shanghai

  • Colère des internautes chinois après la mort de deux pandas au zoo de Shanghai

    0019b91ed62e19eeb0652d.jpg

    Après la mort subite et inattendue de deux pandas dans le Parc des animaux sauvages de Shanghai, les internautes ont dit douter que les deux animaux aient bien reçu un traitement adéquat avant leur décès.

    Le parc a annoncé que deux pandas, Guo Guo et son petit Hua Sheng (« Cacahuète »), sont respectivement morts de maladie le 26 décembre et le 31 décembre. Guo Guo, 21 ans, était arrivée au parc l'année dernière, où elle avait donné naissance à Hua Sheng.

    D'après le communiqué du parc, Guo Guo a présenté des symptômes de fièvre, de vomissements et de diarrhée le 19 décembre et est morte une semaine plus tard. La cause principale de son décès a été diagnostiquée comme une pancréatite aiguë doublée d'une défaillance d'organes multiple.

    Hua Sheng a quant à elle montré des symptômes similaires quatre jours après que sa mère soit tombée malade. Il a été constaté que le bébé panda femelle, âgée de moins de six mois et neuvième petit de Guo Guo, souffrait de nécrose intestinale.

    La déclaration a reçu une immense de la part des internautes sur le site de microblogging Weibo avec plus de 250 000 pages vues en seulement deux heures après sa publication.

    Selon un internaute, le parc a continué à présenter Hua Sheng le 24 décembre, alors même qu'elle était déjà malade. D'autres ont instamment demandé une enquête approfondie sur l'affaire.

  • Rencontre avec Gilles Rouverand, auteur de "Kuai, ou l'affaire du Shanghai Taxi 001"

    taxi,gilles rouverand,shanghai,song,roman,marabout édition

    Gilles Rouverand est diplômé de Paris Dauphine et de l’Université du Québec. Après avoir travaillé comme responsable des études de marché à Paris, Gilles s'est installé en Chine puis en Suisse pour enrichir ses compétences dans le secteur. Il a notamment développé l’observatoire du développement durable de l’Ifop en Chine. Passionné de nature et de montagne, Gilles a voyagé à pied et à vélo dans une cinquantaine de pays et écrit un guide de tourisme sur les environs de Shanghai. Rentré en France en 2013, ses valises sont pleines d’idées pour la création des joyeux recycleurs.

    Nous avons eu la joie de le rencontrer afin qu'il nous présente son livre et quelques facettes de sa personnalité.

     

    Gilles Rouverand.jpg

     

    Gilles Rouvenand, bonjour, merci de nous recevoir et de répondre à nos questions. Pourriez-vous  expliquer pourquoi vous êtes parti en Chine et la raison de votre voyage puis de votre séjour.

    Je suis parti en Chine dans le cadre de mon travail. Durant trois années j’ai accompagné des entreprises internationales dans leur développement sur le marché chinois. Mon temps libre m’a permis d’explorer tout d’abord les environs de Shanghai puis des régions plus reculées de Chine. Ce contraste fascinant entre les villes et les campagnes m’a inspiré pour l’histoire du Shanghai Taxi 001, et ses nombreuses rencontres et pérégrinations sur les routes de Chine.



    Pourquoi avez-vous choisi un chauffeur de taxi comme personnage principal? 

    Ayant habité Shanghai plusieurs années, j’ai côtoyé de nombreux chauffeurs de taxi. Nouveaux dans le métier ou vieux briscards de l’asphalte shanghaien, c’était toujours un plaisir de discuter avec eux. Ils m’ont par ailleurs bien aidé dans mon apprentissage du chinois, et je les remercie particulièrement pour tous ces cours improvisés le temps d’un déplacement. D’un point de vue narratif, le personnage de chauffeur de taxi est génial car il permet la rencontre d’une multitude de personnages et autorise de nombreux déplacements. Par ailleurs, les taxis shanghaiens sont un peu la mémoire de la ville, les témoins privilégiés d’une mégalopole en pleine mutation, où les quartiers se métamorphosent au fil des années de métiers. C’est d’ailleurs ce qui arrive à Monsieur Song, 1er taxi de Shanghai et personnage principal du livre.


    Quel est le rapport entre l'anecdote concernant la remise de clé et la réalité?

