qinhai

  • Inauguration d'une ligne de chemin de fer entre Lhassa et le sud du Tibet

    001ec94a2715153ab8f95c.jpg

    Une ligne de chemin de fer reliant Lhassa à Shigatse, connue comme le « tronçon ferroviaire le plus proche du ciel », sera mise en service en août dans la région autonome du Tibet, après un 14e test de la ligne qui aura lieu mardi.

    La voie ferrée de 254 kilomètres, allant de Lhassa à Shigatse, à l'ouest du chef-lieu du Tibet, sera la première ouverte dans le sud-ouest du Tibet.

    La construction de la ligne Lhassa-Shigatse a débuté en septembre 2010. Il s'agit d'une extension de la voie Qinghai-Tibet allant de Xining, dans le Qinghai, à Lhassa. Le nouveau tronçon desservira 13 gares situées à des altitudes allant de 3600 à 4000 m.

    Les trains y circuleront à une vitesse de 120 km/h.

    Disposant d'un investissement de 10,8 millions de yuans (1,3 million d'euros), il s'agit du plus grand projet d'infrastructure réalisé depuis le début du 12e Plan quinquennal chinois (2011-2015), a déclaré Yang Yulin, directeur adjoint du Bureau des chemins de fer du gouvernement du Tibet.

    Selon Soechung, écrivain tibétain habitant Lhassa, la voie ferrée permettra à davantage de Tibétains de voyager en dehors de leurs villes natales et d'interagir avec le monde extérieur. Il pense également que cela fera attirera plus de touristes dans la région.

    La construction d'une autre ligne, reliant Lhassa à Nyingchi à l'est, devrait aussi débuter sous peu.

    Wang Chunhuan, professeure à l'Académie des sciences sociales de Lhassa, a déclaré mercredi au Global Times que le réseau ferroviaire jouera le rôle d'un pont continental en Asie du Sud et favorisera les échanges économiques et culturels.

    Elle a également souligné que le développement de Shigatse était capital pour stimuler le développement des régions de l'ouest du Tibet, qui accusent un retard dans ce domaine.

  • Chine: réfection de la maison natale du dalaï lama

    chine-refection-controversee-de-la-maison-natale-du-dalai-lama.jpg

    La région où est né le dalaï lama, en Chine, est en plein développement et la maison natale du chef spirituel tibétain  a connu une réfection complète .

    Sise à Hongai, petit village montagneux d'environ 70 foyers, cette résidence est devenu lieu  consacré au dalai lama, malgré que le dalai lama ,"un loup en tenue de moine" aux visées séparatistes , ne cesse de critiquer le gouvernement chinois et répandre ses mensonges sur la Chine et les Chinois.

    La rénovation de la maison, pour 2,5 millions de yuans (305.000 euros), illustre les efforts  des autorités chinoises centrales et des autorités locales dans les régions tibétaines, afin de sauvegarder la culture ancestrale tibétaine tout en propulsant le Tibet dans le vingt et unième siècle.

     

    Family_of_14th_Dalai_Lama.jpg

     

    Hongai, appelée Taktser par les Tibétains, se trouve dans une région de culture tibétaine  dans l'ouest de la province chinoise du Qinghai, à plusieurs centaines de kilomètres en dehors des frontières de la Région administrative autonome du Tibet.

    C'est dans cette  résidence que le très jeune Lhamo Dhondup avait été identifié dans les années 1930 par des dignitaires bouddhistes comme la réincarnation du 13e dalaï lama selon leur tradition et croyance.

    Pour les autorités, il s'agit d'un geste de bonne volonté envers les pèlerins visitant le village. Cette "restauration" s'inscrit dans le cadre d'un programme de 1,5 milliards de yuans (183 millions d'euros) d'investissements destiné à doper l'activité locale.

     

    DLHaus.jpg

    Hongai est située non loin de la ligne de chemin de fer construite entre Golmud et Lhassa . Les autorités souhaitant attirer davantage de touristes chinois et étrangers espèrent que nombreux seront les visiteurs qui se rendront dans ce village . Ceci devrait doper les revenus du vuillage et de la région.

