série tv

  • La Chine limite le contenu et le nombre des émissions étrangères, même sur internet

    001ec92b9029157cedbc06.jpg

    Dans ses dernières décisions sur les sites Web de vidéo, l'organisme suprême de régulation des médias de Chine a clairement fait savoir que le contenu et le nombre des émissions étrangères de télévision seront limités. L'Administration d'État de la presse, de la publication, de la radio, du film et de la télévision a annoncé le 5 septembre que les films et les séries télévisées qui n'obtiennent pas un permis de visionnement public et de distribution ne peuvent pas être diffusés sur les sites Web de vidéo. Ces sites sont tenus d'inscrire les détails de leurs programmes en cours auprès de l'Administration avant le 31 mars; à compter du 1er avril, toutes les émissions non inscrites devront être supprimées. Cette politique survient après une série de mesures de restriction progressive concernant les émissions basées sur Internet.

    En mars, l'Administration avait exigé que le contenu en ligne soit examiné par au moins trois spécialistes formés par le gouvernement. Les émissions doivent être enlevées immédiatement si elles incluent des contenus inappropriés, comme promouvoir la superstition ou glorifier la violence, le sexe ou les jeux de hasard. À la fin d'avril, elle a exigé que quatre séries télévisées américaines populaires, y compris The Good Wife et The Big Bang Theory, soient retirées des sites Web de vidéo sans donner de raisons particulières. En juillet, l'Administration avait convoqué des réunions avec sept fournisseurs autorisés de contenu de télévision par Internet qui fournissent du contenu en ligne aux décodeurs, pour avertir d'un possible retrait du permis parce que tous avaient agi contre les règles à des degrés divers.

    En conséquence, de nombreuses émissions américaines sont désormais absentes de LeTV box, un homonyme du portail vidéo LeTV.com. La nouvelle politique est tout simplement une nouvelle déclaration des règlements antérieurs, a déclaré à Sina Entertainment le PDG de eMovie Inc Bao Ran, mais cela signifie que les sites Web de vidéo seront limités de la même manière que les stations de télévision le sont, en ce qui concerne les permis des programmes étrangers. Auparavant, les sites de vidéo n'avaient qu'à s'inscrire avant de diffuser du contenu étranger, plutôt que de demander un permis officiel de distribution. Les spectacles auraient été examinés principalement par les propres personnels des sites Web qui sont formés par l'Administration. Les nouvelles procédures sont plus complexes et plus strictes. Selon le portail de nouvelles Sina Technology, avant la fin de chaque année, les sites Web de vidéo devront déclarer leur plan d'achat de l'ensemble de l'année pour l'année suivante aux autorités provinciales des médias qui transmettront alors les propositions à l'Administration.

     

    Personnellement, voilà une mesure qui ne me touche pas. Je ne regarde jamais aucun de ces programmes , que je sois en Chine ou ailleurs , je n'ai jamais vu aucun épisode de Dallas ou Dynastie ni de ses successeurs , mais pour les accrocs et pour ceux qui aiment être informé , à vos VPN.

  • Les séries chinoises de TV débarquent en Afrique

    soap.jpg

    En mars dernier, dans le discours qu'il a tenu au Centre de convention international Julius Nyerere en Tanzanie, le président chinois Xi Jinping a parlé du succès que remportait dans ce pays la série Doudou et ses belles-mères, d'origine chinoise.

    En quelques mois, l'engouement pour les séries chinoises en Afrique n'a cessé d'augmenter. Des groupes tels que Radio Chine Internationale (CRI) et China International Television Corporation (CITC) travaillent de concert au doublage et à l'exportation vers l'Afrique de 10 séries, 52 films, 5 dessins animés et 4 documentaires « made in China », en vue de faire entrer les productions télévisuelles chinoises dans une nouvelle ère.

    La popularité de Doudou et ses belles-mères

    La première série chinoise à avoir été exportée, il y a trois ans de cela, s'intitule Doudou et ses belles-mères.

