paul kagame

  • DES INVESTISSEMENTS CHINOIS EN AFRIQUE.

    Le programme d'investissements de la Chine en Afrique a pour but d' « apprendre à pêcher »

    W020070518333089538245

    Lors d'un entretien avec le quotidien économique "Handelsblatt", le Président du Rwanda Paul Kagame a salué le programme d'investissements de la Chine en Afrique qui, selon lui, contribue au développement économique de l'Afrique et à la construction de ses installations d'infrastructure, et il a critiqué, en revanche, l'aide occidentale qui "n'a pas fait avancer" le continent, vu qu'elle s'attache seulement à spolier les ressources naturelles de l'Afrique tout en dégradant son environnement. "Nos ressources ont été exploitées et ont servi à d'autres. Des sociétés occidentales ont pollué l'Afrique à grande échelle et elles continuent à le faire", a-t-il déploré et d'ajouter "les Chinois apportent ce dont l'Afrique à besoin: des investissements et de l'argent pour les gouvernements et les entreprises. La Chine investit dans l'infrastructure, construit des routes". Ces commentaires du Président rwandais ont suscité un vif et animé écho parmi les autres pays africains.

    Depuis de longues années, une grande quantité de capitaux d'aide ont afflué au tiers monde, et surtout dans les pays africains. Toutefois, ces aides ne constituent aucunement un remède infaillible, au contraire, certaines sont devenues même des ‘drogues' qui ont de graves effets secondaires. Dans certains pays africains qui reçoivent ce genre d'aide, des milliards de capitaux ou bien tombent dans les poches d'un petit nombre de dirigeants corrompus ou bien retournent, en tant qu'inflation ou sous d'autres formes disproportionnées, dans les entreprises installées en Afrique des pays investisseurs.

    D'autre part, la plupart des pays occidentaux donateurs fixent toutes sortes de conditions à leurs dons. Comme le reconnaît Paul Kagame qui a dit que "les Européens posent davantage de questions, notamment sur les droits de l'homme". Mais "cela a-t-il contribué au développement de l'Afrique?", s'est-il demandé tout en indiquant qu'au lieu d'améliorer le niveau de vie de la population des pays aidés, cette façon de faire la plonge dans une plus grande pauvreté et une plus effroyable misère. De plus, la dépendance de ces pays de l'aide extérieure les prive et les dépouille de leur dignité, car ils ne savent plus que demander l'aumône partout en comptant sur le ‘bon cœur' des pays riches.

    Quant aux investissements de la Chine, ils offrent un contraste saisissant avec l'aide occidentale. L'aide chinoise est constituée principalement de la construction d'installations d'infrastructure ainsi que de la formation et du perfectionnement de la capacité technique des pays qui reçoivent son aide. En faisant la comparaison entre les deux sortes d'aide, on peut utiliser le proverbe chinois « Plutôt que de donner à quelqu'un du poisson, mieux vaut lui apprendre à pêcher ». Certainement qu'il y aura des gens qui se plaindront de ce que la construction de routes obligera peut-être des paysans à quitter la terre à laquelle ils sont très attachés, mais si par la suite de la prospérité du commerce, due à l'amélioration de la route, laquelle élève le niveau de vie de ces derniers, tout mécontentement et toute plainte se dissipent,  ils gagneront en santé et en indépendance économique.