shenzhen

  • En Chine aussi, les gens du Nord ont plein de soleil dans le coeur

    Ce n’est pas la première fois que j’explique le pourquoi de mon attrait de la vie en Chine. Je me sentais si bien dans ce pays que j’y ai trouvé l’âme sœur, ma seconde épouse. Ce dimanche j’ai, une fois de plus fait l’expérience d’une fantastique rencontre générée par la gentillesse innée du peuple chinois.

    Au programme de ce jour, pas moins de trois expositions la première traite du thé, la seconde a pour thème l’agro-alimentaire, le riz, le soja, blé etc… la troisième, je n’en parlerai pas car, vu le temps consacré sur l’exposition agro-alimentaire, nous dûmes faire l’impasse sur l’exposition féline.

     

    IMG_1733[1].JPG

    Tout a commencé de mon étonnement devant une plante de riz , brune, exposée sur un stand. Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était cette plante. Xu me dit que c’était du riz et en même temps dit à une dame sur ce stand que je ne connaissais pas cette plante. En deux minutes, tout le stand m’entourait et tout le monde voulait voir ce « laowai »( terme qui désigne les étrangers en Chine) qui ne connaissait pas le riz.

     

    IMG_1756[1].JPG

    Une dame s’est alors adressée à moi, souriante avec un petit côté ironique , me souhaitant la bienvenue sur le stand représentant la production de sa ferme dans le Nord-Est de la Chine , dans le Heilongjiang près de la ville de Shuangyashan , non loin de la frontière Russe ,au Nord de Vladivoskov. Elle me dit être venue à Shenzhen pour faire connaître sa production en général mais surtout son riz. Il faut dire que le riz de Heilongjiang commence à avoir une sérieuse réputation même ici dans le sud pays, région du riz par excellence. Le riz de Heilongjiang que j’ai goûté est probablement le meilleur au monde que j’ai rencontré. Il est plus moelleux qu’un autre riz, son goût agréable fait qu’on sait le manger seul avec plaisir, sans sauce ou légume ajouté . Sa qualité est justifiée par la richesse de la terre, mais aussi par le fait d’une seule récolte annuelle. Dans le sud de la Chine, on pousse à deux récoltes voir à trois .

     

    IMG_1757[1].JPG

    Cette dame est la propriétaire de cette ferme,compagnie. Elle me présente tout son staff venu l’accompagner à Shenzhen. Elle me fait goûter du riz de sa production. Excellent.

    Sa ferme d’une superficie de 600 h. est composée de terres cultivables, riz, soja, mais aussi mares pour canard , de terre pour poulets et oies . En plus , elle est fière de présenter les multitudes d’oiseaux sauvages dont des grues qui passent régulièrement sur ses terres réservées à la sauvegarde de la nature.

     

    IMG_1758[1].JPG

    Tout en discutant, nous avons pris quelques photos ensemble. Ils m’ont demandé de poser avec eux ou avec différents produits qu’ils commercialisent. Nous avons ,selon la coutume chinoise ,échangé nos cartes de visite et pour me remercier de m’être prêté à leur séance de photos, nous sommes repartis les bras chargés de cadeaux avec en prime une invitation chez eux en été. Invitation que nous avons reportée à l’année prochaine car cet été nous serons en Belgique.

     

    IMG_1761[1].JPG

    La distance entre Shenzhen et Shuangyashan est de près de 4000 Km. Actuellement il fait – 10° le jour et -20° la nuit à Shuangyashan tandis qu’ici nous avons 25° . En plein hiver , la température descend parfois jusqu’à -50°.

    Face à la chaleur de ces gens venus de l’extrême nord de la Chine , à la frontière de la Sibérie orientale , je ne puis m’empêcher de penser , en quittant cette dame accueillante, à la chanson d’Enrico Macias : « Les gens du Nord ».

