seisme

  • Népal : les bâtiments construits par la Chine résistent aux violents séismes, en photos la vie de l'équipe de secours chinoise

    134205224_14306234348381n.jpg

    Photo prise le 1er mai 2015 au camp de l'équipe de secours chinoise à Katmandou (Xinhua/Baiyang)

     

    Des dizaines de milliers de bâtiments historiques et civils ont été détruits par le violent séisme ayant frappé le Népal le 25 avril, mais les habitants ont découvert que tous les bâtiments financés et construits par la Chine à Katmandou sont restés presque intacts.

    La Chine a jusqu'ici financé et construit à Katmandou trois importants projets pour le Népal : un hôpital pour les fonctionnaires publiques, un centre de formation pour la médecine traditionnelle et un centre de recherche pour la conservation naturelle.

     

    134205224_14306234348851n.jpg

    Un secouriste chinois embrasse le chien de secours Shitou avant partir pour une nouvelle mission de secours, à Katmandou, le 30 avril 2015. (Xinhua/Baiyang)

    Tous n'ont subit que très peu de dommages après le séisme, seulement sur les surfaces ou à des parties peu importantes, a indiqué Zeng Huacheng, un responsable du ministère chinois du Commerce, dans une interview avec les médias.

    En outre, le stade de Katmandou, dont la Chine a contribué à la restauration et au maintien, a également soutenu les puissants séismes de ces jours, avec seulement de petits dommages sur la porte principale, à l'entrée et aux stands, a fait savoir M. Zeng.

     

    134205224_14306234349441n.jpg

    Photo prise le 29 avril 2015 au camp de l'équipe de secours chinoise à Katmandou, (Xinhua/Baiyang)

    Il en est de même pour une école technique construite par la Chine dans une autre ville népalaise, a-t-il poursuivi, ajoutant que la partie népalaise a exprimé sa satisfaction et son appréciation envers la Chine pour la bonne qualité de ces projets.

    M. Zeng a attribué la résistance de ces bâtiments financés et construits par la Chine aux standards anti-sismiques élevés, à la conception intelligente adaptée aux conditions locales et à un fort sens de responsabilité de la partie chinoise.

    134205224_14306234349931n.jpg

    Photo prise le 1er mai 2015 au camp de l'équipe de secours chinoise à Katmandou,(Xinhua/Baiyang)

    134205224_14306234350381n.jpg

    Photo prise le 29 avril 2015 au camp de l'équipe de secours chinoise à Katmandou,(Xinhua/Baiyang)

    134205224_14306234350811n.jpg

    Des secouristes chinois se lavent pour récupérer de la fatigue, après 34 heures de secours, au camp de l'équipe de secours chinoise, le 28 avril 2015. (Xinhua/Baiyang) . Pendant ce temps, les secouristes belges étaient toujours dans leur avion en direction de Katmandou.

     

  • Chine: le bilan du séisme au Sichuan s'alourdit à 193 morts

    F201304210938455851188781.jpg

    Un total de 193 personnes ont été tuées et plus de 5 700 blessées dans un séisme de magnitude 7,0 survenu dans la province du Sichuan (sud-ouest), selon le bilan établi samedi à 21h00, a-t-on appris du ministère des Affaires civiles.

    Au total, 33 districts des douze villes de la province ont été affectés par le tremblement de terre, selon le ministère.

    Le tremblement de terre a également détruit près de 900 maisons dans la province voisine du Yunnan (sud-ouest), et un glissement de terrain entraîné par le séisme a fait un mort dans le district de Liuba de la province du Shaanxi (nord-ouest), a révélé le ministère.

    132327024_101n.jpg

    Sur le total, 164 victimes ont été rapportées dans la ville de Ya'an au Sichuan.

    Le séisme a frappé le district de Lushan de la ville de Ya'an, samedi à 08H02 (heure de Beijing), selon le Centre du réseau sismique de Chine.

