sibérie

  • En Chine aussi, les gens du Nord ont plein de soleil dans le coeur

    Ce n’est pas la première fois que j’explique le pourquoi de mon attrait de la vie en Chine. Je me sentais si bien dans ce pays que j’y ai trouvé l’âme sœur, ma seconde épouse. Ce dimanche j’ai, une fois de plus fait l’expérience d’une fantastique rencontre générée par la gentillesse innée du peuple chinois.

    Au programme de ce jour, pas moins de trois expositions la première traite du thé, la seconde a pour thème l’agro-alimentaire, le riz, le soja, blé etc… la troisième, je n’en parlerai pas car, vu le temps consacré sur l’exposition agro-alimentaire, nous dûmes faire l’impasse sur l’exposition féline.

     

    IMG_1733[1].JPG

    Tout a commencé de mon étonnement devant une plante de riz , brune, exposée sur un stand. Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était cette plante. Xu me dit que c’était du riz et en même temps dit à une dame sur ce stand que je ne connaissais pas cette plante. En deux minutes, tout le stand m’entourait et tout le monde voulait voir ce « laowai »( terme qui désigne les étrangers en Chine) qui ne connaissait pas le riz.

     

    IMG_1756[1].JPG

    Une dame s’est alors adressée à moi, souriante avec un petit côté ironique , me souhaitant la bienvenue sur le stand représentant la production de sa ferme dans le Nord-Est de la Chine , dans le Heilongjiang près de la ville de Shuangyashan , non loin de la frontière Russe ,au Nord de Vladivoskov. Elle me dit être venue à Shenzhen pour faire connaître sa production en général mais surtout son riz. Il faut dire que le riz de Heilongjiang commence à avoir une sérieuse réputation même ici dans le sud pays, région du riz par excellence. Le riz de Heilongjiang que j’ai goûté est probablement le meilleur au monde que j’ai rencontré. Il est plus moelleux qu’un autre riz, son goût agréable fait qu’on sait le manger seul avec plaisir, sans sauce ou légume ajouté . Sa qualité est justifiée par la richesse de la terre, mais aussi par le fait d’une seule récolte annuelle. Dans le sud de la Chine, on pousse à deux récoltes voir à trois .

     

    IMG_1757[1].JPG

    Cette dame est la propriétaire de cette ferme,compagnie. Elle me présente tout son staff venu l’accompagner à Shenzhen. Elle me fait goûter du riz de sa production. Excellent.

    Sa ferme d’une superficie de 600 h. est composée de terres cultivables, riz, soja, mais aussi mares pour canard , de terre pour poulets et oies . En plus , elle est fière de présenter les multitudes d’oiseaux sauvages dont des grues qui passent régulièrement sur ses terres réservées à la sauvegarde de la nature.

     

    IMG_1758[1].JPG

    Tout en discutant, nous avons pris quelques photos ensemble. Ils m’ont demandé de poser avec eux ou avec différents produits qu’ils commercialisent. Nous avons ,selon la coutume chinoise ,échangé nos cartes de visite et pour me remercier de m’être prêté à leur séance de photos, nous sommes repartis les bras chargés de cadeaux avec en prime une invitation chez eux en été. Invitation que nous avons reportée à l’année prochaine car cet été nous serons en Belgique.

     

    IMG_1761[1].JPG

    La distance entre Shenzhen et Shuangyashan est de près de 4000 Km. Actuellement il fait – 10° le jour et -20° la nuit à Shuangyashan tandis qu’ici nous avons 25° . En plein hiver , la température descend parfois jusqu’à -50°.

    Face à la chaleur de ces gens venus de l’extrême nord de la Chine , à la frontière de la Sibérie orientale , je ne puis m’empêcher de penser , en quittant cette dame accueillante, à la chanson d’Enrico Macias : « Les gens du Nord ».

    IMG_1735[1].JPG

  • Les sanctions des pays occidentaux et l'embargo russe sont de magnifiques opportunités pour la Chine

    133612917_14096194577451n.jpg

    Le groupe énergétique russe Gazprom envisage de signer un contrat avec la Chine pour lui fournir du gaz via la route de l'ouest, a déclaré mercredi le PDG du groupe Alexei Miller.

