somme

  • Noyelles-sur-mer (nord de la France),cérémonie de commémoration des Chinois morts pour la France et le Royaume-Uni pendant la 1ère Guerre mondiale

    132285281_31n.jpg

    Une cérémonie en l'honneur des quelque 842 travailleurs chinois morts pour la France et le Royaume-Uni durant la Première Guerre mondiale (1914-1918) s'est déroulée jeudi au cimetière de Nollet, dans la ville de Noyelles-sur-mer, dans la Somme (nord de France).

    L'ambassadeur de Chine en France, M. Kong Quan, ainsi que M. Philippe Dieudonné, sous-préfet d'Abbeville, représentant du Préfet de la Picardie et Préfet de la Somme, M. Michel Létocart, maire de la commune de Noyelles-sur-mer, qui abrite le plus grand cimetière de travailleurs chinois en Europe, et des représentants de la communauté chinoise en France, ont assisté à cette commémoration solennelle.

     

    "Pendant la Première Guerre mondiale, 140 mille travailleurs chinois sont venus en Europe pour gagner leur vie", a indiqué M. Kong Quan dans le discours qu'il a prononcé à cette occasion, rappelant les "travaux pénibles voire dangereux" qu'ils avaient alors accomplis.

    132285281_21n.jpg

     

    "Cependant, des milliers d'entre eux ont vu leurs rêves brisés et ont fini par reposer éternellement dans un pays étranger, au milieu des verdures, loin de leur pays natal", a souligné l' ambassadeur de Chine à Paris.

     

    Tout en voyant dans les 842 stèles des tombes de Chinois au cimetière de Noyelles-sur-mer "un témoignage silencieux d'un épisode douloureux de l'histoire de l'humanité", M. Kong Quan y a également lu "une aspiration ardente au développement de notre pays (la Chine) et à la paix de notre monde".

     

    "Aujourd'hui, nous avons de quoi consoler les défunts", s'est encore exclamé le haut représentant chinois. "A l'issue de cent ans de sacrifice et d'efforts, la Chine a finalement trouvé sa propre voie de développement", a-t-il ajouté, soulignant le chemin parcouru depuis ces sombres années du début du 20e siècle.

    132285281_11n.jpg