    F201304210938451173712581.jpg

    F201304210938451746391367.jpg

    132327024_71n.jpg

    132327024_111n.jpg

    132327024_81n.jpg132327024_91n.jpg

    Le Premier ministre Li Keqiang dirige les opérations de secours dans la région de l'épicentre

    132326066_211n.jpg

    Le Premier ministre chinois Li Keqiang est arrivé dans la région de l'épicentre d'un séisme de magnitude 7,0 qui a frappé samedi la province du Sichuan .

    A son arrivée au Sichuan, M. Li est monté à bord d'un hélicoptère pour se rendre dans le district de Lushan de la ville de Ya'an. Il a convoqué une réunion vers 18h00 au centre de commandement établi en première ligne dans le bourg de Longmen du district de Lushan.

    Il a ordonné la réouverture d'une route bloquée dans le district voisin de Baoxing et a demandé aux secouristes de travailler rapidement.

    132326066_231n.jpg

    132326066_251n.jpg

    132326066_271n.jpg

  • Chine:décès du proviseur ange gardien des élèves lors du séisme du Sichuan

    Alors que tant de personnes en Chine , méritent notre respect et admiration , la presse de propagande préfère glorifier des gens qui n'ont rien fait de positif pour le peuple chinois et qui travaillant pour des puissances étrangères occultes répandent de fausses rumeurs que s'empresse de relayer cette presse de propagande dans les mains de quelques magnats. Cette presse a pris le parti de nier la vérité . Et pourtant on ne peut que glorifier les dirigeants du PCC , Hu Jintao et Wen Jibao en tête, d'avoir su gérer le post-séisme après ce terrible tremblement de terre qui frappa le Sichuan en 2008. La manière dont ils ont fait face aux problèmes et menés à bien la reconstruction est un exemple pour le monde entier. Voyez le tsunami , Catherina, Haïti et récemment le Japon , aucun d'entre eux n'a pu faire face à la catastrophe comme les dirigeants chinois.

    Voici l'histoire d'un véritable héro qui n'a fait rien d'autre que son devoir sans en chercher gloire ou argent.

    Ye Zhiping, directeur de l'école secondaire Sangzao de la province du Sichuan dont aucun élève n'était mort ni n'avait été blessé lors du séisme du 12 mai 2008, est décédé d'une hémorragie cérébrale le 27 juin, à l'âge de 57 ans.

     

    Quand le séisme a éclaté, les 2 200 élèves et une centaine de professeurs de l'école Sangzao ont évacué, comme ils y avaient été entraînés, tous les bâtiments scolaires, et sont arrivés sur le terrain de sports en 1 minute et 36 secondes. Ce jour-là, Ye Zhiping n'était pas à l'école. Quand il est revenu en hâte et a constaté que tous ses élèves étaient saufs, il en a pleuré d'émotion.

     

    Le district de l'Anxian où se trouve l'école est limitrophe de Beichuan, le plus touché par le séisme. Les bâtiments à l'extérieur de l'école ont tous été détruits. Dans l'école, huit bâtiments scolaires se sont partiellement effondrés, mais aucun mort ou blessé n'a été relevé auprès des élèves et professeurs.

     

     

    L'ancien siège de l'école Sangzao.

    La sécurité des élèves est étroitement liée aux efforts du directeur. Dès son accession au poste de directeur, il a demandé qu'un cours sur la sécurité soit donné chaque semaine, et un exercice d'évacuation chaque semestre, sans aucune interruption. Un bâtiment scolaire, construit de 1983 à 1985 avec 200 000 yuans, était en mauvais état. Grâce aux efforts de M. Ye, ce bâtiment a pu être renforcé en trois ans avec 400 000 yuans. Lors du séisme, ce bâtiment ne s'est pas écroulé.

     

    Ce temps de 1 minute et 36 secondes constitue le plus brillant moment de ses 57 ans, selon ses collègues.

     

    « La protection de la vie des élèves a toujours été le point plus important, le devoir suprême et l'exigence la plus fondamentale, tant pour les directeurs que les professeurs », avait déclaré M. Ye.

     

    « Sérieux et responsable » était son jugement envers lui-même.

    La nouvelle école Sangzao.

