tibrt

  • Le projet de retrait du Dalai Lama de la vie politique est une absurdité

    Un législateur tibétain dédaigne le "show politique" du Dalaï Lama

     

     

    L'annonce par le Dalai Lama de son projet de retrait en tant que chef politique du « Gouvernement Tibétain en exil » est une « absurdité totale », a déclaré jeudi un haut législateur de la Région Autonome du Tibet.

    « Il y a une différence de taille entre le retrait du Dalai Lama en tant que chef politique et le retrait du Dalai Lama en tant que chef religieux », a dit au China Daily Qiangba Puncog, Président du Comité Permanent du Congrès Régional Populaire et ancien président de la Région, en marge de la session annuelle du Congrès National Populaire.

    « Dans la mesure où aucun pays ne reconnait son 'Gouvernement Tibétain en exil' auto-proclamé, tout ce qu'il peut faire dans le cadre de son organisation politique illégale n'est qu'absurdité et le Tibet n'en sera affecté en aucun manière ».

    Le 14e Dalai Lama s'est enfui en Inde et y a créé le « Gouvernement Tibétain en exil » auto-proclamé après que le Gouvernement Central ait réussi à faire échouer une rébellion armée dont il avait été l'instigateur avec ses soutiens en 1959. Cette figure religieuse a également été accusée d'avoir fomenté les émeutes sanglantes du 14 mars 2008 à Lhasa, capitale de la Région Autonome du Tibet, qui avaient fait plus de 18 morts et 400 blessés.

     

     



    « Je ne saurais nier que le Dalai Lama, en tant que Bouddha Vivant et chef religieux, a quelque influence sur ses fidèles », a dit Qiangba Puncog. « Aussi sa disparition ne devrait avoir qu'un impact mineur sur le Tibet ».

    Il a dit que pour lui, le Dalai Lama ressemblait plus à un politicien portant soutane et chaussures italiennes qu'à un moine bouddhiste.

    Qiangba Puncog a dit que le Dalai Lama a déjà déclaré de nombreuses fois qu'il allait prendre sa retraite ou sa semi-retraite en tant que figure politique, et que les gens devaient attendre pour voir ce qu'il fairait vraiment cette fois-ci.

    Jiang Yu, porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, a déclaré jeudi que le Dalai Lama « trompait » le monde.

    « Il a souvent parlé de retraite ces dernières années », a dit Mme Jiang lors d'une conférence de presse. « Je pense que ces ruses sont destinées à tromper la communauté internationale ».

    Le Dalai Lama a annoncé jeudi qu'il chercherait à faire adopter un amendement lui permettant de démissionner de ses fonctions politiques et de choisir un nouveau leader quand le « parlement tibétain en exil » se réunira la semaine prochaine dans la ville de Dharamshala, dans le Nord de l'Inde.

    « Le Dalai Lama est un exilé politique revêtu d'un habit religieux et il est engagé depuis longtemps dans des activités visant à faire éclater la Chine », a dit Mme Jiang. « Il est aussi le cerveau qui se trouve derrière une clique politique d'activistes indépendantistes tibétains ».