première guerre mondiale

  • Hommage ,à Paris, aux travailleurs chinois morts pendant la première guerre mondiale

    002564bb44f715e0cf6c03.jpg

    Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, en présence de Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, et de Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire, a présidé l’hommage aux travailleurs chinois morts pendant la première guerre mondiale le mercredi 26 novembre, à 12h00 au Jardin Baudricourt (Paris 13e).

    Cette cérémonie se déroulera en présence notamment de Deng Li, chargé d’affaires de l’Ambassade de la République populaire de Chine en France, de représentants du Conseil pour l’intégration de la communauté d’origine chinoise en France (CICOC).

     

    002564bb44f715e0cf6c04.jpg

    Dans un discours prononcé à cette occasion, M. Le Drian a rappelé qu'en février 1916, alors que la guerre faisait rage en Europe, la France et le Royaume-Uni, qui se trouvaient affaiblis par le manque de main d'œuvre, conclurent un accord avec la Chine pour l'envoi de travailleurs. 140 000 Chinois ont quitté ainsi leur pays pour participer à l'effort de guerre. A leur arrivée en France, tous expérimentèrent des conditions de travail difficiles, dans des manufactures d'armes, des mines ou encore des usines. A leur manière, ils sont - sur le front économique - les combattants de la France alors engagée dans une guerre totale. Certains y laisseront leur vie, a précisé le ministre français de la Défense.

    Selon M. Le Drian, tous ces travailleurs chinois ont contribué à empêcher l'effondrement de la France pendant la Première Guerre mondiale, et ont ainsi contribué à l'Armistice, et à la victoire de la France dans cette guerre. Selon lui, ces travailleurs chinois, par leurs sacrifices et efforts, ont aussi contribué à l'amitié franco-chinoise.

    Pour sa part, M. Deng Li, chargé d'affaires par intérim de l'Ambassade de Chine en France a, dans son intervention prononcée à la cérémonie au Jardin Baudricourt, rappelé qu'il y a 100 ans, 140 000 travailleurs chinois ont traversé des océans pour venir en Europe. Ils ont assumé, pendant la guerre, "toutes sortes de travaux pénibles", et plus de 20 000 parmi eux reposent éternellement sur cette terre, loin de leur pays natal. Après la Première Guerre mondiale, beaucoup de ces travailleurs chinois ont choisi de rester en France. Ces premiers résidents chinois en France jouent désormais un "rôle de trait d'union" entre les peuples chinois et français, a-t-il indiqué. M. Deng Li a également saisi cette occasion pour remercier le gouvernement et le peuple français qui "ont reconnu le rôle de ces travailleurs chinois dans l'histoire de la Première Guerre mondiale". Ses remerciement vont également à la communauté chinoise en France et aux amis français qui ont "déployé des efforts inlassables pour préserver et faire reconnaître cette partie de l'histoire", a-t-il souligné.

    M. Bounmy Rattanavan, co-président du Conseil pour l'intégration de la communauté d'origine chinoise en France (CICOC) a rappelé les efforts déployés par le CICOC pendant les 30 dernières années passées en vue de la reconnaissance du rôle de ces travailleurs chinois, et préserver et faire reconnaître cette partie de l'histoire.

    En 1998, lors des cérémonie du 80ème anniversaire de l'Armistice, le CICOC a érigé, au Jardin Baudricourt, une stèle "à la mémoire des travailleurs et des combattants chinois morts pour la France", a précisé M. Bounmy Rattanavan. "Ce monument commémoratif a été souhaité dès après la guerre, par les travailleurs et combattants chinois. Cette commémoration a été renouvelée en 2008", a poursuivi M. Bounmy Rattanavan.

     

    002564bb44f715e0cf6c06.jpg

    Source Xinhua ,notre bureau de Paris.

