sarkozy

  • Mediapart et Edwy Plenel s'attaquent à Sarkozy mais défendent les terroristes islamistes

    sans-titre.png

    Au lieu de vanter et rapporter les événements commémorant les 50 ans de relation diplomatique entre la Chine et la France, dont le point d'orgue est la visite du Président chinois, Xi Jinping, en France, le site tendancieux Médiapart préfère nous présenter une douzaine d'illuminés qui ont manifestés pour la démocratie en Chine"

    Si rien que ceci est risible, ce qui est proprement scandaleux et révoltant , c'est que ce Plenel et ses sbires appellent "démocratie" , sur leur site Médiapart, est en fait la défense des terroristes ouighours dont les bases arrières sont situées dans les zones de Talibans en Afghanistans. Ces terroristes qui viennent de s'illustrer en attaquant et tuant de pauvres victimes innocentes et sans défense à la gare de Kunming.

    sans-titre.png

     

    Le soir du 1er mars, plus de 10 assassins masqués, habillés de noir et armés de couteaux, ont fait irruption sur l'esplanade, devant les guichets et d'autres endroits de la Gare de Kunming, dans le Yunnan, poignardant des personnes innocentes, provoquant 29 morts et plus d'une centaine de blessés. Ces violents incidents terroristes, qui soulignent la nature brutale de ces criminels, contraire à l'humanité, à la civilisation, et antisociale, montrent que ce sont vraiment des terroristes.
    Alors que l'on est en droit d'attendre une condamnation de la part de Médiapart pour des actes d'une telle cruauté , Médiapart évoque ainsi des terroristes en utilisant des guillemets, et vicieusement fait remarquer que .
    Face à des faits aussi clairs, le comportement de ce média non seulement est hypocrite, mais en plus, aveuglé par le parti-pris, il nous montre un sombre visage.

    Messieurs les chasseurs de scandales, vous qui parlez de « droits de l'homme » ? N'avez-vous pas vu ces malheureux innocents ayant perdu la vie et baignant dans une mare de sang ? Dans vos papiers, vous êtes-vous un tant soi peu souciés des droits de l'homme des victimes ? Si une telle chose s'était produite aux États-Unis, même s'il y avait eu beaucoup moins de morts, comment auriez-vous jugé de la nature de l'incident, auriez-vous été si hésitants à utiliser le mot " terroristes"

     

    images.jpg

    Alors quand on voit le manque d'honnêteté de ce soi-disant journaliste et de Médiapart , on peut logiquement se poser des questions sur les raisons qui les portent à s'acharner sur Nicolas Sarkozy.

    N'oublions pas que monsieur Plenel a été accusé de travailler pour la CIA et que dans l'affaire de Panama , il a été condamné pour avoir monté cette affaire en se servant et publiant des documents qui étaient des faux.

    monde.jpg

  • Le président chinois demande au G20 d'assurer la croissance économique

     

    Le G20 doit faire du maintien de la croissance économique l'une de ses priorités, a indiqué mercredi le président chinois Hu Jintao, avant sa participation au sommet du G20 qui se déroulera à Cannes les 3 et 4 novembre.

    Cette remarque de Hu Jintao est extraite d'une interview écrite accordée au journal français Le Figaro.

    Le président chinois explique que la communauté internationale doit voir objectivement les rapports entre la croissance forte, la croissance durable et la croissance équilibrée.

    "La croissance durable est un objectif à long terme, la réalisation d'une croissance équilibrée par la restructuration est une exigence objective, tandis que la croissance forte représente une tâche prioritaire pour l'économie mondiale à l'heure actuelle, de même qu'un préalable pour réaliser une croissance équilibrée et durable", a-t-il indiqué.

    Il exhorte la communauté internationale à correctement reconnaître les causes des déséquilibres dans l'économie mondiale.

    Hu Jintao explique que la racine des déséquilibres est d'ordre structurel, notamment le déséquilibre de la structure de l'économie mondiale, celui de la division internationale du travail et celui du système monétaire international.

    "La solution du problème réside dans la restructuration économique qui devra être entreprise par tous les pays", explique-t-il, ajoutant qu'il s'agit d'un processus long qu'on ne pourra mener à bien du jour au lendemain.

    A l'occasion des précédents sommets du G20, les dirigeants de la Chine et d'autres pays ont observé que le plus grand déséquilibre de l'économie mondiale se situait entre le développement du Nord et celui du Sud, précise Hu Jintao.

    "Ce n'est qu'en aidant les pays en développement à accélérer leur développement et à réaliser la croissance et la prospérité qu'on pourra asseoir la reprise sur une base solide, élargir la demande globale mondiale et assurer une croissance durable dans le monde."

    Ceci explique le ferme soutien de la Chine à ce que le G20 se concentre sur la question du développement mondial, a-t-il ajouté.

    Hu explique que depuis la crise financière internationale, la Chine a adopté des mesures positives pour stimuler sa demande intérieure et a maintenu une croissance annuelle moyenne de son PIB supérieure à 9%.

     

  • QUE DALAI LAMA RESTE CHEZ LUI ET ARRETE SES MENSONGES.

    La visite du Dalai Lama pourrait à nouveau affecter les relations diplomatiques

    Seulement un mois après que les relations sino-françaises ont été remises sur les rails, le Dalai Lama prévoit une nouvelle visite à Paris, au cours de laquelle il pourrait devenir le citoyen d'honneur de la capitale française.

    Selon les analystes, cela affecterait les relations entre la Chine et la France.