     

  • Chine : Jiuzhaigou après le séisme

    Des touristes dans la réserve naturelle de Jiuzhaigou dans la province du Sichuan (sud-ouest) le 18 mai 2011. Après trois ans de rétablissement et de reconstruction, Jiuzhaigou, un site touristique très connu qui avait été durement affecté par le séisme meurtrier, connaît un essor de son tourisme. Le site naturel a accueilli plus de 10 000 visiteurs par jour au cours du mois de mai.

    DSC03942.JPG

    DSC03918.JPG

    DSC03983.JPG

    DSC04006.JPG

    DSC03615.JPG

  • Le tourisme du Sichuan passe des ruines au miracle

     

    Le tourisme du Sichuan passe des ruines au miracle

     

    Le 9 mai, le Bureau touristique du Sichuan a déclaré lors d'une conférence de presse que le tourisme connaît un essor miraculeux. Les travaux de reconstruction sont terminés et le nombre de touristes est plus élevé qu'avant le séisme. Les objectifs du XIe plan quinquennal ont été réalisés un an avant terme. Le tourisme de la province est ainsi entré dans une nouvelle étape de développement durable.

    175 projets touristiques ont été refaits à neuf, pour un investissement total de 7,58 milliards de yuans. Fin avril 2011, 164 projets étaient en cours et 121 achevés, soit respectivement 93,7% et 69,1% de la totalité des projets existants. 5,6 milliards de yuans ont été dépensés, soit 75% de l'investissement total qui comprenait 424 millions de yuans de fonds du gouvernement central.

    En 2009, les recettes brutes provenant du tourisme de la province étaient de 147,25 milliards de yuans, soit une augmentation de 34,8% en un an. En 2010, les recettes ont cru de 28,1% à 188,61 milliards de yuans. La province a reçu plus de 271 millions de visites de touristes chinois, soit une croissance de 23,8% en un an. Cela a rapporté 186,2 milliards de yuans, soit une croissance de 28,2% en un an. La province a reçu 1 049 300 visites de l'étranger, soit une croissance de 26,5% en un an, pour des recettes de 354 millions de dollars, 21,5% de plus qu'en 2009. Par rapport à l'année 2007 précédant le séisme, l'augmentation des recettes totales provenant du tourisme, des recettes issues des voyageurs chinois et du nombre de visites des touristes chinois, était respectivement de 54,9%, 57,8% et 46,2%. Les voyageurs étrangers ont été plus lents à revenir avec l'impact de la crise financière internationale. En 2007, le Sichuan avait reçu 1 708 700 visites de l'étranger pour des recettes de 512 millions de dollars.

    Le rétablissement du tourisme apporte des personnes, des matériaux, des informations, ce qui contribue à résoudre le problème de l'emploi, enrichir le peuple et maintenir la stabilité sociale en stimulant également la restauration générale de l'industrie et de la société. En outre, cela aide au rétablissement général de la physionomie des régions sinistrées, la confiance des voyageurs et la confiance des investisseurs.

    Zoltan Somogyi, directeur exécutif de l'OMT, a témoigné des changements extraordinaires du Sichuan. Il a présenté ses félicitations au gouvernement provincial et au gouvernement chinois, qui ont œuvré sans relâche à la reconstruction.

    John M. Koldowski, PDG de l'Association du tourisme dans la région Asie-Pacifique (PATA), a indiqué que tout le mérite de ce rétablissement rapide et de grande envergure après le séisme du Sichuan revient aux efforts assidus du gouvernement et du peuple chinois, de leur force cohésive.

    Durant le forum, les invités ont exprimé à maintes reprises l'émotion suscitée en eux par l'enthousiasme, le sourire, la fermeté, le courage, la satisfaction et l'optimisme des sinistrés. Wei Xiaoan, chercheur de l'Académie des Sciences sociales de Chine, a dit que l'on pouvait engager des acteurs au festival du tourisme, mais que l'on ne pouvait pas falsifier l'air heureux du peuple. « Tout le monde est acteur et simultanément spectateur, on compte des représentations à tout moment et des scènes partout », a-t-il déclaré.