    Selon l'agence officielle Chine nouvelle, cette zone typique des régions rurales peu peuplées de l'ouest de la Chine, commence à profiter de l'essor économique du pays, avec l'installation de compagnies étrangères.

     

    asa.jpg

    Dalai lama et son ami Shoka Ashara, guide de la secte Aum , auteur de l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo

     

     

    Une fois identifié comme la réincarnation du dalai lama, le garçonnet avait quitté Hongai pour le Tibet à l'âge de quatre ans pour recevoir une éducation appropriée donnée par des autorités religieuses et aussi quelques occidentaux nazis ( voir d'autres articles consacrés à Harrer sur ce blog).

     

    Sa maison natale avait été détruite par les Gardes rouges durant la Révolution culturelle (1966-1976) avant d'être rebâtie dans les années 1980. Elle est désormais administrée par son neveu Gonpo Tashi,  qui vit dans une maison voisine.

    "La résidence rénovée a conservé son apparence originelle, mais le pavement a été refait, les poutres renforcées et les murs repeints", a précisé Chine nouvelle.

    Selon les habitants, des fidèles sont régulièrement autorisés à y pénétrer pour se recueillir. Depuis l'extérieur, on peut distinguer la partie supérieure d'un grand mât pour les drapeaux de prières et un temple doré. Des caméras de sécurité ont été installées autour de l'enceinte.

    le-petit-blanquiste1.jpg

    Dalai lama et son ami le  le Waffen SS, Heinrich Harrer.  , envoyé au Tibet par Himmler

    et devint percepteur de dalai lama

     

  • Chine : naissance de six gazelles de Przewalski, espèce en voie de disparition

    F201210080838332525731670.jpg

    Le Centre de sauvetage des animaux sauvages du Lac Qinghai, dans la province du Qinghai (nord-ouest) de la Chine, a réussi avec succès à faire se reproduire des gazelles de Przewalski, une espèce menacée de la région du lac, et ont ainsi vu naître six faons cette année.

    Ce chiffre marque le plus grand nombre de naissances annuelles en captivité pour cette espèce, a indiqué M. Wu Yonglin, chercheur au centre de sauvetage.

    "Les petits sont tous en très bonne santé et seront lâchés dans la nature au moment approprié", a-t-il fait remarquer.

    La gazelle de Przewalski a été nommée après Nikolaï Przewalsky, un explorateur russe qui avait découvert cet animal et ramené un spécimen à St. Petersbourg en 1875. L'animal à queue courte et à longues cornes avait été décrit comme une "danseuse de ballet du plateau" par Przewalsky pour l'amplitude impressionnante de ses sauts.

    Le nombre de représentants de cette espèce a chuté de manière considérable ces dernières années en raison de la détérioration de l'environnement, des loups et de la dégradation génétique.

    En 2008, l'Union internationale pour la conservation de la nature a classé la gazelle de Przewalski comme animal en danger critique, en ajoutant cette espèce sur sa liste rouge des espèces menacées.
    Le colonel Nicolas Przewalski est surtout connu pour avoir donné son nom au cheval de Przewalskile, que l'on croyait disparu et qu'il trouva en Dzoungarie, dans les montagnes qui bordent le désert de Gobi.

     

    iStock_000010647513XSmall.jpg

     

    .

  • L'Administration d'État du tourisme de Chine s'engage à soutenir le développement du tourisme au Tibet

    231.JPG

    Shao Qiwei, directeur de l'Administration d'État du tourisme de Chine, s'est engagé jeudi à apporter un soutien spécial au développement du tourisme au Tibet afin de faire de ce secteur un des "piliers industriels" de la région.

    L'Administration d'État du tourisme a décidé de promulguer des politiques spéciales pour aider le Tibet à développer les infrastructures, attirer les investisseurs et les visiteurs, améliorer les services et promouvoir les principales destinations touristiques, a révélé M. Shao à Lhassa, capitale de la région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine).

