taxi

  • Rencontre avec Gilles Rouverand, auteur de "Kuai, ou l'affaire du Shanghai Taxi 001"

    taxi,gilles rouverand,shanghai,song,roman,marabout édition

    Gilles Rouverand est diplômé de Paris Dauphine et de l’Université du Québec. Après avoir travaillé comme responsable des études de marché à Paris, Gilles s'est installé en Chine puis en Suisse pour enrichir ses compétences dans le secteur. Il a notamment développé l’observatoire du développement durable de l’Ifop en Chine. Passionné de nature et de montagne, Gilles a voyagé à pied et à vélo dans une cinquantaine de pays et écrit un guide de tourisme sur les environs de Shanghai. Rentré en France en 2013, ses valises sont pleines d’idées pour la création des joyeux recycleurs.

    Nous avons eu la joie de le rencontrer afin qu'il nous présente son livre et quelques facettes de sa personnalité.

     

    Gilles Rouverand.jpg

     

    Gilles Rouvenand, bonjour, merci de nous recevoir et de répondre à nos questions. Pourriez-vous  expliquer pourquoi vous êtes parti en Chine et la raison de votre voyage puis de votre séjour.

    Je suis parti en Chine dans le cadre de mon travail. Durant trois années j’ai accompagné des entreprises internationales dans leur développement sur le marché chinois. Mon temps libre m’a permis d’explorer tout d’abord les environs de Shanghai puis des régions plus reculées de Chine. Ce contraste fascinant entre les villes et les campagnes m’a inspiré pour l’histoire du Shanghai Taxi 001, et ses nombreuses rencontres et pérégrinations sur les routes de Chine.



    Pourquoi avez-vous choisi un chauffeur de taxi comme personnage principal? 

    Ayant habité Shanghai plusieurs années, j’ai côtoyé de nombreux chauffeurs de taxi. Nouveaux dans le métier ou vieux briscards de l’asphalte shanghaien, c’était toujours un plaisir de discuter avec eux. Ils m’ont par ailleurs bien aidé dans mon apprentissage du chinois, et je les remercie particulièrement pour tous ces cours improvisés le temps d’un déplacement. D’un point de vue narratif, le personnage de chauffeur de taxi est génial car il permet la rencontre d’une multitude de personnages et autorise de nombreux déplacements. Par ailleurs, les taxis shanghaiens sont un peu la mémoire de la ville, les témoins privilégiés d’une mégalopole en pleine mutation, où les quartiers se métamorphosent au fil des années de métiers. C’est d’ailleurs ce qui arrive à Monsieur Song, 1er taxi de Shanghai et personnage principal du livre.


    Quel est le rapport entre l'anecdote concernant la remise de clé et la réalité?

    Des taxis existaient à Shanghai avant 1985, scène d’ouverture du roman. La scène de remise des clefs reste donc de la pure fiction, mais elle est néanmoins le symbole du début de l’ouverture d’un pays vers une économie de marché, où un petit employé d’une usine d’État peut du jour au lendemain se voir confier un taxi et travailler dur pour permettre à sa famille d’avoir des conditions de vie plus confortables.


    Avant d'écrire ce roman avez-vous écrit et publié quelque chose en général et sur la Chine en particulier?

    J’ai publié un livre présentant 40 idées de weekend dans les environs de Shanghai. Il est destiné aux habitants de Shanghai, chinois ou étrangers, souhaitant découvrir les environs fabuleux de cette ville le temps d’une journée ou d’un weekend, qu’il s’agisse de découvrir des plages, des campagnes ou des montagnes, entre amis ou en famille, il y en a pour tous les goûts. Pour plus d’information : www.sh-connections.com

     

    Gilles Rouverand, merci pour ce bref entretien. Je vais présenter le synopsis de votre ouvrage en encourageant à lire votre roman qui éclairera le lecteur sur la réalité chinoise sans négliger le côté aventure , l'équipée du taximan shangaïen se passant sous fond d'histoire contemporaine chinoise.

