satellite

  • Pour la Chine la mise sur orbite géostationnaire d'une centrale solaire permettrait d'avoir de l'électricité en continu et résoudrait la question de l'effet de serre

    station-solaire.jpg

    Les scientifiques chinois cherchent des solutions pour construire et placer sur orbite une station spatiale solaire dont la fonction serait de fournir un flux constant d'énergie à la Terre. Selon le site Xinhuanet, qui dépend de l’agence de presse chinoise Xinhua News Agency, pour mener à bien un tel projet, encore au stade conceptuel, il faudrait être capable de mettre sur orbite un satellite pesant plus de 5 tonnes, soit bien plus que tous les satellites lancés à ce jour, Station spatiale internationale comprise. L’idée d’une station solaire spatiale n’est pas nouvelle et certains scientifiques chinois pensent qu’il sera possible d’envoyer un collecteur d’énergie dans l’espace dès 2020. Mais d'autres, plus prudents, parlent de 2050. « Autour de 2020, la Chine construira une station spatiale qui permettra de développer une technologie de collecte de l'énergie solaire dans l’espace », a déclaré à l'agence Xinhuan News le vice-président de l'Académie chinoise de technologie spatiale, Li Ming.

    Dans un rapport publié il y a 5 ans, les membres de l'Académie chinoise des sciences (CAS) et de l'Académie chinoise d'ingénierie (CAE) laissaient entendre que la Chine pourrait commencer à développer une centrale solaire spatiale expérimentale en 2030, et construire une centrale solaire spatiale commercialement viable en 2050. Wang Xiji, un membre de la CAS et de l'Académie internationale d'astronautique, a déclaré que la construction d'une station spatiale solaire était possible, même si la tâche est « sans précédent et monumentale ». Selon lui, une station spatiale solaire en orbite géosynchrone permettrait de s’affranchir du problème de production d'énergie intermittente sur Terre, où l’on doit s’accommoder de la nuit et des interruptions liées aux conditions météorologiques.

     

     

     

     

  • Le système Beidou (GPS chinois)entre en service dans la zone Asie-Pacifique

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6689/zh/archive/2012/12/29/le-systeme-beidou-gps-chinois-entre-en-service-dans-la-zone.html

    Reading the article in English

      http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6689/en/archive/2012/12/29/le-systeme-beidou-gps-chinois-entre-en-service-dans-la-zone.html

    F201212271706113110021729.jpg

    En une semaine , la Chine vient de porter à bonne fin deux grandes réalisations dont elle peut s'en orgueillir.Quelques jours après avoir lancer la plus longue ligne de TGV du monde , la Chine vient de lancer Beidou, son système GPS. Après avoir dépassé l'Europe dans le domaine des chemins de fer , la voici qui dévance l'Europe dans le domaine de la navigation. Pourtant l'Europe s'était lancée dans la course bien avant la Chine. Mais en Chine , on avance . Quand la Chine a un ogjectif, elle y met le paquet, financier mais aussi une armée d'ingénieurs qui s'appliquent dans le département de R&D. A ce sujet, je viens de visiter une usine à Shenzhen  où pas moins de 50000 ont été engagés dans leur service R&D pour mettre au point des véhicules électriques ainsi que des véhicules sans chauffeur.

    001372a0e6ec12479bfc1d.jpg

    Le système chinois de navigation de fabrication nationale a pour objectif de prendre 70 à 80% du marché local, aujourd'hui dominé par GPS, à l'horizon 2020, a déclaré jeudi un porte-parole du système.

    Nous espérons que les industries fondées sur le système de navigation par satellite Beidou (BDS) détiendront de 15 à 20% des parts de marché d'ici à 2015, a dit le porte-parole de BDS Ran Chengqi, qui est également directeur de l'Office Chinois de la Navigation par Satellite, lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion du lancement officiel du système.

    M. Ran a annoncé que BDS a commencé jeudi à fournir des services de positionnement, de navigation, de calendrier et de messages courts aux utilisateurs civils en Chine et des régions avoisinantes de la région Asie-Pacifique.

    Selon M. Ran, la fonctionnalité et la performance générale de BDS est « comparable » au système GPS.

    Il a en outre expliqué que le service ouvert de BDS est actuellement disponible et qu'il possède une précision de positionnement de 10 mètres, une précision de vitesse de 0,2 mètres par seconde et une précision de synchronisation à sens unique de 50 nanosecondes.

     

    001372a0e6ec12479bb81c.jpg



    BDS offre plus de confort pour les utilisateurs de systèmes de navigation ayant un équipement compatible avec des systèmes de navigation multiples, car ainsi ils n'auront plus à compter sur un service unique, a déclaré M. Ran.

    Selon un rapport de 2011, 95% des équipements de navigation par satellite en Chine étaient dépendants des services GPS, tandis que les statistiques industrielles montrent que la production totale du secteur chinois de services de navigation dépassera les 120 milliards de Yuans (19,2 milliards de Dollars US) en 2012.

    La Chine a lancé le premier satellite destiné au service de BDS en 2000, et une version préliminaire du système a été utilisée à titre expérimental pour le contrôle de la circulation, les prévisions météorologiques et les secours en cas de catastrophe depuis 2003.

    001372a0e6ec12479c7e1e.jpg

     

     

     

  • La Chine place un satellite turc sur orbite

    132049701_31n.jpg

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6635/zh/archive/2012/12/19/la-chine-place-un-satellite-turc-sur-orbite.html

    Reading the article in English http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6635/en/archive/2012/12/19/la-chine-place-un-satellite-turc-sur-orbite.html

    Un satellite turc d'observation de la Terre a été lancé avec succès dans la nuit de mardi à mercredi depuis le nord-ouest de la Chine, marquant le dernier lancement spatial de l'année pour la Chine.