    "Gazprom prévoit de signer un contrat pour fournir à la Chine 30 milliards de m3 de gaz naturel via la route de l'ouest pendant 30 ans", a affirmé M. Miller au cours d'une entretien avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou.

    Le projet du gazoduc sino-russe de la route de l'ouest relie les gisements de gaz en Sibérie occidentale et la partie nord- ouest de la Chine par la région d'Altai de la Russie.

    Le groupe Gazprom va signer le contrat avec le groupe pétrolier chinois China National Petroleum Corporation (CNPC) en novembre.

    M. Miller a aussi déclaré que Gazprom pourrait envisager de doubler le volume de gaz à fournir à la Chine.

    "Pendant les négociations sur les nouveaux contrats par la route de l'ouest, une possibilité de fournir 60 milliards à 100 milliards de m3 est envisagée", a déclaré M. Miller, cité par l'agence Interfax.

    D'après le patron de Gazprom, le groupe va utiliser le gazoduc existant pour mettre en oeuvre le projet de l'ouest, qui aura besoin moins d'investissements que la constrution de celui de l'est.

    En mai dernier, la Chine et la Russie ont signé un contrat sur la fourniture du gaz via la route de l'est et un mémorandum en la matière. Ce contrat de 30 ans prévoit d'acheminer 38 milliards de m3 de gaz à la Chine chaque année, à partir de 2018.

    133612917_14096194578001n.jpg

    La partie russe du gazoduc, officiellement dénommé "Power of Siberia", sera mise en place avec un investissement de 55 milliards USD. La construction du gazoduc sino-russe de la route de l'est a été lancée le 1er septembre à Iakoutsk, ville de Sibérie.

     

    Le lendemain même de l’annonce par la Russie de l’interdiction d’importer diverses denrées alimentaires des Etats-Unis, de l’Union européenne, d’Australie, du Canada et de Norvège, la Chine indiquait son intention de mettre en place une zone d’échanges commerciaux transfrontaliers pour les fruits et légumes avec la Russie. C’est ce segment de marché qui présente le plus d’intérêt pour les exportateurs chinois, car il risque de connaître une forte croissance en très peu de temps.

     

    imagesAFAVQQJD.jpg

  • -48°C, le froid extrême frappe le nord de la Chine

    LA CHINE DU NORD , C'EST LA SIBERIE

     

     

    Récemment, un froid extrême a frappé la Chine du Nord. Dans le nord-est de la Mongolie intérieure et les trois provinces proches de la Sibérie, la température minimale a atteint -48°C le 15 janvier. Il s'agissait de la huitième journée à moins de -40°C.

     

  • Des volontaires chinois vont enlever des pièges pour les tigres de Sibérie

    Soixante volontaires chinois des quatre coins du pays vont enlever des pièges pour les tigres de Sibérie dans le nord de la Chine, cet hiver.

    tiLa campagne pour enlever ces pièges va être sponsorisée conjointement par  l'Administration provinciale de l'industrie de la forêt du Heilongjiang, l'entreprise Harbin Daily Newpaper Group, et une entreprise d'informations en ligne, www.harbinnews.com., a indiqué Wang Lin, chef de l'équipe en charge de cette campagne.

    Du 7 au 14 janvier, 60 volontaires vont enlever des pièges en fils de fer, tendus par des braconniers pour piéger les tigres de Sibérie sauvages durant l'hiver, dans les zones de passage des tigres de Heilongjiang, a précisé M. Wang.

    Les 60 volontaires, âgés de 19 à 65 ans, ont été sélectionnés parmi plus de 300 candidats à travers la Chine, dont des fonctionnaires, des étudiants, des professeurs, des journalistes, des médecins et des chefs d'entreprises.

    "Je suis engagé dans la protection de la vie sauvage depuis plus de 30 ans, c'est un travail ardu mais important ", a affirmé un volontaire de 65 ans, Zhang Yongming, également officiel retraité du département forestier du Heilongjiang.

    Le tigre de Sibérie, une espèce menacée, est une sous-espèce de tigres qui parcouraient l'ouest et l'Asie centrale, ainsi que la Russie orientale.

    En Chine, il n'y a qu'une vingtaine de tigres sauvages de Sibérie, dont huit à dix d'entre eux se trouvent dans la province du Jilin, et dix à quatorze dans la province du Heilongjiang.