restaurant chinois

  • Ouverture en Chine, d’un restaurant tenu par des robots , pays qui détient le plus grand nombre de robots industriels

    sans-titre 10.png

    Un des quatre robots-serveurs du restaurant de Kunshan.

     

    Voilà bien un restaurant où les serveurs et les cuisiniers seront toujours disponibles, ne seront jamais malades ni ne demanderont d’augmentations de salaire… à Kunshan, dans la Province du Jiangsu, ce sont en effet des androïdes qui s'affairent aux fourneaux, tandis que des robots sur roulettes apportent aux clients les raviolis et les légumes frits qu'ils ont commandés. Il y a même deux robots qui, comme dans tout restaurant de Chine qui se respecte, accueillent la clientèle à l'entrée avec quelques chaleureuses formules de politesse.

     

    Song Yugang, fondateur de l'établissement, a expliqué ce qui l’a poussé à « embaucher » ces curieux employés : « Ma fille m'avait demandé d'inventer un robot, parce qu'elle n'aimait guère les travaux ménagers », a-t-il dit. Et on en retrouve jusque dans l'arrière-cuisine, où travaillent deux imposants robots au torse bleu et dotés de grosses ampoules rouges clignotantes en guise d'« yeux » : l'un est chargé des fritures, tandis que l’autre se consacre à la confection des raviolis et autres bouchées fourrées. Mais pour efficaces qu’ils soient, ils ne font pas tout cela tout seuls : ils ont en effet intégré un certain nombre de recettes, et ils sont approvisionnés en ingrédients par… une poignée d'employés humains, qui préparent également les plats plus sophistiqués.

     

    D’après M. Song, chacun des robots coûte environ 40 000 Yuans (4 860 euros), un peu plus que l'équivalent du salaire annuel d'un employé en chair et en os. « Les robots peuvent comprendre une quarantaine de phrases et consignes de la vie de tous les jours. Ils ne tombent pas malades, ils ne réclament pas de vacances ni de jours de congé », a commenté le patron avec enthousiasme le patron, ajoutant qu’il suffit de les recharger pendant deux heures à une prise électrique pour leur garantir une autonomie de cinq heures.

    Source: le Quotidien du Peuple en ligne

     

    Ce restaurant étonnant n'est cependant pas le premier de son genre en Chine, puisque déjà, à Harbin un autre établissement pourvu d’un personnel robotique avait ouvert ses portes en 2012. Fantaisie ou réel besoin, sans doute un peu des deux : les coûts de main-d’œuvre ont en effet connu de fortes hausses au cours des dernières années en Chine, encourageant les entreprises du secteur manufacturier à accélérer leurs processus d'automatisation, ce qui a eu pour conséquence que la Chine a dépassé l'an dernier le Japon comme premier pays consommateur de robots industriels.

     

     

  • Les frites à la chinoise deviennent une nouvelle mode en Belgique

    001372a0e6ec1254c4a511.jpg

    un restaurant rapide à la chinoise en Flandre (nord de la Belgique)

    中国要阅读的文章:

    Reading the article in English http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6741/en/archive/2013/01/08/les-frites-a-la-chinoise-deviennent-une-nouvelle-mode-en-bel.html

     

    L'art culinaire a toujours été la fierté du peuple chinois et beaucoup de Chinois ont d'ailleurs ouvert des restaurants pour gagner leur vie à l'étranger. Mais il y a peu, les « frites à la chinoise » sont devenues une nouvelle mode en Belgique.

     

    Un établissement de restauration rapide ouvert par un Chinois au Limbourg a reçu le Grand Prix 2012 du goût et de la qualité accordé par une association de restauration locale. Par ailleurs, le mot Frietchinees (« frites à la chinoises » en néerlandais) a été adopté par le Grand Dictionnaire néerlandais et retenu comme  mot de l'année par les Belges de langue néerlandaise ou flamande . Le terme "frietchinees" désigne "un gérant asiatique d’une friture en Belgique",

     

    Il existe en fait plusieurs centaines de restaurants chinois dans la Région flamande de Belgique, mais certains se sont aujourd'hui transformés en friteries pour répondre à la tendance vers une vie simple en Europe et le goût local des Flamands. Davantage de locaux aiment se rendre dans ces restaurants parce que, d'une part, ils sont attirés par les frites et les hambugers, et d'autre part, ils n'ont plus envie de dépenser beaucoup d'argent ou de perdre du temps dans les restaurants.

