rabe

  • John Rabe , membre du parti Nazi , qui sauva 250000 chinois lors du massacre de Nankin par les troupes japonaises

    L'histoire que je tiens à vous conter est une histoire peu banale et le héros de cette histoire est un personnage hors du commun.  Ce n'est pas moi qui ai sorti ce personnage surprenant de l'oubli et du tréfonds des oubliettes de l'histoire , si j'en viens à vous présenter John Rabe , c'est qu'un réalisateur allemand Florian Gallenberger a eu la bonne idée de faire un film qui relate la vie de cet allemand ,membre du parti nazi ,qui a eu une existence romanesque telle que certains n'hésitent pas à le comparer à Schindler et est connu en Chine sous le nom du "Bouddha vivant de Nanjing ".


    John Rabe (23 novembre 1882-5 janvier 1950) est un homme d'affaires allemand  qui après une carrière de plusieurs années en Afrique s'est embarqué pour  la Chine en 1908 , où il travailla  de 1910 à 1938 pour Siemens AG à Shenyang, Beijing et Tianjin, puis à Shanghaï et plus tard à Nanjing (Nankin).Après avoir envahit la Chine en 1931 , le Japon bombarda Nanjing en 1937 et  les soldats japonais envahirent la ville où ils massacrèrent 300000 civils chinois , ils violèrent les femmes , égorgèrent femmes et enfants .Rabe crée alors , avec d'autres ressortissants étrangers, un Comité et une zone internationale pour fournir aux civils de Nanjing nourriture et abri. Lui et les administrateurs de la zone internationale entreprennent  alors de circonscrire le massacre perpétré par les soldats nippons en protégeant de leur mieux les civils.Les gens sont pris de panique et Rabe ouvre les portes de l’usine pour que ses ouvriers et leurs familles puissent venir s’y réfugier. . Alors que l’armée impériale japonaise traite la population civile chinoise avec une brutalité insoupçonnée, Rabe et les siens parviennent à arracher aux Japonais la zone de sécurité prévue. Des centaines de milliers de gens affluent vers la zone.On estime que Rabe sauva de la sorte plus de 250000 chinois.

    Le prince Asaka , grand-oncle de l'Empereur Hirohito qui commandait les troupes japonaises à Nanjing

     Il est rapatrié en Allemagne par sa compagnie en février 1938. Membre du parti nazi, il profite de ses contacts pour se rendre en avril à Berlin où il donne quelques conférences sur les atrocités de Nanjing, notamment au Bureau des Affaires étrangères d'Alfred Rosenberg. Lors d'une cérémonie confidentielle, il reçoit la médaille de la Croix-Rouge allemande sur recommandation de l'ambassadeur allemand à Nanjing.
    Il écrit  à Hitler en offrant de lui transmettre un film et des photographies montrant les  atrocités de Nanjing . Dans cette lettre , il demande à Hitler  d'user de son influence afin de persuader les Japonais d'arrêter les massacres.Cette démarche eu comme seul résultat qu'il fut détenu et interrogé par la Gestapo, puis libéré grâce à l'intervention de Siemens AG.

    Victimes du massacre japonais de Nanjing


    Aptès la guerre ,il est dénoncé comme nazi et arrêté par les Soviétiques, puis remis aux Britanniques. Il est finalement exonéré de toute charge par les forces d'occupation. Néanmoins, il perd son travail et survit après guerre grâce à des colis mensuels de nourriture et d'argent envoyés par les habitants de Nanjing qui pourtant à l"époque étaient relativement pauvres et parfois dépourvus de l'essentiel.
    Après la guerre, Il meurt d'une crise cardiaque le 5 janvier 1950. En 1997, sa dépouille est transférée de Berlin à Nanjing où elle est accueillie avec les honneurs. Il repose désormais à l'emplacement du mémorial du massacre.
    Depuis décembre 2006, il y a un centre de recherche nommé „Rabe“ dans l’ancienne résidence à Nanjing de John Rabe . Le Service autrichien à l'étranger fut invité à y envoyer des jeunes volontaires autrichiens de la paix.
    On ignorearit tout de ce fabuleux personnage si en 1996 , Iris Chang n'avait retrouvé ses mémoires qui furent traduites en anglais publiées sous le titre The Good man of Nanking (Knopf, 1998).

     

    Soldats japonais exécutant leurs basses oeuvres à Nanjing

    Iris Shun-Ru Chang , née le 28 mars 1968, décédée le 9 novembre 2004 est une historienne et journaliste chinoise connue pour son best-seller Le Viol de Nankin (1997) qui raconte l'histoire du massacre de Nankin. Elle s'est servie des mémoires de John Rabe comme preuve intangible des massacres de Nanjing perpétrés par les Japonais qui à ce moment en niaient toujours l'existence.

    Iris Shun-Ru Chang (Irène Chang)

    Corps d'enfants chinois , assassinés par les soldats japonais