     

     

  • Hommage aux ouvriers chinois morts pendant la Première Guerre mondiale au cimetière de Noyelles-sur-Mer , nord de la France

    001ec92b90291531d12922.jpg

    A l'occasion des commémorations du centième anniversaire du début de la Première Guerre mondiale, l'ancien ministre chinois des Affaires étrangères Li Zhaoxing a rendu hommage aux 884 ouvriers chinois enterrés dans le cimetière de Noyelles-sur-Mer, en Picardie. Quelque 130 personnes, dont les représentants des autorités locales et les membres de l'ambassade de Chine en France, ont assisté à cette cérémonie.

    Pendant la Première Guerre mondiale, 140000 volontaires chinois ont été engagés par la France et l'Angleterre , leur  épopée a fait l'objet de plusieurs articles sur ce blog .

    001ec92b90291531d12921.jpg

    001ec92b90291531d12926.jpg

    001ec92b90291531d12925.jpg

  • Cérémonie d'hommage aux travailleurs chinois morts durant la Première Guerre mondiale,à Paris

    001ec92b9029131e7e1a1a.jpg

    Une cérémonie en l'honneur des travailleurs chinois morts pour la France durant la Première Guerre mondiale (1914-1918) s'est déroulée le 7 juin sous l'Arc de Triomphe à Paris. Pendant la Première Guerre mondiale, 140 000 travailleurs chinois se sont rendus en Europe pour gagner leur vie, les travaux qu'ils devaient accomplir étaient pénibles, voire dangereux.Engagés pour des travaux en seconde ligne ,derrière le front de l'Yser , ils furent envoyés qulques fois en première

    001ec92b9029131e7e1a15.jpg

    001ec92b9029131e7e1a19.jpg

    001ec92b9029131e7e1a18.jpg

    Pour ceux qui ne connaissent pas l'épopée de ces Chinois enrôlés par Anglais et Français dans la Première Guerre Mondiale , qui n'ont pu lire mon article sur ce blog le 7/02/2010 , voici une copie de cet article . Il y a encore d'autres articles sur ce sujet sur ce blog. C'est avec une certaine joie que je fus un des premiers à sortir ces gens des oubliettes de l'histoire qui subirent pas mal d'ostracisme de leur vivant et ce dénigrement perdura 90 ans . Dans le même ordre d'idée, je fus aussi un des premiers à présenter l'histoire des "Juifs de Harbin" sur ce blog ainsi que la tombe du grand-père d'un ancien Premier ministre israëlien.

    Pour certains , c'est de la petite histoire , et bien non!!!

    C'est gens méritent leur place dans la grande histoire aux côtés des héros de Verdun , des héros de la Grande Marche ou de la Bataille de Stalingrad.

     

    1914-1918 des chinois dans la Grande Guerre 1914-1918.

    A partir de 1917 , 140000  travailleurs chinois ont rejoint la première guerre mondiale, dans le nord de la France et en Belgique aux environs de Ypres , dernière contrée de Belgique à ne pas être envahie par les armées allemandes.

    Les Chinois ont accompli un dur labeur à l'arrière du front.Le manque de main d'oeuvre amenèrent Français et Anglais à faire venir travailler ces gens, dans des usines d'armement, comme docker pour charger et décharger le matériel de guerre,la réfection des routes.

    Certains de ceux qui sont au service de l’armée britannique creusent des tranchés pour les soldats, ce qui constitue une violation de leur contrat de travail. Au lendemain de la guerre, des travailleurs constitués en unités sont encore employés au déminage des champs de bataille, ou encore l’exhumation et à l’ensevelissement des soldats tués pendant les combats. 

    cimetiere_chinois_2

    Le mémorial chinois et les 160 tombes chinoises

    cimetiere_chinois_4

     

     

     
     
     
     

     

     

     

     

     

     Selon les officiels britanniques, quelque 2000 ouvriers chinois engagés par leur corps expéditionnaire sont tombés au cours des hostilités, tandis que les autorités militaires françaises ont recensé plus d’un millier de travailleurs morts dans leurs rangs. Les bombardements navals et aériens, les mauvais traitements, le surmenage au travail et les maladies (tuberculose, rougeole, méningite cérébro-spinale, épidémies de grippe, dysenterie…) sont les principales causes de décès. Plusieurs années après la fin du conflit mondial, la commission impériale britannique des sépultures de guerre a fait construire des cimetières en hommage aux soldats et aux travailleurs morts pendant la guerre. Elle a adopté une résolution selon laquelle les victimes de guerre doivent reposer sur le sol où elles avaient été ensevelies, près de l’endroit de leur première bataille. C’est ainsi que des travailleurs chinois sont enterrés dans des cimetières militaires britanniques en France et en Belgique ou dans les cimetières communaux français ».