    IMG_1735[1].JPG

  • Vincent Kompany, capitaine de Manchester City et des Diables rouges , jouera en Chine contre Borussia Dortmund


    Kompany présente ses excuses aux supporters chinois

    Alors que des milliers de fans chinois des équipes anglaises de Mancbester City et de Manchester United sont déçus de ne pouvoir assister au derby des équipes de Manchester à Beijing, les fans de Shenzhen se réjouissent de la venue dans leur ville de l'équipe de Vincent Kompany qui affrontera l'équipe allemande du Borussia Dortmund.

    La pelouse du "Nid d'Oiseau" est rendue impraticable suite aux pluies abondantes qui se sont abattues sur la capitale chinoise.

     

    368C3D0400000578-3706875-image-m-2_1469447969822.jpg

    Depuis quelques années, de grands clubs européens organisent leur préparation de la saison, en Chine où ils ont de très nombreux fans. Les matchs des grands championnats nationaux ainsi que de Champions League sont retransmis à la télévision chinoise. De plus en plus de grands clubs, comme récemment l'AC Milan et Wolverhampton sont passés sous pavillon chinois.

    Le football se développe dans les écoles à l'initiative du président Xi Jinping, grand amateur de foot.

    La vice-Premier ministre chinoise Liu Yandong, a rencontré le président de la FIFA, Gianni Infantino, et a déclaré que la réforme et le développement du football chinois ont besoin des conseil et des aides de la FIFA.

    Selon Mme Liu, si le football a connait un certain développement ces dernières années, il existe encore un écart important entre le niveau du football chinois et celui des puissances de football.

    Le gouvernement chinois est en train de mener une réforme importante du football en modifiant les mécanismes de fonctionnement, en promouvant le football dans les écoles, et en développant l'industrie du football, a-t-elle ajouté.

    La vice-Premier ministre chinoise a déclaré que la Fédération chinoise de football soutiendrait activement le travail de la FIFA et contribuerait au développement du football mondial, a précisé Liu Yandong.

    Pour sa part, Gianni Infantino a indiqué que le football n'est pas seulement un sport, mais aussi un phénomène social, et exerce une influence spéciale sur un État, une société, voire le monde entier.

    La réforme du football menée par la Chine est importante, a déclaré M.Infantino, estimant qu'elle sera non seulement bénéfique pour le développement du football chinois et l'image internationale de la Chine, mais a aussi une importance cruciale pour le développement du football mondial.

     

    3692FF0C00000578-3706875-image-a-5_1469448282699.jpg

     

  • Shenzhen, ville chinoise à la plus forte compétitivité économique dont voici le top10

    c03fd559e56618b9f4103a.jpg

    Selon le dernier rapport de l'Académie nationale de la stratégie économique, qui dépend de l'Académie chinoise des sciences sociales, Shenzhen, la métropole de la province du Guangdong, dans le Sud de la Chine, est à nouveau arrivée en tête d'un classement de la compétitivité économique urbaine pour cette année, suivie par Hong Kong, Shanghai, Guangzhou et Taipei.

    Les statistiques montrent que le PIB de la ville a augmenté de 8,9% l'année dernière, pour atteindre 1750 milliards de yuans (237,40 milliards d'euros). Dans le même temps, ses recettes budgétaires ont augmenté de 31% pour atteindre 272,7 milliards de yuans (37 milliards d'euros), et la croissance des investissements actifs immobilisés a quant à elle enregistré son plus haut niveau en 17 ans avec une augmentation de 21% d'une année sur l'autre.

