télévision connectée

  • La Chine durcit sa réglementation sur la télévision connectée dont elle limite l'usage

    L'administration chinoise de régulation des médias aurait demandé mercredi aux décodeurs TV et aux fournisseurs autorisés de télévision connectée de corriger les violations, notamment les applications des sites de vidéos pour télévision et l'installation de navigateurs internet sur les télévisions.

    L'Administration d'Etat de la presse, des publications, de la radio, du cinéma et de la télévision (SARFT) a publié un avis dans lequel elle demandait aux sept fournisseurs autorisés de télévision connectée de mettre fin à leurs ventes de décodeurs capables d'installer des applications via un port USB, selon le site techweb.com.cn.

    Ces applications permettent actuellement de regarder sur une télévision des films et des chaînes câblées comme la CNN et la BBC.

    L'organe de régulation a également enjoint les fournisseurs à stopper les applications de radio et de vidéo permettant d'utiliser un téléphone mobile comme télécommande.

    La SARFT n'avait pas pu être jointe au moment de la publication de l'article.

    « Ces nouvelles réglementations empêcheront les personnes possédant des appareils d'accès à internet par la télévision de télécharger des applications non-autorisées et de regarder des contenus censurés, ce qui pourrait se répercuter sur les ventes de décodeurs TV », a déclaré au Global Times une source issue d'un fabricant.

    Ce n'est pas la première fois que la SARFT réglemente le secteur de la télévision connectée.

    En 2011, elle avait demandé aux fournisseurs de télévision connectée et de décodeurs de ne proposer que le contenu en ligne provenant des sept fournisseurs autorisés, qui sont pour la plupart des entreprises d'Etat, comme China Network Television, BesTV News Media et Wasu Media.

    Après le lancement par la SARFT d'une campagne visant à faire respecter la réglementation sur les décodeurs et les appareils de télévision connectée en juin 2014, plusieurs des principaux sites de vidéos du pays ont supprimé leurs applications pour télévision. C'est le cas notamment de Youku Tudou, équivalent de Youtube en Chine.

    En septembre 2014, la SARFT a négocié avec les plus grands sites de vidéo en ligne, et leur a donné un délai d'un mois pour supprimer leurs applications de télévision, avertissant que ceux qui ne respecteraient pas cette échéance se verraient retirer leur licence de diffusion sur internet.

    « Ces régulations montrent la volonté de la SARFT de durcir le contrôle des sites de vidéos », a déclaré au Global Times Xiang Ligang, expert en télécoms et PDG du site d'information sur internet cctime.com.

    « Par rapport à la télévision traditionnelle, la télévision connectée et les décodeurs fournissent une source abondante de films et de séries télé, que l'on regarde quand on veut et autant qu'on veut. Mais cela a créé des problèmes », a expliqué Xiang. En installant les applications de site de vidéos, les visionneurs peuvent regarder tout ce qu'ils veulent, et donc aussi des contenus violents ou pornographiques non-censurés, selon Xiang.

    « Des conflits de droits d'auteur pourraient aussi survenir. Il serait difficile de protéger les détenteurs des droits d'auteur d'un film si l'on peut le regarder sur d'autres applications de vidéo ou le télécharger illégalement sur internet », a ajouté Xiang.

    lgsmarttv_px6001.jpg