  • Troisième anniversaire du tremblement de terre du Sichuan , la Chine se félicite de la reconstruction

    Le nouveau visage d'un petit village de Wenchuan trois ans après le séisme

    Il y a aujourd'hui 3 ans , la terre tremblait dans la région montagneuse du Sichuan. J'adresse une pensée émue au souvenir des 80000 disparus , aux familles des victimes et toute ma gratitude aux milliers de sauveteurs qui sont intervenus parfois au péril de leur vie.

    Ce jour là , je me promenais autour du lac Inhu à Shenzhen , quelques jours après le passage triomphal de la flamme olympique , tout allait bien , il faisait soleil , on était insouciant , heureux  jusqu'au moment , où faible secousse , on s'interroge quand la tV annonce un tremblement de terre au Sichuan . On annonce une dizaine de victimes , mais ce chiffre dérisoire va rapidement gonfler et bientôt cela tourne au cauchemar ,  on comprend vite qu'il s'agit d'une catastrophe nationale.

    Parmi les victimes , c'est la communauté Qiang qui a payé le plus lourd tribu. 

    Par ailleurs, le  tremblement de terre a fait environ 4,45 millions de blessés dans  le seul Sichuan dont 143 367 ont été hospitalisés. 

    Dans la même province, le séisme a fait au moins 7 000  handicapés, a ajouté Huang Mingquan. 

         Selon Huang Jinsheng, directeur du département des finances du Sichuan, la province a reçu pour 15,75 milliards de yuans (environ 2,31 milliards de dollars) de dons, et la reconstruction est en  cours. 

         Yu Wei, porte-parole du gouvernement provincial, a indiqué que près de 3000 écoles, 1000 hôpitaux et plus de 5 millions de logements ont été bâtis ou rénovés pour un budget de 95 milliards d'euros . 

         Parallèlement, le gouvernement a aidé environ 1,3 millions de  survivants à retrouver un emploi, a ajouté Yu Wei.

    Vue panoramique du bourg de Shuimo dans le district de Wenchuan après le séisme (à gauche) et reconstruit (à droite).

    Vue panoramique du bourg de Shuimo dans le district de Wenchuan après le séisme (à gauche) et reconstruit (à droite).

  • Chine : vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_1

    Le 9 mai, le Premier ministre Wen Jiabao a salué les efforts de reconstruction dans les régions sinistrées du Sichuan lors d'une réunion à Dujiangyan, à l'issue d'une tournée d'inspection de trois jours.

    À la fin du mois d'avril, 885,15 milliards de yuans (95 milliards d'euros), ou 92 % du budget de reconstruction, avaient été dépensés, selon les données officielles de la CNDR. Rien qu'au Sichuan, près de 3 000 écoles, 1 000 hôpitaux et plus de cinq millions de logements ont été bâtis ou rénovés, a souligné Wei Hong, vice-gouverneur exécutif de la province.

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_2

     

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_5

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_6

     

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_7

     

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_9

     

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_10

     

    Vue panoramique des régions reconstruites dans le Sichuan_11

     

  • Troisième anniversaire du séisme du «12 mai » en Chine , qui fit plus de 80000 morts

    Chacun a pu voir combien il est difficile de reconstruire une région qui a été dévastée par un phénomène naturel et qui a subi une catastrophe. Voir la situation pénible au Sri lanka et en Indonésie suite au tsunami , en Haïti et même en Amérique avec Catherina et ne parlons pas du Japon.

    Au vu de la situation au Sichuan ,qui fut dévasté par le plus grand tremblement de terre de ces dernières années , la manière dont les autorités chinoises ont géré la reconstruction attire l'admiration du monde entier. On doit féliciter tant les autorités centrales, dont le président Hu Jintao et le premier ministre Wen Jiabao ,que les autorités locales pour leur dilligence et promptitude à apporter aide aux victimes et avoir contribuer de manière intangible à la normalisation de la vie sociale et économique dans la région ,d'avoir gommé si rapidement les affres de la catastrophe par une reconstruction adéquate qui redonne vie à la région.

     

     

    Le bourg Beichuan est devenu un nouveau bourg, entièrement déplacé pour la reconstruction après le séisme de Wenchuan.