    Voici une liste des 10 villes ou régions de Chine à la plus forte compétitivité économique globale :

                                                                       N° 1 - Shenzhen

                                                                       N° 2 - Hong Kong

                                                                       N° 3 - Shanghai

                                                                       N° 4 - Guangzhou

                                                                       N° 5 - Taipei

                                                                       N° 6 - Tianjin

                                                                       N° 7 - Beijing

                                                                       N° 8 - Suzhou

                                                                       N° 9 - Macao

                                                                       N° 10 - Wuxi

     

    c03fd559e56618b9f2f903.jpg

  • A Shenzhen, la ville innovante de la province chinoise du Guangdong ,la société jetpack prend son envol avec 200 commandes

    FOREIGN201604271629000532118068011.jpg

    Un Martin Jetpack, le premier jetpack grand public, développé par Kuangchi Science, une startup innovante de Shenzhen

     

     

    Shenzhen, la ville innovante de la province chinoise du Guangdong (sud du pays), a reçu les résultats de son énorme investissement dans certaines technologies de pointe des plus performantes.

    Kuangchi Science Ltd, une start-up innovante de haute technologie, a reçu 200 commandes pour son Martin Jetpack, le premier réacteur dorsal opérationnel du monde, au prix unitaire de 2 millions de yuans (340000€).

    «Nos acheteurs viennent d'un peu partout», a expliqué Zhang Yangyang, PDG de la société. « Par exemple, une équipe de sauvetage à Dubaï a commandé près de 30 appareils, le jetpack étant plus pratique à utiliser par rapport aux hélicoptères dans une ville pleine de gratte-ciel.»

    Le jetpack est alimenté par un moteur à essence et propulsé par deux ventilateurs à double gaine, produisant une poussée suffisante pour soulever l'avion et un pilote, et pour permettre un vol soutenu. Il peut fonctionner à proximité ou entre les bâtiments, près des arbres et dans des espaces confinés où d'autres aéronefs sont incapables d'accéder.

    Le jetpack peut transporter des charges allant jusqu'à 120 kg, pour un temps de vol maximum de 45 minutes et une vitesse allant jusqu'à 80 km/h.

    Cet engin innovant est produit principalement en Nouvelle-Zélande, mais Zhang Yangyang a expliqué à China Daily, qu'ils allaient bientôt transférer l'ensemble du processus de fabrication en Chine.

    On doit cette mise en service à cinq étudiants rentrés en Chine après avoir étudié à l'étranger, a noté le responsable. L'équipe a été mise en Shenzhen par "campagne de paon", un programme de la Commission de l'innovation des sciences et technologies de Shenzhen, lancé pour attirer des talents du secteur high-tech.

    De plus, ce projet est seulement l'un des investissements de la ville dans la promotion des industries innovantes et émergentes. Les investissements R & D de Shenzhen a représenté 4% de son PIB en 2015, similaire au chiffre de la Corée du Sud.

  • Des PME françaises innovantes cherchent des soutiens financiers et des partenaires dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    Huawei-Slider.jpg

    Pour des raisons culturelles et historiques, les pays occidentaux ont toujours eu tendance à regarder vers l’Ouest et les Etats-Unis. Pourtant, la Chine, grâce sa force de production, son dynamisme et son marché de 1,4 milliards d’habitants représente un eldorado pour les start-up. Seulement voilà, la langue, ses idéogrammes et les nombreuses différences culturelles peuvent faire peur quand on ne connaît rien à l’Empire du Milieu.

     Si vous cherchez encore une bonne raison de développer votre activité en Chine, gardez en tête qu’il s’agit du 1er marché des télécoms avec 1,26 Mds d’abonnés mobiles et le premier marché du web avec 670 millions d’internautes dont 50 % sur smartphone.

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises.

     

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

     

    367005041.jpg

    Visite de Tencent, fondateur de QQ

    Objectif pour les start-up ? Rencontrer l’éco système IT Chinois : fabricants, partenaires commerciaux ou investisseurs. « En une semaine, j’ai déjà réussi à rencontrer des monstres comme Baidu, QQ Music, Xiaomi ou encore le géant Alibaba » s’enthousiasme Jessica, co-fondatrice de la société Pulz, nom éponyme de cette ingénieuse enceinte connectée, avant de poursuivre : « il n’y a aucun pessimisme dans ce pays, on avance pas à pas, on itère et on grandit ».