    Des taxis existaient à Shanghai avant 1985, scène d’ouverture du roman. La scène de remise des clefs reste donc de la pure fiction, mais elle est néanmoins le symbole du début de l’ouverture d’un pays vers une économie de marché, où un petit employé d’une usine d’État peut du jour au lendemain se voir confier un taxi et travailler dur pour permettre à sa famille d’avoir des conditions de vie plus confortables.


    Avant d'écrire ce roman avez-vous écrit et publié quelque chose en général et sur la Chine en particulier?

    J’ai publié un livre présentant 40 idées de weekend dans les environs de Shanghai. Il est destiné aux habitants de Shanghai, chinois ou étrangers, souhaitant découvrir les environs fabuleux de cette ville le temps d’une journée ou d’un weekend, qu’il s’agisse de découvrir des plages, des campagnes ou des montagnes, entre amis ou en famille, il y en a pour tous les goûts. Pour plus d’information : www.sh-connections.com

     

    Gilles Rouverand, merci pour ce bref entretien. Je vais présenter le synopsis de votre ouvrage en encourageant à lire votre roman qui éclairera le lecteur sur la réalité chinoise sans négliger le côté aventure , l'équipée du taximan shangaïen se passant sous fond d'histoire contemporaine chinoise.

     

    Taxi Shanghai.jpg

    Collection : 
    Shanghai, 2014.
    Il y a trente ans, Monsieur Song recevait l’insigne du « Taxi 001 » des mains du Premier ministre chinois, Deng Xiaoping. Au volant du premier taxi de Shanghai, il est sorti de la misère, et a assisté aux premières loges au développement fulgurant de son pays.
    Après trente années de service irréprochable, le paisible Monsieur Song est à la veille de goûter une retraite méritée, lorsque son véhicule est violemment percuté par une voiture officielle.
    Injustement condamné à une lourde amende et menacé de représailles s’il venait à rendre l’affaire publique, Monsieur Song décide de se battre pour prouver son innocence, sans se douter de la menace qu’il fait désormais peser sur un haut personnage d’État. L’Officier Shen, ambitieux et sans scrupule, prend l’affaire en main.
    S’engage alors une course poursuite qui nous transporte sur les routes de Chine, entre ville et campagne, dans les entrailles d’un pays écartelé entre traditions et modernité, passant de golfs pour milliardaires à des villages ancestraux, avec toujours l’ombre oppressante du Parti Communiste qui rôde, de ses luttes de pouvoir et de sa surveillance informatique totalitaire.
    Parution : 
    06/04/2016
    Format :
    150 x 230 mm
    - 264 pages
    EAN : 
    9782501103947
  • Les grandes villes de Chine plus tolérantes envers les cultures LGBT

    lbgt,gay,homosexualité,shanghai

    En hommage à la communauté gay lourdement frappée hier à Orlando, voici un article concernant la communauté LGBT de Chine. Au moins 50 personnes ont été tuées dimanche en Floride dans la pire tuerie de masse de l’histoire des Etats-Unis perpétrée par un islamiste qui avait fait allégeance au groupe Etat islamique, un «acte terroriste» selon les autorités américaines.

     

    Selon des experts et des chefs d'entreprise présents lors d'un salon de l'emploi à Shanghai, destiné à ceux que l'on identifie comme des LGBT -lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres-, les villes chinoises de premier rang sont de plus en plus tolérantes à l'égard des orientations sexuelles différentes.

    Le Salon annuel de l'emploi des talents LGBT de Chine, organisé à la fin du mois dernier, était le deuxième du genre à avoir eu lieu en Chine. Il a été organisé par le réseau d'affaires à but non lucratif WorkForLGBT, qui milite en faveur des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Le salon de cette année a attiré 34 entreprises –deux fois plus que l'année dernière- et environ 500 demandeurs d'emploi.

    De grandes multinationales, comme Starbucks, L'Oréal, PwC, Ford, 3M et Morgan Stanley étaient présentes, en plus d'une poignée de marques chinoises comme Blued, la plus grande application de réseau social gay de Chine, et Didi Chuxing, le plus grand fournisseur de services de voiture à la demande de Chine.

    « La totalité des 34 entreprises qui s'étaient inscrites à notre salon de l'emploi de cette année se sont engagées à soutenir des politiques inclusives en faveur des employés LGBT, comme l'interdiction de la discrimination à l'encontre des LGBT en milieu de travail », a déclaré Steven Bielinski, le fondateur de WorkForLGBT, selon qui « C'est un énorme pas en avant pour la communauté des affaires en Chine, qui se rend de plus en plus compte de l'importance des talents LGBT ».

