propre

  • La Chine 2ème producteur mondial de technologies propres, les États-Unis 17èmes

    Si une importante partie du PIB du Danemark est issue de la production d'éoliennes et autres technologies propres et si les États-Unis développent rapidement le secteur, la Chine enregistre dans ce domaine un rythme de croissance inégalé, selon un nouveau rapport publié par l'Associated Press.

    La production de technologies vertes de la Chine a augmenté de 77 % sur un an, selon ce rapport commandé par le Fonds mondial pour la nature (WWF), rendu public aujourd'hui lors d'une conférence d'industrie qui se tient à Amsterdam.

    « Les Chinois ont pris la décision de s'emparer de ce marché et de le développer agressivement », a déclaré Donald Pols, économiste pour le WWF.

    Selon le rapport, le Danemark, leader de longue date dans l'énergie éolienne, tire 3,1 % de son PIB des technologies liées aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique, soit environ 6,5 milliards d'euros (9,4 milliards de dollars).

    La Chine est le plus gros producteur en terme financier, gagnant plus de 44 milliards d'euros (64 milliards de dollars) ou 1,4 % de son PIB.

    Les États-Unis se classent pour leur part 17èmes dans la production de technologies propres. Ce secteur représente 0,3 % de leur PIB ou 31,5 milliards d'euros (45 millions de dollars), mais il a connu un développement rapide depuis 2008 avec une croissance de 28 % par an.

    « Ce secteur connaît une croissance substantielle aux États-Unis, donc il semblerait que la politique du Président Obama fonctionne », a déclaré Pols. Mais les États-Unis n'arrivent pas au niveau de la Chine.

    « Quand vous discutez avec les Chinois, le changement climatique n'est pas un problème idéologique. C'est juste un fait. Alors que nous poursuivons notre débat sur le changement climatique et la transition vers une économie bas-carbone, la Chine est déjà passée à autre chose », constate Pols. « Eux en sont déjà à la mise en œuvre. C'est un secteur de croissance et ils veulent s'en emparer. »

    Le rapport a été préparé par Roland Berger Strategy Consultants, un cabinet de conseil international basé en Allemagne. Il compile des données concernant 38 pays et venant d'associations oeuvrant dans le domaine de l'énergie, de rapports de banques et de maisons de courtage, de présentations d'investisseurs, de l'Agence internationale de l'énergie et de plusieurs autres sources. Il mesure les revenus issus de la production d'énergies renouvelables comme les biocarburants, les turbines éoliennes et les équipements thermiques et la production de technologies favorisant l'efficacité énergétique comme l'éclairage basse-consommation et l'isolation.

    « Les technologies propres se développent vite et la Chine est à l'origine de l'essentiel de cette croissance », a observé Ward van den Berg, qui a compilé et analysé les données pour le cabinet de conseil.

    « Jusqu'à récemment, la production chinoise massive de panneaux solaires était destinée à l'exportation, mais elle est désormais aussi vendue sur le marché intérieur, comme c'est le cas avec l'énergie éolienne depuis plusieurs années », explique-t-il encore.

    Selon le rapport, après le Danemark et la Chine, les autres pays formant le groupe des cinq premiers producteurs de technologies propres sont, en terme de pourcentage du PIB, l'Allemagne, le Brésil et la Lituanie.