relations diplomatiques

  • "Le Rêve de la Route Maritime de la Soie"fait un triomphe en Belgique

    002564c15e871647f47c16.jpg

     

    A l'occasion du quarantième anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et Union Européenne (UE), la Mission chinoise (ambassade) auprès de l'UE présentait ce samedi, le ballet "Le Rêve de la Route Maritime de la Soie" en la salle Alma Mater de l'Université de Louvain (UCL)à Louvain-la -relneuve,Belgique. Dans l'assistance, de nombreux dirigeants et fonctionnaires européens ainsi que de nombreux représentants de la diaspora chinoise. 

    Avant de se produire en Belgique la troupe chinoise de l'Opéra et Théâtre-Ballet du Fujian avait présenté ce ballet au siège de l'ONU , Ban -Ki-Moon et une centaine de diplomates ont pu assister au spectacle qui a récolté un tonnerre d'applaudissements . Elle avait ensuite donné une représentation au siège de l'UNESCO à Paris.

    ballet_silkroad.jpg

    La valeur artistique de ce ballet est indéniable. Les sentiments sont merveilleusement exprimés tant par la danse que par la musique. Avec ce ballet ont est évidement plus proche du Ballet du Bolchoï que de Broadway .

    La route maritime de la soie est une route maritime créée pour développer les échanges économiques et culturels entre la Chine antique et le reste du monde. Son existence remonte aux dynasties des Qin et des Han (221BC-220AC) et a connu son apogée au cours des dynasties des Song et des Yuan(milieu du 10e au milieu du 14e siècle.

    Quanzhou , ville du Fujian reconnue par l'UNESCO, est considérée comme point de départ de la route maritime de la soie. 

     

    Nouvelles brèves

     

    Au moins 20 personnes ont été tuées et 58 autres blessées dans la région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, après un violent tremblement de terre survenu samedi au Népal, a annoncé dimanche le centre régional des secours et des catastrophes.

     

    Un incendie s'est produit dans une centrale nucléaire au sud de Taiwan dimanche vers minuit, conduisant à l'arrêt de l'un des deux réacteurs.

     

    A la suite du puissant tremblement de terre de magnitude 8,1 qui a frappé le Népal le 25 avril, une équipe de secouristes chinoise a été envoyée sur place le 26 avril. Après quatre heures de recherches, l'équipe a retrouvé un premier survivant, un homme d'une vingtaine d'années. Les travaux de secours sont toujours en cours.

  • Il y a 50 ans, Charles De Gaulle annonce l'établissement de relations diplomatiques entre la France et la Chine

    31 janvier 1964 - Conférence de presse du général de Gaulle où il annonce que la France va établir des relations

    diplomatiques avec la Chine de Mao.

    Le 27 janvier 1964, un bref communiqué était publié simultanément à Paris et à Pékin : " Le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République populaire de Chine ont décidé, d'un commun accord, d'établir des relations diplomatiques. Ils sont convenus à cet effet de désigner des ambassadeurs dans un délai de trois mois ".

    La décision de nouer des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine puise dans les principes essentiels de la politique étrangère gaullienne.
    C'est avec la " Chine de toujours " que le général de Gaulle entend établir des " relations régulières " sur un plan normal, "autrement dit diplomatique". En effet, pour lui, " avant d'être communiste, la Chine est la Chine ", c'est-à-dire un peuple riche de plusieurs centaines de millions d'habitants, à la civilisation pluri-millénaire, installé sur un territoire très vaste et avec un potentiel de développement gigantesque. Il faut tenir compte de cette réalité nationale profondément enracinée dans la géographie, l'histoire et la culture, et d'abord il faut s'efforcer de la connaître, tant la distance est grande alors entre la France et le monde chinois.

     

    fauremaobig.jpg

    Rencontre entre Edgar Faure et le Président Mao

    Nouer des relations avec la Chine populaire est une idée longtemps mûrie par le Général. Ainsi avait-il réservé un accueil favorable à l'ouvrage qu'Edgar Faure, ancien Président du Conseil, lui adressa en 1957. Dans Le serpent et la tortue, ce dernier concluait le récit de son séjour privé en Chine, au cours duquel il avait rencontré Mao Tse-toung et Chou En-lai, en suggérant une reprise des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Si le Général jugeait la proposition " intéressante ", il considérait, alors, que " tout cela ne pouvait pas être tenté utilement puisque, en tout état de cause, il n'y avait pas d'Etat, pour l'instant, en France ".
    Dès son retour aux affaires en 1958, le Général cherche rapidement à s'informer sur une possible initiative en la matière et c'est tout naturellement qu'il se tourne vers Edgar Faure en 1960.