    "La visite du Dalai Lama aura un impact sur les relations bilatérales", a dit Zhao Junjie, chercheur à l'Académie chinoise des sciences sociales. "Le Dalai Lama à l'intention de perturber les relations sino-françaises avec sa visite à un moment où elles sont en plein développement."

    Le Dalai Lama doit se rendre à Paris entre le 6 et le 8 juin prochain, a déclaré son porte-parole Wangpo Bashi à l'AFP.

    Sa visite s'inscrit dans le cadre d'une tournée européenne qui comprend le Danemark, l'Islande et les Pays-Bas, a déclaré Bashi.

    "Il est très possible qu'il reçoive le titre du "citoyen d'honneur" de la ville de Paris qui lui sera remis par le maire de la capitale Bertrand Delanoë, mais aucune réunion avec les dirigeants du gouvernement français n'est prévue," a déclaré Bashi cité par l'AFP.

    Le Conseil de la Ville de Paris, dirigé par le socialiste Bertrand Delanoë, a approuvé une résolution en avril 2008 pour honorer le Dalai Lama, mais le gouvernement français a pris ses distances par rapport aux décisions prises par l'administration locale, selon l'AFP. Les membres de l'équipe du président Nicolas Sarkozy se sont opposés à cette mesure.

    Le Dalai Lama a reçu le titre du "citoyen d'honneur" à Rome et à Venise en février dernier.Mais le maire de Rome en tant que fasciste a toujours été dans les bonnes vues du dalai lama formé par Harrer nazi de la première heure. 

    Pang Zhongying, professeur à l'Université Renmin de Chine, a dit que l'impact sur les relations bilatérales après la visite du Dalai Lama est "maîtrisable".

    "Les relations sino-françaises dans leur ensemble vont dans la bonne direction. La visite du Dalai Lama ne va pas nous remettre dans un état de tension à nouveau. Mais cette visite aura une incidence sur les relations entre les peuples des deux nations", a dit M.Pang.

    Les relations sino-françaises se sont réchauffées après que plusieurs hauts fonctionnaires français s'étaient rendus en Chine, avec notamment l'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, président de l'Assemblée nationale française Bernard Accoyer et l'ancien président français Jacques Chirac.

    Les tensions bilatérales se sont améliorées après que les deux ministères des affaires étrangères ont publié un communiqué commun le 1er avril dernier déclarant que la France a pleinement reconnu "la sensibilité de la question du Tibet" et qu'elle ne soutiendrait pas "l'indépendance du Tibet" sous une forme quelconque.

    Le même jour, le Président Hu Jintao a rencontré Nicolas Sarkozy en marge du sommet du G20 à Londres, ce qui a marqué le rétablissement des relations qui s'étaient dégradées depuis la rencontre de Nicolas Sarkozy avec le Dalai Lama en Pologne en décembre de l'année dernière.

    Après la rencontre de Sarkozy avec le Dalai Lama, la Chine a annulé le sommet sino-européen prévu à Lyon, en France, et a annulé toutes les visites de haut niveau en France.
    Si Deanoe devait par cet acte inqualifiable insulter une deuxième fois le peuple chinois,après la conduite scandaleuse, heureusement sans conséquence, de quelques voyoux parisiens et tibétains lors du passage de la flamme olympique, j'espère que le gouvernement chinois en tirera ses conclusions et les ponts seront rompus avec Paris qui devra payer pour son arrogance.

  • LES AMIS DE SARKOZY S'ACHARNENT CONTRE LA CHINE.

    Un actionnaire principal de Christie's a financé des éléments pour l'"Indépendance du Tibet"

    François Pinault, un riche homme d'affaires de France, qui a financé depuis longtemps des éléments pour l'"indépendance du Tibet" et l'organisation "les reporters sans frontières", est un actionnaire principal de la compagnie Christie's qui a mis en vente aux enchères les deux statues d'animaux en bronze de Yuanminyuan, a-t-on appris des sources sûres.Ce monsieur est en outre l'actionnaire principal du groupe dont fait partie la maison YSL.

    Parallèlement, la déclaration de Christie's concernant cette vente et les propos de Pierre Bergé, selon lesquels "les deux têtes d'animaux en bronze seraient rendues, si les droits de l'homme sont améliorés en Chine et que le feu vert soit donné à l'indépendance du Tibet", ont paru dans le magazine français Le Point. Ce magazine est également contrôlé financièrement par M.Pinot.

    Ce dernier place sous son contrôle des centaines de marques d'articles de luxe et de prêts-à-porter dans les magasins Printemps et Gucci à Paris, la vente aux enchères de Christie's et le magazine "Le Point ". En outre, M.Pinot est un ami intime du Président français Nicolas Sarkozy. Il utilise depuis longtemps son magazine "Le Point" pour intervenir dans la politique de France.

    Quant à deux statues d'animaux en bronze, leurs prix de marché réels ne sont pas élevés. 14 millions d'euros pour chaque article, c'est déjà le prix maximum. Il serait probable que la compagnie ait surenchéri les prix des articles exprès pour pouvoir extorquer de l'argent aux acheteurs patriotes chinois par la suite.

  • LA FRANCE TENTE DE SE RECONCILIER AVEC LA CHINE.

    La visite de réconciliation de Raffarin en Chine

    Une délégation française conduite par Jean-Pierre Raffarin, ex-Premier ministre français et composée de 15 jeunes députés de l'Assemblée nationale et des sénateurs, est arrivée le 8 février à Beijing pour une visite de 7 jours. La délégation va rencontrer des dirigeants chinois et visiter ensuite Changsha, Shenzhen et Guangzhou.

