terrorisme

  • Quel pays de merde!!!Un car de touristes chinois détroussé près de Roissy

    6011127_gonesse_1000x625.jpg

    Voilà qui ne va pas améliorer la réputation de Paris en Chine. «Entre cinq et dix individus» ont détroussé un car de touristes chinois mardi matin près de l'aéroport de Roissy, au nord de Paris. Vers 8 heures, devant l'hotel Campanile de Gonesse (Val-d'Oise), les individus s'en sont pris aux touristes qui étaient en train de charger leurs bagages. 

     

    «Plusieurs bagages et effets personnels ont été dérobés» par ces individus qui ont pris la fuite, ont précisé les forces de l'ordre. Selon les pompiers, les 27 Chinois voyageaient avec une compagnie italienne et le chauffeur du car était italien.

     

    Deux touristes et le traducteur ont été légèrement blessés et transportés à l'hôpital. Le chauffeur a été aspergé de gaz lacrymogène mais n'a pas souhaité être pris en charge.

     

    En mai dernier, la maire de Paris Anne Hidalgo s'était rendue à Pékin pour relancer le tourisme chinois dans la capitale , en perte de vitesse après les derniers attentats.

    Il n'y a aucun espoir d'amélioration  tant que les dirigeants français continueront dans la voie du laxisme sous influence d'ONG gadgets comme Amnesty et les Ligues des droits de l'homme dont le seul but est de défendre les islamistes et les gangsters . Ces gens sans cœur qui n'ont aucun soucis du sort des victimes des forfaits commis par ceux dont ils prennent allégrement la defense sans oublier de s'en prendre de manière systématique et scandaleuse à la police.

    Ces ONG ont une telle emprise sur la politique et la justice du pays que la vie dans ce pays est devenu un enfer et la soi-disant démocratie française n'est plus qu'une parodie.

    6011019_car-touriste-chinois.jpg

     

     

     

     

  • La communauté chinoise à Bruxelles prend ses précautions

    12249934_404094969799998_886984607622547650_n.jpg

    Des soldats belges patrouillent sur la Grand-Place de Bruxelles le 22 novembre 2015. La sécurité dans la capitale belge a été renforcée après les attentats de Paris.

     

    Alors que la capitale belge est toujours en état d'alerte maximale, la grande partie de la communauté chinoise du pays a décidé, tout comme les Belges, de rester chez soi. Selon les deux plus grands magasins chinois du centre ville , il y a eu 70 à 80% de clients en moins samedi et dimanche et ce lundi de nombreux membres du personnel étaient absents.

    Depuis samedi matin, de nombreuses personnes s'affairent à communiquer l'annulation ou le report de divers événements publics.

    Zhang Wenhai, un jeune artiste chinois à Bruxelles, était sur le point de lancer une exposition de peinture avec sept autres artistes de Taiwan et de la partie continentale de la Chine qui ont tous étudié en Belgique.

    Les travaux du peintre et poète de Taiwan, Xi Murong (1943-), font partie des œuvres exposées au Centre Culturel Chinois à Bruxelles. L'événement est censé durer trois semaines.

    « Nous nous sommes longuement préparés pour cette exposition très attendue, qui présente les travaux d'artistes chinois de générations différentes à Bruxelles », a déclaré Zhang ce samedi. « Mais le relèvement du niveau d'alerte terroriste dans la ville a totalement modifié nos plans. Nous sommes en train de demander aux invités de ne pas venir sur conseil de la police. »

    6161135.jpg

     

    Le gouvernement belge a élevé son niveau d'alerte au niveau maximal ce vendredi. Les transports publics ont été fermés, et la population a été appelée à ne pas se rendre dans les lieux généralement fréquentés, tels que les restaurants ou les centres commerciaux.

    Selon la BBC, le centre de Bruxelles était quasi vide samedi soir dû aux menaces d'attaques terroristes. Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé aux attentats du 13 novembre, est toujours en fuite : il serait dans les environs de la capitale belge.

     

    6811850.jpg

    Chère amie, Cher ami,

         En raison des mesures de sécurité qui ont été décidées par les autorités à Bruxelles, nous devons malheureusement reporter le vernissage prévu ce soir au Centre Culturel de la Chine. Nous sommes désolés de ce contretemps de dernière minute, et nous vous prions de nous en excuser.
         Bien Cordialement.

