tianhe-2

  • Le nouveau superordinateur le plus puissant du monde est 100 % chinois

    d43d7e14de0d18d2f94201.jpg

    Un nouveau superordinateur chinois détrône le Tianhe-2 à la tête du classement des 500 superordinateurs les plus puissants du monde.

    Pour la première fois, la Chine domine ce classement sans utiliser de technologies américaines.

    La nouvelle machine, baptisée Sunway TaihuLight, est par ailleurs deux fois plus rapide et trois fois plus performante que le Tianhe-2.

    Le nouveau système qui l'équipe a été développé par le Centre de recherche national chinois de l'ingénierie et des technologies de l'informatique parallèle et il a été installé au Centre de superinformatique national de Wuxi, dans la province chinoise du Jiangsu.

    Un communiqué accompagnant le classement semestriel dressé par des experts américains et européens indique que « la Chine conserve sa place de premier dans le 47e classement des 500 superordinateurs les plus performants du monde, mais cette fois grâce à un système utilisant uniquement des processeurs conçus et fabriqués en Chine ».

    Le Tianhe-2, qui a été conçu sur la base de processeurs du fabricant américain Intel, a en effet dominé les six dernières éditions du classement.

    C'est également la première fois depuis la création de cette liste en 1993 que les Etats-Unis ne sont pas le pays qui dispose du plus grand nombre de superordinateurs dans le monde.

    « Grâce à la hausse rapide des installations industrielles et de recherche enregistrée ces dernières années, la Chine devance les Etats-Unis en nombre de machines avec 167 superordinateurs contre 165 », souligne le communiqué.

    La Chine arrive également en tête du classement en termes de performances.

    Jack Dongarra, professeur d'informatique à l'Université du Tennessee et rédacteur du classement, a déclaré à l'agence Xinhua : « C'est une tendance en Chine. Le pays n'avait pas de machine en 2001 et aujourd'hui il surpasse les Etats-Unis. Aucun autre pays n'affiche une telle croissance. »

    Dongarra précise que les superordinateurs sont plus importants que jamais, dès lors qu'ils bénéficient à de nombreux secteurs, dont l'industrie pharmaceutique, l'énergie, l'aéronautique, l'automobile et le divertissement.

    « Les meilleures performances des superordinateurs vont permettre à ces secteurs de concevoir des produits plus performants plus rapidement, ce qui peut améliorer la compétitivité de la Chine », explique-t-il.

     
    Source: french.china.org.cn

     

  • Le superordinateur le plus rapide et le plus puissant est à nouveau chinois

    FOREIGN201411181648000335945416904.jpg

    Le Tianhe-2, un supercalculateur développé par l'Université nationale des technologie de défense de Chine, a été nommé pour la quatrième fois consécutive en tête du palmarès du projet TOP 500. [Photo/Xinhua]

     

    Le Tianhe-2, un supercalculateur développé par l'Université nationale des technologies de défense de Chine, a été nommé pour la quatrième fois consécutive en haut du palmarès du projet TOP 500.

     

    Le Tianhe-2 a relégué le Titan US à la deuxième place , avec une performance de 33,86 pétaflops (quadrillions de calculs par seconde) lors d'un test standardisé pour pouvoir mesurer la performance de l'ordinateur.

     

    Le Sequoia d'IBM complète le podium de cette liste.

     

    Le projet TOP 500, démarré en 1993, publie un classement biannuel en fonction de la performance des supercalculateurs.

     

    A noter peu de changement dans le top 10 de la dernière liste, la seule nouveauté est la dixième place occupée par Cray CS-Storm, conçu par Cray Inc, qui a également développé le Titan.

     

    Six appareils américains se retrouvent dans le top 10, alors que la Chine, le Japon, la Suisse et l'Allemagne ont seulement un représentant.

     

    Les USA restent le premier pays en termes de systèmes, 231 actuellement contre 233 en juin, pratiquement le chiffre le plus bas de l'histoire.

     

    Le nombre de systèmes chinois sur la liste a également chuté de 76 de 61 en juin, tandis que le Japon passe de 30 à 32 systèmes.