    Feetme, premier lauréat du concours Digital IN Pulse en 2014 avec sa semelle orthopédique connectée et que nous avons rencontré sur place témoigne : « Shenzhen est une ville incroyable, tout le supply chain est devant toi. ». Il rappelle néanmoins qu’il vaut mieux pouvoir compter sur un incubateur local qui facilitera l’accès avec les interlocuteurs.

     

     La société Huawei, créée en en 1988 par Ren Zhengfei s’est implantée à Shenzhen . Le groupe se spécialise d’abord dans les réseaux de téléphonie mobile (semi-conducteurs, modems, connectivité), les solutions de communication des entreprises (datacenter, visioconférence…) avant de produire à son tour des « devices » (smartphones, tablettes et objets connectés).

    Depuis, Huawei compte 170 000 employés (à noter que 85 000 d’entre eux ont des actions de l’entreprise) et décline son offre à destination de trois types de publics : opérateurs, entreprises, consommateurs.

     

     

     

    H1_0140.jpg

    Cette société d’ingénieurs à la réputation plutôt discrète est donc en passe de réussir sa mutation, celle de devenir une marque d’avant-garde auprès du grand public avec des portables haut de gamme qui n’ont rien à envier à ses concurrents. La preuve, elle en a vendu 75 millions en 2014 et devrait dépasser les 100 millions en 2015.

    Selon des statistiques d'IDC (International Data Corporation), les portables chinois ont conquis environ 10% du marché de la téléphonie mobile en Europe de l'Ouest.

     

    Lors du Salon international de la radiodiffusion de Berlin qui s'est déroulé début septembre, le journal britannique "International Business Times" a sélectionné les cinq meilleurs smartphones venant d'être dévoilés parmi la centaine de nouveaux produits. Les téléphones mobiles chinois ont remporté quatre de ces cinq premières places.

     

    Ces quatre smartphones chinois sont respectivement l'AXON Elite et le nubia Z9 de la société ZTE, le Mate S de Huawei, ainsi que le PHAB Plus de Lenovo.

  • Shenzhen, la silicon valley du hardware est la ville la plus extraordinaire de Chine

     

    Chine 2014 Liliane 1208.JPG

    Promenade le long de la mer, sur plus de 10Km. Shenzhen Est

    Un village de pêcheurs devenu une mégalopole ultra dynamique de 15 millions d’habitants en seulement 35 ans. Voilà le genre d’histoires qui n’existent qu’en Chine et qui ont de quoi laisser perplexe quand on vient d’Europe. La ville est immense, les tours et les grues se succèdent et donnent une impression de croissance infinie.

    017DFE67.jpg

    Plages Shenzhen Ouest

     

    Coincée entre montagnes, mer et océan, Shenzhen est ,selon moi, la ville la plus agréable à vivre en Chine , même plus  agréable que Hong Kong sa voisine. Bien sûr ,si vous êtes touriste et venez en Chine pour la première fois, ne vous précipitez pas ici. Les régions de Beijing ,Shanghai et Xi'an étant les incontournables , Shenzhen n'est valable que pour les touristes occidentaux à Hong Kong,  ne disposant que d'un ou deux jours pour faire une petite escapade en Chine , qui peuvent , sans visa , faire du shopping dans cette ville extraordinaire. Et ils ne s'en privent pas , car bien que n'étant pas conçue pour le tourisme , Shenzhen figure à la cinquième place des villes les plus fréquentées par les touristes.

    Pourquoi Shenzhen est-elle si extraordinaire alors me demanderez-vous?

    D'abord, il ne faut pas confondre cette ville à la croissance fulgurante avec une ville nouvelle sans âme comme il en existe dans les environs de Beijing et qui sont de véritables villes dortoirs.