     

    283.JPG



    En outre, le développement du tourisme permettrait de considérablement augmenter les revenus des tibétains des zones rurales et d'apporter de la vitalité à l'économie locale, a-t-il ajouté.

    Le Tibet, situé sur le plateau Qinghai-Tibet, est peuplé en majorité de membres de l'ethnie tibétaine, avec une grande prédominance de la culture bouddhique. Les plus célèbres destinations touristiques dans la région comprennent le plus haut sommet du monde, à savoir le Mont Qomolangma (Mont Everest), le lac sacré Nam Co, le palais du Potala, le temple Jokhang et le monastère Zhaxi Lhunbo.

     

    306.JPG



    Le nombre de touristes au Tibet a grimpé en moyenne de 30% par an au cours des cinq dernières années. En 2011, plus de 8,69 millions de touristes se sont rendus au Tibet, apportant à cette région 9,7 milliards de yuans (1,53 milliard de dollars) de revenus pour le secteur, selon les statistiques du gouvernement local. Selon des estimations, le nombre de touristes dans la région pourrait doubler d'ici 2015.

    351.JPG

    395.JPG

  • Exploration des « pyramides de la civilisation des ethnies han et tibétaine » sur le plateau Qinghai-Tibet

    Une tombe ancienne de Reshui.

    Une tombe ancienne de Reshui.

    En roulant 140 km sur la route Qinghai-Tibet vers l'ouest depuis le célèbre lac salé Chaka, on arrive à Dulan, un bourg historique et culturel. C'était un lieu incontournable sur la Route de la soie méridionale. Il dépendait du royaume antique de Tuguhun, durant la période des dynasties du Sud et du Nord (420-581).

    A Dulan, on ne peut pas manquer d'explorer les « pyramides de la civilisation des ethnies han et tibétaine », qui sont en réalité un ensemble de tombes anciennes situées dans le canton de Reshui, à 30 km du chef-lieu de Dulan. Cette appellation vient de l'envergure de l'ensemble des tombes, de leur grand nombre, et de la grande quantité d'objets découverts au cours des fouilles. Ces objets anciens étaient originaires de la Plaine centrale, Tubo et Tuguhun, dans l'antiquité. Comme un monument historique, l'ensemble des tombes de Reshui témoigne du mélange des ethnies han, tibétaine et d'autres depuis des milliers d'années, selon Xu Xingguo, expert de l'institut d'archéologie de la province du Qinghai.

    La rivière de Chahan Wusu serpente dans la vallée de Reshui entourée par des montagnes, dans lesquelles des milliers de tombes anciennes reposent paisiblement. Dans un rayon de 200 km allant de Xiariha à Balong se trouvent plus de 2 000 tombes anciennes de différentes tailles, dont 200 rien que dans la vallée de Reshui, explique Mao Lansheng, chef du service de gestion des vestiges du district de Dulan.

    L'ensemble des tombes anciennes de Reshui.

    L'ensemble des tombes anciennes de Reshui.

    On suppose que la plus grande des tombes est celle du roi Tuguhun. À flanc de montagne, le tombeau royal ressemble à un aigle déployant ses ailes. Il comprend un tumulus et une chambre mortuaire.

    Le royaume de Tuguhun a maintenu sa capitale dans le district de Dulan pendant 271 ans, de 417 à 688, et était un lieu important reliant la Plaine centrale à Tubo. Selon Xu Xinguo, pendant longtemps après le VIIe siècle, le Corridor de Hexi a été bloqué à cause de guerres, et seul le chemin passant par Chaidamu au sud était praticable. Basé autour du lac de Qinghai, le royaume de Tuguhun a bâti des châteaux et des postes de relais, tout en organisant des échanges commerciaux et en entretenant la Route de la soie. C'est ainsi qu'il assuma une grande responsabilité dans les contacts entre l'Orient et l'Occident.

