politique

  • LE PREMIER MINISTRE CHINOIS PLAIDE POUR LA COOPERATION AVEC LES USA

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao rencontre le président américain Barack Obama
     

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a rencontré le président américain Barack Obama jeudi à New York pour discuter des relations bilatérales, des questions régionales et internationales.

    La rencontre s'ajoutera au nombre croissant des contacts bilatéraux entre les dirigeants américains et chinois depuis l'accession de Barack Obama à la présidence en 2009.

    Au début de la rencontre, Wen a tenu à indiquer que la relation entre la Chine et les Etats-Unis a progressé au delà de la sphère bilatérale et a désormais un impact majeur sur le monde.

    Les intérêts communs des deux pays dépassent de loin leurs divergences, a souligné M. Wen.

    Quoiqu'il existe des contradictions et divergences entre la Chine et les Etats-Unis, les problèmes peuvent bien se résoudre par le dialogue et la coopération, a affirmé le Premier ministre.M. Wen a du faire face aux accusations américaines, citant la politique monétaire chinoise d'avoir causé la perte de millions d'emplois aux Etats-Unis, Une loi a été proposée au congrès qui permettra de prendre des mesures pour protéger l'économie américaine d'un trop gros déficit commercial avec la Chine.
    "Il est temps pour le congrès de passer une loi qui donnera à l'administration du poids dans les négociations bilatérales et multilatérales avec le gouvernement chinois", a déclaré la porte parole de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, dans un communiqué. Nancy Pelosi , grande amie de dalai lama n'a jamais aché son hostilité à la Chine.

    Cependant, face à ces menaces, et à cette loi qui pourrait être adoptée rapidement, le premier ministre Wen Jiabao est resté campé sur sa position.

    "Les raisons d'une appréciation majeure du Renminbi n'existent pas", a-t-il martelé, ajoutant que l'appréciation du yuan ne ferait pas revenir les emplois aux Etats-Unis, mais qu'ils créerait en revanche beaucoup de faillites chez les exportateurs chinois.

    "Nos intérêts communs pèsent bien plus que nos différences", a ajouté Wen Jiabao, qui a dressé avec le président américain la liste des "bonnes coopérations" entre les deux pays, à savoir notamment la lutte contre la crise financière et le réchauffement climatique.

    W020080928320928369044.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    "La Chine continuera  à augmenter ses importations en provenance des Etats-Unis. Entre temps, l'Amérique devrait reconnaître le statut d'économie de marché de la Chine, relâcher le contrôle des exportations chinoises, et prendre des mesures concrètes pour promouvoir un véritable libre-échange", a-t-il estimé.
    Les deux pays ont coopéré sur une série de quetions majeures, dont la crise financière internationale, et ont maintenu une bonne coopération du sein du G20, a rappelé Obama.

    Alors que la situation économique mondiale se stabilise progressivement, Washington et Beijing devraient consolider leur coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire et le changement climatique et pour assurer une croissance équilibrée et durable de l'économie mondiale, a estimé Obama.

    La rencontre, prévue pour 75 minutes en marge des travaux des Nations unies, devait aussi améliorer les liens bilatéraux et approfondir la confiance mutuelle à un moment où les relations sino-américaines sont assombries par des disputes commerciales mais restent dominées par la volonté des deux parties à coopérer.

  • RELATIONS SINO-EUROPEENNES

    Yang Jiechi : vu à long terme, les relations sino-européennes sont prometteuses et donnent de grandes espérances

    Lors d'une interview exclusive accordée à « News-Week » de la CCTV (Télévision centrale chinoise), le Ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi a déclaré que vu à long terme, les relations entre la Chine et l'Union européenne sont prometteuses et donnent de grandes espérances.

    Yang Jiechi a dit : Je pense que les relations sino-européennes ont connu des hauts et des bas en 2008 et cela est indéniable, car d'un côté, elles ont progressé, mais d'un autre côté, elles ont parcouru un chemin sinueux, tortueux et rempli d'embûches.

    En considérant la situation du bon côté, les deux parties ont maintenu leur communication de haut niveau, ce qui a joué un rôle important permettant aux relations économiques et commerciales bilatérales de continuer à avancer et à progresser. Au moment où tout le peuple chinois s'unit pour combattre les désastres provoqués par le violent séisme de Wenchuan et pour reconstruire les régions sinistrées, la population et le gouvernement de certains pays européens ont fait preuve de générosité et de magnanimité faisant des dons en nature et en espèces, en envoyant des équipes médicales pour participer aux opérations de secours et en fournissant des installations hospitalo-médicaux.

