r&b

  • Selon l’OCDE, la Chine devrait dépasser l’Europe cette année, et les Etats-Unis avant la fin de la décennie pour la Recherche et Développement (R&D)

    big-pictures-robotic-woman-china.jpg

    Un robot-femme chinois à la plastique plutôt bien réussie. Ses dernières années, la Chine a considérablement accru ses dépenses en R&D .

    Le paysage de la R&D mondiale se transforme à grande vitesse, et l’Asie y occupe une part de plus en plus importante, alors que la crise a obligé les pays européens à réduire leurs investissements. C’est le principal enseignement du rapport « Sciences, technologies et industrie : perspectives de l’OCDE 2014 » , publié mercredi. Un chiffre suffit à résumer cette tendance : les pays de l’OCDE ne concentrent plus que 70% des dépenses mondiales de R&D, contre 90% il y a à peine dix ans.

    Cette progression spectaculaire repose en grande partie sur un pays, la Chine. « Malgré un ralentissement par rapport à la période 2001-2008, les dépenses de R&D chinoises ont doublé entre 2008 et 2012 », notent les experts de l’OCDE. Selon leurs estimations, c’est cette année que les dépenses de recherches de la Chine (311 milliards de dollars) devraient pour la première fois dépasser celles de l’Europe des 28 (292 milliards). « Si on poursuit les courbes, on voit que les dépenses de R&D chinoises pourraient passer devant celles des Etats-Unis à l’horizon 2019 », indique Dominique Guellec, économiste à l’OCDE.

    atelier-pepsico-opens-r-center-shanghai-stimulate-innovation-and-growth-across-asia.jpg

    L’intensité de la recherche de la Chine, c’est-à-dire la part des dépenses de R&D publiques et privées dans le PIB, a atteint 1,98 % en 2013, et se rapproche de la moyenne des pays de l’OCDE (2,4%). Le pays s’est fixé pour objectif d’atteindre les 2,5% à l’horizon 2020. Certes, les dépenses chinoises ne se reflètent pas encore dans les statistiques d’utilisation des brevets ou de publications scientifiques, mais cela n’est que temporaire, estime l’expert de l’OCDE : "Aujourd’hui, les dépenses chinoises de R&D sont avant tout tournées vers les équipements et les infrastructures de recherche, car tout est encore à construire."