    Selon Xu Xingguo, des milliers d'étoffes de soie de couleurs vives et aux motifs clairs ont été découvertes dans les tombes de Reshui. « Tant les chambres mortuaires que les objets anciens exhumés sont du style de la dynastie Tang (618-902) », affirme Xu. « Presque toutes les grandes tombes comprennent des chambres antérieures, postérieures et latérales, une structure de mausolée utilisée par l'ethnie han depuis la dynastie des Han (206 av. J.-C. -220). Le tombeau du roi Tuguhun ressemble particulièrement à une tombe des Han découverte à Beijing. Cela signifie qu'à cette époque-là, cette structure de mausolée était largement utilisée au sein de la communauté tibétaine et dans les tribus de Tuguhun. 80 % des objets anciens exhumés sont des soies ornées de motifs d'oiseaux et de bêtes. D'autres articles comme des pièces de monnaie et des miroirs portent des caractères chinois ».

    Le centre de préservation culturelle de Tuguhun à Dulan est en cours d'agrandissement pour une présentation détaillée de 200 trésors découverts dans les tombes, afin de faire mieux connaître la diffusion des cultures de différentes ethnies sur le plateau Qinghai-Tibet.

    « Nous espérons que l'ensemble des tombes deviendra une fenêtre de connaissance sur les cultures tibétaine, han, de Tuguhun, et même sur les contrées occidentales », souligne Mao Lansheng.

  • CONTINUONS LE COMBAT CONTRE LE DALAI LAMA

    Le chef du gouvernement du Tibet qualifie de "persistante et acharnée" la lutte contre le dalaï lama
     

    Padma Choling, président de la région autonome du Tibet, a qualifié lundi la lutte contre la clique du dalaï lama de "durable, intense, compliqué et même acharnée".

    "Nous faisons toujours face à la tâche ardue de lutter contre les sécessionnistes et de maintenir la stabilité dans la région", a estimé Padma Choling, lors de son premier rapport d'activité du gouvernement soumis lundi pour révision à la législature locale.

    Les forces sécessionnistes, ayant à leur tête le 14e dalai lama, sont accusées d'avoir provoqué les émeutes mortelles à Lhassa et dans d'autres régions tibétaines en mars 2008.

    En ce qui concerne d'autres sujets, M. Choling a indiqué que l'objectif du gouvernement, à savoir un développement rapide et stable sur le long terme du Tibet, devait toujours se surmonter les difficultés causées par les retards de construction des infrastructures, l'écart de développement entre les zones urbaines et rurales et l'absence d'un système visant à assurer une croissance à long terme des revenus des habitants.


    En outre, M. Choling a fait savoir que l'économie régionale s'était accrue de 12,2% en 2010. Les revenus des résidents urbains et des nomades n'ont cessé d'augmenter, les efforts pour protéger l'environnement ont été renforcés, tandis que de nouvelles routes et de nouveaux aéroports ont été construits.

    Le gouvernement central a aidé, en matière de financement, de personnel et de ressources, au développement du Tibet au cours des dernières décennies. Ces efforts peuvent être constatés dans la complète rénovation de Lhassa et d'autres villes et bourgs de la région, et l'amélioration des moyens de transport - dont le remarquable chemin de fer Qinghai-Tibet qui a commencé à circuler en 2006, reliant la région avec le reste du pays.

  • QINHAI , LE VILLAGE DU DALAI LAMA RECONSTRUIT

    La reconstruction du village natal du Dalai Lama bientôt achevée
    qinghai_solar1.jpg

    Avec ses rangées de murs de brique peints en blanc et surlignés de rose, le petit village de Hong'ai, perché au sommet d'une colline, est très nettement différent des bidonvilles poussiéreux faits de bois et de terre battue communs dans l'Ouest de la Chine.

    Ce village, situé sur le bord oriental du Plateau Qinghai-Tibet, est le lieu de naissance du 14e Dalai Lama, Tenzin Gyatso.