    En septembre 2010, Wang Guangjian, le responsable à l'époque du centre de diffusion pour l'Afrique et l'Asie de l'Ouest à CRI, s'était rendu en Tanzanie, où il avait été reçu par l'attaché culturel de l'ambassadeur de Chine en Tanzanie, Liu Dong. Lors de leur rencontre, Liu Dong avait fait part d'une de ses idées à son invité : « Par le passé, les productions télévisuelles étrangères étaient diffusées en Tanzanie avec les sous-titres anglais. Mais ne serait-il pas possible d'adapter les séries chinoises en swahili ? »

    À l'époque, CRI n'avait encore jamais entrepris d'activités de doublage. Mais comme le groupe emploie des traducteurs professionnels en swahili et que la Tanzanie affiche des avantages uniques en termes de promotion (bureaux de CRI, classes Confucius), il a décidé de relever le défi. C'est ainsi qu'ont commencé les premières tentatives d'exportation de séries chinoises en version swahilie.

    Le premier problème était de savoir quelle œuvre choisir. Après des études menées conjointement par les experts swahilis, la branche tanzanienne de CRI et Tanzania Broadcasting Corporation, la décision finale s'est arrêtée sur Doudou et ses belles-mères. « Cette série reflète la vie contemporaine dans les villes chinoises, et c'est bien ce que veulent voir les téléspectateurs africains », a précisé Li Yi, responsable du département traduction-communication au centre de doublage cinématographique et télévisuel relevant de CRI.

    Après que la société cinématographique Hualu Baina a cédé gratuitement les droits d'auteur, le travail de doublage a pu commencer. De la traduction du script par la section swahilie de CRI à l'enregistrement des voix de comédiens et étudiants étrangers, le processus a pris au total six mois. Le 23 novembre 2011, Doudou et ses belles-mères arrivait officiellement sur le petit écran tanzanien, en swahili !

    Li Yi se souvient encore comme si c'était hier de la première de la série en Tanzanie : le ministre des Sports, de la Culture, de la Jeunesse et de l'Information était présent à cette cérémonie. Tout au long du visionnage du premier épisode en version swahilie, il était tout sourire. En plus, il n'arrêtait pas de recevoir des SMS de félicitations concernant le rendu final du doublage. Ont également assisté à cette soirée des fonctionnaires locaux et des médias, qui ont regardé la série avec beaucoup d'intérêt.

    Depuis, grâce à la promotion de la Tanzania Broadcasting Corporation, Doudou et ses belles-mères en swahili fait un carton en Tanzanie.

     

    soap.jpg

    Projets pour l'Afrique

    On prévoit que les meilleures séries chinoises vont mettre trois à cinq ans pour entrer progressivement en Afrique. En 2013, celles-ci étaient diffusées dans 15 pays africains; ce chiffre devrait atteindre 30 l'année prochaine.

    Dans la seconde moitié de l'année, le centre de doublage de CRI sortira en Afrique 10 séries et 52 films, ainsi que 5 dessins animés et 4 documentaires. Ces productions, qui ont été doublées en anglais, français, arabe, portugais, swahili et haoussa, seront diffusées sur les chaînes principales des divers pays africains.

    En octobre 2012, CRI a établi son centre de doublage cinématographique et télévisuel. Wang Guangjian explique que toutes les séries sont doublées en anglais et en français, et que certaines d'entre elles sont traduites dans des langues autres que celles dites « universelles ».

    Actuellement, le centre de doublage de CRI développe l'adaptation de productions chinoises dans des langues peu communes. Exemples : Jin Tai Lang De Xing Fu Sheng Huo, doublé en swahili pour l'Afrique de l'Est et en arabe pour l'Afrique du Nord, Doudou et ses belles-mères en portugais pour l'Angola, Beijing Love Story en haoussa pour l'Afrique de l'Ouest. « La technologie en Afrique est limitée. Avant, il était difficile d'afficher les sous-titres en petits caractères sur un téléviseur. De plus, les versions françaises ou anglaises ne pouvaient pas être exportées vers tous les pays africains. L'ajout de ces quelques langues inhabituelles a permis de rendre ces programmes accessibles à presque l'entièreté de la population locale », indique Chen Yanping, directeur adjoint du département de traduction-communication au centre de doublage.

    Selon Li Yi, au début, ces séries étaient sous licence libre. L'idée de conquérir le marché n'est venue qu'après. En juin 2013 s'achevait tout le travail de doublage ; le reste de l'année sera consacrée à la partie « promotion ».

     

    Traduit d'un article de  XUE LEI, journaliste à Beijing Youth Daily.