    M.Raffarin est arrivé en Chine officiellement dans le cadre du projet de formation de 2 ans pour les jeunes députés français, mais selon les observateurs, cette visite spéciale de la délégation française tente de renouer les relations sino-françaises et dans l'envie de dissiper les malentendus entre les dirigeants des deux pays.

    Mais la situation est différente de celle il y a un an. Actuellement, la crise financière a englobé le monde, l'économie de la France est plongée dans la crise, des millions de personnes sont en grève dans la rue, et le président français Sarkozy est obligé de chercher le soutien de la Chine pour lutter contre la crise financière.

    Le président français Nicolas Sarkozy et le président chinois Hu Jintao seront présents au sommet du G20 le 2 avril à Londres. L'ex-président français Jacques Chirac se rendra en Chine le 20 avril, ce qui donnera une chance aux dirigeants des deux pays de se rencontrer.

    Pierre Mazeaud, président de la Fondation Charles de Gaulle, avait rencontré Yang Wenchang, président de l'Institut populaire chinois de la politique internationale, et les deux parties avaient discuté le problème du Tibet.

    Programme de la visite de Raffarin

    Le 8 février

    Arrivée à Beijing, visite du Palais impérial, participation au dîner présidé par Yang Wenchang, président de l'Institut populaire chinois de la politique internationale.

    Le 9 février

    Rencontre avec Tang Jiaxuan, ancien conseiller d'Etat, participation à la réunion précédant le séminaire marquant le 45è anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

    Déjeuner avec Dai Xianglong, présidé par le président du fonds national de la sécurité sociale de Chine.

    Rencontre avec Zheng Silin, vice-président de la commission des affaires étrangères du Comité Permanent de l'Assemblée populaire nationale
    Dîner à l'Ambassade de France en Chine présidé par l'Ambassadeur de France en Chine pour commémorer le 45è anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

    Le 10 février

    Rencontre avec Li Hui, vice-ministre des Affaires étrangères et Zhang Zhijun, chef adjoint du département international du Comité central du PCC, visite du Temple du Ciel, rencontre avec le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

    Du 10 au 14 février

    Départ pour Changsha, Shenzhen et Guangzhou, discussion avec des fonctionnaires locaux au sujet de la construction urbaine, la culture et le développement des entreprises.

  • CONFERENCE DE PRESSE(SUITE)

    W020081213729812741818[1]

    Q: Le Dalaï Lama s'est aussi rendu en Pologne et y a rencontré le Premier Ministre polonais. Quelle est la réaction de la Chine? Le gouvernement chinois prendra-t-il des mesures contre la Pologne à l'instar de celles prises contre la France?

    R: Comme je l'ai souligné tout à l'heure, la position de la Chine sur la rencontre entre tout dirigeant étranger et le Dalaï Lama est ferme. Nous avons fait une démarche solennelle auprès de la Pologne sur cette rencontre et souhaitons que la Pologne accorde de l'importance à la coopération amicale sino-polonaise au lieu de créer des obstacles au développement de nos relations amicales.

    Q: J'ai deux questions. La première, selon un commentaire publié par l'Agence Chine nouvelle, la situation des droits de l'homme en Chine se trouve dans la meilleure période de l'histoire. Pourriez-vous faire des commentaires là-dessus? Quels sont vos commentaires sur l'état actuel des droits de l'homme en Chine? La deuxième, selon les reportages de Dong-A Ilbo de la République de Corée, il a été demandé à 250 sociétés chinoises de quitter, avant la fin du mois dernier, une zone d'exploitation économique située dans le nord de la RPDC. Certaines de ces sociétés sont déjà parties, d'autres pas encore. Pourriez-vous confirmer cette nouvelle?

    R: Cette année marque le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Les médias chinois concernés ont fait des commentaires à ce sujet en faisant un tour d'horizon des réalisations importantes enregistrées ces dernières années en Chine dans le domaine des droits de l'homme. Je suis d'avis qu'il faut envisager, de manière globale et d'un point de vue historique, les progrès obtenus dans la cause des droits de l'homme en Chine. Je trouve que les articles publiés par l'Agence Chine Nouvelle, conformes aux faits, reflètent donc l'état du développement de la cause des droits de l'homme en Chine.

    Quant à votre deuxième question, je n'ai pas eu d'information à cet égard et je ne suis pas en mesure de confirmer les reportages concernés. La Chine et la RPDC mènent des échanges amicaux normaux, y compris les échanges économiques et commerciaux.

    Q: Une question sur le Zimbabwe. Vous venez de dire que la Chine entend multiplier les bons offices à cet égard. Quelles sont les mesures concrètes que la Chine envisage de prendre ou déjà prises? Si la Chine entend offrir sa médiation sur la question du Zimbabwe, est-ce qu'elle fera de même concernant les autres crises en Afrique, comme celle au Congo ou le dossier du Darfour?

    R: Comme je l'ai dit tout à l'heure, la Chine suit de près la situation économique et sociale actuelle au Zimbabwe ainsi que les difficultés auxquelles il fait face. Elle lui accordera des aides humanitaires d'urgence. La partie chinoise est favorable à ce que la partie africaine continue à offrir sa médiation et entend, de concert avec la communauté internationale, accorder au Zimbabwe des aides nécessaires à la sauvegarde de la stabilité du pays, à la solidarité nationale et à la relance économique.