     

    Taxi Shanghai.jpg

    Collection : 
    Shanghai, 2014.
    Il y a trente ans, Monsieur Song recevait l’insigne du « Taxi 001 » des mains du Premier ministre chinois, Deng Xiaoping. Au volant du premier taxi de Shanghai, il est sorti de la misère, et a assisté aux premières loges au développement fulgurant de son pays.
    Après trente années de service irréprochable, le paisible Monsieur Song est à la veille de goûter une retraite méritée, lorsque son véhicule est violemment percuté par une voiture officielle.
    Injustement condamné à une lourde amende et menacé de représailles s’il venait à rendre l’affaire publique, Monsieur Song décide de se battre pour prouver son innocence, sans se douter de la menace qu’il fait désormais peser sur un haut personnage d’État. L’Officier Shen, ambitieux et sans scrupule, prend l’affaire en main.
    S’engage alors une course poursuite qui nous transporte sur les routes de Chine, entre ville et campagne, dans les entrailles d’un pays écartelé entre traditions et modernité, passant de golfs pour milliardaires à des villages ancestraux, avec toujours l’ombre oppressante du Parti Communiste qui rôde, de ses luttes de pouvoir et de sa surveillance informatique totalitaire.
    Parution : 
    06/04/2016
    Format :
    150 x 230 mm
    - 264 pages
    EAN : 
    9782501103947
  • Apple investit un milliard de dollars dans Didi Chuxing, le concurrent chinois d’Uber

    sans-titre.png

    Liu Qing, la présidente de Didi

    Apple a décidé de miser sur un des leaders du covoiturage en Chine, Didi Chuxing, avec un investissement important d'un milliard de dollars.

    Concurrent d'Uber, le géant américain du véhicule de tourisme avec chauffeur, Didi Chuxing est anciennement connu sous le nom Didi Kuaidi et a déjà levé plusieurs milliards de dollars en dominant le marché du covoiturage en Chine.

    La progression de Didi est d'autant plus facile qu'en Chine, elle ne se heurte pas à l'oppositions des exploitants de taxis . En effet , il y a un manque drastique de taxis dans toutes les villes chinoises et l'expansion de Didi ne nuit en rien au chiffre d'affaires des taxis.

    De nombreuses rumeurs circulent sur les raisons de l'investissement d'un milliard de dollars effectué par Apple. Les analystes ont noté que le géant technologique qui siège en Californie ne participe habituellement pas à des levées de fonds pour des start-ups.

     

     

    Mais Jean Liu, ou Liu Qing, la présidente de Didi, a laissé entendre un autre son de cloche sur le mystérieux investissement, le plus gros reçu par la société à ce jour.

    « Nous sommes entrés en contact assez récemment et le contact est très bien passé parce que nos deux entreprises ont un grand nombre de philosophies similaires. Cela nous donne un grand terrain d'entente », a-t-elle déclaré à CNBC lors d'une interview télévisée.

    « En ce moment, en Chine, nous partageons une grande base de clientèle », a-t-elle souligné, en ajoutant que la plupart des chauffeurs et des clients de Didi utilisent des iPhones et iPads . « Je pense que cela est très intuitif », a-t-elle déclaré.

    La technologie est la priorité de Didi, a souligné Mme Liu ; « des solutions pour faire concorder l'offre et la demande : des véhicules, des conducteurs et des passagers ».

    Apple pourrait espérer combler ce vide, a estimé appleinsider.com, mais cela pourrait se produire de différentes manières. A un niveau de base, Apple pourrait proposer une intégration de ses appareils, logiciels et/ou services, tels qu'Apple Maps.

    Selon Mme Liu, Didi compte plus de 300 millions d'utilisateurs et enregistre désormais 11 millions de déplacements quotidiens dans plus de 400 villes à travers la Chine. A Beijing, les trajets faits via Didi tous les jours dépassent cinq ou six fois l'ensemble du marché à New York.

    « Ces résultats sont impressionnants, mais cela ne correspond qu'à une pénétration de 1 % dans le marché des trajets automobiles en Chine », a-t-elle tempéré.

     

    macgpic-1463382832-56688128043875-sc-jpt.jpg

    Liu Qing et Tim Cook

    Le PDG d'Apple Tim Cook a déclaré que son entreprise avait investi dans Didi « pour un certain nombre de raisons stratégiques, y compris une chance d'en apprendre davantage sur certains segments du marché chinois. »

    « Bien sûr, nous pensons aussi que cet investissement nous apportera un bon rendement », a-t-il déclaré. Tim Cook a effectué cette semaine une visite en Chine, le deuxième plus grand marché d'Apple, juste après l'annonce de l'investissement.

