pension

  • Le gouvernement chinois reçoit le prix international de la sécurité sociale

    yin-weimin_gov_cn_compressed.jpg

    Le gouvernement chinois a reçu le Prix pour une contribution exceptionnelle à la sécurité sociale au titre de l’extension sans précédent de ses régimes de retraite, d’assurance maladie et d’autres formes de sécurité sociale.

     

    Le Prix international a été présenté par le président de l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS), M. Errol Frank Stoové, au ministre chinois des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, M. Yin Weimin, lors d’une séance du Forum mondial de la sécurité sociale qui s’est tenue dans la ville de Panama le 17 novembre.


    Ce Prix, attribué par l’AISS tous les trois ans, constitue une reconnaissance mondiale de l’engagement politique et des résultats sur le long terme d’un pays en matière de sécurité sociale, selon un communiqué.

     


    «La Chine a effectué des progrès sans précédent dans le développement de son système de sécurité sociale durant la décennie passée et a étendu avec succès les systèmes de pension, d’assurance maladie et d’autres formes de couverture au bénéfice de sa population grâce à l’engagement soutenu de son gouvernement et à des innovations administratives significatives» a déclaré le président de l’AISS, M. Errol Frank Stoové.

    Recevant le prix au nom du gouvernement chinois, M. Yin Weimin a déclaré : «Le gouvernement chinois a produit d’intenses efforts en vue d’améliorer son système de protection sociale et d’étendre la couverture sociale à l’ensemble de sa population.»

    «C’est un honneur et un privilège d’accepter ce Prix, qui constitue une reconnaissance de nos résultats historiques en matière de sécurité sociale et représente un nouveau symbole de la grande coopération qui lie la Chine et l’AISS, ainsi que de nos efforts conjoints pour parvenir à la protection sociale pour tous» a déclaré le ministre.


    Les avancées notables en matière de sécurité sociale en Chine comprennent les éléments suivants:

    • Entre 2008 et 2015, les dépenses publiques de la Chine en matière de sécurité sociale ont enregistré une augmentation de plus de 20 pour cent et les dépenses publiques ont augmenté pour passer de 6,57 pour cent du PIB en 2008 à un peu plus de 10,04 pour cent en 2013.
    • Le nombre d’habitants couverts par le régime de retraite a progressé pour passer de 360 millions de personnes en 2010 à 858 millions en 2015, ce qui représente une augmentation annuelle moyenne de 19 pour cent.
    • Le nombre d’habitants couverts par l’assurance maladie a également progressé pour passer de 317 millions de personnes en 2005 à plus de 1,3 milliard en 2015, ce qui correspond à 95 pour cent de la population.

    Le prix AISS pour une contribution exceptionnelle à la sécurité sociale est décerné tous les trois ans par les dirigeants de l’AISS sur la base des études menées par le Secrétariat général de l’AISS. Le gouvernement chinois est le second à recevoir ce prix, qui a été attribué lors de sa première édition en 2013 au gouvernement brésilien pour le programme Bolsa Família.

     

    257589626-jpg.jpg

  • En Chine, un système permettra aux plus de 60 ans d'hypothéquer leur logement auprès d'une compagnie d'assurance, elles toucheront ainsi une somme d'argent par mois selon la valeur de leur logement

    133431389_14035695519611n.jpg

     

    La Chine va lancer le mois prochain un programme controversé de "logement contre pension" pour les personnes âgées dans quatre villes, le pays cherchant une alternative pour s'adapter à la pression croissante d'une population vieillissante, a annoncé la Commission de contrôle des assurances de Chine (CCAC).

    A partir du 1er juillet, Beijing, Shanghai, Guangzhou et Wuhan lanceront un système qui permettra aux personnes âgées de plus de 60 ans d'hypothéquer leur logement auprès d'une compagnie d'assurance ou d'une banque. Ces personnes toucheront ainsi une certaine somme d'argent par mois selon la valeur de leur logement et leur espérance vie.

    La CCAC a précisé que le programme pilote devrait durer deux ans.

    Ce programme, bien que salué par certains experts comme un modèle innovant dans le secteur des soins pour les personnes âgées, a suscité un débat houleux chez le public, notamment chez ceux dont les parents sont propriétaires de biens immobiliers et qui craignent de perdre leur héritage.

    Yuan Xucheng, responsable de la CCAC, a expliqué que le programme pilote visait à élargir les pistes de financement et à améliorer la qualité du système de soins pour les personnes âgées.

    Selon les derniers chiffres officiels, on recense 202,43 millions de Chinois âgés de plus de 60 ans.

    Un des obstacles majeurs à ce programme est la propriété foncière (résidentielle) limitée à 70 ans. Bien que les lois relatives stipulent que le droit de propriété privée puisse être prolongé automatiquement, le coût d'une telle extension n'est pas spécifié.

    La volatilité du marché immobilier explique également la réticence des établissements financiers vis-à-vis de ce programme. Ces derniers s'inquiètent d'un plongeon des prix de l'immobilier qui pourrait nuire à leurs intérêts.

