riz

  • En Chine aussi, les gens du Nord ont plein de soleil dans le coeur

    Ce n’est pas la première fois que j’explique le pourquoi de mon attrait de la vie en Chine. Je me sentais si bien dans ce pays que j’y ai trouvé l’âme sœur, ma seconde épouse. Ce dimanche j’ai, une fois de plus fait l’expérience d’une fantastique rencontre générée par la gentillesse innée du peuple chinois.

    Au programme de ce jour, pas moins de trois expositions la première traite du thé, la seconde a pour thème l’agro-alimentaire, le riz, le soja, blé etc… la troisième, je n’en parlerai pas car, vu le temps consacré sur l’exposition agro-alimentaire, nous dûmes faire l’impasse sur l’exposition féline.

     

    IMG_1733[1].JPG

    Tout a commencé de mon étonnement devant une plante de riz , brune, exposée sur un stand. Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était cette plante. Xu me dit que c’était du riz et en même temps dit à une dame sur ce stand que je ne connaissais pas cette plante. En deux minutes, tout le stand m’entourait et tout le monde voulait voir ce « laowai »( terme qui désigne les étrangers en Chine) qui ne connaissait pas le riz.

     

    IMG_1756[1].JPG

    Une dame s’est alors adressée à moi, souriante avec un petit côté ironique , me souhaitant la bienvenue sur le stand représentant la production de sa ferme dans le Nord-Est de la Chine , dans le Heilongjiang près de la ville de Shuangyashan , non loin de la frontière Russe ,au Nord de Vladivoskov. Elle me dit être venue à Shenzhen pour faire connaître sa production en général mais surtout son riz. Il faut dire que le riz de Heilongjiang commence à avoir une sérieuse réputation même ici dans le sud pays, région du riz par excellence. Le riz de Heilongjiang que j’ai goûté est probablement le meilleur au monde que j’ai rencontré. Il est plus moelleux qu’un autre riz, son goût agréable fait qu’on sait le manger seul avec plaisir, sans sauce ou légume ajouté . Sa qualité est justifiée par la richesse de la terre, mais aussi par le fait d’une seule récolte annuelle. Dans le sud de la Chine, on pousse à deux récoltes voir à trois .

     

    IMG_1757[1].JPG

    Cette dame est la propriétaire de cette ferme,compagnie. Elle me présente tout son staff venu l’accompagner à Shenzhen. Elle me fait goûter du riz de sa production. Excellent.

    Sa ferme d’une superficie de 600 h. est composée de terres cultivables, riz, soja, mais aussi mares pour canard , de terre pour poulets et oies . En plus , elle est fière de présenter les multitudes d’oiseaux sauvages dont des grues qui passent régulièrement sur ses terres réservées à la sauvegarde de la nature.

     

    IMG_1758[1].JPG

    Tout en discutant, nous avons pris quelques photos ensemble. Ils m’ont demandé de poser avec eux ou avec différents produits qu’ils commercialisent. Nous avons ,selon la coutume chinoise ,échangé nos cartes de visite et pour me remercier de m’être prêté à leur séance de photos, nous sommes repartis les bras chargés de cadeaux avec en prime une invitation chez eux en été. Invitation que nous avons reportée à l’année prochaine car cet été nous serons en Belgique.

     

    IMG_1761[1].JPG

    La distance entre Shenzhen et Shuangyashan est de près de 4000 Km. Actuellement il fait – 10° le jour et -20° la nuit à Shuangyashan tandis qu’ici nous avons 25° . En plein hiver , la température descend parfois jusqu’à -50°.

    Face à la chaleur de ces gens venus de l’extrême nord de la Chine , à la frontière de la Sibérie orientale , je ne puis m’empêcher de penser , en quittant cette dame accueillante, à la chanson d’Enrico Macias : « Les gens du Nord ».

    IMG_1735[1].JPG

  • Mauvaise récolte de riz dans la province de l'Anhui, causée par des conditions météorologiques anormales et des maladies du riz

    0019b91ed6e01698379824.jpg

    Les autorités agricoles chinoises vont procéder à des évaluations plus complètes de certaines variétés de riz hybride suite à une mauvaise récolte massive dans la province de l'Anhui, causée par des conditions météorologiques anormales et des maladies du riz.

    Selon Zhang Taolin, vice-ministre de l'Agriculture, les évaluations porteront sur les rendements élevés et la capacité d'adaptation des variétés à différents environnements de culture, y compris la résistance aux maladies et aux insectes.

    « Il y aura également des évaluations de l'efficacité des engrais et de la qualité du grain du riz hybride », a-t-il dit lors d'une conférence de presse organisée mardi au Bureau d'information du Conseil d'Etat.

    De son côté, le fournisseur de semences de riz hybride Yuan Longping High-Tech Agriculture Co a annoncé lundi qu'il va cesser de vendre sa variété Liangyou 0293 du fait de faibles rendements ou de mauvaises récoltes.

    Plus de 650 hectares de rizières dans six villes de l'Anhui ont été touchés par ce problème en octobre.

    La société estime que ce sont les conditions météorologiques anormales, comme des températures basses et des pluies persistantes en juin et juillet de l'année dernière qui ont causé l'échec des cultures, car cette variété est sensible à une maladie fongique du riz dans ce genre de conditions.