    Les médias ont avancé que la raison immédiate de cet investissement « inhabituel » pour Apple pourrait être l'espoir de vendre plus de produits en Chine. La société a annoncé le mois dernier une baisse de 13 % de son chiffre d'affaires au premier trimestre. Ses ventes en Chine ont chuté de 26 % pour passer à 12,49 milliards de dollars durant le trimestre.

    On subodore aussi que le géant technologique américain a l'intention de lancer une voiture Apple, qui sera probablement sans conducteur. La vente de tels véhicules dans la flotte de Didi pourrait être lucrative, selon inverse.com.

    Tim Cook a indiqué : « Didi est l'exemple de l'innovation en marche au sein de la communauté du développement iOS en Chine. Nous avons été fortement impressionnés par l'activité qu'ils ont bâtie et l'excellence de leur équipe de direction, nous allons les aider au fur et à mesure de leur croissance ».

    2c97442508824105926ef29802ff9a79.jpg

     

  • Mise à mort de Uber en Chine?La solution passe par Didi Kuadi,filiale de Tencent

    Les deux sociétés se livrent coup pour coup dans ce que certains analystes qualifient déjà de « combat à mort ». En quelques mois, elles ont multiplié les levées de fonds, baissé à plusieurs reprises leurs tarifs et augmenté la rémunération de leurs chauffeurs.

    Sur ce dernier point, Uber accorde des primes plutôt alléchantes aux heures de pointe pour s’assurer que l’offre satisfasse toujours la demande. Le bonus en question iraient jusqu’à 230 % de la rémunération standard : le chauffeur peut donc recevoir deux fois plus que ce que paie réellement le passager.

    Didi Kuaidi mixte Co. tente de convaincre les responsables et les fonctionnaires des administrations locales que Didi est  une alternative plus conviviale et  locale qu' Uber.

    La société cherche à se différencier de Uber en offrant un plus large éventail d'options de transport, y compris les bus et les chauffeurs qui peuvent conduire votre propre véhicule pour vous.

    Les deux rivaux vident leur portefeuille pour conquérir un marché sur lequel plus de 100 villes comptent au moins un million d’habitants.
    Accompagné par des « géants d’Internet » comme Tencent et Alibaba, Didi Kuaidi bénéficie aussi du soutien du fonds souverain China Investment Corporation.
    Et le groupe chinois joue les alliances, il vient d' investir, début septembre, 100 millions de dollars dans Lyft (concurrent d’Uber aux États-Unis).

    wechat-weibo_5404941.jpg

     

    367005041.jpg

     

     


  • Pour les Chinois , c'est "Uber go home". Voici les 10 plus grandes villes au monde qui ont pris des mesures contre Uber

    0019b91ed62e174a627442.jpg

     Hong Kong

    Le 11 août 2015, la police de Hong Kong a perquisitionné deux bureaux Uber après avoir arrêté cinq chauffeurs pour exercice sans permis de location de voitures et conduite sans assurance appropriée.

     

    L'application mobile Uber relie les passagers avec des chauffeurs Uber qui utilisent leurs propres voitures pour leur proposer des courses. A la date du 28 mai 2015, ce service était disponible dans 58 pays et 300 villes à travers le monde.

    Certaines villes, comme Londres, Seattle et Mexico, ont reconnu la légalité d'Uber. Ce n'est cependant pas le cas partout ; elle a été contestée par les gouvernements et les compagnies de taxi de nombreuses villes et a même été interdite dans de nombreuses villes en raison des risques liés à la sécurité.

    0019b91ed62e174a62743e.jpg

     Guangzhou

    Le bureau d'Uber à Guangzhou, capitale de la province chinoise du Guangdong, a été perquisitionné par les autorités et il a été accusé de diriger un service de transport « illégal ».

     

    0019b91ed62e174a627443.jpg

    Paris

    Uber a été interdit sur l'ensemble de la France après que les chauffeurs de taxi aient organisé une série de grèves. Les chauffeurs de taxi ont bloqué les routes françaises vers les aéroports et les gares à Paris le 25 juin et la situation est alors devenue de plus en plus violente.