    20080523Chr3noyelles_inscription_chinoi

    LE CIMETIERE CHINOIS DE NOYELLES SUR MER (SOMME)noyelles_campagne_tombes

    LA TOMBE CHINOISE DU CIMETIERE MILITAIRE D'ETAPLES (62)

    Une seule tombe chinoise à l'écart parmi 12 000 tombes du Commonwealth

    etaples1

     

    Une vue de la nécropole face à l'entrée

    etaples2

    Un alignement parfait comme dans l'Armée Britannique

    etaples5

    "LA" tombe chinoise du Cimetière Militaire d'Etaples !

    etaples6


    Le bosquet de bambous qui représente la Chine ! 

    La Chine déclarera  la guerre à l’Allemagne en Août 1917. En dépit de cette participation de la Chine à l’effort de guerre contre l’Allemagne, les puissances alliées qui délibèrent à la "Conférence de la Paix" en 1919, entérinent les "21 demandes" du Japon et lui attribuent les concessions allemandes en Chine. Cette décision déclenche un mouvement de protestation en Chine, connu sous le nom du "Mouvement du 4 Mai" qui va prendre par la suite une grande extension et qui sera soutenu par les intellectuels, parmi lesquels Lu Xun, qui depuis mai 1918 publie la revue "La Jeunesse", écrite en langue vulgaire, point de départ d’une révolution littéraire et démocratique, qui préfigure la naissance du parti communiste chinois en 1921 à Shanghai.

     

  • Noyelles-sur-mer (nord de la France),cérémonie de commémoration des Chinois morts pour la France et le Royaume-Uni pendant la 1ère Guerre mondiale

    132285281_31n.jpg

    Une cérémonie en l'honneur des quelque 842 travailleurs chinois morts pour la France et le Royaume-Uni durant la Première Guerre mondiale (1914-1918) s'est déroulée jeudi au cimetière de Nollet, dans la ville de Noyelles-sur-mer, dans la Somme (nord de France).

    L'ambassadeur de Chine en France, M. Kong Quan, ainsi que M. Philippe Dieudonné, sous-préfet d'Abbeville, représentant du Préfet de la Picardie et Préfet de la Somme, M. Michel Létocart, maire de la commune de Noyelles-sur-mer, qui abrite le plus grand cimetière de travailleurs chinois en Europe, et des représentants de la communauté chinoise en France, ont assisté à cette commémoration solennelle.

     

    "Pendant la Première Guerre mondiale, 140 mille travailleurs chinois sont venus en Europe pour gagner leur vie", a indiqué M. Kong Quan dans le discours qu'il a prononcé à cette occasion, rappelant les "travaux pénibles voire dangereux" qu'ils avaient alors accomplis.

    132285281_21n.jpg

     

    "Cependant, des milliers d'entre eux ont vu leurs rêves brisés et ont fini par reposer éternellement dans un pays étranger, au milieu des verdures, loin de leur pays natal", a souligné l' ambassadeur de Chine à Paris.

     

    Tout en voyant dans les 842 stèles des tombes de Chinois au cimetière de Noyelles-sur-mer "un témoignage silencieux d'un épisode douloureux de l'histoire de l'humanité", M. Kong Quan y a également lu "une aspiration ardente au développement de notre pays (la Chine) et à la paix de notre monde".

     

    "Aujourd'hui, nous avons de quoi consoler les défunts", s'est encore exclamé le haut représentant chinois. "A l'issue de cent ans de sacrifice et d'efforts, la Chine a finalement trouvé sa propre voie de développement", a-t-il ajouté, soulignant le chemin parcouru depuis ces sombres années du début du 20e siècle.

