résident

  • La Chine explore la faisabilité d’une immigration mais une immigration choisie

    FOREIGN201503280917000375972071872.jpg

    Vivre en Chine est de plus en plus facile pour les ressortissants étrangers qui cherchent à s’y installer. La Chine étudie désormais activement la possibilité d'une nouvelle politique d’« immigrants qualifiés » alors que les efforts pour attirer les talents étrangers continuent.

     

    Millar, originaire des Etats-Unis, travaille en Chine depuis cinq ans. Si une occasion d’améliorer ses conditions de vie se présentait, il dit qu'il la saisirait.

     

    « Je vis et je travaille ici, s’il y a des avantages que je peux obtenir du gouvernement en devenant citoyen chinois, alors j’y songerai ».

     

    Millar est loin d’être le seul étranger résidant en Chine. Cependant, naguère, obtenir une carte verte en Chine était difficile. Les statistiques montrent en effet que de 2004 à 2014, moins de 5 000 cartes vertes ont été approuvées par le gouvernement chinois, en contraste frappant avec des pays comme les États-Unis et le Canada, où des millions de nouveaux immigrants sont accueillis chaque année.

     

    Mais la situation est sur le point de changer en Chine. Un avis d’Etat récemment émis sur l'amélioration de l'innovation et du développement souligne que le pays est sur le point d'adopter une politique d’immigration qualifiée.

     

    Wang Yaohui est Directeur du Centre pour la Chine et la mondialisation.

     

    « Le Ministère des affaires étrangères et le Ministère de la sécurité publique ont publié conjointement une politique de carte verte en 2003, qui est la politique de résidence permanente actuelle de la Chine. Toutefois, quand on considère la situation actuelle du pays, il n'y a pas d'accès pour les immigrants qualifiés ou d'immigration d'investissement. En attendant, beaucoup d’étudiants étrangers et de Chinois de l'étranger tentent de venir en Chine. Pour eux, nous devons adopter des politiques de talents plus ouvertes », a-t-il dit.

     

    Selon Wang Yaohui, dans les pays développés, les résidents étrangers représentent généralement environ 10 ou 11% de la population et la Chine n'a pas encore atteint ce niveau. Améliorer son système d'immigration peut aider la Chine à retenir ses ressources intellectuelles.

     

    L'avis indique également que les étrangers avec un titre de résidence permanente obtiendront le même traitement que les résidents nationaux lors du démarrage d’entreprises de technologie ou d'autres activités d'innovation.

     

    Zhang Rizhong, de la China Merchants Bank dit que pour donner un sentiment d'appartenance, un système de soutien solide et pertinent est également nécessaire.

     

    « Tout d'abord, ils devraient bénéficier du traitement de la nation la plus favorisée, avec leurs normes salariales s’appliquant aux principes dictés par le marché. Deuxièmement, il devrait y avoir des aides sociales pertinentes. Par exemple, pour ceux qui ont une famille hors du pays, ils devraient pouvoir rentrer chez eux chaque année, et pour ceux qui se sont mariés en Chine, leurs enfants devraient recevoir une éducation appropriée ».

     

    Jusqu'à présent, le moment du lancement de la politique officielle n’a pas encore été annoncé, mais on peut dire sans se tromper que, dans un avenir récent, davantage d'étrangers non seulement seront accueillis par la Chine mais pourront aussi y devenir des résidents permanents.

     

     

  • Guangzhou (Canton)compte environ 120 000 résidents étrangers permanents, dont 16 000 en provenance d'Afrique

    sans-titre.png

    Xie Xiaodan, maire adjoint et directeur du bureau de la sécurité publique de la ville de Guangzhou, a exhorté les départements de sa ville à offrir un service encore meilleur aux étrangers.

    M. Xie a rejeté les rumeurs selon lesquelles Guangzhou compterait plus de 600 000 personnes de pays et régions d'Afrique.

    Selon les statistiques du département de l'entrée et sortie de la ville, Guangzhou compte environ 120 000 résidents étrangers permanents, dont une majorité d'Européens et Russes mais aussi 16 000 en provenance d'Afrique. Si on ajoute les résidents temporaires, et quelques 5000 illégaux, la population africaine ne dépasse pas les 30000 individus a déclaré monsieur Xie .

    Si pour les autorités cette population n'offre pas plus de problèmes que d'autres, je dois quand même dire que quand j'ai demandé à aller dans ce quartier d'Africains, on me mit en garde et on me déclara que le quartier était bien trop dangereux et je ne trouvai aucun taxi qui voulu bien me conduire dans ce quartier.

    Alors, faut-il avoir peur de Africains de Guangzhou ?

    Pour le Chinois moyen, cette population a des coutumes étranges et une culture sensiblement différente de la leur. Cela choque parfois et peut engendrer des peurs, mais selon les autorités de la ville, en plus de faire des affaires, les Africains viennent à Guangzhou pour travailler, étudier et faire du tourisme.

    Les Africains vivent dans les quartiers de Dengfeng, Kuangquan, Taojin et Xinshi des arrondissements Baiyun et Yuexiu de la ville.

    Guangzhou accueille tous les étrangers qui arrivent dans la ville avec des titres de voyage et des visas valides, tout en n'épargnant aucun effort pour lutter contre l'immigration illégale, a dit M. Xie.

    Peng Peng, chercheur principal à l'Académie des sciences sociales de Guangzhou, a déclaré que les ministères devraient redoubler d'efforts pour freiner l'immigration clandestine dans la ville.

    « Les droits et intérêts légitimes des étrangers, notamment des Africains, qui arrivent à Guangzhou avec des titres de voyage en règle doivent cependant être protégés selon les lois », a déclaré M. Peng.

    Plus de 20 % des Africains séjournant à Guangzhou (province du Guangdong) gagnent plus de 30 000 yuans (4 040 euros) par mois, selon un récent sondage réalisé par le Southern Metropolis Daily.

    Ce journal de Guangzhou a interviewé 204 personnes de plus de 50 pays africains.

    Des 165 personnes interrogées qui ont révélé leur revenu mensuel, 37 ont dit gagner plus de 30 000 yuans (4 040 euros) par mois en faisant des affaires dans cette ville de la Chine du Sud. Ce chiffre est plus élevé que le revenu moyen des cols blancs locaux.

    001ec94a27151615c36f07.jpg