    Selon elle, l'insuffisance des mesures de prévention a également joué un rôle dans les mauvaises récoltes.

    Agronome et fondateur de l'entreprise, Yuan Longping, plus largement connu sous le nom de « père du riz hybride », estime pour sa part que l'échec des cultures dans l'Anhui ne saurait constituer une preuve qu'il y a des problèmes dans toutes les variétés de riz hybride.

    « Il y a un risque que la variété Liangyou 0293 ait connu un problème de qualité après des années de culture. Il y a également pu avoir des mutations pathologiques », a déclaré Yuan Longping au Hunan Daily.

    « Le rendement moyen du riz hybride par mu (0,07 hectare) a atteint plus de 1026,7 kg à ce jour. Même si le rendement est réduit à 70 à 80% de ce montant ... nous pouvons encore améliorer le rendement des rizières du pays de façon remarquable », a-t-il dit.

    M. Zhang, le vice-ministre, a déclaré pour sa part que le riz hybride demeure un élément important de la stratégie nationale visant assurer la sécurité céréalière.

    « Nous avons besoin d'une variété capable de s'adapter à différents environnements de culture. Toutefois, l'évaluation d'une variété est habituellement effectuée dans une zone spécifique. Si cette variété est cultivée ailleurs, sans une évaluation adéquate, des défauts risquent d'apparaitre », a-t-il dit.

    Les mauvaises récoltes dans l'Anhui ont provoqué la colère des agriculteurs, beaucoup reprochant à la société une publicité trompeuse. Dans le comté de Wuhe, les riziculteurs ont été durement touchés, avec des rendements en chute libre, passant des 500 kg par mu attendus à 50 kg ou même zéro.

    Yuan Longping High-Tech Agriculture Co a déclaré que les pertes des agriculteurs seront couvertes par l'assurance et qu'elle se réunira avec eux pour discuter de nouvelles mesures.

    Comme l'année dernière, le riz hybride représente 30% de la superficie rizicole en Chine, avec plus de 9,07 millions d'hectares de champs de riz hybride au niveau national.

        

                                   Nouvelles en Bref

     

    Le revenu disponible moyen par habitant en Chine a augmenté de 9,4% en glissement annuel pour atteindre 6.087 yuans (992,3 dollars) au premier trimestre de l'année, a annoncé mercredi le Bureau d'Etat des statistiques.

     

    La "voie médiane" prônée par l'équipe du dalaï lama vise à diviser la Chine, indique un livre blanc publié mercredi.

     

    Un soldat prépare un an de bons petits plats pour sa femme. Avant de partir pour le Tibet pour un an sans permission, Yin Yunfeng, 27 ans, a entrepris un "marathon culinaire" pour simplifier la vie de sa femme. Leur congélateur déborde de soupe, de raviolis et autres petits plats préparés avec amour.

     

     


     

  • La Chine établit un nouveau record mondial dans la production de riz hybride

    Yuan Longping, père du super riz hybride

    La production d'un nouveau type de riz hybride, appelé "le super riz", a dépassé 900 kg par mu (1 mou = 0,067 hectare), établissant un nouveau record mondial.

    Ce nouveau type de riz, DH2525 (Y two superior No.2) a généré une récolte de 926,6 kg par mu lors de sa plantation expérimentale dans le district de Longhui dans la province centrale du Hunan, a annoncé lundi l'Académie provinciale de l'agriculture lors d'un point de presse.

    Une équipe d'experts du ministère de l'Agriculture a sélectionné au hasard dimanche trois des 18 parcelles de terre d'un champ expérimental d'une superficie de 107,9 mu et ont surveillé la récolte.

    Le DH2525 a été développé par Yuan Longping, connu comme le "père du riz hybride", qui a commencé à développer le riz hybride dans les années 1960. Son équipe de recherche a atteint son objectif de production de 700 kg par mu en 1999 et de 800 kg en 2005, établissant à deux reprises des records mondiaux.

    Grâce aux compétences de l'équipe de recherche acquises au cours des dernières décennies, les agriculteurs chinois devraient voir leur production globale augmenter de 300 milliards de kilogrammes.

    120.JPG

    Yuan Longping s'est consacré à la recherche de la culture des meilleurs riz dans les années 1960. Il était à cette époque enseignant à Anjiang dans la province du Hunan. Et c'est là qu'il est tombé sur un plant de riz extrêmement grand, qui avait à l'évidence des qualités absentes chez ses congénères.

    Yuan Longping :"L'épi du riz était grand, et le grain était gros. Sa production était de 7 500 kilogrammes par hectare. C'était un rendement très élevé à cette époque. J'étais très content."

    Il a conservé ce grand riz et l'a planté l'année suivante, mais il a obtenu une récolte irrégulière. Certains étaient grands, d'autres petits.
    "J'étais déçu, mais tout à coup j'avais une autre idée. Le grand devait être un hybride naturel."

    Cette idée a contribué à sa découverte en 1973. Il a réussi à développer une série de technologies pour produire du riz hybride, plaçant ainsi la Chine en tête de la production mondiale de riz.Et il a obtenu une récolte de 20% supérieure par unité qu'avec les plants ordinaires.C'est ainsi qu'il a été surnommé le père du riz hybride.