    132285281_11n.jpg

     

     

  • 140000 CHINOIS ENGAGES EN FRANCE ET BELGIQUE PENDANT LA GUERRE EN 1917.

    1914-1918 des chinois dans la Grande Guerre 1914-1918.

    A partir de 1917 , 140000  travailleurs chinois ont rejoint la première guerre mondiale, dans le nord de la France et en Belgique aux environs de Ypres , dernière contrée de Belgique à ne pas être envahie par les armées allemandes.

    Les Chinois ont accompli un dur labeur à l'arrière du front.Le manque de main d'oeuvre amenèrent Français et Anglais à faire venir travailler ces gens, dans des usines d'armement, comme docker pour charger et décharger le matériel de guerre,la réfection des routes.

    Certains de ceux qui sont au service de l’armée britannique creusent des tranchés pour les soldats, ce qui constitue une violation de leur contrat de travail. Au lendemain de la guerre, des travailleurs constitués en unités sont encore employés au déminage des champs de bataille, ou encore l’exhumation et à l’ensevelissement des soldats tués pendant les combats. 

    cimetiere_chinois_2

    Le mémorial chinois et les 160 tombes chinoises

    cimetiere_chinois_4

     
     

     http://www.tao-yin.com/wai-jia/cimetiere_noyelles.htm

    http://www.tao-yin.com/wai-jia/cimetiere_Saint-Etienne_au%20Mont.htm

     
     Voici 2 liens intéressants pour plus de détails.

     

     

     

     

     

     Selon les officiels britanniques, quelque 2000 ouvriers chinois engagés par leur corps expéditionnaire sont tombés au cours des hostilités, tandis que les autorités militaires françaises ont recensé plus d’un millier de travailleurs morts dans leurs rangs. Les bombardements navals et aériens, les mauvais traitements, le surmenage au travail et les maladies (tuberculose, rougeole, méningite cérébro-spinale, épidémies de grippe, dysenterie…) sont les principales causes de décès. Plusieurs années après la fin du conflit mondial, la commission impériale britannique des sépultures de guerre a fait construire des cimetières en hommage aux soldats et aux travailleurs morts pendant la guerre. Elle a adopté une résolution selon laquelle les victimes de guerre doivent reposer sur le sol où elles avaient été ensevelies, près de l’endroit de leur première bataille. C’est ainsi que des travailleurs chinois sont enterrés dans des cimetières militaires britanniques en France et en Belgique ou dans les cimetières communaux français ».

    20080523Chr3noyelles_inscription_chinoi

    LE CIMETIERE CHINOIS DE NOYELLES SUR MER (SOMME)noyelles_campagne_tombes

    LA TOMBE CHINOISE DU CIMETIERE MILITAIRE D'ETAPLES (62)

    Une seule tombe chinoise à l'écart parmi 12 000 tombes du Commonwealth

    etaples1

     

    Une vue de la nécropole face à l'entrée

    etaples2

    Un alignement parfait comme dans l'Armée Britannique

    etaples5

    "LA" tombe chinoise du Cimetière Militaire d'Etaples !

    etaples6


    Le bosquet de bambous qui représente la Chine ! 

    La Chine déclarera  la guerre à l’Allemagne en Août 1917. En dépit de cette participation de la Chine à l’effort de guerre contre l’Allemagne, les puissances alliées qui délibèrent à la "Conférence de la Paix" en 1919, entérinent les "21 demandes" du Japon et lui attribuent les concessions allemandes en Chine. Cette décision déclenche un mouvement de protestation en Chine, connu sous le nom du "Mouvement du 4 Mai" qui va prendre par la suite une grande extension et qui sera soutenu par les intellectuels, parmi lesquels Lu Xun, qui depuis mai 1918 publie la revue "La Jeunesse", écrite en langue vulgaire, point de départ d’une révolution littéraire et démocratique, qui préfigure la naissance du parti communiste chinois en 1921 à Shanghai.