  • Les Chinois rendent hommage aux victimes de Paris à l'ambassade de France

    0019b91eca5717b3d2c35d.jpg

    Le 15 novembre, de nombreux Chinois se sont rendus aux portes de l'ambassade de France à Beijing pour rendre hommage aux victimes des attentats survenus vendredi soir à Paris. Le drapeau français était en berne et l'ambassade a aménagé un espace pour permettre aux visiteurs de déposer un bouquet de fleurs ou un message en hommage aux victimes de la tragédie.

    0019b91eca5717b3d2c35c.jpg

    0019b91eca5717b3d2c360.jpg

     

     

  • Après le bain de sang, à quoi la France devra-t-elle encore faire face? (ANALYSE CHINOISE)

    Six attaques simultanées et explosions qui ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Paris ont coûté la vie à au moins 120 personnes, à un peu plus de deux semaines de la 21e Conférence des Nations Unies sur le climat (COP21).

    Cette série d'attaques d'une ampleur sans précédent s'est produite seulement dix mois après que des hommes armés de l'Etat islamique (EI) ont ouvert le feu au siège de Charlie Hebdo à Paris.

    Bien que le président français François Hollande ait déclaré l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire français et rétabli les contrôles aux frontières pour empêcher la fuite des assaillants, la France a subi une fois de plus de lourdes pertes humaines dans des attentats. L'AFP a indiqué que les terroristes avaient "placé la capitale française dans un état de sidération".

    Le 13 novembre n'est pas un choix aléatoire, mais significatif, selon Zhang Jinling, vice-directeur de la section des études sociales et culturelles de la faculté européenne de l'Académie chinoise des sciences sociales.

    En effet, le président Hollande avait annoncé le 13 novembre 2012 que la France "[reconnaissait] la Coalition nationale syrienne comme seule représentante du peuple syrien, et donc comme futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique pour en finir avec Bachar Al-Assad". L'interventionnisme adopté par la France à l'égard de la Syrie a incité des organisations extrémistes telles que l'EI à se venger. Le slogan "Pour la Syrie" a d'ailleurs été entendu au cours des attaques.

    Les attaques terroristes pourraient avoir de multiples conséquences en France.

    En premier lieu, les attaques terroristes ont révélé la faiblesse de la capacité de la France à faire face à des menaces de sécurité non traditionnelles croissantes. Bien que le plan Vigipirate soit à son niveau maximal en Ile-de-France depuis les attentats de janvier, les attaques meurtrières ont mis en évidence les lacunes de la France dans la lutte contre le terrorisme.

    En plus de "djihadistes importés", la France métropolitaine est également menacée par un certain nombre de terroristes locaux, ce qui a compliqué la situation sécuritaire. Selon M. Zhang, le moment est venu pour le gouvernement français d'examiner les lacunes de son action de lutte contre le terrorisme.

    Deuxièmement, suite aux attaques terroristes, le sens d'insécurité sociale se répandra en France, ce qui renforcera le nationalisme et le racisme et consolidera l'extrême-droite, et la cote de popularité du Parti socialiste (PS) et du gouvernement de M. Hollande baisseront encore davantage.

    M. Zhang a rappelé que le PS avait subi quatre défaites électorales consécutives lors des élections municipales, des élections du Parlement européen, des élections sénatoriales et des élections départementales. Après ces attaques terroristes, les perspectives du PS aux élections régionales ne seront pas meilleures.

    Par ailleurs, le renforcement des contrôles aux frontières, mesure adoptée à la suite des attentats, entravera certainement la circulation des personnes, des biens et des capitaux. Selon M. Zhang, à court terme, les marchés de Noël et les soldes de fin d'année seront certainement touchées, ce qui portera atteinte à la distribution et au tourisme en France. À long terme, la situation de sécurité volatile affectera la confiance des investisseurs en France, ce qui compromettra le rétablissement économique du pays.

    Enfin, les attaques terroristes affecteront directement l'influence de la France dans la gestion des affaires internationales. François Hollande a déjà annulé son déplacement pour le sommet du G20 en Turquie.