     

    C'est aussi vrai qu'il est difficile de trouver un cuisinier qualifié sur place. Mais, pour les Européens, les restaurants chinois sont aussi une fenêtre ouverte sur la culture chinoise. C'est pourquoi de nombreux Chinois continuent de travailler dans la restauration chinoise traditionnelle à l'étranger.

  • UNE SEMAINE A SHANGHAI

    NUIT DE CHINE , NUIT D'IVRESSE ...

     

    shanghai 2010 136.jpg

    Shanghai n'était pas ma tasse de thé , mais déjà l'an dernier , découvrant cette mégapole en compagnie d'une Shanghaienne , ma perception de cette ville était meilleure. Cette semaine nous l'avons passée en compagnie de mon beau-fils qui travaille à  Shanghai depuis deux ans , à l'aéroport de Hongqiao , depuis sa sotie de l'université de Chengdu . En fait note but premier de notre passage à Shanghai était que mon épouse voulait rencontrer son fils ainsi qu'il devait nous présenter sa future.Il nous a fait découvrir cette banlieue de Shanghai qui est plus calme que le centre et ne manque pas de bons restos qui sont pleins à bonder tous les jours.

    shanghai 2010 138.jpg

    Nous sommes allé manger un "hot pot" , fondue chinoise . Là , plus de cent tables , toutes occupées , pour patienter , il y a 14 tables , nous avons pris la dernière , on vous sert à boire et quelques petites choses à manger , il y a trois pc , une bibliothèque , des jeux pour enfants et même on vous masse les mains . Quand vient votre tour de passer à table, on vous passe un tablier et on allume la marmite qui est au milieu de la table .Deux compartiments avec du bouillon , un très épicé , l'autre peu. Dans ces bouillons on trempe la viande ,boeuf , mouton , en tranches très fines , on y trempe aussi des crevettes , des fruits de mer , des légumes , du touffu etc...

     

    shanghai 2010 140.jpg

    L'ambiance est charmante et chaleureuse . On a pu aussi , grâce à mon beau-fils découvrir deux "fast food". Rien à voir avec ces temples de la malbouffe américains qui envahissent la Chine comme ils ont envahis l'Europe . Je me demande comment c'est possible qu'avec leurs produits de m... ils parviennent à avoir du succès dans des pays de longue tradition culinaire que sont la Chine et la France. Un de ces petits restos offre un plat de nouilles avec une grande entrecôte et/ou une grande tranche de porc ou du poulet au choix, servi en 2 minutes , nous nous sommes régalé . L'autre vous sert un grand bol de soupe , j'ai choisi "hot and sour" ainsi que des " boadsi" dans lesquels il y a une boulette de viande , là aussi servit sur le pouce. Dans ces quartiers un peu à l'écart du centre , il fait très calme et dans un domaine fermé nous avons pu visiter l'appartement que mon beau-fils vient d'acheter. La banlieue de Shanghai croit ainsi tel un champignon et nombreux sont ces quartiers de maisons à 3 ou 4 étages d'une part et de buildings de grande qualité d'autre part . On est ici loin des HLM français.

     

    shanghai 2010 095.jpg

     

     

    Pour le shopping , on est allé dans le centre , il a suffit que mon épouse m'abandonne une paire d'heures pour que l'on me propose une centaine de "Rolex" et une dizaine de sex-massages , je croyais cette pratique oubliée mais il suffit qu'un occidental soit seul pour qu'il soit assailli . C'est aussi cela la Chine , des gens qui se décarcassent pour vivre , peu de mendiants, pas comme en Inde et même moins qu'à Bruxelles, pas d'assistés com... je ne citerai pas de pays ou région pour ne vexer personne. C'est cela la vitalité de la Chine , où chacun a la place qu'il mérite , où tous les espoirs sont permis . Je crois que ce dynamisme  doit ressembler à celui d'Amérique au début du XXeme siècle.

