résolution

  • Les efforts occidentaux visant à imposer la résolution de l'ONU à la Syrie sont dangereux et voués à l'échec

    Le Conseil de sécurité de l'ONU a échoué, pour la troisième fois, à adopter jeudi une résolution occidentale sur la Syrie, après un double veto de la Russie et de la Chine, exposant en outre les profondes divisions entre les membres clés du Conseil sur la façon de mettre fin à l'escalade de violence dans ce pays du Moyen-Orient.

     

    syrie-conseil-d-de-securite-onu-veto-russie.jpg

    La position de la Chine sur le dossier syrien est constante et claire. Le pays a longtemps appelé à une cessation immédiate de toute forme de violence et a travaillé dur avec d'autres pays pour ouvrir la voie à une solution politique à la crise qui dure depuis 16 mois.

    Le dernier projet, soutenu par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et certains autres pays, menace d'imposer des sanctions contre le gouvernement syrien, sans exercer une pression suffisante sur les groupes d'opposition de plus en plus violents.

    Compte tenu de la nature asymétrique du projet et de l'intransigeance des émissaires occidentaux dans les négociations, personne ne s'attendait vraiment à ce que le document n'aboutisse.

    Malheureusement, certains pays occidentaux ont initié un vote hâtif sur ce projet immature, qui, s'il est adoptée, ne fera que conduire à davantage de violence en Syrie.

     

    Des diplomates occidentaux se sont précipités à pointer la Russie et la Chine du doigt après que la résolution ait été rejetée, mais ils n'ont qu'eux-mêmes à blâmer pour avoir tenté de forcer un tel projet irréfléchi sur le Conseil.

    Par ailleurs, les diplomates occidentaux ont affiché de l'arrogance et de l'inflexibilité au moment de répondre à d'autres préoccupations des membres du Conseil lors des négociations, aboutissant finalement à l'échec de leurs efforts.

    Il est maintenant prudent d'affirmer que la résolution est morte, mais le mal a été fait.

    L'Occident, en insistant pour que des sanctions soient prévues contre le gouvernement syrien, a envoyé un signal clair aux groupes armés d'opposition que les politiciens de Washington et de Londres ne sont intéressés qu'à restreindre la liberté de Damas, tandis que les opérations violentes des forces anti-gouvernementales seraient tolérées et même encouragées.

     

    syrie-conseil-d-de-securite-onu-veto-russie.jpg

    Quant au Conseil de sécurité, sa crédibilité a encore été endommagée, exposant des querelles intestines féroces entre les grandes puissances.

    La tentative de l'Occident de forcer le projet de résolution sur le Conseil a également envenimé l'atmosphère entre les membres clé du Conseil.

    Au lieu de prendre une approche de confrontation, les grandes puissances occidentales devraient travailler avec la Russie et la Chine pour soutenir les efforts de paix de l'envoyé spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan.

    Le mandat de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie, qui expire vendredi, devrait être renouvelé dès que possible pour donner une autre chance aux efforts de paix.

    Les membres du Conseil devraient également renforcer la coordination et faire preuve de souplesse de manière à transmettre un message unifié à toutes les parties concernées en Syrie. Ce n'est que par cette manière que le Conseil pourra trouver une solution efficace à la crise et assurer sa propre crédibilité.

    L'avenir de la Syrie ne devrait être décidé que par le peuple syrien. Toute intervention extérieure, si poussée par des ambitions géopolitiques, ne fera que compliquer la situation et fera couler plus de sang dans ce pays ravagé par les conflits.

     

    Par Zhu Dongyang

  • La Chine a de "sérieuses difficultés" pour souscrire à la résolution sur la Libye (représentant chinois à l'ONU)

    La Chine soutient l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies "d'une action appropriée et nécessaire pour stabiliser au plus tôt la situation en Libye et arrêter les actes de violence contre les civils", mais elle a aussi de "sérieuses difficultés" pour souscrire à la résolution, a déclaré jeudi, au siége de l'ONU, Li Baodong, le représentant permanent de la Chine aux Nations unies.

    Le diplomate chinois a tenu ces propos au Conseil de sécurité des Nations unies après s'être abstenu de voter sur un projet de résolution autorisant l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye et ouvrant la voie à "toutes les mesures nécessaires", y compris le recours à la force, pour protéger les civils menacés d'être attaqués dans ce pays d'Afrique du Nord.

     

    Outre la Chine, la Russie, également membre permanent du Conseil de sécurité doté d'un pouvoir de véto, ainsi que le Brésil, l'Allemagne et l'Inde, pays non permanents du Conseil, se sont aussi abstenus de voter sur ledit projet de résolution.

    "L'aggravation continue de la situation en Libye constitue une grande préoccupation pour la Chine. Nous soutenons l'adoption par le Conseil de sécurité d'une action appropriée et nécessaire pour stabiliser le plus tôt possible la situation en Libye et mettre fin aux actes de violence contre les civils", a affirmé M. Li.

    "La Chine a toujours souligné que concernant cette décision, le Conseil de sécurité devait se conformer à la Charte de l'ONU et aux normes régissant la loi internationale et qu'il devait respecter la souveraineté, l'indépendance, l'unité et l'intégrité de la Libye et résoudre par la voie pacifique l'actuelle crise en Libye", a relevé le représentant chinois.

    "La Chine s'est toujours opposée à l'usage de la force dans les relations internationales", a souligné le diplomate chinois.

    "Au cours des consultations du Conseil de sécurité sur la Résolution 1973, la Chine et quelques autres pays membres ont posé un certain nombre de questions spécifiques. Or, ce qui est regrettable, c'est que beaucoup de ces questions n'ont pas été clarifiées ou n'ont trouvé aucune réponse. La Chine a de sérieuses difficultés à adhérer à une telle résolution", a-t-il rappelé.

    "La Chine attache une grande importance à la décision prise par les 22 pays membres de la Ligue arabe sur la création d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye", a-t-il affirmé.

    "Nous attachons aussi une grande importance à la position des pays africains et de l'Union africaine", a-t-il ajouté.

    La Ligue arabe avait approuvé l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, dans sa décision prise le 12 mars dernier, à la fin d'une réunion sur la situation en Libye.

    "Compte tenu de cette circonstance spéciale en rapport avec la situation en Libye, la Chine s'est abstenue de voter sur la résolution 1973", a expliqué le représentant chinois.

    "Nous soutenons l'envoi d'un représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Libye et les efforts de l'Union africaine et de la Ligue arabe pour résoudre la crise en Libye par la voie pacifique", a conclu Li Baodong.