peugeot

  • PSA (Peugeot): nouveau dégraissage considérable l'an prochain, 3450 postes menacés , presque tous en France

    002564bb44f715d943ea06.jpg

    On en parle en Chine , on tente de le garder sous silence en France, mais afin de faire aboutir le projet de redressement de son nouveau PDG Carlos Tavares, PSA, toujours en difficulté, se verrait contraint d'effectuer un nouveau dégraissage considérable l'an prochain.

    La suppression de personnel viserait cette fois 3450 postes. La grande crise du marché automobile européen a considérablement affaibli le constructeur français.

    En début d'année, PSA a en effet dû céder des actions à l'Etat français et au chinois Dongfeng Motors, chacun détenant désormais 14% de son capital, en échange d'un financement qui devait permettre au groupe d'affronter la crise. Les mesures qui furent prises sont insuffisantes pour que la Chine puisse sauver PSA.

  • Peugeot va ouvrir une nouvelle usine à Chengdu, la quatrième en Chine

    001fd04cfc22151f412d0f.jpg

    Le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën a annoncé hier sa décision d'établir avec son actionnaire chinois Dongfeng sa quatrième usine chinoise à Chengdu, capitale de la province du Sichuan (ouest).

    Les partenaires possèdent déjà trois usines à Wuhan, chef-lieu du Hubei, dont la capacité de production est de 750 000 voitures par an.

    La construction de la nouvelle usine débutera au cours du deuxième semestre de 2014 et permettra au groupe de produire 1 million de véhicules en Chine en 2016, a déclaré PSA dans un communiqué.

    Le nouveau site sera dédié à l'assemblage de véhicules hybrides – entre la voiture et le véhicule utilitaire sportif – et de véhicules tout-terrain commercialisés sous les marques Peugeot et Citroën, mais également sous la marque de Dongfeng, Fengshen.

    Le gouvernement central chinois encourage actuellement les constructeurs à établir de nouvelles usines dans l'ouest du pays afin de stimuler le développement de la région.

    PSA et Dongfeng espèrent vendre plus de 650 000 véhicules cette année dans l'Empire du Milieu, premier marché automobile du monde.

    Ils prévoient en outre d'élever ce chiffre à 1,5 million d'ici 2020, grâce à une coopération renforcée qui a récemment récent conduit Dongfeng à entrer au capital de PSA. L'Etat français a également acheté une partie du groupe, la famille Peugeot ayant vu sa participation diluée.

    Le groupe est confronté à de graves difficultés financières, et porte une attention croissante à la Chine, en cherchant à se diversifier hors du marché européen saturé.

    PSA a également une joint-venture avec le groupe chinois Changan de Shenzhen.

    Le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën a annoncé hier sa décision d'établir avec son actionnaire chinois Dongfeng sa quatrième usine chinoise à Chengdu, capitale de la province du Sichuan (ouest).

    Les partenaires possèdent déjà trois usines à Wuhan, chef-lieu du Hubei, dont la capacité de production est de 750 000 voitures par an.

    La construction de la nouvelle usine débutera au cours du deuxième semestre de 2014 et permettra au groupe de produire 1 million de véhicules en Chine en 2016, a déclaré PSA dans un communiqué.

    Le nouveau site sera dédié à l'assemblage de véhicules hybrides – entre la voiture et le véhicule utilitaire sportif – et de véhicules tout-terrain commercialisés sous les marques Peugeot et Citroën, mais également sous la marque de Dongfeng, Fengshen.

    Le gouvernement central chinois encourage actuellement les constructeurs à établir de nouvelles usines dans l'ouest du pays afin de stimuler le développement de la région.

    PSA et Dongfeng espèrent vendre plus de 650 000 véhicules cette année dans l'Empire du Milieu, premier marché automobile du monde.

    Ils prévoient en outre d'élever ce chiffre à 1,5 million d'ici 2020, grâce à une coopération renforcée qui a récemment récent conduit Dongfeng à entrer au capital de PSA. L'Etat français a également acheté une partie du groupe, la famille Peugeot ayant vu sa participation diluée.

    Le groupe est confronté à de graves difficultés financières, et porte une attention croissante à la Chine, en cherchant à se diversifier hors du marché européen saturé.

    PSA a également une joint-venture avec le groupe chinois Changan de Shenzhen.

    PHO68662f1e-cafc-11e3-8387-e77a858ce422-805x453.jpg

    Un employé chinois manœuvre une DS5, sortie des lignes de production de l'usine Capsa, une joint-venture initiée par PSA et Changan, à Shenzhen, dans le sud de la Chine

  • Le groupe PSA Peugeot Citroën peut-il être sauvé par les apports du chinois Dongfeng ?

    A la tête du groupe PSA Peugeot Citroën depuis 2009, Philippe Varin a pris la responsabilité de sortir le groupe automobile français du trou noir de la crise financière. Il a beau avoir procédé à des licenciements de personnel et à des cessions de filiales, voire des locaux du siège social, le groupe a accumulé 5,01 milliards d'euros de pertes en 2012, du jamais vu dans l'histoire de l'entreprise.

    M. Varin considère le marché chinois comme la roue de secours qui permettra de sauver le destin de sa société. C'est avec cette idée qu'il était monté aux rênes de PSA en 2009, et il campe toujours sur ses positions en poursuivant les investissements et le développement en Chine, malgré une situation de plus en plus inquiétante sur le marché européen et une crise financière au sein du groupe.

    En 2012, le vent a commencé à tourner pour lui en Chine. L'an dernier, PSA a en effet vendu 440 000 voitures sur le marché chinois, soit une croissance de 8% en glissement annuel. La croissance des ventes a même atteint 31% au premier trimestre de cette année, un niveau bien supérieur à la moyenne du secteur. Ces performances ont sans aucun doute redonné de l'espoir à Philippe Varin.

    Selon l'agence Reuters, PSA envisagerait dorénavant une augmentation de capital de 3 milliards d'euros, financée à parts égales par l'Etat français et le groupe chinois Dongfeng, en contrepartie d'une participation respective de 30% et 20% au capital du groupe.

    Dongfeng deviendrait ainsi le premier actionnaire du groupe français et lui apporterait un capital de dépannage.

    Philippe Varin promet de retrouver la voie des profits d'ici la fin de 2014, mais il semblerait malheureusement que les bénéfices réalisés en Chine et sur les autres marchés émergents soient insuffisants pour compenser les pertes essuyées en Europe. Selon des analystes, sans amélioration réelle sur la scène mondiale, il est difficile de se montrer optimiste quand à l'avenir du groupe PSA.

     

    001372a0e6ec13c746520f.jpg

    Qui est Dongfeng ?

    Fondé en 1969, le groupe Dongfeng est un des quatre principaux constructeurs automobiles publics chinois directement rattachés à la Comission de supervision et d'administration des actifs publics du Conseil des affaires d'Etat. Son siège social est établi à Wuhan depuis 2004. Ses activités couvrent l'exploitation d'une gamme complète de véhicules utilitaires, de voitures, de moteurs et de pièces détachées.

    La valeur générale des actifs du groupe est estimée à 73,25 milliards de yuans (8,84 milliards d'euros) et le groupe emploie 124 000 personnes. Dongfeng a réalisé un chiffre d'affaires de 39 milliards de yuans en 2012, avec 3,07 millions de véhicules vendus, et occupe le 4e rang du classement des 500 premières entreprises chinoises du secteur de la fabrication en 2013.

    001372a0e6ec13c88c810b.jpg