    La Chine, en tant qu'ami des peuples africains, suit de près ce qui se passe sur le continent africain et prête une vive attention à la paix, à la stabilité et au développement en Afrique. Nous espérons sincèrement que le continent africain maintiendra la stabilité et le développement. La partie chinoise continuera à promouvoir, suivant les différents consensus réalisés avec la partie africaine, la coopération amicale entre la Chine et les pays africains et à contribuer au développement continu du partenariat stratégique sino-africain de type nouveau.

    Q: Récemment, des conflits violents entre des étudiants et des policiers ont donné lieu à des émeutes dans plusieurs villes en Grèce. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus? Y a-t-il des Chinois blessés dans les émeutes?

    R: Ces derniers temps, des émeutes ont eu lieu en Grèce. La partie chinoise y porte une grande attention. Nous sommes convaincus que le gouvernement grec pourra, en apportant une solution adéquate à cette question, apaiser la tension dans les meilleurs délais et rétablir l'ordre social normal. L'ambassade de Chine en Grèce s'est renseignée auprès de multiples parties et n'a pas eu d'information sur l'attaque des entrprises à capitaux chinois et des étudiants chinois pendant les émeutes. Nous espérons par ailleurs que le gouvernement grec prendra des mesures effectives pour assurer la sécurité des entreprises et des personnels chinois en Grèce.

    Q: Après la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le Dalaï Lama, des internautes chinois ont soulevé une nouvelle vague de protestation. En même temps, nous avons également constaté que, ces derniers jours, des internautes français ont appelé au boycottage des produits chinois. Pensez-vous que l'atmosphère déjà tendue entre les peuples chinois et français entraînera une escalade de la tension dans les relations sino-françaises et compromettra en profondeur les relations économiques et commerciales entre la Chine et la France?

    R: Ce que vous venez de mentionner montre justement à quel point il est important pour le développement des relations bilatérales si le dirigeant d'un pays est à même d'adopter une attitude responsable envers l'histoire et envers les sentiments des peuples des deux pays. Par conséquent, sur cette question, j'estime que la partie française doit assumer sa responsabilité, envisager et traiter correctement les relations sino-françaises, prendre des mesures réelles afin de créer une atmosphère et des conditions nécessaires à l'amélioration et au développement des relations sino-françaises.

    Q: Je voudrais connaître dans les détails les aides humanitaires qui seront accordées par la Chine au Zimbabwe. Par exemple, quand les aides seront-elles arrivées? Quelles sont les aides? Est-ce que la partie chinoise remettra directement ces aides au gouvernement zimbabwéen? Et si c'est le cas, comment s'assurer que ces aides pourront être transmises aux personnes qui en ont besoin? Ma deuxième question, le Zimbabwe est un ami de la Chine, et alors, est-ce que son Président Robert Mugabe est aussi un ami de la Chine? Certains pays africains lui ont demandé de démissionner afin de surmonter la crise. Est-ce que la Chine partage cet avis? Ma troisième question, est-ce que la partie chinoise a eu des échanges de vue ces dernières semaines avec la partie pakistanaise sur l'éventuelle implication de cette dernière dans les attentats à Bombay?

    R: La Chine est en train d'envisager activement d'accorder des aides humanitaires, y compris des céréales, au Zimbabwe. Les arrangements détaillés sont en cours. J'ai deux points principaux à souligner: Premièrement, accorder des aides humanitaires a pour objectif d'atténuer les difficultés rencontrées par le Zimbabwe. Deuxièmement, il faut faire de sorte que ces aides parviennent au peuple zimbabwéen.

    Quant à votre deuxième question, comment le Zimbabwe agira-t-il pour faire face à la situation actuelle, cela relève des affaires intérieures de ce pays, la Chine n'y intervient pas. Face à la détérioration de la situation économique et sociale au Zimbabwe, les pays de l'Afrique australe et l'Union africaine sont en train d'offrir leur médiation. Et nous soutenons les pays africains dans leurs efforts de médiation et espérons que ces efforts pourront aboutir à des résultats positifs et que les différentes parties concernées au Zimbabwe pourront donner la priorité aux intérêts du pays et du peuple et dégageront, dans les meilleurs délais, un consensus sur la composition du gouvernement car cela est favorable au développement du Zimbabwe et conforme à l'intérêt du peuple zimbabwéen.

    La troisième question, les attentats terroristes à Bombay ont eu des conséquences importantes dans le monde et sur la situation en Asie du Sud. La Chine a communiqué des points de vue avec les pays concernés de la région de l'Asie du Sud dont l'Inde et le Pakistan.

    Q: Une question sur les activités de navires chinois de surveillance maritime au large des îles Diaoyu. Comme c'est une zone très sensible, pourquoi la partie chinoise mène-t-elle de telles activités provocatrices dans cette zone sensible? Est-ce que cela affectera les relations sino-japonaises? S'il s'agit là des activités normales, est-ce que la partie chinoise compte, dans l'avenir, continuer à envoyer des navires du même type pour mener des activités au large des îles Diaoyu?

    R: Nous n'acceptons pas les reproches selon lesquelles la Chine mène des activités « provocatrices » dans cette zone. La partie chinoise ne pense pas qu'il s'agisse là d'une provocation puisque la Chine effectue une patrouille normale dans une zone maritime qui est dans la limite de sa compétence. Quant à la question de savoir quand la Chine enverra encore des navires de surveillance maritime pour la patrouille, c'est à la partie chinoise de le décider.

