rapatriement

  • 3.553 ressortissants chinois touchés par la récente flambée de violence contre les étrangers au Vietnam ont embarqué à bord de quatre ferries chinois dans le port de Vung Ang au Vietnam, en vue de leur rapatriement vers la Chine

    fer.jpg

    Un total de 3.553 ressortissants chinois touchés par la récente flambée de violence contre les étrangers au Vietnam ont embarqué lundi à bord de quatre ferries chinois dans le port de Vung Ang, dans le centre du Vietnam, en vue de leur rapatriement vers la Chine.

    Pour mener à bien cette mission d'évacuation, Beijing a affrété les ferries Wuzhishan, Tongguling, Zijing 12 et Baishiling, dotés chacun d'une capacité de transport d'un millier de passagers.

    Les quatre bateaux ont appareillé de la ville portuaire de Haikou, située dans le sud de la Chine, d'où ils ont rejoint le port de Vung Ang. Ils ont ensuite pris le chemin du retour avec les évacués à bord. Ils sont attendus aujourd'hui au port de Xiuying à Haikou.

    Une équipe chinoise composée de délégués de divers ministères, du personnel de l'ambassade de Chine au Vietnam et de dirigeants de la Metallurgical Corporation of China s'est coordonnée étroitement avec la partie vietnamienne afin que l'évacuation se déroule dans le calme et la sécurité.

    fer2.jpg

     

    "Enfin le retour !", se sont exclamés de nombreux employés chinois au moment de l'embarquement, visiblement soulagés de rentrer en Chine.

    Au moins deux ressortissants chinois ont été tués et plus d'une centaine d'autres ont été blessés lors des violentes manifestations contre des entreprises étrangères survenues la semaine dernière dans le centre et le sud du Vietnam. Les blessés avaient déjà été rapatriés par des avions spécialement affrétés.

    La plupart des évacués sont des employés de la Metallurgical Corporation of China, une entreprise impliquée dans la construction d'un complexe métallurgique dans la province de Ha Tinh. Le projet, dans lequel a investi le conglomérat taïwanais Formosa Plastics Group, a été l'un des plus gravement touché lors des émeutes.

    Ces manifestations, pillages et mises à feu ont fait suite au harcèlement répété mené par des navires et des personnels vietnamiens contre les activités régulières d'une compagnie pétrolière chinoise dans des eaux non disputées en mer de Chine méridionale.

    Beijing a condamné la violence et réclamé que le Vietnam prenne des mesures fermes et efficaces pour faire cesser tous les actes de violence, assurer la sécurité des ressortissants chinois et des entreprises chinoises, punir les auteurs et indemniser les sociétés et citoyens chinois affectés.

     

     

    photo.JPG

    Le hasard a voulu que nous soyons à la frontière Vietnamienne ce 11 mai.

    Nous avons été contrôlés par l'armée chinoise à ce poste où il était interdit de prendre des photos.

    A mesure que nous approchions du Vietnam , les drapeaux aux devantures des maisons privées étaient de plus en plus nombreux et les forces de l'ordre semblaient nerveuses.

    Mais dans les villes frontalières de Dongxing (en Chine) et Mong Cai (au Vietnam) tout était calme . On voit bien que les Vietnamiens sont beaucoup plus pauvres que les Chinois même si les Vietnamiens de la région sont parmi les plus riches du Vietnam. Ici les Vietnamiens ne vont quand même pas tuer la poule aux œufs  d'or.

     

     

    vietnam,violence,rapatriement

    Ce pont délimite la frontière entre la Chine et le Vietnam ( Dongxing-Mong Cai)