    Le nouveau bourg de Hongbai a été reconstruit complètement entre les montagnes grâce à l'aide de la ville de Beijing.

     Le village Bailu dans la province du Sichuan  rouvrira ses portes au public le 12 mai 2011, soit trois ans après le grand séisme du Sichuan.

     

    Malgré le grand séisme, le bâtiment principal de l'école du village Bailu n'a pas été détruit.

    Né le 12 mai 2008 , surnommé "bébé du séisme" ,Chen Zhenyang rentre chez lui avec sa mère avec joie.

  • Japon/séisme : arrivée de l'équipe de sauvetage chinoise à Tokyo

    Départ d'une équipe de secours chinoise pour le Japon

     

    Une équipe de secours chinoise a quitté Beijing dimanche à 8h17 (heure de Beijing) pour le Japon, touché par un violent séisme.

    Yin Guanghui, un responsable de l'Administration sismique de Chine et également chef de l'équipe, a indiqué que leur principale tâche consistait à rechercher des survivants.

    L'équipe transporte quatre tonnes de matériels et d'équipements pour les recherches et les secours, ainsi que des services d'alimentation en électricité et de télécommunication, a-t-il ajouté

    La CISAR, fondée en 2001, comprend 480 membres, dont des troupes d'ingénieurs, un personnel médical et des experts en opérations de secours.

     

    TOKYO, 13 mars (Xinhua) -- Une équipe de secours chinoise est arrivée dimanche à Tokyo, pour participer aux opérations de sauvetage suite au séisme puissant de magnitude 8,8 survenu vendredi au large du Japon.

    Les sauveteurs se rendront immédiatement dans les régions sinistrées pour tenter de retrouver des survivants du violent tremblement de terre et du tsunami dévastateur qui a déferlé sur les côtes du Japon.

  • QINHAI , LE VILLAGE DU DALAI LAMA RECONSTRUIT

    La reconstruction du village natal du Dalai Lama bientôt achevée
    qinghai_solar1.jpg

    Avec ses rangées de murs de brique peints en blanc et surlignés de rose, le petit village de Hong'ai, perché au sommet d'une colline, est très nettement différent des bidonvilles poussiéreux faits de bois et de terre battue communs dans l'Ouest de la Chine.

    Ce village, situé sur le bord oriental du Plateau Qinghai-Tibet, est le lieu de naissance du 14e Dalai Lama, Tenzin Gyatso.

    Plus de 70 ans après que le Dalai Lama l'ait quitté, Hong'ai est à la pointe du mouvement de reconstruction massif conduit par la Chine, qui vise à raser les baraques et à constuire à la place des logements modernes et sûrs pour les habitants pauvres de la région.

    D'ici la fin septembre, la reconstruction sera terminée, et les 54 foyers du village vivront alors tous dans des maisons faites de briques et de bois solide, a dit Xing Fuhua, Responsable en chef de la commune de Shihuiyao, dont dépend le petit village de Hong'ai.

    D'après M. Xing, la reconstruction a pris environ seize mois et à coûté 2,65 millions de Yuans au Gouvernement. La moitié de cette somme a été versée sous forme de subventions aux foyers qui ont construit les nouvelles maisons en temps et en heure et en accord avec les critères de sécurité.

    « Tout le monde était enthousiaste. Ils ont détruit les vieilles maisons », a dit Gongpo, Responsable adjoint de Shihuiyao. « Nombre de ces maisons de bois et de terre battue étaient sur le point de s'écrouler, mais les villageois n'avaient pas les moyens de les faire réparer ».
    seisme.jpg
    D'après M. Xing, chaque foyer pouvait recevoir 19 000 Yuans pour la construction de sa nouvelle maison, et pouvait se voir construire les murs de sa cour et installer la porte principale gratuitement, ce qui sinon aurait coûté encore à peu près 20 000 Yuans supplémentaires.

    Ces deux investissements équivalent aux revenus d'une famille exploitant 1,67 hectare de terres pendant vingt ans, a précisé M. Xing.