    On estime que la Chine compte entre 40 et 70 millions de personnes LGBT. Le nombre est basé sur des estimations produites à partir d'enquêtes étrangères qui laissent entendre que la population LGBT se situe généralement autour de 3 à 5% de la population totale. Les chiffres officiels de la taille de la population LGBT ne sont pas disponibles, et certains experts disent qu'être ouvertement gay dans le milieu de travail reste toujours un rêve pour la majorité des employés LGBT de Chine.

    Selon M. Bielinski, les entreprises qui veulent rester compétitives en Chine ont besoin d'une réflexion prospective et de programmes de ressources humaines innovants et de politiques de soutien à la communauté LGBT. Celles-ci comprennent des politiques de non-discrimination en milieu de travail, des programmes de formation à la diversité et à l'inclusion qui créent un environnement accueillant, ainsi que des réseaux sociaux qui offrent aux employés LGBT une voix organisationnelle.

    Geng Le, PDG de Blued, a de son côté confié au China Daily que la Chine a fait des progrès et est devenue plus inclusive ces dernières années.

    Selon Geng Le, les villes de premier rang comme Beijing, Shanghai, Guangzhou et Shenzhen ainsi que les entreprises étrangères, les entreprises des secteurs de la technologie et de la mode sont toutes très tolérantes envers la culture LGBT. Mais, a-t-il ajouté, il y a encore de la discrimination au sein de nombreuses entreprises chinoises dans les secteurs traditionnels.

    « En termes de capacités de travail, les LGBT ne sont pas différents des hétérosexuels », a-t-il souligné.

    Geng Le a également été l'un des patrons cherchant des employés dans une émission de télé réalité pour les demandeurs d'emploi diffusées par Tianjin Satellite TV. Selon lui, sa participation à l'émission de télévision en tant qu'entrepreneur avec une entreprise spécialisée dans le secteur du même sexe montre comment la télévision traditionnelle a changé dans la façon dont elle traite de la communauté LGBT.

    Les demandeurs d'emploi présents au salon de l'emploi des LGBT ont fait part de leur plaisir d'être venus.

    « Je m'inquiétais d'une possible discrimination de la part des employeurs et je me demandais si des gens extérieurs à la communauté LGBT viendraient », a ainsi déclaré Li Liang, 38 ans, opérateur informatique. « Mais quand je suis arrivé, ces préoccupations ont rapidement disparu ». Il a également souligné que, en tant qu'homosexuel, le plus gros problème qu'il a eu sur son lieu de travail a été de dissimuler son orientation sexuelle et de se sentir isolé.

    « Je ne peux pas révéler mon orientation à mes collègues », dit-il. Les thèmes du mariage et des petites amies le rendent nerveux, et il a fait semblant d'avoir des relations hétérosexuelles qui en réalité n'existent pas.

    Li Na, 28 ans, a quant à elle déposé deux curriculum vitae lors du salon. Elle cherche un poste de spécialiste en comptabilité. « J'ai été surprise et très heureuse d'apprendre qu'il y avait un salon de l'emploi spécialement dédié au groupe des LGBT. Je me suis dit que je devais être là », a-t-elle dit.

  • Shenzhen, ville chinoise à la plus forte compétitivité économique dont voici le top10

    c03fd559e56618b9f4103a.jpg

    Selon le dernier rapport de l'Académie nationale de la stratégie économique, qui dépend de l'Académie chinoise des sciences sociales, Shenzhen, la métropole de la province du Guangdong, dans le Sud de la Chine, est à nouveau arrivée en tête d'un classement de la compétitivité économique urbaine pour cette année, suivie par Hong Kong, Shanghai, Guangzhou et Taipei.

    Les statistiques montrent que le PIB de la ville a augmenté de 8,9% l'année dernière, pour atteindre 1750 milliards de yuans (237,40 milliards d'euros). Dans le même temps, ses recettes budgétaires ont augmenté de 31% pour atteindre 272,7 milliards de yuans (37 milliards d'euros), et la croissance des investissements actifs immobilisés a quant à elle enregistré son plus haut niveau en 17 ans avec une augmentation de 21% d'une année sur l'autre.