    Quant à la COP21 qui aura lieu prochainement, la France, dont l'image a été ternie par les actes terroristes, devra prouver qu'elle est en mesure d'obtenir des résultats satisfaisants lorsque 195 délégations officielles et des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement se rendront dans le pays, ce dont beaucoup doutent, selon M. Zhang.

     
  • La Chine respecte la liberté religieuse mais lutte contre l'extrémisme religieux

    2226510570.jpg

    Un responsable Hui de la mosquée de Shenzhen

     

    La Chine respecte et protège la liberté de la croyance religieuse de la population au Xinjiang, mais luttera fermement contre l'extrémisme religieux conformément à la loi, selon un livre blanc publié jeudi.

    "Supprimer l'extrémisme religieux conformément à la loi est un geste juste qui protège les intérêts fondamentaux de l'Etat et du peuple, y compris les musulmans", indique le document sur l'égalité, l'unité et le développement ethniques au Xinjiang.

    Les extrémistes religieux préconisent des idées extrêmes, incitent à la haine et au ressentiment religieux contre d'autres religions et portent atteinte à l'harmonie religieuse et à l'unité ethnique au Xinjiang. Ils nient également l'islam traditionnel au Xinjiang, déforment et enfreignent la théologie coranique, nuisant à son harmonie interne et mettant en péril les intérêts fondamentaux des musulmans, souligne le livre blanc.

    L'extrémisme a transformé certains individus, surtout les jeunes, en extrémistes et même en terroristes, déplore le document.

    La région autonome ouïgoure du Xinjiang a toujours appliqué une politique de liberté pour la croyance religieuse, protégeant les activités religieuses normales, tout en intensifiant sa lutte contre l'extrémisme pour assurer la sécurité de la population.

    Il existe 24.400 mosquées et 28.600 membres du clergé au Xinjiang. Le gouvernement central a affecté plus de 10 millions de yuans (1,6 million de dollars) au maintien et à la réparation d'un nombre de mosquées clés et de sites religieux, depuis les années 1980, précise le document.

    L'Institut islamique du Xinjiang a formé 634 élèves, depuis sa fondation en 1987.

    La plupart de groupes terroristes dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang ont été éliminés selon la phase planifiée, a-t-on appris d'un livre blanc publié jeudi.

    Les organes de la sécurité publique du Xinjiang sont dans un état de haute alerte en raison des manifestations d'attaques violentes et de terrorisme, et y répondent avec une lutte stricte, a indiqué le livre blanc, intitulé "Témoignage historique de l'égalité, de l'unité et du développement ethnique dans le Xinjiang, publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat.

  • Qu'est-ce qui distingue l'État islamique d'Al-Qaïda? selon la presse chinoise

    Certains groupes militaires d'Afghanistan ont juré allégeance à l'État islamique, selon les reportages récents des médias. Depuis que le groupe d'insurgés, anciennement connu sous le nom d'État islamique en Irak et au Levant, a annoncé la création de l'État islamique le 29 juin 2014, son influence s'est grandement étendue dans le monde entier. Cette expansion préoccupe aujourd'hui la communauté internationale.

    L'État islamique est présent depuis longtemps en Asie du Sud et en Asie centrale. Il collabore actuellement avec des organisations radicales des deux régions pour combattre en Irak et en Syrie. De nombreux djihadistes de Tchétchénie, d'Ouzbékistan, du Kazakhstan, du Tadjikistan, du Pakistan, de l'Afghanistan, et même de la Malaisie et de l'Indonésie partent vers l'Irak et la Syrie pour rejoindre les rangs de l'État islamique. Ils sont souvent organisés selon leurs régions d'origine ; par exemple, les militants d'Asie centrale sont regroupés avec les Tchétchènes.

    Les talibans du Pakistan seraient déjà liés à l'État islamique depuis novembre dernier. Ils auraient même envoyé 1 000 à 1 500 soldats pour venir en renfort des djihadistes en Irak et en Syrie. Bien qu'il n'y ait aucune preuve claire de l'alignement entre eux, l'État islamique a diffusé des tracts de propagande dans le nord-ouest du pays. Certains observateurs politiques pensent que l'État islamique souhaite aujourd'hui faire des incursions au Pakistan.

