suffrage universel

  • Le suffrage universel à Hong Kong selon le principe d'« un pays, deux systèmes »

    001fd04cfc221350544202.jpg

    Le représentant du gouvernement central à Hong Kong a assuré hier que Beijing était toujours déterminée à instaurer le suffrage universel direct dans la ville, laissant toutefois entendre la possibilité d'une présélection des candidats.

    Zhang Xiaoming, directeur du bureau de liaison du gouvernement central à Hong Kong, s'est ainsi exprimé lors d'un déjeuner avec des parlementaires hongkongais de tous partis.

    Il s'agissait du premier déjeuner réunissant le représentant de la partie continentale de la Chine et l'ensemble du Conseil législatif depuis 1997.

    « Je suis décidé à œuvrer avec vous tous pour la mise en place du suffrage universel », a affirmé Zhang selon un article de Xinhua.

    Il a également exhorté Hong Kong à respecter rigoureusement le principe d'« un pays, deux systèmes », et sous-entendu dans une métaphore que les candidats aux plus hautes fonctions du gouvernement de la ville feraient l'objet de présélections, alors qu'il répondait à la question d'un parlementaire.

    « Sans les passer au crible, comment peut-on séparer les bonnes graines des mauvaises ? C'est une étape nécessaire », a-t-il déclaré, selon Now.com.

    Claudia Mo Man-ching, une élue du Parti civique présente au déjeuner de mardi, a jugé utile de rencontrer directement le représentant du bureau de liaison.

    Elle a néanmoins exprimé son désaccord envers la remarque de Zhang concernant la présélection des candidats, qui selon elle pourrait servir à écarter ceux qui ne respecteront pas le principe du « j'aime la Chine, j'aime Hong Kong ».

    En 2017, les citoyens hongkongais pourront élire eux-mêmes le chef de l'exécutif et l'ensemble du corps législatif de la ville, comme s'y était engagé en 2007 le Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire.

    Afin de faire pression sur Beijing, les militants en faveur du suffrage universel ont organisé un mouvement prévoyant de bloquer le centre financier de la ville le 1er juillet 2014 si le gouvernement central ne soumet pas d'ici là une proposition concrète pour 2017.

    Zhang s'est opposé à la manifestation, au motif qu'elle irait à l'encontre des lois hongkongaises et aurait des conséquences négatives sur les jeunes.