    Q: J'ai une question sur la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le Dalaï Lama. Vous avez souligné que vous espérez voir la partie française prendre des mesures concrètes pour réparer les relations sino-françaises. Pourriez-vous nous les préciser?

    R: Il s'agit là d'une question que la partie française doit étudier et préciser.

    Si vous n'avez pas d'autre question, la séance est levée, merci de votre présence!

  • DECLARATION DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

    Le 9 décembre 2008, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Liu Jianchao a tenu une conférence de presse et répondu aux questions portant sur, entre autres, les relations sino-françaises, les pourparlers à six et la situation au Zimbabwe.

    Liu Jianchao: Bonjour à tous, je suis prêt à répondre à vos questions.

    Q: Je voudrais savoir si la Chine prendra des mesures de sanction contre la France après la rencontre entre le Président français Sarkozy et le Dalaï Lama.

    R: Pendant les 44 ans qui ont suivi l'établissement de relations diplomatiques sino-françaises, la Chine a toujours considéré et géré ses relations avec la France avec une vision stratégique et à long terme. Nous développons le partenariat stratégique sino-français avec la plus grande sincérité. Un partenaire stratégique digne de ce nom devrait prendre pleinement en considération les préoccupations de l'autre partie sur ses intérêts essentiels, tel est le sens fondamental d'un partenariat stratégique. Si l'on porte atteinte aux intérêts vitaux de son partenaire, les relations bilatérales seront certainement compromises. En se conformant à une telle position, la Chine n'a jamais rien fait au détriment des intérêts de la France. Si les relations sino-françaises en sont arrivées là aujourd'hui, ce n'est souhaitable ni pour la Chine ni pour les différents milieux de la société française qui sont favorables au développement de la coopération amicale sino-française. Maintenant que le problème est là, il faudra trouver des moyens pour le régler. Cela n'est pas à la Chine, mais à la France, origine de la difficulté que connaissent actuellement les relations sino-françaises, d'en assumer la pleine responsabilité. Nous demandons, et nous le souhaitons d'ailleurs, à la partie française d'endosser la responsabilité qui lui revient et de prendre des mesures effectives pour corriger son erreur et créer une ambiance favorable à l'amélioration et au développement des relations sino-françaises. Cela correspond à l'intérêt à long terme des deux peuples.

    Q: Au Zimbabwe, le Président Mugabe fait face à une énorme pression de démission, et la Secrétaire d'Etat américaine Condoleeza Rice ainsi que certains pays africains se sont déjà ouvertement opposés à lui. Quelle est la position chinoise sur cette question? La Chine continuera-t-elle à soutenir Mugabe ou bien pense-t-elle qu'il devra démissionner?

    R: Sur la question du Zimbabwe, je voudrais souligner que la Chine, tout comme les autres membres de la communauté internationale, est préoccupée par la détérioration continue de la situation économique et sociale du pays. Pour aider le peuple zimbabwéen à surmonter les difficultés, la Chine envisage favorablement de fournir des aides humanitaires d'urgence dont des céréales et essaiera de faire parvenir ces aides au peuple zimbabwéen le plus vite possible.

    La Chine estime que le dialogue et la négociation restent l'unique bon moyen pour régler la question zimbabwéenne. Grâce à la médiation active de la partie africaine, les parties concernées du Zimbabwe, après l'accord signé le 15 septembre dernier sur la formation d'un gouvernement d'union nationale, sont parvenues à un consensus sur le contenu du projet de révision de l'article 19 de la Constitution prévoyant le cadre du nouveau gouvernement au cours de la dernière décade de novembre. Cela a jeté la base à une solution politique de la question. Le Zimbabwe est un pays ami de la Chine, les peuples chinois et zimbabwéen sont liés par une amitié traditionnelle. La Chine espère sincèrement que les parties concernées du pays, ayant à cœur les intérêts de la nation et du peuple, mettront en place le plus tôt possible un gouvernement d'union nationale et feront sortir rapidement le pays de la difficulté pour s'engager dans la voie de stabilité et de développement. La Chine soutient également l'Afrique dans le renforcement de ses efforts de médiation. Nous sommes prêts à travailler ensemble avec la communauté internationale et continuerons d'accorder des aides et du soutien à la préservation de la stabilité du pays et de l'union nationale et au redressement de l'économie du pays.

    Q: Que souhaitez-vous que la France fasse pour restaurer les liens d'amitié avec la Chine? Est-ce que la Chine prendra des sanctions économiques contre des entreprises françaises?

    R: L'avenir des relations sino-françaises dépendra des actions de la France. La partie française aura à tenir pleinement compte de l'intérêt des relations bilatérales et des deux peuples et à prendre conscience du préjudice qu'ont subi les relations sino-françaises et sino-européennes à cause de la rencontre entre le dirigeant français agissant arbitrairement et le Dalaï Lama. La France devra accorder une réelle importance à la préoccupation de la Chine en ce qui concerne ses intérêts essentiels ainsi qu'à la position solennelle exprimée par la Chine, corriger son erreur sur la question du Tibet par des actions concrètes et faire disparaître les conséquences négatives dans le respect de son engagement au principe d'une seule Chine afin de mettre en accord ses actes et ses paroles.