    C'est Al-Qaïda qui devrait être alarmée par l'émergence de l'État islamique en Afghanistan et au Pakistan. Toujours la plus puissante organisation terroriste au monde, Al-Qaïda est toujours active au Pakistan et en Afghanistan, et les groupes radicaux sur place sont plus ou moins sous son contrôle. Depuis l'émergence de l'État islamique, Al-Qaïda et ce dernier se disputent la place d'organisation terroriste la plus puissante au monde. C'est pourquoi le vœu d'allégeance de divers groupes radicaux autrefois contrôlés par Al-Qaida à l'État islamique signale une concurrence plus aigüe entre les deux organisations.

    Toutefois, l'État islamique continue à se concentrer sur l'est de la Syrie et l'ouest de l'Irak. A la différence d'Al-Qaïda, qui cherche à étendre son réseau, l'État islamique est une organisation plus concentrée et est plus enclin à étendre progressivement son territoire dans le but de construire un empire islamique par l'acquisition de territoires et les victoires militaires.

    Néanmoins, l'allégeance promise par plusieurs groupes djihadistes en Afghanistan et au Pakistan à l'État islamique mérite notre attention. L'influence croissante de l'État islamique démontre signale un nouveau cycle d'expansion du radicalisme islamique dans le monde entier. Le monde est aujourd'hui confronté à un défi plus épineux dans la lutte contre le terrorisme.

     

  • La Chine, ausssi, menacée d'une nouvelle vague de terrorisme

    0019b91ed62e1620266903.jpg

    La Chine est aussi menacée d'une nouvelle vague de terrorisme. Celle-ci peut être soulevée par des terroristes ouighours , une des deux ethnies musulmanes de Chine, revenus en Chine après avoir participé au djihad en Afghanistan, en Irak, au Pakistan et en Syrie. Plusieurs Chinois de cette ethnie, ont séjourné à Guantanamo.

    Cela ressort des commentaires des experts relatifs aux tentatives toujours plus fréquentes des Ouïghours pour se joindre aux groupes islamistes à l'étranger. Le 19 janvier, au cours d'une opération de 48 heures, les autorités chinoises ont déjoué les projets d'un groupe de combattants ouïghours fuyant la justice pour partir de la Chine dans ce but.

    Le 18 janvier au soir, un groupe de combattants ouïghours a tenté de franchir la frontière vietnamienne près de la ville de Pingxiang dans la région du Guangxi. Deux hommes ont été tués par les gardes-frontières, deux autres ont été arrêtés et un cinquième a pris la fuite. Le lendemain il a été arrêté par la police avec le concours actif de la population. Voir l'article du 14 janvier sur ce blog.

    La semaine dernière un groupe criminel a été démantelé à Shanghai. Ces membres ont tenté d'aider des terroristes du Xinjiang à franchir la frontière avec des faux papiers turcs en vue de se rallier au mouvement Etat islamique sur le territoire de Syrie, d'Irak et du Pakistan. Les experts n'excluent pas l'existence en Chine d'un réseau clandestin qui enrôle des mercenaires pour l'Etat islamique dans des pays d'Asie centrale et du Sud, ainsi qu'en Europe occidentale. Il y a déjà des exemples quand des combattants reviennent chez eux aguerris et endoctrinés par l'idéologie du djihad à l'étranger. L'expert de l'Institut de l'Extrême-Orient Iakov Berger estime que la Chine pourrait être bientôt confrontée à ce problème :

    « Cela peut avoir lieu, parce que le terrorisme est un problème international et non pas un phénomène d'un pays concret. Il est bien notoire que depuis la Chine du nord-ouest, du Xinjiang, des combattants pénètrent d'abord en Asie du Sud-Est d'où ils partent pour le Proche-Orient. Le phénomène n'est peut-être pas très répandu, mais c'est un fait. Ce fait est constaté, par conséquent il faut des efforts conjoints des organes antiterroristes de nombreux pays pour empêcher leur retour en Chine. La menace ira croissant si cela n'est pas fait ».