    L'affaire était entendue, il restait à régler les problèmes pratiques et affronter deux obstacles : l'opposition de Formose et la colère des Etats-Unis.
    Chargé par le général de Gaulle de préparer la venue du futur ambassadeur en Chine, Claude Chayet arrive à Pékin en mars 1964. Les débuts de la représentation française en Chine sont, certes, modestes : une avant-garde diplomatique composée de cinq personnes, résidant à l'hôtel et transportant ses archives dans une valise, à défaut de coffre-fort ! L'identité de celui qui deviendra le premier ambassadeur de France en Chine est déjà connue, il s'agit de Lucien Paye, alors ambassadeur de France au Sénégal qui présentera ses lettres de créance au président chinois le 31 mai 1964. En désignant un éminent universitaire et ancien ministre de l'Education nationale comme ambassadeur en Chine, le général de Gaulle entendait placer ce renouveau franco-chinois à un très haut niveau et notamment sur le terrain culturel. C'est ce qu'à l'été 1965, le voyage d'André Malraux confirmera aussi.

     

    images.jpg

    En revanche, la question de Formose, où le régime de Tchang Kai-chek se maintenait grâce au soutien occidental, pose un problème quasi insoluble. Pour l'un et l'autre Etat chinois, il fallait qu'un seul Etat soit reconnu comme unique représentant légal de la population et la " théorie des deux Chines " était inacceptable. Cela explique l'insistance de Mao Tse-toung auprès d'Edgar Faure, puis auprès de la délégation de parlementaires français de janvier 1964, pour que le gouvernement français envoie un véritable ambassadeur à Pékin et non à Taiwan. Mais les Français n'ont pas eu à faire le geste de rompre avec le gouvernement de Tchang Kaï-chek, puisque cette rupture fut décidée le 10 février par Taiwan.

    sans-titre.png

    Article réalisé grâce aux archives de la Fondation Charles  De Gaulle

     

  • La Chine dépasse les Etats-Unis en tant que premier partenaire commercial de l'UE en juillet

    Le commerce entre la Chine et l'Union européenne (UE) a totalisé 35,6 milliards d'euros (49,4 milliards de dollars) en juillet. Le pays détrône ainsi les Etats-Unis comme premier partenaire commercial de l'UE, a annoncé le ministère chinois du Commerce, citant les dernières statistiques du Bureau des statistiques de l'UE (Eurostat).

     

     

     

     

    La valeur totale des échanges commerciaux entre la Chine et l'UE au mois de juillet était supérieure de 800 millions d'euros à celle entre les Etats-Unis et l'UE, soit 13,4% du total des importations et des exportations de l'UE, selon les chiffres publiés par l'Eurostat.

    Le commerce entre la Chine et l'UE a cependant reculé de 0,8% en juillet par rapport à la même période de l'année dernière.

    La Chine demeure le deuxième plus grand marché destinataire des exportations de l'UE. L'Union européenne a réalisé en juillet des exportations d'une valeur de 11,7 milliards d'euros vers la Chine, soit une hausse de 12,3% en glissement annuel. Ce pourcentage est supérieur au taux de croissance des exportations totales de l'UE (4,1%).

    L'UE a importé 23,9 milliards d'euros de produits chinois, ce qui représente une baisse de 6,2% en un an. La Chine se classe cependant en tête des pays exportateurs vers l'UE, et les produits en provenance de Chine représentaient 17,4% du total des importations de l'UE.

    L'UE a annoncé un déficit commercial de 12,2 milliards d'euros avec la Chine en juillet.

  • Charest se défend de vendre les ressources du Québec au rabais en Chine

    Quels sont les rapports entre le Canada et la Chine?

    Pierre Gillard, un ami canadien , m'a transmis cet article de "La Presse" ,quotidien canadien .

    Dans la colonne de gauche , vous avez un lien vers les blogs de cet ami canadien qui est aussi spécialiste en aéronautique.

    Jean Charest lors de sa visite en Chine

    Le premier ministre Jean Charest s'est défendu dimanche de venir offrir les ressources naturelles du Québec au rabais aux entrepreneurs chinois.