    Quant à votre deuxième question, nous estimons que la rencontre, malgré toute opposition, entre le dirigeant français et le Dalaï Lama a porté gravement atteinte au bon climat de coopération entre la Chine et la France. Elle a saboté la base politique du développement des relations bilatérales et aura inévitablement des impacts négatifs sur l'ambiance dans laquelle s'opère la coopération bilatérale multisectorielle, y compris la coopération économique et commerciale. A l'heure actuelle, il est essentiel que la partie française prenne des actions concrètes pour créer une ambiance et des conditions favorables au développement des relations bilatérales et à la coopération sino-française dans tous les domaines. La partie française a suffisamment de sagesse pour savoir comment corriger son erreur.

    Q: Lors du passage de la flamme olympique à Paris en avril dernier, une relayeuse a été victime de l'attaque d'un citoyen américain. Les relations sino-françaises sont-elles aujourd'hui encore pires qu'à l'époque?

    R: Ce qui s'est passé en avril dernier lors du passage de la flamme olympique à Paris et la difficulté que connaissent actuellement les relations sino-françaises ont un point commun mais aussi des différences. Le point commun consiste à ce que certaines personnes de la partie française ont porté atteinte aux intérêts fondamentaux de la Chine. Et la différence est que cette fois-ci, le dirigeant français, malgré les nombreuses démarches et les conseils bienveillants de la Chine, a persisté à rencontrer le Dalaï Lama, ce qui a apporté préjudice aux relations sino-françaises. Un tel résultat a causé de grandes difficultés aux relations sino-françaises et suscité un vif mécontentement de la part du peuple chinois. Il est maintenant grand temps que la France prend de bonnes décisions.

    Q: J'ai deux questions. Premièrement, pourquoi cette forte réaction de la Chine devant la rencontre entre le Président français et le Dalaï Lama alors que Sarkozy n'est pas le seul dirigeant au monde à avoir rencontré le Dalaï Lama? Ma deuxième question porte sur les pourparlers à six. Je voudrais savoir quelles sont les conséquences du refus de la RPDC d'avoir affaire au Japon sur les pourparlers à six.

    R: Concernant votre première question, je crois que votre impression n'est pas juste. La position de la Chine est constante et claire devant toute rencontre entre un dirigeant étranger et le Dalaï Lama. Nous nous opposons à ce que tout dirigeant étranger rencontre le Dalaï Lama, le soutienne et le tolère dans ses actes visant à diviser la Chine. Chaque fois qu'une telle situation apparaît, la partie chinoise exprime par divers moyens sa position solennelle au pays concerné. Par conséquent, ce n'est pas la France qui est visée particulièrement. La rencontre annoncée et haut et fort entre le Président français et le Dalaï Lama a non seulement porté gravement atteinte aux intérêts essentiels de la Chine, blessé profondément le sentiment du peuple chinois, mais aussi saboté les relations bilatérales. La réaction chinoise est tout à fait légitime. Nous demandons à la partie française de faire preuve de sincérité et de trouver des moyens effectifs pour réparer les relations actuelles entre les deux pays.

    Quant à votre deuxième question, la réunion des chefs de délégation des pourparlers à six a débuté hier après-midi. Selon l'usage habituel, les pourparlers comprennent à la fois une session plénière des chefs de délégation et des contacts plus étroits entre les parties. La réunion a officiellement commencé hier à 15 heures. Les six parties ont eu des échanges de vues approfondis sur la vérification, la mise en œuvre des actions restantes de la deuxième phase ainsi que la création d'un mécanisme de paix et de sécurité en Asie du Nord-Est. Nous espérons que les parties parviendront à un consensus grâce à leur patience et à leur sagesse et continueront à faire progresser le processus des pourparlers à six selon les principes dits «engagement contre engagement et action contre action» et «mise en œuvre par étape» afin de conjuguer leurs efforts vers l'objectif de la dénucléarisation de la Péninsule coréenne.

    Q: Concernant les pourparlers à six, les parties demandent à la Chine de présenter un projet de vérification, car c'est la question clé des discussions. Quelle est la position de la Chine sur cette question? Quel rôle jouera la Chine? Ma deuxième question, le Sommet Chine-Japon-République de Corée aura lieu ce week-end au Japon. Qu'attend la Chine de cette réunion? Quelle est la position de la Chine sur les derniers conflits sino-japonais autour de la question des îles Diaoyu?

    R: Sur votre première question, la vérification est l'un des sujets clés auxquels les parties ont consacré une bonne partie des discussions. La Chine et les autres parties ont avancé des propositions et exprimé leurs positions et préoccupations respectives sur cette question. Je suis sûr qu'elle sera encore abordée pendant la suite de la réunion.

    Concernant votre deuxième question, lors du Sommet Chine-Japon-République de Corée, les dirigeants échangeront leurs points de vue sur la coopération tripartite, l'actualité économique et financière internationale et les questions régionales et internationales d'intérêt commun. La coopération tripartite entre la Chine, le Japon et la République de Corée est une composante majeure de la coopération dans toute la région de l'Asie de l'Est. Nous attendons, et nous en sommes convaincus, que le Sommet soit fructueux et puisse permettre de renforcer davantage la coopération tripartite, de consolider et de développer les relations entre les trois pays ainsi que d'approfondir sans cesse la coopération en Asie de l'Est afin de promouvoir la paix, la stabilité et le développement en Asie du Nord-Est et en Asie de l'Est.