    Voici une liste des 10 villes ou régions de Chine à la plus forte compétitivité économique globale :

                                                                       N° 1 - Shenzhen

                                                                       N° 2 - Hong Kong

                                                                       N° 3 - Shanghai

                                                                       N° 4 - Guangzhou

                                                                       N° 5 - Taipei

                                                                       N° 6 - Tianjin

                                                                       N° 7 - Beijing

                                                                       N° 8 - Suzhou

                                                                       N° 9 - Macao

                                                                       N° 10 - Wuxi

     

    c03fd559e56618b9f2f903.jpg

  • Qingdao présente le premier train monorail à sustentation magnétique permanente de Chine

    sans-titre.png

    Selon le constructeur CRRC Qingdao Sifang, le premier train monorail à sustentation magnétique permanente fabriqué en Chine est sorti voilà peu de la chaîne d'assemblage du groupe à Qingdao, dans la province du Shandong, le 19 mai. C'est la première fois que la Chine utilise la technologie de la sustentation magnétique permanente, qui permet une économie énergétique de 10 %. Le train est à la pointe de la technologie mondiale et il témoigne des progrès fulgurants de la Chine dans ce domaine. Chaque rame du train à sustentation magnétique pourrait être composée de 4, 6 ou 8 wagons de 2,9 mètres de large. Une rame de six wagons fait 90,8 mètres de long et est capable de transporter 1440 personnes à une vitesse maximale de 80 km/h. La durée de vie du train est de 30 ans.

    Pour avoir utilisé le maglev à Shanghai, la première ligne à  sustentation électromagnétique au monde, j'espère que sera moins secoué dans le train de fabrication chinoise que dans le maglev. Si ce point n'est pas amélioré, je ne vois pas de futur à cette technologie car les trains grande vitesse chinois sont bien plus confortables.

    0019b91ed6e018a90c3e02.jpg

    0019b91ed6e018a90c4203.jpg

  • Des PME françaises innovantes cherchent des soutiens financiers et des partenaires dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    Huawei-Slider.jpg

    Pour des raisons culturelles et historiques, les pays occidentaux ont toujours eu tendance à regarder vers l’Ouest et les Etats-Unis. Pourtant, la Chine, grâce sa force de production, son dynamisme et son marché de 1,4 milliards d’habitants représente un eldorado pour les start-up. Seulement voilà, la langue, ses idéogrammes et les nombreuses différences culturelles peuvent faire peur quand on ne connaît rien à l’Empire du Milieu.

     Si vous cherchez encore une bonne raison de développer votre activité en Chine, gardez en tête qu’il s’agit du 1er marché des télécoms avec 1,26 Mds d’abonnés mobiles et le premier marché du web avec 670 millions d’internautes dont 50 % sur smartphone.

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises.

     

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

     

    367005041.jpg

    Visite de Tencent, fondateur de QQ

    Objectif pour les start-up ? Rencontrer l’éco système IT Chinois : fabricants, partenaires commerciaux ou investisseurs. « En une semaine, j’ai déjà réussi à rencontrer des monstres comme Baidu, QQ Music, Xiaomi ou encore le géant Alibaba » s’enthousiasme Jessica, co-fondatrice de la société Pulz, nom éponyme de cette ingénieuse enceinte connectée, avant de poursuivre : « il n’y a aucun pessimisme dans ce pays, on avance pas à pas, on itère et on grandit ».

    Feetme, premier lauréat du concours Digital IN Pulse en 2014 avec sa semelle orthopédique connectée et que nous avons rencontré sur place témoigne : « Shenzhen est une ville incroyable, tout le supply chain est devant toi. ». Il rappelle néanmoins qu’il vaut mieux pouvoir compter sur un incubateur local qui facilitera l’accès avec les interlocuteurs.

     

     La société Huawei, créée en en 1988 par Ren Zhengfei s’est implantée à Shenzhen . Le groupe se spécialise d’abord dans les réseaux de téléphonie mobile (semi-conducteurs, modems, connectivité), les solutions de communication des entreprises (datacenter, visioconférence…) avant de produire à son tour des « devices » (smartphones, tablettes et objets connectés).

    Depuis, Huawei compte 170 000 employés (à noter que 85 000 d’entre eux ont des actions de l’entreprise) et décline son offre à destination de trois types de publics : opérateurs, entreprises, consommateurs.

     

     

     

    H1_0140.jpg

    Cette société d’ingénieurs à la réputation plutôt discrète est donc en passe de réussir sa mutation, celle de devenir une marque d’avant-garde auprès du grand public avec des portables haut de gamme qui n’ont rien à envier à ses concurrents. La preuve, elle en a vendu 75 millions en 2014 et devrait dépasser les 100 millions en 2015.