    Mais vu du mauvais côté, je crois qu'effectivement, certaines personnalités européennes ont mal agi envers la Chine. En considérant et en traitant les problèmes concernant les relations entre la Chine et l'Europe, il est nécessaire d'adopter une vision lointaine et stratégique et d'envisager les choses du point de vue de l'avenir et en tenant compte de la réalité de la partie adverse. Il faut comprendre la raison pour laquelle l'autre partie a choisi une voie de développement différente et il est de grande nécessité de faire preuve de compréhension sur ce point-là. On doit reconnaître que la Chine est complètement différente comparée avec un grand nombre de pays européens, que ce soit sur le plan culturel ou que ce soit dans le contexte historique de leur développement, et qu'actuellement il existe toujours un assez grand écart entre la Chine et ces pays en ce qui concerne le niveau de développement, et cela est au vu et au su de la plus grande partie du public européen. La Chine s'est engagée dans une voie de développement adaptée et convenant à sa réalité, tandis que l'Europe a obtenu beaucoup d'avantages dans son commerce avec celle-ci, c'est pourquoi vu à long terme, je pense que les relations sino-européennes sont prometteuses et donnent de grandes espérances. Je crois qu'il existe entre les deux parties de nombreux intérêts en commun, ce qui assure et garantit la continuation du développement de ces relations.

    La Chine ne se chargerait pas des tâches au-dessus de sa force et qu'elle serait incapable d'accomplir, mais elle ne se soustrairait pas à ses obligations.

    Yang Jiechi a poursuivi en disant que le rôle exercé par la Chine ainsi que son influence sont effectivement beaucoup plus grands qu'auparavant, et que cela est une réalité. Dans ce contexte-là, sa contribution à la paix, à la stabilité et au développement de notre monde est, objectivement parlant, plus importante que dans le passé. A l'avenir, suite à la croissance des possibilités réelles de notre pays, nous apporterons une plus grande contribution à la paix et au développement du monde, cela est notre devoir et nous sommes tenu à le mener à bien, car cela nous est profitable et nous permet d'améliorer notre image internationale.

    Mais vu de l'autre côté, la Chine est toujours un pays en voie de développement, d'après le PIB (Produit intérieur brut) par tête d'habitant, elle est au-delà du centième rang mondial. Dans le cas où nous nous contraignons à accomplir les tâches qui dépassent la mesure de nos forces, ce serait alors un malheur pour nous, de même que pour les autres. C'est pourquoi je pense que notre diplomatie doit prendre à tâche de faire connaître la Chine au monde entier, et surtout faire connaître et comprendre sa réalité et les mesures politiques qu'elle appliquent. Nous devons également faire comprendre qu'un grand pays en voie de développement tel que la Chine, dont la population compte au total plus de 1,3 milliards d'habitants, pourvu qu'il soit capable de maintenir sa croissance économique relativement rapide et stable, cela serait alors la plus grande contribution qu'elle apporterait à l'Asie et au monde entier qui font face actuellement à la crise financière internationale.

     

     

  • DECLARATION DU PRESIDENT CHINOIS HU JINTAO

    Le président chinois appelle à poursuivre la politique de réforme et d'ouverture

    Le président chinois Hu Jintao a appelé vendredi à poursuivre la politique de réforme et d'ouverture.

    Hu Jintao, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a fait cette remarque lors d'une étude collective à laquelle ont pris part les membres du Bureau politique du Comité central du PCC.

    La politique de réforme et d'ouverture et le socialisme aux caractéristiques chinoises constituent "les raisons fondamentales" qui ont permis ces dernières années à la Chine de relever tous les défis et de surmonter les risques et les difficultés de l'intérieur mais aussi de l'extérieur du pays, a-t-il fait remarquer.

    Pour édifier une société de moyenne aisance pour ses 1,3 milliard d'habitants et construire un pays riche, démocratique, civilisé et harmonieux, la Chine doit faire avancer la réforme et l'ouverture, et suivre sa propre voie de développement, a souligné le président chinois.

    La Chine doit régler tous ses problèmes à travers la réforme, et l'amélioration de son mode de développement permettra de mieux se développer selon la réalité du pays et de construire un système plus énergétique, efficace et ouvert au développement scientifique, a indiqué le président chinois.

    Le réforme et l'ouverture contribueront également à l'amélioration du PCC, a poursuivi Hu Jintao, tout en appelant le parti à se perfectionner avec un esprit d'innovation.