    Quant à la patrouille normale qu'avaient effectuée des navires chinois de surveillance maritime dans les eaux juridictionnelles de la Chine, j'ai déjà exposé hier la position de la Chine en la matière. L'île Diaoyu et les îlots adjacents font partie intégrante du territoire chinois depuis l'antiquité. Les activités des navires chinois que vous venez de mentionner sont tout à fait légitimes et incontestables. Je ne crois pas que cette question puisse compromettre la réunion des dirigeants des trois pays qui aura lieu prochainement.W020081213732833644360[1]

  • LES MEDIAS CHINOIS CRITIQUENT LA RENCONTRE SARKOZY -DALAI LAMA

    Des médias chinois critiquent la rencontre du président français  Sarkozy avec le dalaï lama

      

      - Des médias chinois ont publié une liste de commentaires critiquant la rencontre, en Pologne pendant  ce week-end, du président français Nicolas Sarkozy avec le dalaï  lama. 

         Le Quotidien du Peuple, journal du Parti communiste chinois  (PCC), a publié dimanche un commentaire déclarant que le but de la rencontre de Sarkozy avec le dalaï lama, au mépris de l'opposition de la Chine, était de détourner l'attention nationale d'une  économie stagnante, d'un taux de chômage élevé et d'un soutien en  déclin pour sa présidence. 

         "Sarkozy se trompe absolument dans ses calculs quand il essaye de saper les intérêts fondamentaux de la Chine en échange d'un  gain de popularité, ce qui nuira finalement aux intérêts de la  population en France et en Europe", écrit le journal. 

         Sarkozy s'est entretenu une demi-heure avec le dalaï lama  samedi à Gdansk en Pologne en tant que président français. Il est  ainsi devenu le premier chef d'Etat européen à rencontrer le dalaï lama en tant que président en exercice de l'Union européenne (UE). 

         La rencontre a provoqué des représentations répétées par la  partie chinoise. 

         Oriental Outlook, un hebdomadaire populaire, a écrit lundi  :"les chefs de la France et de l'UE connaissent bien la position  et l'attitude de la Chine sur la question du Tibet." 

         "La Chine s'est toujours fermement opposée à toutes les  activités sécessionistes menées par le dalaï lama, et à tous les  contacts entre le dalaï lama et des dirigeants étrangers sous  n'importe quelle forme. Même si certains citoyens de l'UE ne  connaissent pas la position de la Chine sur la question du Tibet,  leur chef, lui, la connaît sûrement", poursuit l'hebdomadaire.  "Il est bien connu de la communauté internationale, dont la France et l'UE font partie, que le Tibet est une partie de la Chine et  que la question du Tibet est une affaire intérieure chinoise",  ajoute-t-il. 

         La Chine a fortement protesté dimanche contre la rencontre du  président français Nicolas Sarkozy avec le dalaï lama, déclarant  qu'elle "a sérieusement porté atteinte aux intérêts fondamentaux  de la Chine". 

         Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères He Yafei a  convoqué l'ambassadeur de France en Chine, Hervé Ladsous, et a  exprimé le fort mécontentement de la partie chinoise, indique le  ministère chinois des Affaires étrangères.  

         La Chine a déclaré que "la partie française devait assumer  toutes les responsabilités dans cette affaire".

  • LES CHINOIS N'ACCEPTERONT PLUS D'EXCUSE DE LA PART DE SARKOZY OU DE LA FRANCE, TROP C'EST TROP

    L'image de la France en prend un coup en Chine

    La rencontre du président français Nicolas Sarkozy avec le Dalai Lama a considérablement diminué l'appétit national pour la France et ses produits, c'est ce que montre une étude réalisée par l'un des plus populaires sites internet chinois.

    Sur les 25 000 personnes interrogées par www.sina.com, plus de 93% ont dit qu'ils ont une moins bonne impression de la France qu'auparavant.

    Près de 95% des questionnés ont affirmé qu'ils soutiennent la décision du gouvernement de reporter une réunion de haut niveau avec les dirigeants de l'Union européenne (UE). Actuellement la France détient la présidence tournante de l'UE.

    Plus de 150 cadres chinois sont attendus pour rencontrer leurs homologues de l'UE en dehors de la réunion, apparemment pour acheter des marchandises européennes pour une valeur totale de 10 milliards d'euros ($ 13 milliards).

    Après que la nouvelle que Sarkozy a rencontré le Dalai Lama s'est répandue le 6 décembre, des discussions vives ont éclaté sur internet.

    Les internautes ont exprimé leur colère sur "l'ignorance" et "l'arrogance" de la France par rapport à la souveraineté de la Chine et son intégrité territoriale, et ils ont appelé à un boycott national des produits français.

    Le Ministère des Affaires étrangères a cependant demandé de maintenir le calme.

    Dans une autre enquête réalisée par www.sohu.com, un autre grand portail internet chinois, plus de 90% des questionnés ont répondu qu'ils étaient en colère contre Sarkozy pour sa rencontre avec le Dalai Lama.

    Environ 80% des 27 000 personnes, qui ont été interrogées, ont dit "non" à la question: "Si Sarkozy aurait proposé de faire des excuses, les accepteriez-vous?"

    Sarkozy change sa position politique en fonction de ses besoins, ont dit de nombreux internautes.

    En avril, il a invité le relayeur de la flamme olympique handicapé chinois Jin Jing à visiter la France de nouveau "pour compenser la douleur qu'il a subie". Jin est devenu un héros dans la défense de la flamme olympique contre les séparatistes du Tibet lors du relais de la flamme à Paris.

    "Je voudrais vous exprimer mon choc à la façon dont vous avez été attaqué à Paris le 7 avril, lorsque vous teniez la flamme olympique," a dit Sarkozy dans une note de sympathie, qui a été remise à Jin par le Président du sénat français Christian Poncelet à la fin du mois d'avril.

