tgv

  • Le géant ferroviaire allemand va s'équiper en Chine qui a livré toutes les rames de métro des JO 2016 au Brésil

    0019b91ec98116cf97fe26.jpg

    Une rame de métro qui sera utilisée pour les Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro sort des chaines de la société Changchun Railway Vehicles, dans la ville de Changchun, capitale de la province du Jilin (nord de la Chine), le 25 mai 2015. La Chine a livré l'ensemble des 15 rames de métro qui fonctionneront sur la ligne 4, entre le village olympique et le centre des jeux de Copacabana, à Rio de Janeiro. C'est la première fois que du matériel ferroviaire développé en Chine est affecté à des Jeux Olympiques se déroulant à l'étranger (Photo : China News Service/Zhang Yao).

    0019b91ec98116cf980428.jpg

    L'Opérateur ferroviaire allemand, la Deutsche Bahn envisage dans le futur d'acheter des trains et pièces détachées en provenance de Chine.

     

    «Dans trois à cinq ans, l'Asie et la Chine en particulier, joueront un rôle clé en fournissant à la Deutsche Bahn des trains et pièces détachées», a déclaré mardi Heike Hanagarth un membre de la société au journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

     

    Selon Hanagarth, l'objectif de la Deutsche Bahn est de coopérer avec les responsables de trains chinois CSR et CNR, la compagnie devrait ouvrir un bureau d'achat à Beijing dès cet automne.

     

    Dans un premier temps, le groupe allemand pourrait commencer par acheter un ensemble de 35000 roues en Chine à partir de 2017.

     

    La Chine a accentué ses d'efforts pour développer le marché du secteur grande vitesse ferroviaire en Europe et en Amérique.

     

    Plus tôt cette année, la China Railway Ltd avait annoncé la signature d'un premier contrat avec l'outre-mer d'ici la fin du mois de mai. Ouvrant la voie aux constructeurs chinois et sociétés de matériaux roulants de soumissionner pour des projets de suivi.

     

    Un consortium, comprenant de China Railway Engineering Group Eryuan Co Ltd, une filiale de China Railway, et deux sociétés russes, ont remporté un contrat de 20 milliards de roubles (390 millions USD) pour le projet reliant Moscou à Kazan en Russie.

     

    Le consortium devrait superviser la recherche d'ingénierie et de planification du programme, a indiqué la China Railway dans un communiqué.

     

    Avec une vitesse maximale de 400 km/h, la durée du trajet entre Moscou et Kazan, la capitale de la république russe du Tatarstan, passera de plus de 14h à seulement trois heures et demie. Le projet devrait être achevé d'ici 2018.

     

    Les entreprises d'Etat chinoises sont prêtes à être de sérieux prétendants dans la course au sprint pour remporter le marché d'un train à grande vitesse entre Los Angeles et San Francisco, une partie d'un investissement de 68 milliards de dollars, et proposer pour la première fois leurs services aux Etats-Unis.

     

    Bien que les fabricants des «Bullet train» en Allemagne, au Japon, en Corée du Sud et en France, sont censés être les principaux acteurs dans des contrats d'un total de plus d'un milliard de dollars, il faudra aussi compter sur la Chine avec sa capacité à offrir des bas prix et un lourd financement, ont déclaré les lobbyistes et les initiés de l'industrie

     

  • La Chine va vous faire voyager avec le train qui ne s'arrête jamais !!! Impossible? Voyez plutôt

    maglev-shanghai.jpg

    Maglev à Shanghai-Pudong

     

    Faire tous ses trajets de train sans devoir s'arrêter à chaque station ? Ce concept chinois de train "qui ne s'arrête jamais" ambitionne de rendre ce désir possible.

    Après vous avoir présenté ,en 2010, le bus géant qui roule littéralement au-dessus des voitures , je vous présente un autre nouveau projet un peu fou d'un ingénieur chinois . La Chine devient coutumière de l'élaboration de projets démentiels . Farfelus jusqu'au moment où on les réalise.