    Tout indique que la Chine réalise cette nouvelle menace à sa sécurité et sa stabilité sociale et prend des mesures préventives, estime le directeur du Centre d'études socio-politiques Vladimir Evseev :

    « La Chine est à bien des égards mieux préparée à cette menace que de nombreux autres pays, notamment européens. Cependant la Chine sera également obligée de prendre des mesures pour éviter le renforcement du terrorisme par les combattants aguerris à l'étranger. Je pense qu'elle va intensifier son activité sur l'axe afghan. Jusqu'à ces derniers temps la Chine préférait ne pas s'ingérer dans la lutte sur le territoire de l'Afghanistan. Mais elle sera désormais plus énergique, au premier chef au Pakistan, pour influer sur l'Afghanistan. Elle sera également plus énergique à l'intérieur de l'Afghanistan. Cela veut dire les activités plus intenses de la Chine sur l'axe afghan viseront, apparemment, à bloquer ces principaux canaux transfrontaliers de déplacement des combattants ».

    Vladimir Evseev trouve que les dirigeants chinois renforceront les mesures préventives armées pour faire face à une nouvelle vague de terrorisme en lien avec l'Etat islamique sur leur territoire. Quant à Iakov Berger, il attire l'attention sur le travail plus actif que les autorités mènent parmi la population musulmane :

    « En Chine la politique des nationalités n'a pas toujours été cohérente et a provoqué des réactions négatives des larges couches de la population musulmane. A mon avis, les autorités s'efforcent actuellement de corriger les erreurs de leur politique religieuse et de nationalités. Cela est fait face à une menace réelle de terrorisme. Mais je ne peux pas dire que cette politique s'est déjà soldée par un succès total ».

    La Chine table également sur le renforcement du potentiel antiterroriste de l'Organisation de coopération de Shanghai. Ce n'est pas un hasard si elle soutient activement l'idée de son élargissement grâce à l'adhésion du Pakistan et de l'Inde en tant que nouveaux membres.
    source: La Voix de la Russie

     

    kunming.jpg

  • Réflexions sur l'abus et la répression de la liberté d'expression

    liberte-de-la-presse-lot-en-action-2.jpg

    Pendant que le magazine satirique français Charlie Hebdo est réapparu dans les kiosques à journaux, un débat houleux se poursuit à travers le monde sur les causes de l'épouvantable attaque terroriste survenue la semaine dernière contre ses bureaux.

    Le carnage du 7 janvier à Paris, le premier et le plus meurtrier d'une série d'épisodes dramatiques qui ont causé 17 décès, en plus des trois extrémistes meurtriers, est déplorable et inexcusable. Aucun motif que ce soit, qu'il soit religieux ou moral, ne saurait justifier des crimes aussi odieux.

    La réflexion, bien sûr, ne devrait pas s'arrêter là. Afin de s'assurer que les 17 personnes n'ont pas péri en vain, une introspection est nécessaire et même indispensable, en particulier en Occident, où le sentiment de suprématie et même le chauvinisme ne sont pas difficiles à trouver. Et en cette matière , à travers l'Europe et même dans le monde entier les Français passent pour les champions du monde.

    En plus de la guerre contre le terrorisme, le choc des civilisations, la radicalisation islamique, la fracture sociale et bien d'autres sujets, les libertés d'expression et de la presse ont sans surprise été soulevées dans les discussions à travers le monde.

    Il faut absolument que l'Occident arrête de donner des leçons de morale et balaye devant sa porte.

    En s'attaquant aux autres cultures , les Occidentaux doivent veiller à ne pas blesser autrui et ne pas se réfugier derrière leur sacro-sainte liberté de la presse et liberté d'opinion. Ils sont pourtant les premiers à renier leurs beaux et grands préceptes.

    Si je prends exemple en Belgique, la presse est à ce point dépendante des directives adressées aux rédactions par les partis influents dans leurs régions ou communautés  et l'idée de ne pas déplaire aux lecteurs que vous avez deux presses en Belgique à l'image des deux démocraties .

    De là , il est des informations que l'on trouve dans la presse francophone et pas dans la presse néerlandophone et vice versa. Quand ils abordent un sujet commun, ils traitent l'événement ou le sujet sous des angles différents . Quand ils traitent d'un sujet qui place les communautés en opposition, à la lecture de la presse francophone on voit que toutes les fautes proviennent du côté flamand( néerlandophone) et quand on lit la presse néerlandophone on a le sentiment inverse.