    0019b91ed62e174a627441.jpg

    Brisbane

    Uber est illégal et le service est interdit dans cette ville. Les conducteurs qui se font prendre sont sanctionnés d'une amende.

     

    0019b91ed62e174a62743f.jpg

    Bruxelles

    Uber est illégal à Bruxelles, capitale de la Belgique, et la société sera frappée d'une amende de 10 000 euros pour chaque trajet. Les chauffeurs ont leur voiture confisquée.

     

    0019b91ed62e174a62733a.jpg

    Berlin

    L'autorité de la ville de Berlin, LABO, a pris une décision interdisant à Uber de prendre des passagers, disant qu'ils ne répondent pas aux normes de sécurité de transport des personnes. Elle a également menacé l'entreprise d'une amende de 25 000 euros pour chaque violation et de 20 000 euros pour les chauffeurs non qualifiés et qui prendraient des passagers en charge.

     

    0019b91ed62e174a62733c.jpg

    New Delhi

    Le ministère des Télécommunications a envoyé une lettre aux fournisseurs de services Internet au sujet du blocage d'Uber parce qu'elle n'a pas obtenu l'autorisation d'exploiter, et qu'elle n'offre aucune vérification des antécédents des conducteurs. Tous les services de taxi basés sur applications ont été interdits dans la capitale nationale l'an dernier après qu'un chauffeur Uber ait été accusé d'avoir violé une passagère.

     

    0019b91ed62e174a62743d.jpg

    Séoul

    Séoul a annoncé qu'Uber est illégal parce que le service de partage de trajet est tout simplement illégal en vertu de la loi sud-coréenne.

     

    0019b91ed62e174a627440.jpg

    Madrid

    A Madrid, un juge a statué qu'Uber devait cesser toute activité commerciale, car elle n'a pas de licence officielle.

     

    0019b91ed62e174a62733b.jpg

    New York

    New York a proposé un gel de la croissance des entreprises de location de véhicules. Cela signifie qu'Uber est autorisé à n'ajouter que 201 nouveaux chauffeurs seulement l'année prochaine ; cependant, pour l'heure, Uber a beaucoup plus que 200 nouveaux chauffeurs par mois.

     

  • Conseils pour voyager en Chine

    gare.jpgµ

    Ne voyagez pas pendant les périodes de vacances. Voici la gare de Shanghai lors du Nouvel An chinois.

    Impossible de voyager et tous les sites touristiques sont aussi bondés que les gares.

    IMG_5510.JPG

    Voyagez léger. La plupart des hôtels de Chine fournissent des brosses à dents et du dentifrice, du savon, du shampoing, crème à raser , des pantoufles et les 4 et 5 étoiles des peignoirs.

    0019b91ec9811621b8185b.jpg

    Emportez avec vous un appareil de traduction dans le cas où vous auriez besoin de poser des questions.

    Cela se trouve en Chine dans toutes les librairies . Il y a généralement des traductions en 4 langues: chinois mandarin, anglais, cantonais (la deuxième langue de Chine et première à HK) ainsi qu'une autre langue étrangère comme français, allemand ou japonais.

    0019b91ec9811621b81d5c.jpg

    Achetez toujours de l'eau en bouteille, dans beaucoup d'endroits vous la recevrez . L'eau du robinet n'est pas potable en Chine . Pour le thé ou le café faites la bouillir.

    IMG_0878.JPG

     Essayez toujours autant de variétés de nourriture que possible. Je n'ai jamais eu la "turista" en Chine.

    aa 5866.JPG

    Prenez le train chaque fois que c'est possible. Pour se déplacer en Chine, les trains sont la solution la plus économique et aussi sûre que l'avion.

    taxi.jpg

    Les taxis sont très bons marchés en Chine. Ayez toujours l'adresse où vous devez aller ,écrite en chinois ainsi qu'une carte de visite écrite en chinois de votre hôtel à présenter au chauffeur.

    0019b91ec9811621b84463.jpg

    Apprenez à négocier, tout se négocie. N'acceptez pas le premier prix donné par les vendeurs - il est beaucoup  trop élevé. Si un Chinois vous accompagne, demandez-lui de marchander à votre place.

    Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
  • La Chine exempte les acheteurs de voitures électriques de taxes à l'achat

    FOREIGN201407101618000583297354187.jpg

    La Chine va exempter les acheteurs de voitures électriques de taxes à l'achat dans le cadre des mesures d’Etat élargies destinées à stimuler les ventes de véhicules, a-t-il été annoncé lors d'une réunion exécutive du Conseil des Affaires de l'Etat, qui a eu lieu mercredi.

     

    Du 1er septembre prochain à la fin de 2017, le Gouvernement va donc renoncer aux taxes sur les achats d’autos pour les véhicules à énergies nouvelles, qui en Chine désignent toutes les voitures électriques, véhicules hybrides rechargeables et à pile à combustible, a-t-il été précisé lors de la réunion, dirigée par le premier ministre Li Keqiang.

     

    Le développement de ces véhicules est d'une importance cruciale pour soulager la dépendance énergétique de la Chine, lutter contre la pollution de l'air, stimuler la demande locale et soutenir l'industrie automobile, a-t-il encore été ajouté.

     

    Enfin, toujours lors de la réunion, il a été dit que ces mesures seront un scénario gagnant-gagnant pour le secteur, car elles permettront de soutenir l'industrie automobile locale et de protéger l'environnement. 

     

    Les véhicules à énergies nouvelles sont importantes pour l'indépendance énergétique de la Chine, aussi Beijing va-t-elle « consacrer davantage de ressources pour les encourager », a déclaré Cai Linlin, analyste automobile émérite à Shanghai.

     

    « Cette exemption va au-delà des attentes, car le gouvernement devrait déployer une série de mesures avant que les ventes de véhicules électriques ne décollent », a déclaré M. Cai.

     

    La Chine compte actuellement environ 70 000 véhicules à énergies nouvelles en circulation après cinq ans d’encouragement, bien loin des souhaits du Gouvernement central d’atteindre un chiffre de 500 000 d'ici à 2015.

    Comme on le voit, la Chine est à l'avant-garde quand il s'agit de prendre des mesures environnementales , il faut dire aussi que la Chine a les pouvoirs de se donner les moyens.

    PC110376-001.JPG

    PC110398.JPG

  • De plus en plus de taxis à énergie propre à Beijing

    F201306051531321215524608.jpg

    Un employé de la station de gaz ravitaille un taxi fonctionnant au gaz naturel mardi à Beijing. (Gong Lei/Xinhua)

     

    Beijing prévoit d'augmenter le nombre de taxis fonctionnant au gaz naturel, en passant de 99 à 2000 véhicules d'ici la fin du mois de juillet. Ce projet pilote vise à promouvoir l'utilisation des énergies propres dans les transports publics.

    La capitale chinoise compte actuellement 2000 véhicules fonctionnant au gaz naturel, et ce nombre devrait dépasser les 10 000 en 2013, comprenant notamment 2000 taxis, 3143 bus, et plusieurs voitures de certaines écoles de conduite, a indiqué le Bureau de la protection de l’environnement de Beijing.

    «Le remplacement de l'essence traditionnelle par du gaz naturel, permettra de réduire considérablement la pollution par les particules fines», a déclaré Xu Tong, directeur général adjoint du groupe de Gaz de Beijing. En rajoutant que l'augmentation de la consommation de gaz naturel permettra d'améliorer grandement la qualité de l'air de la ville.

    Un véhicule utilisant du gaz naturel peut rouler jusqu’à plus de que 500 km et ainsi répondre à la demande des banlieusards, a-t-il souligné.

    La ville est prête à ajouter plus de 30 000 véhicules au gaz naturel supplémentaires d'ici la fin 2017, en cas de succès du projet pilote, selon le bureau.

     

    beijing-taxi-2.jpg



    Avec également l’annonce d’ici fin 2015, de la mise en place dans les transports publics de 7000 autobus munis de moteurs au gaz naturel.

    Les véhicules qui utilisent le gaz naturel à la place de l'essence peuvent réduire considérablement les principaux polluants dans l'air, notamment les particules d'un diamètre inférieur à 2,5 micromètres (plus de 93%). Le monoxyde d'azote de 20 à 40%, le dioxyde de carbone de 25% et le monoxyde de carbone de 50 à 70%.

    Le gaz naturel coûtera de 30 à 40% de moins par rapport au carburant diesel, a précisé Xu Tong.