    Ce concept chinois de train ne s'arrêtant pas en gare, mais parvenant tout de même à faire monter ses passagers à son bord, a tout d'une de ces réalisations saugrenues sorties de la tête d'un quelconque excentrique.. Pourtant, le fonctionnement de ce "train qui ne fait pas d'arrêt en gare", tel qu'il est dénommé par son concepteur Chen Jianjun, a cela d'ingénieux qu'il est relativement simple à comprendre, comme le montre la vidéo de présentation relayée par Business Insider

    Les passagers attendent sur une plateforme en hauteur, placée au-dessus du train prêt à faire son entrée en gare. Ils pénètrent alors dans un compartiment placé contre le quai, et attendent que celui-ci s' "accroche" au train qui passe en dessous. Dans le même temps, un autre compartiment situé sur le train se décroche contre le quai, permettant aux passagers parvenus à destination de descendre. Il suffirait simplement à ceux-ci de monter du train au compartiment, avant de descendre sur le quai.

    Le but justifiant une telle innovation est double, selon les concepteurs du projet : faire gagner du temps de trajet à chaque passager et... économiser l'énergie consommée pour freiner et redémarrer le train à chaque arrêt.

    Si on prend l'exemple, comme le font les concepteurs du projet, le trajet entre Beijing et Guanzhou - le plus long du monde - comportant 35 stations pour 5 minutes d'arrêt à chaque arrêt. Le temps gagné approcherait alors tout de même 3 heures !

     

     

    TGV-chinois.jpg

     

  • Première vente de trains à grande vitesse chinois en Europe

    FOREIGN201406251341000171855286206.jpg

     

    Selon les journalistes du Quotidien du Peuple, qui ont appris la nouvelle le 24 juin de la CSR Zhuzhou Electric Locomotive Co., Ltd, la ville de Skopje, capitale de la République de Macédoine, et la société China South Locomotive & Rolling Stock Corporation Limited (CSR) ont signé un contrat portant sur l'achat de 6 rames de trains à combustion interne EMU (Electric Multiple Unit, un type de train intercités à grande vitesse). C'est la première fois que des trains EMU de fabrication chinoise sont vendus sur le marché européen.

     

    Xie Hongbing, concepteur chez CSR Zhuzhou Electric Locomotive Co., Ltd, Ltd a précisé aux journalistes que les trains EMU développés pour la Macédoine sont à écartement standard, avec une vitesse de fonctionnement maximale de 140 km/h et une durée de vie prévue de 30 ans. Ces trains seront conformes aux normes nationales élaborées en Macédoine, et ils ont été faits sur mesure en fonction des exigences de ce pays.

     

    Les journalistes ont également appris que les trains chinois intercités suscitent de plus en plus l'attention et les faveurs des marchés du monde entier, et même l'Europe a également passé des commandes pour ce genre de véhicules. Mais si jusqu'à présent les exportations de la Chine vers le marché européen ont été constituées de locomotives et de véhicules légers sur rail, ce contrat marque la première fois pour elle que ses trains de type EMU arrivent sur le marché européen, témoignant de la reconnaissance accordée par l'Europe à des équipements de transport ferroviaire chinois de la gamme la plus élevée.

  • Accords conclus, la Chine vend ses TGV en Europe!!!

    tgv2.jpg

    La Chine et la Roumanie lancent une coopération en matière de chemins de fer à grande vitesse

    Le Premier ministre chinois Li Keqiang et son homologue roumain Victor Ponta ont fait savoir lundi que les deux pays coopéreraient dans la construction de chemins de fer à grande vitesse en Roumanie.

    Les deux dirigeants sont parvenus durant leur entretien à un consensus d'approfondissement de la coopération dans les domaines du commerce, de l'énergie et des infrastructures, entre autres.

    Au vu de la signature de plusieurs accords de coopération, MM Li et Ponta se sont mis d'accord pour l'établissement d'un groupe de travail lundi soir afin de mettre en oeuvre les accords de construction de chemins de fer à grande vitesse, d'énergie nucléaire et de projets de modernisation des chemins de fer.

    M. Li est arrivé à Bucarest lundi dans le cadre d'une visite officielle en Roumanie et d'un sommet réunissant des dirigeants de pays d'Europe centrale et orientale.

     

    tgv.jpg

    La Chine, la Hongrie et la Serbie parviennent à un accord sur un projet de chemin de fer

    Le Premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé lundi à Bucarest que son pays était parvenu à un accord avec la Hongrie et la Serbie afin de construire conjointement un chemin de fer entre ces deux pays.

    S'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec ses homologues hongrois et serbe, Victor Orban et Ivica Dacic, M. Li a salué le projet comme un événement majeur dans la coopération entre la Chine et les pays d'Europe centrale et orientale (PECO).