    Donc la presse nous démontre chaque jour qu'elle se soucie peu de la vérité objective et son manque d'objectivité provient du manque de liberté d'expression qui ,quoi qu'elle dise ,est le climat  dans lequel elle évolue quotidiennement.

    La presse occidentale est libre d'user de sa liberté d'expression du moment qu'elle ne sort pas du cadre dans lequel elle est confinée.

    sans-titre.png

     

    Un reportage inutilement offensant qui ne fait qu'aggraver l'incompréhension entre les cultures et exacerber la méfiance entre les civilisations ne contribue en rien au bien-être de l'humanité, et se situe donc sous toutes ses formes du mauvais côté du seuil tolérable.

    Ceci étant dit, une prudence de base de la part d'orateurs et de la presse est essentielle. D'entrée de jeu, il est facile de prévoir qu'une caricature provocatrice du prophète Mahomet ne fera qu'alimenter ce qui est décrit comme la radicalisation islamiste, une tendance dangereuse que plusieurs en Occident incluent dans les liens de causalité du massacre de Paris.

    Ainsi, en ce qui concerne la liberté d'expression, le bain de sang à Charlie Hebdo doit servir d'ordre de mobilisation pour la défendre, en gardant en tête qu'il ne faut ni la réprimer, ni en abuser.

     

  • Pour les Chinois ,s'il est indispensable de condamner le terrorisme, il ne faut toutefois pas manquer de respect à la culture d'autrui

    002564bb44f7161dd02007.jpg

    Si l'ambassade de Chine en France n'a pas participé au défilé, le ministère chinois des Affaires étrangères a toutefois fermement condamné ces actes terroristes et présenté ses condoléances aux familles des victimes. Des communautés en ligne et autres associations chinoises ont par ailleurs demandé aux Chinois vivant à Paris de prendre part au défilé pour manifester leur soutien au gouvernement français. « Nous voulons montrer aux Français la présence des Chinois en Europe, mais aussi attirer l'attention de l'Etat français sur la protection de nos intérêts dans le futur », peut-on lire sur un site chinois. Cette mobilisation n'est pas sans rappeler les manifestations de Belleville à Paris voilà peu.

    Selon Wang, responsable du portail, beaucoup de Chinois ont suivi cette affaire de près, avec le sentiment que les Chinois devaient eux aussi prendre part à la marche contre le terrorisme. Une centaine de Chinois ont donc répondu présents lors de cet appel à la mobilisation.

    Le débat persiste au sein la communauté chinoise malgré tout. Si beaucoup défendent la liberté d'expression, d'autres estiment qu'elle ne doit pas permettre d'insulter les croyances des autres.

    Comme toujours, les Chinois expriment une opinion sans ambiguïté mais sans pathos. Leur objectif est d'être fermes tout en évitant de jeter de l'huile sur le feu.

    Certains médias français comme l'Express ont soit par erreur ou dans le but de propagande antichinoise annoncé que la Chine n'avait pas réagi arguant du très faible nombre de tweets en Chine alors que dans le reste du monde le compteur de tweets s'affolait.

    N'oubliez pas que ni Twitter , ni Facebook n'ont accès au web chinois.

    Cela n'empêche que les messages concernant les événement en France , ont tôt fait de se répandre sur tous les réseaux sociaux chinois. Et la quasi unanimité était constatée chez les internautes chinois condamnant de manière virulente les actes de terrorisme .

    Nous devrions féliciter et remercier le peuple chinois de marquer beaucoup plus d'intérêt pour les victimes françaises que les Français n'éprouvent pour les victimes chinoises , tombées sous des balles terroristes ou de coups portés à l'arme blanche par des terroristes chinois islamistes venant d'Afghanistan qui a une longue frontière commune avec la Chine.

  • De Charlie Hebdo à la multiplication des actes de barbaries , l'Occident "devrait admettre ses erreurs"

    SLBCtdc01-une2-642x362.jpg

    Les attentats et événements qui se sont déroulés en France ces derniers jours constituent les sujets

    primordiaux de discutions dans la presse chinoise et sur tous les réseaux sociaux chinois.