    Car en effet, Hong'ai demeure un village essentiellement agricole, avec un revenu annuel par tête de seulement 3 399 Yuans l'année dernière, soit environ les deux tiers du revenu agricole national moyen.

    Gongpo Tashi, neveu du Dalai Lama, âgé de 63 ans, est l'un des bénéficiaires de ce plan, bien qu'il soit l'un des villageois les plus riches.

    Il a dépensé 60 000 Yuans, dont 19 000 Yuans de subventions, pour construire une petite maison de quatre pièces située dans une cour spacieuse et disposant de toilettes modernes à chasse d'eau.

    Mais Gongpo Tashi, un Tibétain râblé dont la tâche première est d'entretenir le lieu de naissance de son oncle, Tenzin Gyatso, dit être plus habitué à utiliser les toilettes traditionnelles à la turque, qui consistent ici en général de deux planches situées au dessus d'une fosse sèche. « Peut-être que quand je serai trop vieux pour m'accroupir, les toilettes à chasse d'eau me seront-elles utiles ».

    Sa nouvelle maison comporte peu de fioritures traditionnelles tibétaines autres qu'une peinture tibétaine encadrée comportant une phrase de bienvenue tibétaine, « Tashi Delek », en caractères chinois et tibétains, au dessus.

     

    qinghai.jpg

     

    Il dit qu'il aurait pu faire construire sa maison dans le style tibétain traditionnel avec des sculptures et des peintures sur les piliers de bois, dit-il, mais peu d'artistes sont encore capables de faire ce genre de travail.

    « De toute façon, ça n'est pas nécessaire, car les Tibétains d'ici mènent depuis longtemps une vie qui n'est pas si différente de celle des Chinois Han », a t-il précisé.

    « La langue tibétaine n'était d'ailleurs pas parlée si fréquemment que cela à l'époque où le Dalai Lama est né, en 1935 », a ajouté Gongpo Tashi.

    Gongpo, le responsable communal, qui n'est pas lié à la famille du Dalai Lama, a dit pour sa part que les Tibétains de Hong'ai se sont adaptés au mode de vie Han il y a déjà plus d'un siècle.

    Chaque foyer tibétain a été consulté sur ses demandes avant la reconstruction, a dit Dong Jie, Directeur du Bureau des Affaires Civiles du Comté de Ping'An, qui a supervisé le projet.

    La rénovation de l'habitat rural fait partie du mouvement en cours, conduit par le Gouvernement Central, qui vise à développer les régions Ouest du pays, relativement pauvres, qui sont restées en arrière depuis le début de la politique de réforme et d'ouverture initiée en 1978.

    Dans le but de construire une société « xiaokang » (小康, aisée) dans tous les domaines, la Chine a lancé une nouvelle série d'initiatives pour le Développement de l'Ouest cet été.

    Dans un discours prononcé pour marquer le 10e anniversaire de ce mouvement en juillet dernier, le Premier Ministre Wen Jiabao s'était engagé à faire du secours et du développement une priorité pour toute une série de zones touchées par la pauvreté, dont la zone Sud de la Région Autonome Ouighour du Xinjiang, esssentiellement peuplée par des Ouighours, et la partie Est du Plateau du Qinghai-Tibet.

    M. Wen a annoncé à ce moment que le Gouvernement doublerait les investissements dans les infrastructures et les projets liés à la vie quotidienne, afin de contribuer à améliorer la qualité de vie.

    D'après les statistiques officielles, près des deux-tiers des 36 millions de Chinois vivant sous le seuil de pauvreté viennent des régions occidentales du pays.

    A Hong'ai, où les revenus agricoles restent faibles, le Gouvernement a versé de fortes sommes pour construire des routes, fournir des sources d'électricité et d'eau stables, et connecter le village au monde par le biais d'internet.

    Gongpo Tashi, qui a déjà rendu deux fois visite à son oncle le Dalai Lama en Inde, ne l'a pas contacté depuis un certain moment. « Mais si je l'appelle un jour, je lui ferai part sans hésiter des changements intervenus au pays natal

     

     

    d8a6b885774343378f327d1207fbb70d.jpg

    ».