    Les trois parties, a ajouté le Premier ministre chinois, établiront des groupes de travail immédiatement et feront avancer le projet de haute qualité aussi rapidement que possible au bénéfice des transporteurs de passagers et de fret.

    Les besoins des PECO en matière de transports modernes, technologies, équipements et financements et les avantages de la Chine dans le secteur indiquent que ce projet bénéficiera sûrement à toutes les parties impliquées, selon M. Li.

     

     

  • Sud de la Chine: le chaos ferroviaire remet en question la gestion des crises par les autorités

    canton1.jpg

    La suspension du service ferroviaire dans le sud de la Chine au cours du week-end a laissé des milliers de passagers bloqués dans les gares et mécontents de l'incapacité de la compagnie de chemin de fer à fournir rapidement des informations.

     

    Le service de tous les trains de la gare de chemins de fer de Guangzhou, un carrefour important dans le sud de la Chine, a été suspendu à minuit samedi, après que des éboulements eurent bloqué l'artère ferroviaire de cette métropole méridionale vers la capitale, Beijing, selon la Guangzhou Railway Corporation (GRC).

     

    La GRC a estimé que plus de 80 000 passagers étaient affectés.

     

    Le tronçon du chemin de fer Beijing-Guangzhou dans la province du Guangdong a rouvert à la circulation à 16 h 36, dimanche, après 20 heures d'efforts pour le réparer. Cependant, le service de plus de 20 trains sera toujours suspendu pour les trois prochains jours, en raison des fortes précipitations et des limites de vitesse dans divers secteurs, selon la GRC.

     

    Les fortes précipitations ont causé des éboulements et des inondations dans le nord et l'est de la province du Guangdong.

     

    LA LENTEUR À RÉPONDRE EXASPÈRE DES PASSAGERS

     

    canton.jpg

     

    Des milliers de personnes qui étaient entassées sur la place de la gare samedi, sous une forte pluie, n'ont pu que constater que les trains avaient été annulés, et ils font longuement la queue pour obtenir un remboursement.

     

    Une passagère du nom Wang se dirigeait vers la province du Sichuan, en Chine du Sud-Ouest, et elle était arrivée à la gare à 8 h, mais il n'y avait aucune information concernant son train.

     

    Mme Wang a suivi GRC sur Weibo, une plateforme chinoise de microblogs, mais elle n'a obtenu rien d'utile dans les cinq heures qui ont suivi.

     

    « Je n'ai absolument rien su jusqu'à midi, alors que le grand écran a indiqué que le service de trains était suspendu », a indiqué Mme Wang. « S'ils avaient affiché l'avis plus tôt, je n'aurais pas attendu si longtemps sous la pluie. Et ils n'ont pas expliqué clairement quels étaient les trains qui étaient annulés. »

     

    Les passagers dans l'embarras comme Mme Wang ne pouvaient rien faire, seulement attendre avec inquiétude à la gare.

     

    La situation a empiré samedi après-midi. Tous les points de contrôle étaient fermés et gardés, mais peu de membres du personnel étaient disponibles pour répondre aux demandes de renseignements.

     

    Le passager Huang Liyan était furieux à propos du manque d'information. « Nous ne pouvons demander de l'information à personne à propos des trains. Il y a seulement le grand écran et quelques directions peu claires provenant des haut-parleurs. Je me demande pourquoi le personnel du chemin de fer n'est pas présent pour nous dire ce qui s'est produit. »

     

    On demande aux passagers de retourner leurs billets dans les 48 heures pour obtenir un plein remboursement, mais les files d'attente sont désespérément longues.

     

    Alors que l'information s'est diffusée plus tard par les médias sociaux et Internet, la foule a commencé à se disperser en soirée.

     

    canton3.jpg

    F201308191644131611340526.jpg

     

    La compagnie de chemins de fer a décidé de prolonger à cinq jours la période des remboursements. Dimanche, tous les comptoirs d'enregistrement à la gare de Guangzhou ont été transformés en comptoirs de remboursement. On a permis aux passagers de retourner les billets dans n'importe quelle gare de la province pour obtenir un plein remboursement.