    Xinhua, l'agence de presse chinoise s'est livrée à une réflexion judicieuse et perspicace sur le sujet.

    L'attentat contre le siège de Charlie Hebdo de mercredi, la fusillade de jeudi et les prises d'otages de vendredi qui ont semé la panique ces derniers jours en France ont suscité une vague de consternation et d'émotion à travers le monde.

    Les trois auteurs présumés des attaques les plus meurtrières perpétrées en France depuis 50 ans étaient tous les trois djihadistes, ce qui a suscité beaucoup de débats sur la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, mais également une réflexion sur les erreurs de l'Occident ayant conduit à ces barbaries.

    A n'en point douter, les auteurs des attentats ignobles de Paris ne peuvent qu'être condamnés, mais au-delà du besoin immédiat d'appréhender ces tueurs insensés, l'éruption de barbarie dont nous avons été témoins est l'occasion de reconnaître que la politique actuelle vis-à-vis du Moyen-Orient suivie par l'Occident et ses gouvernements est désastreuse.

    "Il ne faut pas négliger l'hypocrisie des voix de l'Occident qui ont attisé les flammes de ces barbaries en Libye, en Syrie et en Irak au cours des dernières années, et qui crient plus fort maintenant du fait que ces actes se déroulent sur leur propre territoire", écrit le commentateur John Wight dans un article publié sur le site internet de Russia Today (RT).

    Ce que les idéologues occidentaux anti-musulmans et les partisans libéraux de l'hégémonie occidentale oublient de mentionner, c'est que la grande majorité des victimes de l'extrémisme islamique sont des musulmans, déplore John Wight.

    "Ils évitent également de mentionner que les musulmans représentent la majorité des victimes de l'extrémisme occidental ainsi que du financement et du soutien de l'Occident à des actes similaires de barbarie en Libye et en Syrie, où les massacres sont une réalité quotidienne depuis plus de trois ans", poursuit le commentateur.

    "Les gouvernements occidentaux ne devraient-ils pas s'excuser pour le carnage et le chaos qu'ils ont précipités ces dix dernières années, voire avant, dans une série sans fin de guerres, d'occupations et d'interventions militaires?", s'interroge-t-il.

    La France a grandement favorisé la descente de la Libye dans les abîmes de la violence et de l'extrémisme. De même, elle a joué un rôle clé dans la prolongation de la misère subie par le peuple syrien, "qui résiste désespérément à l'invasion de son pays par des milliers d'extrémistes qui ont l'intention de le transformer en cimetière", selon M. Wight.

    "Le gouvernement britannique s'est rendu coupable de la même politique perfide, tout en affirmant la légitimité de la démocratie et de la civilisation. Mais ce qu'ils appellent la démocratie s'est depuis longtemps révélé être de l'hypocrisie organisée", dénonce-t-il.

    A QUI TOUT CELA PROFITERA ?

    Pour l'écrivain chinois Song Luzheng, la tragédie de Paris accélérera la montée en puissance de l'extrême droite. "Sous la pression de l'opinion publique, la France introduira une politique plus stricte sur l'intégration, ce qui, à son tour, entraînera une réaction négative de la communauté musulmane dans le pays", analyse M. Song.

    Un avis partagé par M. Wight, selon qui "le soutien au Front national (extrême droite) dirigé par Marine Le Pen, avec sa position anti-immigration et anti-musulmans, sera renforcé".

    En réalité, non seulement en France mais aussi à travers toute l'Europe occidentale, l'extrême droite monte. Les récentes manifestations de masse contre les musulmans en Allemagne ont déjà reflété une tendance inquiétante avant le massacre de Charlie Hebdo, et cela ne fera qu'empirer à présent, détournant l'attention vis-à-vis de la culpabilité des gouvernements occidentaux dans la création des conditions qui ont favorisé la croissance et la diffusion de l'islamophobie.

    "Dans l'hystérie actuelle, il ne faut pas oublier que le terrorisme n'a pas de passeport. Ce n'est pas l'apanage d'une nationalité ou d'une religion. La solution la meilleure et la plus efficace pour éradiquer le terrorisme dans son pays est de cesser de le soutenir à l'étranger", conclut M. Wight.

    016807745_40100-500x281.jpg

    Explosion en Syrie