ligne, www.harbinnews.com., a indiqué Wang Lin, chef de l'équipe en charge de cette campagne.

    Du 7 au 14 janvier, 60 volontaires vont enlever des pièges en fils de fer, tendus par des braconniers pour piéger les tigres de Sibérie sauvages durant l'hiver, dans les zones de passage des tigres de Heilongjiang, a précisé M. Wang.

    Les 60 volontaires, âgés de 19 à 65 ans, ont été sélectionnés parmi plus de 300 candidats à travers la Chine, dont des fonctionnaires, des étudiants, des professeurs, des journalistes, des médecins et des chefs d'entreprises.

    "Je suis engagé dans la protection de la vie sauvage depuis plus de 30 ans, c'est un travail ardu mais important ", a affirmé un volontaire de 65 ans, Zhang Yongming, également officiel retraité du département forestier du Heilongjiang.

    Le tigre de Sibérie, une espèce menacée, est une sous-espèce de tigres qui parcouraient l'ouest et l'Asie centrale, ainsi que la Russie orientale.

    En Chine, il n'y a qu'une vingtaine de tigres sauvages de Sibérie, dont huit à dix d'entre eux se trouvent dans la province du Jilin, et dix à quatorze dans la province du Heilongjiang.