piratage

  • The Interview, comédie hollywoodienne sur l'assassinat du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a causé une agitation immédiate sur l'internet en Chine dès sa mise en ligne mercredi

    james-franco-randall-park-the-interview.jpg

    Une comédie hollywoodienne controversée sur l'assassinat du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a causé une agitation immédiate sur internet en Chine dès sa mise en ligne mercredi.

    The Interview, une comédie provocatrice qui a déclenché une querelle diplomatique entre la Corée du Nord et les États-Unis, a été mise en ligne mercredi pour les consommateurs américains sur YouTube et sur l'application de lecture de vidéos Google Play pour les appareils Android, suite à une cyberattaque imputée à la Corée du Nord.

    Le film, qui met en vedette les acteurs Seth Rogen et James Franco, narre une tentative d'assassinat du dirigeant nord-coréen sous l'égide de la CIA par un présentateur de télévision, Dave Skylark (James Franco), et son producteur et ami (Seth Rogen).

    L'énorme publicité a fait du film l'un des mieux notés sur IMDb, une base de données cinématographique en ligne. Avec 52 809 votes, The Interview affiche une note de 9,4 sur 10.

    Les internautes chinois n'ont pas tardé à se joindre aux discussions en ligne. Sur Douban, un forum en ligne populaire, certains appellent les autres internautes à donner au film la note maximale de cinq étoiles pour répondre à la frénésie vue sur IMDB.

    L'utilisation par le film d'une chanson de la pop star chinoise de Taïwan ,Jay Chou, a été une surprise pour de nombreux internautes chinois.

    Beaucoup ont critiqué la Corée du Nord pour son manque d'humour, et estimé que la sortie du film était « un acte de justice ».

    D'autres, cependant, ne cèdent pas au battage médiatique autour du film et le décrivent comme un mauvais film qui a réussi à attirer l'attention en utilisant Kim Jong-un dans un coup publicitaire réussi.

    L'anticipation des spectateurs dépasse de loin la qualité du film, ont jugé d'autres.

    « Il pourrait être le dernier film d'Hollywood et de la civilisation humaine. Cette comédie pourrait déclencher la troisième guerre mondiale », a déclaré un internaute suggérant que la Corée du Nord pourrait menacer les États-Unis d'une attaque nucléaire.

    Le film et son immense popularité ne sont qu'une bulle de courte durée, a estimé Zhang Yiwu, critique culturel et professeur à l'Université de Pékin.

    Ce que le film parvient à faire est de refléter la vision déformée depuis longtemps par la société occidentale de la Corée du Nord, qui résulte d'un manque de compréhension du pays, a-t-il déclaré.

    « Comme le reste du monde, ce que nous savons de la Corée du Nord provient surtout des médias occidentaux. Tandis que les idéologies occidentales continuent à se répandre dans la société chinoise, les internautes chinois peuvent être inconsciemment influencés par le film, et accepter la vision occidentale de la Corée du Nord », a déclaré M. Zhang.

    Son opinion est partagée par Lü Chao, professeur à l'Académie des sciences sociales du Liaoning, qui pense que les spectateurs chinois qui soutiennent le film ne parviennent pas à adopter un point de vue critique.

    M. Lü a également jugé que cette comédie pourrait entraîner de graves conséquences diplomatiques si les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord s'intensifient.

    La querelle qui s'est jouée sur internet pourrait avoir des effets dévastateurs sur la stabilité de la péninsule coréenne, a affirmé M. Lü. Tourner en dérision le chef suprême du pays est un crime grave en Corée du Nord, et pourrait conduire à des tentatives de représailles.

    « La Chine a déjà été involontairement entraînée dans ce conflit par les médias américains, qui ont affirmé que les cyberpirates de Corée du Nord se trouvaient en Chine », a-t-il rappelé.

    Le film a entraîné la plus destructrice cyberattaque contre une entreprise sur le sol américain le mois dernier, avec la publication d'emails embarrassants et de données confidentielles.

    Le président américain Barack Obama a accusé la Corée du Nord d'avoir mené ces cyberattaques la semaine dernière et a rejoint le chœur d'hommes politiques et de magnats d'Hollywood accusant Sony d'autocensure suite à la décision du studio de ne pas sortir le film en salles.

    Les États-Unis ont accusé Pyongyang de piratage et ont demandé à la Chine d'identifier les pirates nord-coréens opérant sur son sol, et de les renvoyer en Corée du Nord.

    La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a appelé mardi toutes les parties à faire preuve de retenue.

    « La situation dans la péninsule coréenne est toujours complexe et sensible. Nous espérons que les membres du Conseil de sécurité et les parties concernées parviendront à donner la priorité à la dénucléarisation de la péninsule et au maintien de la paix et de la stabilité, ainsi qu'à prendre des mesures d'apaisement et s'abstenir de propos ou actions qui pourraient exacerber les tensions », a déclaré Mme Hua.

    n-KIM-JONG-UN-large570.jpg

    Source: China.org.cn