recherche et développement

  • La Chine en tête des demandes de brevets , arrivera au premier rang mondial des dépenses de R&D autour de 2019

    rd-la-chine-passe-devant-leurope-web-tete-0203930949523_660x352p.jpg

    La Chine devrait accéder au premier rang mondial des dépenses de recherche et développement (R&D) autour de 2019, en devançant les Etats-Unis et l'Union européenne (UE), a estimé un nouveau rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

     

    Selon l'OCDE, sous l'effet de la compression des budgets de R&D observée aux Etats-Unis, au Japon et dans l'Union européenne, les économies avancées pèsent de moins en moins dans la recherche scientifique et technologique, les demandes de brevets et les publications scientifiques, laissant ainsi le champ libre à la Chine qui devrait accéder au premier rang mondial des dépenses de R&D autour de 2019.

     

    Ce rapport intitulé "Science, technologie et industrie : Perspectives de l'OCDE 2014" constate que, dans la plupart des Etats membres, les dépenses publiques et privée de R&D souffrent encore de la crise économique et que la part de la zone OCDE dans les dépenses mondiales de R&D est passée de 90% à 70% en espace de dix ans.

     

    Dans la zone OCDE, le taux de croissance annuelle des dépenses de R&D a été de 1,6% entre 2008 et 2012, soit deux fois moins qu'entre 2001 et 2008, indique le rapport.

    L'office chinois des brevets a vu en 2013 une progression de 26,4% des demandes de brevets, celui des USA de 5,3%, alors qu'au Japon, elles sont en recul de -4,2%. Les 5 secteurs qui intéressent le plus les inventeurs dans le monde sont : l'informatique, les machines électriques, les instruments de mesures, les communications numériques et les technologies médicales.
    La Chine a gardé en 2013 son rôle de leader dans le domaine de l'invention et de la recherche, avec un tiers des demandes de brevet à l'échelle mondiale, selon un rapport de l'OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle"), une agence de l'ONU basée à Genève.

    images.jpg

  • Selon l’OCDE, la Chine devrait dépasser l’Europe cette année, et les Etats-Unis avant la fin de la décennie pour la Recherche et Développement (R&D)

    big-pictures-robotic-woman-china.jpg

    Un robot-femme chinois à la plastique plutôt bien réussie. Ses dernières années, la Chine a considérablement accru ses dépenses en R&D .

    Le paysage de la R&D mondiale se transforme à grande vitesse, et l’Asie y occupe une part de plus en plus importante, alors que la crise a obligé les pays européens à réduire leurs investissements. C’est le principal enseignement du rapport « Sciences, technologies et industrie : perspectives de l’OCDE 2014 » , publié mercredi. Un chiffre suffit à résumer cette tendance : les pays de l’OCDE ne concentrent plus que 70% des dépenses mondiales de R&D, contre 90% il y a à peine dix ans.

    Cette progression spectaculaire repose en grande partie sur un pays, la Chine. « Malgré un ralentissement par rapport à la période 2001-2008, les dépenses de R&D chinoises ont doublé entre 2008 et 2012 », notent les experts de l’OCDE. Selon leurs estimations, c’est cette année que les dépenses de recherches de la Chine (311 milliards de dollars) devraient pour la première fois dépasser celles de l’Europe des 28 (292 milliards). « Si on poursuit les courbes, on voit que les dépenses de R&D chinoises pourraient passer devant celles des Etats-Unis à l’horizon 2019 », indique Dominique Guellec, économiste à l’OCDE.

    atelier-pepsico-opens-r-center-shanghai-stimulate-innovation-and-growth-across-asia.jpg

    L’intensité de la recherche de la Chine, c’est-à-dire la part des dépenses de R&D publiques et privées dans le PIB, a atteint 1,98 % en 2013, et se rapproche de la moyenne des pays de l’OCDE (2,4%). Le pays s’est fixé pour objectif d’atteindre les 2,5% à l’horizon 2020. Certes, les dépenses chinoises ne se reflètent pas encore dans les statistiques d’utilisation des brevets ou de publications scientifiques, mais cela n’est que temporaire, estime l’expert de l’OCDE : "Aujourd’hui, les dépenses chinoises de R&D sont avant tout tournées vers les équipements et les infrastructures de recherche, car tout est encore à construire."

     

     

  • LA CHINE INNOVE, AUGMENTATION DES DEPOTS DE BREVETS

    La Chine devrait bientôt prendre la tête de l'innovation dans le monde

     

    La Chine devrait prendre la tête des activités mondiales liées aux brevets en 2011, avec une hausse significative tant en termes de qualité que de quantité des brevets, a montré une analyse Thomson Reuters sur la propriété intellectuelle.

    Le rapport, publié lundi par la branche IP Solutions de la principale source d'information mondiale pour les entreprises et les professionnels, dit qu'en se basant sur le volume total des demandes de premier brevet en Chine, Europe, Japon, Corée du Sud et Etats-Unis, tant les Etats-Unis que le Japon devraient bientôt être éclipsés par la marée montante de demandes de brevets déposées par la Chine.

     



    Les demandes de brevet déposées par la Chine ont augmenté de 26,1 % en volume chaque année entre 2003 et 2009, chiffre à comparer avec son rival le plus proche, les Etats-Unis, qui n'ont connu qu'une hausse de 5,5%, a signalé le rapport.

    Qui plus est, toujours selon le rapport, l'accélération de l'innovation en Chine est poussée par le gouvernement, car le gouvernement chinois s'est engagé à faire de la nation une économie centrée sur l'innovation par le biais de différentes initiatives, comme des déductions d'impôts en faveur de la recherche-développement.

    Le rapport signale aussi que la qualité des brevets chinois s'améliore aussi petit à petit, la moitié environ de toutes les demandes de brevet chinoises déposées en 2009 concernant des biens de consommation courante, à la fois moins rigoureuses et plus abordables.

     



    Au-delà de ça, un tourant majeur est en train d'apparaître dans les demandes chinoises de brevets, car le paysage économique du pays change, dit-il, soulignant que l'innovation centrée sur l'agriculture, qui est liée à la production alimentaire, augmente moins vite que les innovations liées aux hautes technologies.

    Il y a eu en effet une hausse de 4 861% des demandes chinoises de brevet dans le domaine des ordinateurs numériques entre 1998 et 2008, contre un chiffre beaucoup plus modeste de 552% pour les produits naturels et les polymères lors de la même période, a précisé le rapport.