     

    « Nous avons ouvert 68 comptoirs de remboursement », a déclaré Wang Wei, directeur adjoint de la gare de Guangzhou. « Trois millions de yuans (490 000 $) en argent comptant ont été envoyés ici la nuit dernière. Mais nous avons été à sec d'argent comptant en seulement quelques heures. Nous empruntons de l'argent aux gares voisines. »

    canton 1.jpg

     

     

     

     

  • Chine : la plus longue ligne ferroviaire à grande vitesse du monde, c'est parti!

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6669/zh/archive/2012/12/26/chine-la-plus-longue-ligne-ferroviaire-a-grande-vitesse-du-m.html

    Reading the article in English:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6669/en/archive/2012/12/26/chine-la-plus-longue-ligne-ferroviaire-a-grande-vitesse-du-m.html

    F201212261335121586213460.jpg

    BEIJING, 26 décembre (Xinhua) -- La plus longue voie ferroviaire à grande vitesse du monde, reliant la capitale chinoise et la métropole méridionale de Guangzhou a été mise en service mercredi.

    Les deux premiers trains sont partis respectivement à 09H00 de Beijing et à 10H00 de Guangzhou.(heure locale)

    Avec une vitesse moyenne de 300 km/h, le nouveau chemin de fer, qui s'étend sur 2.298 km, a considérablement réduit la durée de voyage entre Beijing et Guangzhou, passant d'une vingtaine d'heures à environ huit heures.

    Un total de 155 paires de trains rouleront chaque jour sur la nouvelle ligne. Des horaires alternatives ont été établis pour le weekend et les périodes de haute saison, selon le ministère du Chemin de Fer.

    "L'ouverture de la ligne ferroviaire Beijing-Guangzhou signifie que le réseau ferroviaire à grande vitesse chinois a commencé à prendre forme", a indiqué Zhou Li, directeur général de la division des sciences et des technologies du ministère.

    Avec la mise en opération de la ligne Beijing-Guangzhou, le pays compte désormais plus de 9.300 km de chemins de fer à grande vitesse.

    La Chine ambitionne de créer un réseau de chemins de fer à grande vitesse comprenant quatre axes est-ouest et quatre axes nord-sud avec une longueur totale de 120.000 km d'ici 2020, dans le cadre du plan gouvernemental.


    Les 12 derniers mois ont vu environ 3000 km de lignes à grande vitesse mises en service.

    "Le rythme de la construction du chemin de fer est conforme à l'économie. Par ailleurs, les infrastructures de transport devraient être construites à l'avance», a déclaré M.Zhao.



    132063835_21n.jpg



    Le ministère des Chemins de fer a également obtenu des investissements pour l'année prochaine de 600 milliards de yuans (96 milliards de dollars) pour l'infrastructure ferroviaire, a-t-il dit.

    132063835_11n.jpg

    132063835_31n.jpg

  • Chine : le premier TGV à haute altitude est capable de rouler à 350 km/h sous -40℃

    001372a0e6ec12200af025.jpg

    Le TGV chinois conçu pour circuler à 350km/h dans les régions de haute altitude va entrer en service le 1er décembre et assurera une communication rapide entre les principales villes des provinces du nord-est de la Chine, sur un itinéraire de 921 km.

    001372a0e6ec12200b0526.jpg

    Les hôtesses prêtes pour la mise en service du TGV de haute altitude chinois. Photos prises le 26 novembre.

     

    La ligne entre les villes de Harbin et de Dalian  sera desservie par 40 trains CRH380B fabriqués par le groupe China North Railways (CNR). Conçus pour rouler à 350 km/h, les CRH380B sont les trains adaptés pour des voyages à haute altitude avec des températures allant jusque -40℃ les plus rapides au monde, ils sont également équipés d'un système de prévention contre la neige.

     

    chine,tgv

     

    Les trains CRH380B sont aussi équipés d'un système pour prévenir les courts-circuits causés par l'humidité. Les courts-circuits peuvent provenir de la condensation lorsque le train se rend de Harbin à Dalian, au fur et à mesure que les températures augmentent, comme ça s'est déjà produit à plusieurs reprises sur les Eurostar, d'autant que l'écart de température entre les deux villes pourra atteindre plus de 30℃.

     

    Par ailleurs, le système de contrôle informatisé est en mesure de collecter des données tout au long du parcours du train et d'émettre les commandes nécessaires pour garantir sa sécurité.