    Plus de 70 ans après que le Dalai Lama l'ait quitté, Hong'ai est à la pointe du mouvement de reconstruction massif conduit par la Chine, qui vise à raser les baraques et à constuire à la place des logements modernes et sûrs pour les habitants pauvres de la région.

    D'ici la fin septembre, la reconstruction sera terminée, et les 54 foyers du village vivront alors tous dans des maisons faites de briques et de bois solide, a dit Xing Fuhua, Responsable en chef de la commune de Shihuiyao, dont dépend le petit village de Hong'ai.

    D'après M. Xing, la reconstruction a pris environ seize mois et à coûté 2,65 millions de Yuans au Gouvernement. La moitié de cette somme a été versée sous forme de subventions aux foyers qui ont construit les nouvelles maisons en temps et en heure et en accord avec les critères de sécurité.

    « Tout le monde était enthousiaste. Ils ont détruit les vieilles maisons », a dit Gongpo, Responsable adjoint de Shihuiyao. « Nombre de ces maisons de bois et de terre battue étaient sur le point de s'écrouler, mais les villageois n'avaient pas les moyens de les faire réparer ».
    seisme.jpg
    D'après M. Xing, chaque foyer pouvait recevoir 19 000 Yuans pour la construction de sa nouvelle maison, et pouvait se voir construire les murs de sa cour et installer la porte principale gratuitement, ce qui sinon aurait coûté encore à peu près 20 000 Yuans supplémentaires.

    Ces deux investissements équivalent aux revenus d'une famille exploitant 1,67 hectare de terres pendant vingt ans, a précisé M. Xing.

    Car en effet, Hong'ai demeure un village essentiellement agricole, avec un revenu annuel par tête de seulement 3 399 Yuans l'année dernière, soit environ les deux tiers du revenu agricole national moyen.

    Gongpo Tashi, neveu du Dalai Lama, âgé de 63 ans, est l'un des bénéficiaires de ce plan, bien qu'il soit l'un des villageois les plus riches.

    Il a dépensé 60 000 Yuans, dont 19 000 Yuans de subventions, pour construire une petite maison de quatre pièces située dans une cour spacieuse et disposant de toilettes modernes à chasse d'eau.

    Mais Gongpo Tashi, un Tibétain râblé dont la tâche première est d'entretenir le lieu de naissance de son oncle, Tenzin Gyatso, dit être plus habitué à utiliser les toilettes traditionnelles à la turque, qui consistent ici en général de deux planches situées au dessus d'une fosse sèche. « Peut-être que quand je serai trop vieux pour m'accroupir, les toilettes à chasse d'eau me seront-elles utiles ».

    Sa nouvelle maison comporte peu de fioritures traditionnelles tibétaines autres qu'une peinture tibétaine encadrée comportant une phrase de bienvenue tibétaine, « Tashi Delek », en caractères chinois et tibétains, au dessus.

     

    qinghai.jpg

     

    Il dit qu'il aurait pu faire construire sa maison dans le style tibétain traditionnel avec des sculptures et des peintures sur les piliers de bois, dit-il, mais peu d'artistes sont encore capables de faire ce genre de travail.

    « De toute façon, ça n'est pas nécessaire, car les Tibétains d'ici mènent depuis longtemps une vie qui n'est pas si différente de celle des Chinois Han », a t-il précisé.

    « La langue tibétaine n'était d'ailleurs pas parlée si fréquemment que cela à l'époque où le Dalai Lama est né, en 1935 », a ajouté Gongpo Tashi.

    Gongpo, le responsable communal, qui n'est pas lié à la famille du Dalai Lama, a dit pour sa part que les Tibétains de Hong'ai se sont adaptés au mode de vie Han il y a déjà plus d'un siècle.

    Chaque foyer tibétain a été consulté sur ses demandes avant la reconstruction, a dit Dong Jie, Directeur du Bureau des Affaires Civiles du Comté de Ping'An, qui a supervisé le projet.