    Cette excuse a été acceptée par Jin et ses compatriotes.

    "Mais cette fois nous ne pourrons pas accepter ses excuses parce qu'il nous a fait mal trop de fois", a dit un internaute.

    Bien que certains internautes français ont critiqué Sarkozy, quelques-uns ont appelé au boycott des produits chinois, a annoncé le journal Global Times.

    Le journal a cité un internaute français qui a dit que l'économie chinoise souffrirait beaucoup de la perte du marché français.

     

     

  • SARKOZY PIETRE PRESIDENT ET DALAI LAMA VALET DU GRAND CAPITAL.

    La rencontre entre Sarkozy et le Dalaï Lama est une "grave erreur", indique un journaliste français

     

     

          Le gouvernement français a  commis une "grave erreur" quand le président Sarkozy a rencontré  le Dalaï Lama, une décision qui ne reçoit cependant pas le soutien de la majorité du peuple français, a indiqué Abdellah Ouahhabi,  qui travaille depuis 30 ans comme réalisateur et producteur de  télévision en France, dans une lettre ouverte envoyée au président français. 

         M. Sarkozy a rencontré samedi dernier le dalaï lama en Pologne, ce qui a suscité la vive indignation et les fermes objections du  gouvernement chinois, qui l'a considéré comme " geste peu  judicieux de la partie française ayant interféré de façon  scandaleuse dans les affaires internes de la Chine et blessant les sentiments du peuple chinois". 

         "Il est évident que le président de la République française est maître de son emploi du temps et qu'il a le droit de rencontrer  qui il veut, mais cette liberté est soumise à l'intérêt bien  compris de la France et des Français", a déclaré M. Ouahhabi dans  la lettre, dont l'Agence Xinhua a obtenu la copie.  

         Selon lui, les intérêts de la France sont non seulement basés  sur les échanges commerciaux avec la Chine, mais aussi restent  dans des "principes politiques essentiels", raison pour laquelle  le Général De Gaulle, fondateur de la 5e République Française, a  très tôt établi des relations diplomatique avec la République  populaire de la Chine, dans un contexte internationale pourtant  très compliqué. Il obéissait bien à des considérations politiques  de premier plan: l'indépendance de la France et des relations  amicales avec un Etat très important. 

         Cependant, le président Sarkozy a porté atteinte à ces  principes en rencontrant le Dalaï lama, une "créature  néo-coloniale fabriquée par les Britanniques, une marionnette  prise en mains par la suite par les Etats-Unis pour affaiblir la  Chine", a déploré M. Ouahhabi.  

         "Cet homme (Dalaï Lama) n'est pas un chef religieux, mais un  chef politique, à la tête d'un gouvernement sécessionniste  anti-chinois et ennemi déclaré du Parti communiste chinois qui a  créé la République populaire de la Chine et qui l'a menée au  niveau scientifique, technologique et économique que nous  connaissons", a-t-il affirmé. 

         Il a également dénoncé les critiques de certains tenants de "la cause tibétaine" envers la Chine concernant les droits de l'homme. "Les protestations des pays développés et riches pour le non  respect des droits de l'homme dans les pays en voie de  développement sont totalement inadéquates. Elles sont aussi  hypocrites: on sait que ces pays riches ont été la cause de  l'appauvrissement des pays en voie de développement par le biais  de l'esclavagisme, du colonialisme, de l'impérialisme économique  par le contrôle des marchés internationaux et par la corruption". 

         "Et si l'on tient compte de ce point de vue objectif qui lie le niveau des droits de l'homme requis au niveau de vie du pays  étudié, alors les pays riches sont très en retard par rapport à  beaucoup de pays en développement, et notamment par rapport à la  Chine", a-t-il estimé, ajoutant que la France n'a aucune leçon de  droits de l'homme à donner à la Chine compte tenu de son niveau  économique. 

         Il a par ailleurs remarqué de nombreux progrès réalisé ces  dernières années en Chine dans le respect des droits de l'homme,  la région tibétaine en particulier. "Le monde constate que le  Tibet est en train de se moderniser, que son économie est en train de se développer, que cette région est désenclavée grâce à une  ligne de chemin de fer la plus haute du monde... En premier lieu,  c'est cela les droits de l'homme". 

         "Tout le monde sait que jamais dans son histoire, les habitants de la Chine n'ont jamais cumulé tant de droits économiques,  politiques collectifs et politiques individuels que pendant la  période actuelle. De plus, tous les observateurs ont pris acte des multiples déclarations et efforts des dirigeants chinois pour  améliorer encore la situation au fur et à mesure de l'élévation du niveau de vie et d'instruction de la population", a-t-il souligné, déclarant que "l'argument des droits de l'homme ne justifiait pas  que le président de la République française reçoive le Dalaï  Lama". 

         En tant que Français, M. Ouahhabi s'est dit "atterré" par la  politique irresponsable du président de son pays quand il le  voyait recevoir le Dalaï Lama, et il a demandé à tous les Chinois  de "bien vouloir comprendre que ce geste présidentiel n'est pas  accepté par tous les Français".  

         "Je serais très triste de voir la Chine rabaisser ses relations avec la France pour sanctionner ces agissements irresponsables.  J'espère que la prochaine fois, ils réfléchiront à deux fois avant d'agresser une autre peuple ou un autre pays", a-t-il indiqué à la fin de sa lettre, tout en souhaitant que "les peuples français et  Chinois se retrouveront et leur amitié refleurira".