     

     

     
  • Chine:la retraite passerait de 50 à 55 ans pour les femmes et de 55 à 60 pour les hommes

    XxjwsfF000036_20120604_BJPFN1A001.jpg

    Mme Li Hui est quelque peu contrariée après avoir appris la nouvelle d'un possible recul de l'âge de la retraite. Le rêve de cette directrice comptable de ne plus subir la pression du travail et de mener une retraite heureuse après l'âge de 50 ans semble maintenant irréaliste .

    Le ministère chinois des Ressources humaines et de la Sécurité sociale (MRHSS) a annoncé au début de cette année qu'il menait une étude sur la mise en oeuvre d'un système de retraite et de pension plus flexible qui permettrait aux Chinois de continuer à travailler après avoir dépassé l'actuel âge de la retraite, c'est-à-dire, 60 ans pour les hommes, 55 ans pour les femmes cadres, et 50 ans pour les autres employées.

    "Je m'oppose au recul de l'âge de la retraite", a indiqué Mme Li, qui travaille pour une entreprise japonaise à Shanghai, "parce que la pression au travail est forte et que je dois faire trois heures de trajet par jour quand je travaille."

    "(Prendre la retraite à) 50 ans, c'est ma limite", a-t-elle affirmé.

    Les réglementations actuelles concernant la retraite ont été introduites en Chine il y a plus de six décennies, à une époque où l'espérance de vie moyenne était d'environ 50 ans.

    Le recul de l'âge de la retraite est une "tendance inévitable", à mesure que l'économie nationale augmente et que les gens vivent plus longtemps, a indiqué le MRHSS.

    L'espérance de vie des Chinois est aujourd'hui de 73,5 ans et ce chiffre devrait passer à 74,5 ans en 2015.

    Bien qu'aucun plan détaillé n'ait pas été rendu public, des experts révèlent que les révisions pourraient comprendre un recul de l'âge de la retraite ou une augmentation du nombre d'années de cotisation.

    W020110829322608231272.jpg

  • Les salaires chinois enregistrent une croissance à deux chiffres

    Le salaire annuel moyen des urbains chinois travaillant dans les sociétés non privées a atteint 42 452 yuans (6 717 dollars) en 2011, en hausse de 14,3% en base annuelle, a annoncé mardi le Bureau d'Etat des statistiques (BES).

    Après une prise en compte de l'inflation, les salaires ont connu une augmentation réelle d'environ 8,5%, selon le BES.

    En outre, le salaire annuel des citadins travaillant dans les sociétés privées a progressé de 12,3% (après la déduction de l'inflation) pour atteindre 24 556 yuans en 2011, selon les données du BES.

    Ces chiffres sont basés sur une enquête effectuée auprès de 1,48 million d'organisations non privées et de 620 000 sociétés privées.

    A Shenzhen les pensions de retraite augmentent depuis 3 ans selon une fourchette de 10 à 15% par an.

  • Chine : neuf mots clés mettant l'accent sur la vie de la population en 2010(2)

    (suite)

    les difficultés d'inscription au jardin d'enfants

    4e mot clé : les difficultés d'inscription au jardin d'enfants
    En 2010, de nombreux parents ont éprouvé le sens de cette expression. Actuellement, des difficultés d'inscription dans les jardins d'enfants commencent à se manifester dans des régions urbaines et rurales. L'éducation préscolaire est confrontée au goulot d'étranglement d'une grave pénurie de ressources.
    Le « Plan national à long et moyen terme de la réforme et du développement de l'éducation 2010-2020 », publié en juillet dernier, a précisé le développement vigoureux de l'éducation préscolaire. Des mesures ont été étudiées et adoptées lors de la réunion régulière du Conseil des affaires d'État, tenue en novembre dernier. Récemment, le Conseil des affaires d'État a publié les « Avis sur le développement actuel de l'éducation préscolaire ».
     



    Augmentation des taux d'intérêt

     
    5e mot clé : l'augmentation des taux d'intérêt
    Le 19 octobre 2010, la Banque populaire de Chine a annoncé l'augmentation des taux d'intérêt. Cette mesure a un impact différent selon les habitants. Ceux qui ont placé leur argent à la banque ont bénéficié d'un taux d'intérêt réellement « positif », mais ceux qui ont une hypothèque ou un prêt automobile assument une charge plus lourde.



    réforme médicale

    6e mot clé : réforme médicale
    L'application de la réforme pilote des hôpitaux publics a commencé en 2010 dans seize villes chinoises. Elle est considérée comme la tâche la plus complexe et difficile de la réforme médicale.
     



    pension de retraite 

    7e mot clé : pension de retraite
    Lors de la réunion régulière du Conseil des affaires d'État, le 22 décembre, il a été décidé d'augmenter de 10 % la pension de base des retraités des entreprises. Il s'agit de la septième augmentation depuis 2005. Les habitants bénéficient ainsi d'un avantage réel.