     

    shanghai 2010 130.jpg

  • POUR LA VRAIE GASTRONOMIE CHINOISE

    Les restaurants chinois à l'étranger ont besoin d'un nouveau mode de gestion
     

    Grâce à la vulgarisation des restaurants chinois à l'étranger et la culture de la gastronomie chinoise, la cuisine chinoise est de plus en plus populaire dans le monde entier. Pas mal de politiciens sont attirés par elle. Selon des médias français, le Président français, Nicolas Sarkozy, téléphone très souvent à un restaurant chinois pour des plats à emporter. L'ancien président des Etats-Unis George Bush est un client fidèle d'un restaurant chinois de Virginie. De plus, pour fêter son 71e anniversaire, il a recruté certains cuisiniers chinois et fait apporter quelques matériels dans sa propre maison. Les restaurants chinois se répartissent dans les principales villes d'Europe et sont très fréquentés, en un mot, la cuisine chinoise constitue une partie de la vie des occidentaux.


    Mais la prospérité des restaurants chinois ne peut pas cacher son autre côté. A parcourir les restaurants du monde, les restaurants chinois ne possèdent ni un nom connu ni une grande influence. Au contraire, des nouvelles négatives apparaissent souvent dans les journaux. Il existe aussi certains Chinois qui se soucient de l'état dépressif de leur restaurant.

    La poursuite du goût local a fait abandonner des traditions de la cuisine chinoise. Les restaurants chinois conviennent aux consommateurs locaux mais perdent de plus en plus d'avantages. La plupart des plats chinois ont été modifiés. Au début, ils étaient admirés par les étrangers, mais avec la marche du temps, les restaurants chinois ayant renoncé à la compétivité qui s'appuie sur la culture gastronomique chinoise n'ont plus été capables de concurrencer la cuisine occidentale qui a aussi une longue histoire.

    D'ailleurs, les ressources matérielles restent toujours la faiblesse des restaurants chinois. Suite à l'entrée facile dans cette profession et la demande du marché, de nombreux Chinois qui n'ont pas de compétences professionnelles en ce domaine ont inondé ce marché. Ces patrons qui n'ont pas reçu de formation professionnelle ont du mal à satisfaire aux exigences des clients occidentaux. "C'est bruyant et le décor est très rudimentaire. De plus, le service est négligent", s'est plaint un internaute allemand. Les révélations sur l'état sanitaire des restaurants chinois par des medias leur ont aussi causé des dommages.
     Je ne parlerai pas du problème des roms que je ne connais pas , mais il faut constater que certains ministres français ont été odieux vis-à-vis du Luxembourg et par le Luxembourg , ce sont tous les petits pays qui se sentent visés.Les"grands pays" doivent respecter les petits.Et ceci dit il faudra quand même un jour que les Français se rendent compte que la France n'est plus un grand pays . Aucun pays européen ne fait le poid aux côtés de la Chine ou l'Inde . Ils ne peuvent sourtenir la comparaison qu'à la condition d'être
    Plus grave, c'est que la concurrence vient non seulement entre des Chinois, mais aussi des habitants locaux qui connaissent très bien le goût et la psychologie de leurs compatriotes. A Kiev, capitale de l'Ukraine, les restaurants chinois de haute qualité sont presque tous gérés par des Ukrainiens.

     
    Après un développment d'environ cent ans, ces restaurants sont toujours un pilier économique important pour les Chinois habitant à l'étranger : plus de la moitié des Chinois s'appliquent à la cuisine. La réputation et l'éloge public des restaurants chinois influencent non seulement l'existence des familles et la cuisine chinoises, mais aussi la diffusion de la culture chinoise.

    Améliorer les ressources matérielles a suscité la considération des patrons. Il s'agit que les petits restaurants commencent à perfectionner leur état sanitaire, à l'image des grands restaurants. Ces derniers jours, au Liban, un restaurant chinois du nom de «Wonderful » a publié à l'aide de l'ambassade une annonce pour chercher un investisseur afin de s'agrandir. Cette pratique est un bon exemple qui signifie que les commerçants chinois cherchent à montrer au monde un restaurant chinois de haute qualité. A Tokyo, aujourd'hui, on dépense plus de 2 000 yuans en moyenne dans les restaurants chinois supérieurs, la consommation dans ces restaurants chinois est beaucoup plus élevée que celle dans les restaurants japonais de même niveau. Cela révèle aussi que les restaurants chinois se présentent de mieux en mieux dans ce domaine pour affronter la concurrence internationale