    Non, Shenzhen a un long et beau passé , même antique et prospère jusqu'en 1842, quand elle fut séparée de Hong Kong qui devint cette année une colonie britannique. Commença pour Shenzhen, une longue traversée du désert qui dura jusqu'en 1980 quand Deng Xiaoping décida de la création de zones économiques spéciales.

     

    3372677510.jpg

    Peinture représentant Deng Xiaoping (centre de Shenzhen)

     

     

    De ravalé à simple village de pêcheurs , Shenzhen se réveilla pour devenir la perle du sud de la Chine.

    Avec une moyenne d'âge de 29 ans , Shenzhen est la ville la plus jeune de Chine, la seule ville de Chine où l'on compte un plus grand nombre de femmes à celui d'hommes. En plus, c'est la ville la plus riche et la plus propre de Chine même si elle est encore lois de sa voisine Hong Kong concernant la richesse et les investissements.

     

    4499_1163169041693_1301865093_446705_4071089_n.jpg

    Shenzhen, centre ville

       

  • 12 PME françaises à la recherche de fonds dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    002564bb44f717b682e612.jpg

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises. Cette visite a lieu dans le cadre du programme « Acceleratech China », conçu par Business France, l'Agence nationale au service de l'internationalisation de l'économie française, et Bpifrance, la banque publique d'investissement.

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

    Les entreprises sélectionnées à l'issue de ce processus sont A2IA, Deep Vision, Delair Tech, Euris, Feeligreen, Fitizzy, Lengow, Prizm, S4M, Sentryo, Technosens et Wassa. Quatre d'entre elles sont par ailleurs lauréates du concours national d'innovation Digital In-Pulse 2015, organisé par Huawei France.

    Toutes les PME et start-up ont été jugées sur le caractère innovant de leur produit ou service, son adéquation avec les attentes du marché chinois, la robustesse de leur modèle d'entreprise et le degré d'implication des équipes dans le projet. Pour valoriser la richesse et l'attractivité des deux écosystèmes français et chinois, une délégation de trois start-up chinoises sélectionnées viendra découvrir Paris en 2016.

    Depuis plusieurs années, la Chine fait monter en gamme son économie. Le pays est devenu l'un des tout premiers acteurs des technologies et des services numériques. Ses champions nationaux tels que Baidu, Alibaba, Tencent ou encore Huawei, sont les équivalents chinois de Google, d'Apple, d'Amazon ou de Facebook. Pour accompagner ces évolutions industrielles, qui touchent tous les secteurs de l'économie, notamment l'industrie, la Chine s'ouvre aux innovations venues de l'étranger. Les entreprises sélectionnées pour Acceleratech China ont l'espoir d'y trouver une place.

    La Chine et la France partagent par conséquent la même volonté de faire émerger les technologies de l'information comme un secteur d'excellence.

  • Premier tunnel ferroviaire à grande vitesse entre Hong Kong et la Chine continentale

    Hong Kong vu de Shenzhen

     

    Le premier tunnel ferroviaire à grande vitesse reliant la Chine continentale et à Hong Kong a été creusé.

    Ce tunnel 3 886 mètres va de la ville de Shenzhen, dans la Province méridionale du Guangdong, au district de Mai Po à Hong Kong.

    La section de Shenzhen du tunnel a été construite selon les normes chinoises, et la section de Hong Kong a été construite selon les normes européennes.

    Selon Wu Xiangdong de la China Railway Group Company, responsable de la construction de la partie continentale du tunnel : « Nous avons réalisé une jonction homogène entre les normes chinoises et les normes européennes dans les deux sections du tunnel ferroviaire et nous pourrons utiliser cette expérience dans de futures opportunités de construction de tunnels en Europe et même en Amérique. Et par le biais de cette pratique, nous pouvons trouver des moyens qui sont conformes à la stratégie de ‘sortie vers le monde’ ».

    Le projet fait partie du projet ferroviaire à grande vitesse souterrain reliant Shenzhen à Kowloon.

    Hong Kong va construire la section Mai Po-Kowloon.