    Cependant, la promotion des véhicules à énergie propre n'est pas exempt de problèmes, le manque de stations de gaz naturel étant la plus grande préoccupation.

    Contrairement aux voitures électriques, qui bénéficient de nombreuses politiques préférentielles, y compris l'exemption de la loterie de la plaque d'immatriculation et d’une réduction de prix, les véhicules au gaz naturel ne sont pas encore largement acceptées. A noter que la construction d'installations de soutien, comme les stations-service, est à la traîne.

    La capitale a mis en place sept stations de gaz naturel comprimé et neuf stations de gaz naturel liquéfié pour soutenir les taxis supplémentaires roulant au gaz naturel.

    Près de 100 stations seront mises en place d'ici la fin de l'année et la prévision d’en construire au moins 70 autres chaque année de 2014 à 2017, pour répondre à la demande croissante.

    Xu Tong a fait remarquer que les véhicules alimentés au gaz naturel deviennent populaires à Beijing, plus de constructeurs devraient obtenir un permis de vente pour les véhicules qui utilisent le gaz naturel, afin de satisfaire la demande des consommateurs.

    Le Beijing Gas Group, l'opérateur du réseau de distribution du gaz naturel de la ville, a indiqué que la capitale qui a la plus grosse consommation de gaz naturel du pays, a totaliser un réseau de canalisations de 15 000 km fin 2012, couvrant l'ensemble du centre-ville et 95% des zones de banlieue avec un total de 6 millions d'utilisateurs.

    Le gaz naturel représentait 14% de la consommation énergétique de la capitale en 2012, soit une augmentation de 6% par rapport en 2010.

    La ville a acheté 54 milliards de mètres cubes de gaz naturel de 1997 à 2012, en remplacement de 84 millions de tonnes de charbon.

    La consommation de gaz à Beijing devrait atteindre 18 milliards de mètres cubes en 2015, 21,6 milliards en 2017 et 30,6 milliards de mètres cubes en 2020, selon le plan de l'énergie de la ville.

    En plus de la mise en œuvre du projet pilote de véhicules fonctionnant au gaz, la ville promet également d'éliminer toutes les chaudières à charbon à l'intérieur du quatrième périphérique d'ici 2013.

    taxis_art.jpg

  • 3 ans après Shenzhen,Hong Kong lance ses premiers taxis électriques

    MMV517401_TFR.jpg

    Hong Kong a lancé samedi ses premiers taxis électriques, dans un effort pour tenter de réduire l'importante pollution de cette mégapole du sud de la Chine de sept millions d'habitants


                   
    Les 45 voitures rouges du constructeur chinois de voitures électriques BYD,firme de Shenzhen ville du sud de la Chine, sont mues par des batteries au phosphate de fer qui se rechargent en deux heures, et ont une autonomie de 300 kilomètres, selon BYD.

     

     


                   
    L'idée sera testée pendant six mois. Selon l'Association des taxis, outre ses bénéfices écologiques, le taxi électrique devrait coûter moins cher à faire fonctionner, revenant à 0,2 ou 0,3 cent hongkongais du kilomètre, contre 0,8 pour un taxi à essence (10 cents de dollar américain).


                   
    L'association a appelé les autorités à mettre en place plus de bornes de rechargement. BYD a annoncé l'installation de 47 bornes situées en neuf endroits.


                   
    Le gouvernement de Hong Kong a annoncé l'an dernier, pour la première fois depuis 25 ans, vouloir diminuer la pollution, responsable selon une étude de l'université de Hong Kong de plus de 3.000 morts par an.
       1-P1010518.JPG

    La ville de Shenzhen (sud de la Chine), connue pour avoir été l’une des zones d’expérimentation de l’ouverture économique de la Chine dans les années 80,a été la première ville à se doter d'une société de taxis tout à fait électriques.

     

    Ces taxis sont exploités par la Compagnie Pengcheng taxi électrique, une joint-venture entre BYD et le Shenzhen Bus Group, SBG. 

     

    Byd est un constructeur de voitures électriques dont le siège social est situé à Shenzhen.Shenzhen Bus Group est un grand opérateur de lignes de bus, de taxis, et d'entreprises connexes. Son principal actionnaire (55%) est la ville de Shenzhen En d'autres termes,le partenaire BYD dans cette joint-venture est le gouvernement de la ville de Shenzhen.