     

    Le système de veille dans la cabine des chauffeurs est censé veiller à ce qu'ils restent toujours conscients, puisqu'il leur faut toujours mettre un pied sur une pédale. Si les pédales ne sont pas actionnées pendant 30 secondes, le système va émettre une alarme et actionnera les freins ordinaires 5 secondes plus tard et les freins d'urgence 10 secondes plus tard, jusqu'à l'arrêt complet du train.

  • Le train chinois , le plus rapide, le plus confortable et le plus propre au monde

    viewer.png

    viewer.png

    viewer.png

    viewer.png

    viewer.png

    viewer.png

    viewerCA4Z8N29.png

    viewer.png

    viewerCAGRYRQB.png

    viewerCA5D4PPV.png

    viewerCAXUQKH7.png

    viewerCAC4N0HG.png

    viewerCAO0GKE9.png

    viewer.png

    viewerCAK2222O.png

    viewer.png

    viewerCAJS9ISD.png

    viewerCA28TUYU.png

    viewerCAUS57K1.png

     

    viewerCAPMAUD7.png

    viewerCASC6OPY.png

    viewerCAV6OYSB.png

    viewerCAAUMV3I.png

     

  • Le train chinois est le plus rapide du monde , à l'image de la transformation de la société

    3111805762_4.jpg

    Vingt-six ans après son premier voyage en train en Chine, le correspondant de la BBC à Pékin a décidé de remonter à nouveau dans un wagon chinois en direction du Wuhan. Voilà ce qu'Angus Foster observe au cours de son voyage les changements dans la société chinoise:

    «Il n'y avait plus de chèvres ni de poulets. (...) Personne ne montait dans le train par les fenêtres (...). Le wagon avait même l'air conditionné. Les sièges inconfortables de ying zuo [la classe la moins chère dans les trains chinois] n'étaient plus durs comme avant, mais rembourrés avec des housses bleues. (...) Il n'y avait pas beaucoup de paysans. Dans ma cabine de 6 sièges, les 5 passagers avaient des téléphones portables avec un accès à Internet. Deux d'entre eux avaient des ordinateurs portables et regardaient des films d'action hollywoodien sous-titrés à plein volume.»

    Les passagers ont beaucoup changé, mais les trains eux-mêmes ont été radicalement transformés.

     

    001ec94a27150f6558683a.jpg

    «De nouvelles lignes ont été ajoutées chaque année. Les locomotives à vapeur ont été remplacées par des engins qui roulent au diesel et à l'énergie électrique. De façon encore plus ambitieuse, la Chine a mis en place le réseau de trains à grande vitesse le plus important au monde.»

    En 2010, Gilles Bridier écrivait sur Slate.fr:

    «Aujourd’hui, la coqueluche de la grande vitesse ferroviaire est chinoise. La France a beau se frotter les yeux pour sortir d’un cauchemar que jamais cheminot n’aurait imaginé vivre, le verdict du tachymètre est sans appel: sur les quelque 1.000 km de la ligne qui relie Canton à Wuhan, les trains chinois à grande vitesse circulent à une vitesse moyenne de 312 km/h, avec des pointes à 350 km/h qui laissent le TGV français sur le carreau.»

    001ec94a27150f65587d3b.jpg

     

  • La Chine produit le premier train léger à supercondensateur au monde

    131778022_21n.jpg

    Le premier train sur rail léger à supercondensateur au monde est sorti vendredi des lignes d'assemblage de la Zhuzhou Electric Locomotive Co., Ltd. appartenant au groupe China South Locomotive and Rolling Stock Corporation Limited (CSR), à Zhuzhou, dans la province centrale du Hunan.

    Cette nouvelle variété de locomotive électrique peut opérer une charge complète en 30 secondes, lors de son arrêt dans une station, car elle possède un supercondensateur en forme de boîte installé sur son toit, ainsi que des points de recharge en bas de chaque voiture, selon Xu Zongxiang, directeur général de la compagnie.

    Le train peut accueillir jusqu'à 320 passagers et n'a pas besoin de pantographe, un système traditionnellement monté sur le toit permettant d'obtenir l'électricité des lignes à haute tension le long des voies.

    Ce train, qui possède une faible consommation d'énergie et nécessite moins d'espace, offre une nouvelle solution pour la construction de transports publics urbains sur rail respectueux de l'environnement et dotés d'un excellent rapport coût/efficacité, toujours selon M. Xu.

    001aa0c6c27e1190492247.jpg