    La rénovation de l'habitat rural fait partie du mouvement en cours, conduit par le Gouvernement Central, qui vise à développer les régions Ouest du pays, relativement pauvres, qui sont restées en arrière depuis le début de la politique de réforme et d'ouverture initiée en 1978.

    Dans le but de construire une société « xiaokang » (小康, aisée) dans tous les domaines, la Chine a lancé une nouvelle série d'initiatives pour le Développement de l'Ouest cet été.

    Dans un discours prononcé pour marquer le 10e anniversaire de ce mouvement en juillet dernier, le Premier Ministre Wen Jiabao s'était engagé à faire du secours et du développement une priorité pour toute une série de zones touchées par la pauvreté, dont la zone Sud de la Région Autonome Ouighour du Xinjiang, esssentiellement peuplée par des Ouighours, et la partie Est du Plateau du Qinghai-Tibet.

    M. Wen a annoncé à ce moment que le Gouvernement doublerait les investissements dans les infrastructures et les projets liés à la vie quotidienne, afin de contribuer à améliorer la qualité de vie.

    D'après les statistiques officielles, près des deux-tiers des 36 millions de Chinois vivant sous le seuil de pauvreté viennent des régions occidentales du pays.

    A Hong'ai, où les revenus agricoles restent faibles, le Gouvernement a versé de fortes sommes pour construire des routes, fournir des sources d'électricité et d'eau stables, et connecter le village au monde par le biais d'internet.

    Gongpo Tashi, qui a déjà rendu deux fois visite à son oncle le Dalai Lama en Inde, ne l'a pas contacté depuis un certain moment. « Mais si je l'appelle un jour, je lui ferai part sans hésiter des changements intervenus au pays natal

     

     

    d8a6b885774343378f327d1207fbb70d.jpg

    ».

  • UNE ECOLE EN TIBETAIN .

    Campagne « Espoir-De compagnie » : visite de l'école en tibétain Dangche dans la province chinoise du Qinghai

    F200911111606311392530589
    Des enfants de l'école en tibétain Dangche

    Le 10 novembre, l'équipe de bénévoles pour la campagne « Espoir-De compagnie », est arrivée dans l'école en tibétain Dangche du district de Guide, dans la province du Qinghai. Des fournitures scolaires et du matériel de sport d'une valeur de 10 000 yuans ont été offerts aux enfants de cette école par la Fondation de l'éducation et du bien-être social de Chine.

    Cette école en tibétain a été fondée en 1997 grâce aux 200 000 dollars américains offerts par l'Association internationale d'Asie, une organisation non gouvernementale italienne. Couvrant 1,3 ha et située à 2 314 m d'altitude, cette école possède 33 salles de classe, 3 salles de multimédias, une bibliothèque et une salle d'informatique. De plus, elle comprend 21 dortoirs pour les élèves et 88 m² de bâtiments destinés à la vie ordinaire. Elle compte plus de 200 élèves ainsi que 24 enseignants et membres chargés de l'administration. Elle subvient également aux besoins de 50 orphelins.

    Selon Ren Dongzhi, directeur de l'administration des études, l'école fait face à un manque de capitaux et d'enseignants. Comme la plupart des élèves sont pensionnaires, l'école a besoin de personnes travaillant dans ce domaine, mais l'argent attribué par l'État et les fonds donnés sont insuffisants.

    La Fondation de l'éducation et du bien-être social de Chine a pris note des conditions de cette école afin de préparer un plan de donation et d'aide à long terme.

    La campagne « Espoir-De compagnie » a été initiée par le site internet Zhuozhuo et la Fondation de l'éducation et du bien-être social de Chine, sous l'égide du site internet China.org.cn. Cette campagne a pour but de visiter, pendant trois ans, 50 écoles primaires situées dans les régions pauvres du pays, et d'aider 3 000 élèves remarquables tant par leur caractère que par leur savoir.