    Selon un communiqué publié par le Centre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le désert de Gobi (nord-ouest de la Chine), le satellite turc GK-2 a été lancé mercredi à 00H13 et placé sur une orbite prédéterminée par une fusée porteuse Longue Marche 2D.

    Il s'agit du 174e vol de la famille des fusées porteuses Longue Marche.

    L'Administration d'Etat pour la science, la technologie et l'industrie de la défense nationale a annoncé mercredi que c'était la première fois qu'une fusée porteuse Longue Marche 2D était utilisée dans un un tel lancement pour un autre pays. Ceci marque une percée pour l'ensemble de la famille des fusées Longue Marche dans les lancements commerciaux internationaux de satellites en orbite terrestre basse.

    Toujours selon l'administration, l'entrée réussie des produits aérospatiaux chinois sur les marchés d'Asie de l'Ouest et d'Afrique du Nord permettra au pays d'élargir son marché international de services de lancements commerciaux de satellites.

    Le satellite, conjointement développé par l'Institut de recherche des technologies spatiales de Turquie et Turkish Aerospace Industries, Inc., sera principalement utilisé pour la protection de l'environnement, l'exploitation des ressources minières, l'aménagement urbain, ainsi que la surveillance et le contrôle des catastrophes naturelles, indique le communiqué.

    Cette année, la Chine a envoyé avec succès 28 satellites et vaisseaux spatiaux dans l'espace via 19 lancements. Le pays compte également lancer près de 20 satellites en 2013, selon le communiqué.

    132049701_21n.jpg

  • La Chine va lancer un satellite de communications pour la République démocratique du Congo

    Lancement-reussi-pour-deux-satellites-chinois_article_main_large.jpg

     

    La société d'Etat chinoise China Aerospace & Technology Corporation (CASC) coopérera avec China Telecom pour placer un satellite de communications en orbite pour la République démocratique du Congo, a-t-on appris d'un contrat commercial signé samedi à Zhuhai.

    Le satellite, baptisé CongoSat-01, sera lancé depuis le Centre de lancement de satellites de Xichang dans la province du Sichuan (sud-ouest) dans les trois ans suivant l'entrée en vigueur du contrat, selon Great Wall Industry Corporation (CGWIC), une filiale de la CASC qui a signé le contrat avec le Réseau national des télécommunications par satellite (Renatelsat) de la République démocratique du Congo.

    La République démocratique du Congo est le deuxième pays africain à signer un contrat de livraison de satellite avec la Chine, après le Nigéria qui a signé un contrat avec la CGWIC en décembre 2004.

    Le satellite devrait couvrir la République démocratique du Congo et l'ensemble de l'Afrique australe et centrale, a indiqué la CGWIC.

    La société a également révélé avoir signé six contrats et accords d'une valeur totale de 15 milliards de yuans (2,38 milliards de dollars), lors du Salon international de l'aéronautique et de l'aérospatiale de Chine, qui se déroule actuellement à Zhuhai.

    La Chine a lancé dans l'espace en septembre un satellite de télédétection pour le Venezuela.

    Jusqu'à présent, la Chine a réalisé 35 lancements de satellites commerciaux pour des clients étrangers.

    http://fr.rian.ru/images/18885/96/188859614.jpg

  • La Chine lance avec succès un satellite de communication français dans l'espace

    XICHANG, 31 mars (Xinhua) -- La Chine a lancé samedi soir avec succès le satellite de communication français "APSTAR-VII" dans l'espace avec sa fusée porteuse Longue Marche-3B depuis le Centre de lancement de satellites de Xichang.

     

    Les données de surveillance montrent que le satellite s'est séparé de la fusée et a atteint son orbite de transfert géostationnaire 26 minutes après son lancement à 18h27.

     

    Produit par Thales Alenia Space pour APT Satellite Company Limited, une société basée à Hong Kong, le satellite remplacera APSTAR-2R, qui fait partie du système de satellites d'APT actuellement en orbite.

     

    APSTAR-7 est capable de fournir des services de transmission de télévision et de communication par satellite en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique, en Australie et en Europe, ainsi que des services de retransmission télévisuelle en direct, de communication et de télédiffusion transcontinentales en Chine, au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Afrique.

  • Mise en orbite d'un satellite de télécommunications de fabrication française par une fusée porteuse chinoise

     

    La fusée porteuse chinoise Longue Marche-III2 a mis sur orbite un satellite de télécommunications de fabrication française, vendredi après-midi, depuis le Centre de lancement de satellites de Xichang.

    Il s'agit de la première fois que la Chine fournit un service de lancement pour un opérateur de satellitaire européen. Il s'est également agi du 148e lancement de fusée porteuse de la série Longue Marche.

    Selon les informations et les données reçues par le Centre de mesures et de surveillance des satellites de Xi'an, le satellite et la fusée porteuse se sont séparés comme prévu et le satellite est désormais en orbite.

    Le lancement marque la première coopération de la Chine avec un opérateur satellitaire européen depuis la signature d'un accord sino-français sur le lancement de satellites en 2008.

    Le lancement a été mené par la China Great Wall Industry Corporation et le China Institute of Rocket Carrier Technology, tous deux relevant de la Société aérospatiale des sciences et technologies de Chine, ainsi que par le réseau de poursuite China Satellite Launch and Tracking Control General (CLTC).

    Le satellite de télécommunications W3C a été fabriqué par Thales Alenia Space, un fabricant satellitaire français appartenant à Eutelsat, fournisseur leader dans les services de communications par satellites.

    Le satellite W3C, d'une durée de vie de 15 ans, fournira des services de télévision, de radiodiffusion, d'internet haut débit, et de vidéo.