    Selon des statistiques d'IDC (International Data Corporation), les portables chinois ont conquis environ 10% du marché de la téléphonie mobile en Europe de l'Ouest.

     

    Lors du Salon international de la radiodiffusion de Berlin qui s'est déroulé début septembre, le journal britannique "International Business Times" a sélectionné les cinq meilleurs smartphones venant d'être dévoilés parmi la centaine de nouveaux produits. Les téléphones mobiles chinois ont remporté quatre de ces cinq premières places.

     

    Ces quatre smartphones chinois sont respectivement l'AXON Elite et le nubia Z9 de la société ZTE, le Mate S de Huawei, ainsi que le PHAB Plus de Lenovo.

  • 12 PME françaises à la recherche de fonds dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    002564bb44f717b682e612.jpg

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises. Cette visite a lieu dans le cadre du programme « Acceleratech China », conçu par Business France, l'Agence nationale au service de l'internationalisation de l'économie française, et Bpifrance, la banque publique d'investissement.

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

    Les entreprises sélectionnées à l'issue de ce processus sont A2IA, Deep Vision, Delair Tech, Euris, Feeligreen, Fitizzy, Lengow, Prizm, S4M, Sentryo, Technosens et Wassa. Quatre d'entre elles sont par ailleurs lauréates du concours national d'innovation Digital In-Pulse 2015, organisé par Huawei France.

    Toutes les PME et start-up ont été jugées sur le caractère innovant de leur produit ou service, son adéquation avec les attentes du marché chinois, la robustesse de leur modèle d'entreprise et le degré d'implication des équipes dans le projet. Pour valoriser la richesse et l'attractivité des deux écosystèmes français et chinois, une délégation de trois start-up chinoises sélectionnées viendra découvrir Paris en 2016.

    Depuis plusieurs années, la Chine fait monter en gamme son économie. Le pays est devenu l'un des tout premiers acteurs des technologies et des services numériques. Ses champions nationaux tels que Baidu, Alibaba, Tencent ou encore Huawei, sont les équivalents chinois de Google, d'Apple, d'Amazon ou de Facebook. Pour accompagner ces évolutions industrielles, qui touchent tous les secteurs de l'économie, notamment l'industrie, la Chine s'ouvre aux innovations venues de l'étranger. Les entreprises sélectionnées pour Acceleratech China ont l'espoir d'y trouver une place.

    La Chine et la France partagent par conséquent la même volonté de faire émerger les technologies de l'information comme un secteur d'excellence.

  • 10 des destinations les plus bondées durant la Semaine nationale en Chine(1ère partie)

    1 La Cité interdite

    Le Palais impérial est envahi par des foules gigantesques depuis des années. Plus de 15 millions de personnes l'ont visité en 2014, dépassant tous les musées du monde. Le deuxième sur la liste est le Musée du Louvre à Paris qui a enregistré 9,2 millions de visiteurs l'an dernier.

    Des foules dans des sites touristiques et pittoresques, est une vue courante pendant les congés qui peuvent gâcher votre expérience de visites. Je vous conseille de visiter ces lieux mais  évitez les pendant les congés.

    d43d7e14de0d177701c82b.jpg

    2 La Grande Muraille de Badaling.

    Les touristes se pressent sur la Grande Muraille à Badaling au cours de la Fête nationale .Les images parlent d'elles-même. L'endroit est magique mais dans ces conditions , cela tourne vite au cauchemar .

    d43d7e14de0d177701d32c.jpg

    3 Le Bund de Shanghai

    Une foule de touristes sur la promenade du Bund au cours de la Fête nationale .

    d43d7e14de0d177701e32d.jpg

    4 Le lac de l'Ouest

    Les touristes se pressent sur le pont Yongjin, au lac de l'Ouest, lors de la Fête nationale à Hangzhou, province du Zhejiang, Chine de l'Est. Le lac de l'Ouest est reconnu pour sa tranquillité et son romantisme.

    d43d7e14de0d177701f02e.jpg

    5 Le Mausolée de Sun Yat-sen

    Les touristes s'entassent au Mausolée de Sun Yat-sen à Nanjing

  • Le deuxième plus haut bâtiment du monde surplombe Tianjin, Est de la Chine.Liste des plus hauts gratte-ciel du monde

    002564bb44f7175a1e180e.jpg

    Photo prise le 8 septembre 2015, qui montre la Tour 117 de Tianjin. Faisant 117 étages, son sommet a été installé mardi matin à Tianjin. Avec sa structure principale atteignant 596,5 mètres, elle est devenue le deuxième plus haut bâtiment du monde (pour peu de temps), n'étant précédé que par le Burj Khalifa à Dubaï, dans les Émirats arabes unis. La construction de la tour, qui a une superficie de 847000 mètres carrés, a été lancée il y a sept ans.