    Le train à grande vitesse Shenzhen-Kowloon sera relié à la ligne Beijing-Shenzhen, déjà en service.

    Le temps de trajet de Beijing à Hong Kong sera réduit des 20 heures actuelles à environ 9 heures.

    Actuellement, pour se rendre à Hong Kong nous devons prendre deux trains . Descendre au terminal de Shenzhen, métro ou train , et reprendre le train ou métro de Hong Kong après avoir franchi la frontière à pied.

    sans-titre.png

    La ligne jaune est la partie continentale tandis que le vert est construit à Hong Kong [Photo: chinanews.com].

  • Un dauphin blanc perdu dans la rivière des Perles va retrouver la mer

    Dans la rivière des Perles (la province du Guangdong, sud de la Chine), un dauphin blanc (Sousa chinensis) a pu franchir un grand pont grâce à l'aide humaine pour retrouver la haute mer. Plutôt âgé, l'animal semble mal s'adapter à l'environnement en eau douce et sa peau révèle des signes d'ulcère.

    Le dauphin nage plus lentement et ne saute plus comme aux moments où il avait été découvert. M. Zhang, un dresseur de l'Aquarium des dauphins de Guangzhou, s'est rendu sur le site, et a estimé que l'état de santé de l'animal était passable. «Même s'il nage lentement, cela est dans un degré normal».

    Se trouvant en difficulté dans les eaux douces, c'est une épreuve terrible pour avoir à passer sous le pont de la rivière des Perles. A son approche, il ressent le bruit des véhicules passant sur la structure, le faisant reculer. Certains passants ont vu le dauphin tourner au moins  deux fois autour du pont, sans oser s'y aventurer.

    Le 23 octobre 2015, à 11 heures, le dauphin est réapparu dans les eaux près du pont. A 11h50, deux bateaux de pêche ont commencé à tenter avec prudence de « guider » l'animal, vers l'aval de la rivière. Après plusieurs obstacles, le dauphin a enfin pu traverser le pont pour regagner la haute mer. 

    FOREIGN201510261400000439418023305.jpg

    On ne compte plus que 80 à 140  dauphins blancs chinois dans les environs de la rivière des Perles.

  • La Chine construira des bornes de recharge pour 5 millions de véhicules électriques d'ici 2020

    La Chine a annoncé vendredi qu'elle construirait suffisamment de bornes de recharge pour satisfaire la demande en énergie de 5 millions de véhicules électriques d'ici 2020.

    Ce réseau couvrira les zones résidentielles, les quartiers commerciaux, l'espace public et les autoroutes interurbaines, selon une ligne directrice publiée par le Conseil des affaires d'Etat.

    Les nouveaux complexes résidentiels doivent construire des bornes de recharge ou garder de la place pour ces futures bornes, alors que les parkings publics doivent consacrer au moins 10% de leur espace aux bornes de recharge. Il y doit avoir au moins une borne de recharge publique pour 2.000 véhicules à énergie nouvelle.

    Afin de financer ce projet, le gouvernement encouragera l'utilisation de capitaux privés et autorisera les fabricants de bornes de recharge à émettre des obligations de société.

    Suite à cette annonce, les actions des entreprises du secteur des bornes de recharge ont été favorisées par les investisseurs lors de la séance de vendredi matin. Les titres de la Shenzhen Auto Electric Power Plant Co. ont progressé de 0,95% à 33,87 yuans (5 €).

    La Chine a alloué des subventions et une réduction de taxes dans le but de promouvoir les véhicules à énergie nouvelle, de réduire les émissions et d'économiser l'énergie. Le secteur a connu une croissance fulgurante au cours des deux dernières années.

    Au cours des huit premiers mois de l'année, les ventes de véhicules à énergie nouvelle ont bondi de 270% pour atteindre 108.654 unités, selon l'Association des fabricants d'automobiles de Chine.

    134696481_14443732097701n.jpg