     

    « Nous allons vendre nos ressources à un prix qui est bon pour les Québécois, a fait valoir M. Charest à son arrivée à Pékin pour une mission commerciale d'une semaine à la tête d'une cinquantaine de représentants du monde des affaires et d'institutions diverses.

     

    Le premier ministre a entrepris sa troisième mission dans l'empire du Milieu depuis 2005 en inaugurant une exposition de produits québécois - sirop d'érable, gelée royale, jus de bleuet, miel, cidre de pomme et autres - dans un centre commercial très chic de la capitale chinoise.

     

    Avec le Plan Nord comme carte de visite, le premier ministre libéral espère susciter, entre autres, des investissements importants dans le secteur minier.

     

     

    La Chine, un bon marché pour les mines du Québec

     

    Propulsée par une croissance économique annuelle dans les 10 % et avec une population de plus de 1,2 milliard de personnes, la Chine se développe à vitesse grand V. La construction y est frénétique: chantiers routiers, tours de bureaux gigantesques et habitations multiples se déploient à perte de vue.

     

    Des données indiquent que pas moins de 30 millions de Chinois intègrent chaque année les rangs de la classe moyenne, soit l'équivalent de la population canadienne au grand complet.

     

    L'urbanisation accélérée du pays nécessite des quantités astronomiques d'acier et d'alliages, ce qui a fait bondir la demande en minerai de fer.

     

    « Les Chinois consomment 60 % du minerai de fer exploité aujourd'hui dans le monde. Ils ont un appétit insatiable pour ce type de ressource et malgré les turbulences économiques, il n'y a pas suffisamment d'offre pour la demande. Et je parle uniquement du minerai de fer », a dit le premier ministre.

     

    Du même souffle, M. Charest a rejeté du revers de la main les critiques de l'opposition péquiste et des groupes environnementaux qui lui reprochent de brader les ressources naturelles du Québec.

     

    Des redevances assez élevées, selon Charest

     

     

     

    « Le Québec est aligné sur les modes de prélèvement reconnus internationalement et on est déjà 28 % plus élevé que la moyenne canadienne. Il est faux de prétendre que le Québec vend ses ressources en deçà des prix qu'il devrait exiger, ce n'est pas vrai, c'est une fausseté », a-t-il insisté.

     

    L'an dernier, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a fait passer le taux des redevances de 12 à 16 %. Investissement Québec a aussi réservé 500 millions de dollars pour participer à certains projets.

     

    Mais pour le Parti québécois et plusieurs environnementalistes, les Québécois n'en ont pas pour leur argent. Ils exigent que le calcul des redevances soit basé sur les revenus plutôt que sur les profits des minières.

     

     

    Dans un secteur d'activité aussi compétitif que celui de l'exploitation des ressources minérales, il vaut mieux se montrer raisonnable, rétorque le ministre du Développement économique, Clément Gignac, qui accompagne M. Charest dans son périple chinois.

     

    « Il faut regarder ce qui se fait à l'échelle internationale. Vous savez, si vous demandez 50 % de redevances sur zéro activité, bien ça va vous donner zéro. Donc, il faut être raisonnable aussi », a-t-il analysé.

  • Le commerce entre la Chine et la Belgique a établi de nouveaux records

    L'ambassadeur de Chine en Belgique , Liao Liqiang, a précisé que le commerce entre la Chine et la Belgique a établi un nouveau record de 22,1 milliards de dollars américains en 2010, soit un boom de 30% sur 2009, malgré la crise financière globale et la crise de dettes souveraines de l'Europe. Au cours des six premiers mois de cette année, le commerce bilatéral s'est accru de 33% par rapport à la même période de l'année dernière pour atteindre 13,9 milliards de dollars américains. La Chine est le deuxième plus grand partenaire commercial de la Belgique, en dehors de l'Union européenne.

    Dans le domaine scientifique et technologique, a ajouté M. Liao, la commission mixte de Beijing et Bruxelles ont déjà tenu 17 réunions et les deux parties ont exécuté plus de 400 projets de coopération inter-gouvernementales. "Les exploits de la Chine sont attribués aux soins et à l'aide du monde, et le développement de la Chine contribue également au développement du monde", a-t-il conclu.

    Monsieur Liao Liqiang, Ambassadeur de Chine en Belgique, reçu par les dirigeants de l'entreprise  belge Umicore

    Monsieur Liao Liqiang, Ambassadeur de Chine en Belgique, en compagnie de madame Sabine Laruelle ,

    ministre des PME, des Indépendants, de l'Agriculture et de la Politique scientifique