     

    002564bb44f7175a1e1810.jpg

    Gratte-ciel en construction (hauteur structurelle)

    Les bâtiments dont le gros œuvre est achevé ne sont pas compris. Classement actualisé au 2 septembre 2015

    RangNomVillePaysHauteur structurelleÉtagesAnnée du début des travauxAnnée prévue de l'achèvement
    1 Kingdom Tower Djeddah Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite 1 000 m 167 2013 2018
    2 Wuhan Greenland Center Wuhan Drapeau de la République populaire de Chine Chine 636 m 125 2012 2018
    3 Menara Warisan Merdeka Kuala Lumpur Drapeau de la Malaisie Malaisie 635 m 118 2014 2019
    4 China 117 Tower Tianjin Drapeau de la République populaire de Chine Chine 596,5 m 128 2009 2016
    5 Pearl of the North Shenyang Drapeau de la République populaire de Chine Chine 568 m 114 2014 2018
    6 Lotte Super Tower 123 Séoul Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 554,5 m 123 2011 2016
    7 Nordstrom Tower New York Drapeau des États-Unis États-Unis 541 m 92 2014 2018
    8 Tianjin Chow Tai Fook Binhai Center Tianjin Drapeau de la République populaire de Chine Chine 530 m 97 2013 2018
    9 China Zun Pékin Drapeau de la République populaire de Chine Chine 528 m 108 2012 2018
    10 Dalian Greenland Center Dalian Drapeau de la République populaire de Chine Chine 518 m 88 2014 2018
    Numéro 1 mondial Ancien record

    Classement actualisé au 2 septembre 2015

    RangNomVilleHauteur structurelleHauteur dernier étageÉtagesAnnée
    1 Burj Khalifa Drapeau des Émirats arabes unis Dubaï 828 m 584,5 m 163 2010
    2 Shanghai Tower Drapeau de la République populaire de Chine Shanghai 632 m 561,3 m 128 2015*
    3 Makkah Clock Royal Tower Drapeau de l'Arabie saoudite La Mecque 601 m 558,7 m 120 2012
    4 Pingan International Finance Center Drapeau de la République populaire de Chine Shenzhen 599 m 561,7 m 115 2016*
    5 One World Trade Center Drapeau des États-Unis New York 541,3 m 386,6 m 94 2014
    6 Chow Tai Fook Centre Drapeau de la République populaire de Chine Canton 530 m 494,5 m 111 2016*
    7 Taipei 101 Drapeau de la République de Chine Taipei 508 m 438 m 101 2004
    8 Shanghai World Financial Center Drapeau de la République populaire de Chine Shanghai 492 m 474 m 101 2008
    9 International Commerce Center Drapeau de Hong Kong Hong Kong 484 m 468,8 m 108 2010
    10 Tour Petronas 1 Drapeau de la Malaisie Kuala Lumpur 451,9 m 375 m 88 1998
    11 Tour Petronas 2 Drapeau de la Malaisie Kuala Lumpur 451,9 m 375 m 88 1998
    12 Zifeng Tower Drapeau de la République populaire de Chine Nankin 450 m 316,6 m 89 2010
    13 Willis Tower (anciennement Sears Tower) Drapeau des États-Unis Chicago 442,1 m 412,7 m 108 1974
    14 Kingkey 100 Drapeau de la République populaire de Chine Shenzhen 441,8 m 427,1 m 100 2011
    15 Guangzhou International Finance Center Drapeau de la République populaire de Chine Canton 438,6 m 415,1 m 103 2010
  • Urgent:un tanker en feu au large de Shanghai

    CLfE0LEWcAAgxNl.jpg

    Un incendie s'est déclaré sur le tanker Ye Chi transportant 29.000 tonnes de pétrole lundi au large de Shanghai (Chine), deux marins ont été grièvement blessés.

    Le navire, qui transportait 25 marins à son bord, assurait la liaison Shanghai-Singapour. L'incendie s'est déclaré au sud de Shanghai.

    L'opération de sauvetage est en cours. Des hélicoptères et des navires de sauvetage sont à pied d'œuvre.