philosophie

  • Le confucianisme, une philosophie ancienne toujours d'actualité

    Semaine de la culture confucéenne au siège de l'UNESCO
     

    La grande activité « la semaine de la culture confucéenne » a levé son rideau le 6 septembre au siège de l'UNESCO à Paris. Un délégation chinoise composée de plus de 80 personnes y a participé. C'est aussi la plus grande activité culturelle organisée par le gouvernement chinois à l'UNESCO.

    « La semaine de la culture confucéene » présentera au public une conférence sur les idées de Confucius, la culture confucéenne et la cérémonie de couronnement de l'éducation confucéenne. L'organisateur souhaite présenter aux participants la vie, les idées et les influences de ce grand homme. Cette activité est organisée par le Ministère de la Culture, de l'Education, le Commissariat à l'Education, la Culture et la Science et le gouvernement du Shandong afin d'étendre l'influence de la culture chinoise et des idées de Confucius.

     

     Confucius a consacré sa vie entière à l'éducation avant de quitter ce monde en 479 av. JC. Il nous a légué des réalisations d'une richesse intarissable », a déclaré lundi un responsable des Nations Unies.

    Le confucianisme « peut aider les gens à mieux comprendre l'état du monde d'aujourd'hui », et il reflète aussi le rôle de l'UNESCO dans le monde, a dit Francesco Bandarin, Directeur-général assistant des Nations Unies pour la culture, lors de son discours inaugural prononcé au siège de l'UNESCO pour la Semaine Culturelle Confucius, à Paris.


    Cette manifestation comprend aussi une conférence prononcée par Kong Xianglin sur la vie et les pensées générales de Confucius, une exposition présentant sa sagesse et son expérience, et un spectacle de danse et de musique exposant les rites traditionnels chinois destiné à célébrer le philosophe antique.

    « La pensée morale de Confucius m'intéresse, bien qu'elle soit très ancienne et que certaines idées n'aient pas été pleinement développées ... savoir comment on peut appliquer cela dans notre vie quotidienne m'intéresse aussi », a dit un étudiant français du nom de Benjamin Ismail après avoir écouté la conférence donnée par M. Kong, un descendant de Confucius à la 75e génération.


    C'est la première fois que Benjamin a pu écouter un descendant du Maître depuis que son intérêt pour le penseur chinois de l'antiquité s'est déclenché il y a quatre ans, à la même époque où il a commencé à apprendre le chinois.

    Pour Benjamin, la valeur première du confucianisme était d'essayer de faire que les gens deviennent « ren » (仁, bienveillants). « En essayant de s'améliorer soi-même chaque jour, en apprenant et en cherchant le savoir, ce en quoi je suis en total accord avec Confucius », a-t-il ajouté, attendant pour avoir un autographe de M. Kong sur son édition en langue française des Entretiens de Confucius.

    A côté de cela, d'autres formes d'art populaire chinois comme le papier découpé, le théâtre d'ombres et la sculpture sur calebasse ont été montrées lors de cette manifestation culturelle d'une semaine, attirant des foules de visiteurs.

    confucius.jpg
    Certains se sont rassemblés autour du sculpteur de calebasses, demandant à quel usage était destinée cette calebasse ainsi décorée ; d'autres regardaient derrière l'écran du théâtre d'ombres pour connaître les trucs du manipulateur ; d'autres, enfin, regardaient avec attention les artistes faisant des noeuds chinois.

    Une visiteuse, du nom de Rosa Guerreiro, a dit que cette façon de sculpter lui rappelait une forme d'artisanat similaire dans son Brésil natal, et elle était surprise et enthousiaste de pouvoir regarder cette forme d'art chinoise.

    L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin faisait partie des visiteurs attentifs de la cérémonie d'ouverture de la semaine culturelle. « Cela fait quarante ou cinquante ans que je connais Confucius », a-t-il déclaré fièrement à Xinhua.

    Pour M. Raffarin, le confucianisme insiste sur l'harmonie et l'équilibre, pourtant « certains philosophes importants ont ignoré la signification de la pensée de Confucius ».

     



    Comme M. Bandarin l'a dit, une pensées centrales du confucianisme est en accord avec le principe de l'UNESCO selon lequel les différentes races, cultures et religions pourraient vivre en harmonie et en paix si le monde faisait preuve d'un peu plus de compréhension.

    Cette manifestation longue d'une semaine qui se tient en France comprend aussi une cérémonie de remise du Prix Confucius de l'UNESCO pour l'aphabétisation mercredi pour célébrer les contributions faites par le Centre Népalais d'Education Non Scolaire et le Gouvernorat d'Ismailia, en Egypte.

    Dans le même temps, un forum international organisé dans la ville natale de Confucius, Qufu, située dans la Province du Shandong, dans l'Est de la Chine, rassemblera représentants et chercheurs pour des échanges de points de vue sur le confucianisme, a annoncé Zhang Shuping, délégué chinois.

    « Bien que sa philosophie simple ait plus de deux mille ans et soit très chinoise, sa base est toujours applicable à la société moderne, et de ce pont de vue, elle est d'une grande valeur », a dit Clerer Clare, employé de l'UNESCO qui a visité l'exposition.