    Le 9 novembre, l'équipe de bénévoles est arrivée dans le Qinghai, première étape de leur campagne d'aide aux études. Ils vont visiter des écoles et offrir des fournitures scolaires aux élèves, tout en effectuant des enquêtes pour établir des plans d'aides.


    F200911111606292143299071 

    F200911111606282805215207

    Trois enseignantes de tibétain.
    F200911111606231768010301

  • BEAUTE CLASSIQUE CHINOISE.

    La beauté et l'intelligence d'une diplomate

    On a vu une femme chinoise en train de discuter avec les épouses des diplomates lors de la procédure d'investiture du président des Etats-Unis Barack Obama. Rien d'étonnant, sauf que Yang Ying est l'épouse de l'Ambassadeur d'Irak aux Etats-Unis, Samir Sumaida'ie.

    Une femme de 46 ans originaire de la province du Qinghai apparaissait dans ce genre de réceptions à Washington depuisF200902111607566428108331[1]
    que son mari a été nommé au poste d'Ambassadeur en avril 2006. L'Ambassadeur a décrit sa femme comme "un atout pour mon pays et moi, Yang s'est révélée être une vedette des cercles diplomatiques".

    Mme.Yang a dit par téléphone depuis les Etats-Unis que ses tâches comprenaient la présence aux événements sociaux et la création de réseaux. « En tant qu'épouse d'un Ambassadeur, j'essaie toujours de donner de moi une image confiante et naturelle», a-t-elle dit.

    Bien qu'elle représente l'Iraq, elle est visiblement fière de ses racines et porte souvent un qipao en se présentant comme une ressortissante chinoise.

    Fille aînée dans la famille avec 5 frères et sœurs, Mme.Yang s'installe à Beijing lorsqu'elle a 22 ans. Elle y a fait carrière en devenant le PDG de Vicky May Cosmetics Company.

    "C'était le destin qui nous a réuni", a-t-elle dit. En 1998, elle a mis en location une partie de sa maison à Zhongguancun. Sumaida'ie, qui était alors un homme d'affaires résidant à Friendship Hotel, était à la recherche d'un appartement à louer.

    Bien que Mme.Yang ne se sentait pas bien le jour où il devait venir visiter l'appartement, elle a tout de même maintenu son rendez-vous..

    Et ils se sont plus tout de suite.

    "Nous avons beaucoup de choses en commun", a dit Mme.Yang. "Samir est passionné par l'art et je le suis également. Et nous savons exactement ce que l'autre pense ou ressent."

    Né en 1944, Sumaida'ie a passé la plus grande partie de sa vie au Royaume-Uni après ses 16 ans. Il est venu en Chine en 1991.

  • TIBET:16 MILLIARDS INVESTIS EN 2008

    Chine : 16 milliards de yuans investis au Tibet en 2008

    En 2008, le gouvernement chinois a investi plus de 16 milliards de yuans dans la région autonome du Tibet.
    Cette somme est un nouveau record. Elle permet de soutenir fortement la croissance rapide et stable de l'économie tibétaine. Des projets importants sont en cours de réalisation et ne rencontrent pas de difficultés, comme les routes reliant le Tibet au Xinjiang et au Qinghai, la nouvelle route du district Motuo, l'aéroport Kunsha dans la préfecture d'Ali, l'aéroport Banda de Qamdo, la centrale électrique de Laohuzui dans la préfecture de Linzhi et le centre logistique ferroviaire de Nagchu. Quant à l'amélioration du système d'éclairage de l'Aéroport Gonggar, elle est terminée ; ce qui lui permet d'accepter les vols de nuit et de développer le trafic aérien. C'est ce qu'on a appris lors de la conférence économique de la région autonome du Tibet.

    Le produit intérieur brut du Tibet devrait atteindre 39,2 milliards de yuans cette année, un chiffre en augmentation de 10,1%. C'est la seizième année consécutive que le Tibet enregistre une croissance supérieure à 10%..