société

  • Le train chinois est le plus rapide du monde , à l'image de la transformation de la société

    3111805762_4.jpg

    Vingt-six ans après son premier voyage en train en Chine, le correspondant de la BBC à Pékin a décidé de remonter à nouveau dans un wagon chinois en direction du Wuhan. Voilà ce qu'Angus Foster observe au cours de son voyage les changements dans la société chinoise:

    «Il n'y avait plus de chèvres ni de poulets. (...) Personne ne montait dans le train par les fenêtres (...). Le wagon avait même l'air conditionné. Les sièges inconfortables de ying zuo [la classe la moins chère dans les trains chinois] n'étaient plus durs comme avant, mais rembourrés avec des housses bleues. (...) Il n'y avait pas beaucoup de paysans. Dans ma cabine de 6 sièges, les 5 passagers avaient des téléphones portables avec un accès à Internet. Deux d'entre eux avaient des ordinateurs portables et regardaient des films d'action hollywoodien sous-titrés à plein volume.»

    Les passagers ont beaucoup changé, mais les trains eux-mêmes ont été radicalement transformés.

     

    001ec94a27150f6558683a.jpg

    «De nouvelles lignes ont été ajoutées chaque année. Les locomotives à vapeur ont été remplacées par des engins qui roulent au diesel et à l'énergie électrique. De façon encore plus ambitieuse, la Chine a mis en place le réseau de trains à grande vitesse le plus important au monde.»

    En 2010, Gilles Bridier écrivait sur Slate.fr:

    «Aujourd’hui, la coqueluche de la grande vitesse ferroviaire est chinoise. La France a beau se frotter les yeux pour sortir d’un cauchemar que jamais cheminot n’aurait imaginé vivre, le verdict du tachymètre est sans appel: sur les quelque 1.000 km de la ligne qui relie Canton à Wuhan, les trains chinois à grande vitesse circulent à une vitesse moyenne de 312 km/h, avec des pointes à 350 km/h qui laissent le TGV français sur le carreau.»

    001ec94a27150f65587d3b.jpg