    1-P1010522.JPG

    En mars 2012 , je vous présentais la première société de taxi au monde dont tous les véhicules sont tout électrique, Li Guanghan ,vice président de Pengcheng Taxi , nous avait  annoncé que sa société qui est de 300 véhicules allait passer à 800 car la ville de Shenzhen a donné le feu vert pour libérer des fonds en vue de l'acquisition de 500 taxis et 1000 autobus tout électrique en plus.

    Les premiers taxis électriques BYD ont été mis en service fin 2009.


     

  • Après Volvo, le Chinois Geely rachète les célèbres taxis londoniens

    1444805_3_151b_zhejiang-geely-holding-group-va-reprendre_69a205d4826b04e90db4b129146dfdab.jpg

    Le constructeur automobile chinois Geely a racheté le fabricant des célèbres taxis noirs londoniens, Manganese Bronze Holdings, placé sous administration judiciaire, a annoncé vendredi 1er février le groupe chinois, déjà propriétaire du suédois Volvo.

     

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6909/zh/archive/2013/02/03/apres-volvo-le-chinois-geely-rachete-les-taxis-londoniens.html

    Reading the article in English:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6909/en/archive/2013/02/03/apres-volvo-le-chinois-geely-rachete-les-taxis-londoniens.html

    Après les fameux bus à impérial qui sont devenus de fabrication chinoise les fameux taxis londoniens devenus chinois cotoieront des bus à impérial tout aussi chinois.

    Zhejiang Geely Holding Group va reprendre toutes les activités du britannique, propriétaire du constructeur The London Taxi Company, pour l'aider à se développer à l'international, a ajouté le groupe chinois. Le montant de l'opération est de 11,4 millions de livres sterling (12,7 millions d'euros). Geely possédait déjà près de 20 % de Manganese Bronze, acquis en 2006.

    volvo-hopes-to-grow-under-geely-ownership-18807_1.jpg

    "En tant qu'investisseur engagé sur le long terme, nous sommes déterminés à reconstruire l'avenir de cette marque connue et respectée mondialement", a déclaré le président de Geely, Li Shufu

    Voilà un retour de balancier un peu plus de 150 ans après les guerres de l'opium à la différence que l'action de l'ancien Empire britannique était abject et n'a jamais été condamnée à son juste prix alors que l'opération de Geely comme toutes les actions de la Chine son des opérations amicales et pacifiques.

    Frappé de plein fouet par la récession, ce fleuron des meilleures traditions d'Albion vient de se tourner vers la Chine.

     pour assurer son avenir.

    La création d'une coentreprise entre Manganese Bronze, premier constructeur de "black cabs" du royaume, et le groupe chinois Geely doit relancer la production de ces véhicules trapus aux allures de fiacres motorisés. L'usine de Shanghaï doit assembler un millier de taxis par an.

    "Londres a le meilleur système de taxi au monde. La popularité de la marque constitue un formidable atout à l'exportation", clame John Russel, directeur général de Manganese Bronze. Et de rappeler que pour qu'un taxi soit homologué, il faut que le véhicule puisse virer de 180° quasiment sur place, prévoir un emplacement spécial pour les bagages à côté du chauffeur. La hauteur "convenable" doit permettre d'y prendre place sans ôter son haut-de-forme. A l'écouter, la conduite n'admet aucun laisser-aller.

    L'antenne chinoise doit servir de tremplin pour s'attaquer à l'Asie du Sud-Est et au Proche-Orient.

     

     

     

  • Nouvelle version du pousse-pousse dans la ville la plus moderne de Chine -photo du jour

    P1030200.JPG

    La ville de Shenzhen a beau être la ville la plus moderne de Chine , on y trouve pourtant des véhicules archaïques

    tout droit inspiré du pousse-pousse. Le centre de Shenzhen est interdit à ce genre de véhicules tout comme les motos. Les vélos , électriques ou non peuvent circuler sur les trottoirs.Ce tricycle qui peut embarquer 2 passagers sert de taxi à la sortie des bouches de métro en banlieue. Pour 50 cent ou 1 euro vous arrivez à destination parfois plus rapidement qu'en voiture. De plus ce véhicule est écologique , il est électrique.