shu qi

  • The Assassin à Cannes : unanimité esthétique pour les critiques français, vidéos du triomphe et bande originale

    Le film The Assassin du cinéaste Hou Hsiao-Hsien, a été projeté jeudi au Jury du 68e Festival de Cannes et semble avoir séduit de nombreux journalistes français présents.

    Pour la radio RFI, "The Assassin" est un "coup de maître" dont "la puissance et la finesse du récit, raconté avec une subtilité virtuose maîtrisée à la perfection, nous procure le fort sentiment que Hou Hsiao-Hsien, un habitué de la compétition à Cannes, ne partira pas les mains vides le jour du palmarès", ajoutant en point d'orgue : "C'est rarissime, le sentiment d'avoir vu et vécu un film parfait".

    Le quotidien français 20 Minutes estime que "The Assassin" mérite "un prix de la mise en scène sinon rien", louant des "mouvements de caméra d'une rare sensualité" notant toute de même "un rythme lent malgré quelques jaillissements".

    L'hebdomadaire français Paris Match y voit un film "à l'incroyable perfection formelle" soulignant le travail de photographie réalisé par Mark Lee Ping Bing, véritable "hommage à la peinture chinoise (...) qui fait de chaque scène un formidable tableau vivant, et le peintre Hou, de chercher le mouvement de caméra parfait pour exprimer les sentiments".

     

    Le Monde encense le génie du réalisateur:

    Il aura suffi, mercredi 20 mai à Cannes, de voir les premiers plans d’un sublime prologue en noir et blanc de The Assassin, pour se rendre compte à quel point ce cinéaste nous manquait, pour se souvenir qu’il est un créateur de formes et un dispensateur de beautés comme en compte très peu dans l’histoire du cinéma.

    sans-titre.png

     

    Pour le site Slate, "The Assassin" éclipse les autres films présentés à Cannes:

    En deux coups, le 68e Festival de Cannes a changé de niveau. Deux films coup sur coup, deux films chinois en compétition qui élèvent brusquement la barre de ce qu’on est droit d’espérer du cinéma, en droit d’attendre du «plus grand festival du monde». Deux films qui, malgré plusieurs réalisations dignes d’intérêt, et sur lesquelles on reviendra, renvoient le reste des sélectionnés à un implacable second rang.

     

    L'histoire se déroule dans la Chine du 9e siècle. Nie Yinniang (Shu Qi), justicière initiée depuis l'enfance aux arts martiaux est de retour dans sa famille après plusieurs années d'exil avec pour mission d'éliminer les tyrans dans le plus grand secret. Elle devra choisir entre sacrifier l'homme qu'elle aime ou rompre pour toujours avec "l'ordre des Assassins". La sortie française du film est prévue pour le 6 janvier 2016.