patrimoine unesco

  • Syrie : la cité antique de Palmyre destruite par Daech , voir photos (horribles)

    1626028609.jpg

    Après avoir détruits de nombreux sites antiques en Irak, les djihadistes du groupe Etat Islamique menacent Palmyre, un joyau antique dans le désert syrien inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité de l'Unesco.

    La destruction d'antiquité par Daech "est un des désastres patrimoniaux les plus importants jamais subi", estime Pascal Butterlin, archéologue et professeur à la Sorbonne.

    2781393884.jpg

    Désolé, je me suis trompé, il ne s'agit pas de Palmyre mais des ruines de l'ancien Palais d'été ,Yuanmingyuan . Mais ceux qui ont détruit et pillé cette merveille sont tout aussi barbares et ces actes sont autant inqualifiables . Ce sont les armées anglo-françaises qui peuvent épingler ces forfaits à leur tableau.

    ruinsWesternPalacesYuanmingyuanBeijingChina_at2007_500.jpg

    En 1860, lors de la seconde guerre de l'opium, sous le règne de l'empereur Xianfeng, tout le site du Yuanmingyuan est pillé, saccagé et incendié par les troupes franco-britanniques. Aujourd'hui, la destruction de l'ancien palais d'été est considérée comme un symbole de l'agression étrangère et de l'humiliation de la Chine. La guerre de l'opium a été déclenchée par les Anglais parce que les autorités chinoises de l'époque voulaient interdire aux Anglais en fait la Compagnie des Indes ,de vendre l'opium que la compagnie dont le plus important actionnaire était la reine Victoria, cultivait alors en Turquie. Quant à la deuxième guerre de l'opium, elle fut déclenchée par la France et l'Angleterre parce que ceux-ci voulaient étendre leur commerce de drogue dans le nord de la Chine et de plus ils voulaient un statut légal à la vente de l'opium ,ce que refusait depuis toujours l'Empereur de Chine.

    hugo_victor.jpg

    Pour la plupart des Chinois, l'incendie de l'Ancien palais d'été, ou Yuanmingyuan en chinois, est considéré comme un acte barbare et criminel. Certains contemporains français, tels que Victor Hugo, ont désapprouvé cette action. A l'approche du 150e anniversaire du grand pillage de Yuanmingyuan,une statue de Victor Hugo, le grand écrivain français, a été dévoilée sur le site de l'Ancien palais afin de commémorer cet événement.

    La statue en bronze haute de 84 centimètres est un buste du grand homme de lettres. Un peu plus au sud, un livre en pierre a été sculpté où figure gravé, en chinois et en français, la célèbre Lettre au capitaine Bulter. Victor Hugo y parlait de l'Ancien palais d'été : "C'etait une sorte d'effrayant chef-d'oeuvre inconnu entrevu au loin, dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d'Asie sur l'horizon de la civilisation d'Europe." Selon le directeur du parc Yuanmingyuan, ce buste de Victor Hugo a une portée importante, il nous rappelle à la fois une blessure de l'histoire et la promotion de la paix.

     

    F201010181358403139622493.jpg



    Lettre au capitaine Butler - Victor Hugo

    VERSION FRANCAISE

    Hauteville House, 25 novembre 1861

    Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l'expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l'expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l'empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l'Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d'approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française.

    Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici :

    ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s'appelait le Palais d'été. L'art a deux principes, l'Idée qui produit l'art européen, et la Chimère qui produit l'art oriental. Le Palais d'été était à l'art chimérique ce que le Parthénon est à l'art idéal. Tout ce que peut enfanter l'imagination d'un peuple presque extra-humain était là. Ce n'était pas, comme le Parthénon, une œuvre rare et unique ; c'était une sorte d'énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle.

    Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d'été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d'eau et d'écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d'éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c'était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l'énormité d'une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l'homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d'été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d'été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C'était une sorte d'effrayant chef-d'œuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d'Asie sur l'horizon de la civilisation d'Europe.

    Cette merveille a disparu.

    Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d'été. L'un a pillé, l'autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu'il paraît. Une dévastation en grand du Palais d'été s'est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d'Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu'on avait fait au Parthénon, on l'a fait au Palais d'été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n'égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l'orient. Il n'y avait pas seulement là des chefs-d'œuvre d'art, il y avait un entassement d'orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L'un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l'autre a empli ses coffres ; et l'on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l'histoire des deux bandits.

    Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie.

    Devant l'histoire, l'un des deux bandits s'appellera la France, l'autre s'appellera l'Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m'en donner l'occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.

    L'empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd'hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d'été.

    J'espère qu'un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.

    En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate.

    Telle est, monsieur, la quantité d'approbation que je donne à l'expédition de Chine.

                           Victor Hugo

     

     

  • Le Paysage culturel du lac de l'Ouest de Hangzhou inscrit au patrimoine mondial

    P1000041.JPG

    Le Paysage culturel du lac de l'Ouest de Hangzhou de Chine a été inscrit vendredi dans la Liste du patrimoine mondial, à l'issue d'un examen au sein du comité du patrimoine mondial de l'Unesco, réuni à Paris.

    Le lac de l'ouest de Hangzhou, situé dans la capitale de la province de Zhejiang (est de la Chine), fait environ 15 km de circonférence, avec une profondeur moyenne de 2,27 mètres. Entouré de montagnes et semé d'îlots, ce lac, cité par nombre d'hommes lettres dans leurs oeuvres littéraires, est témoin de plusieurs siècles d'histoire et de légendes.

     

    PB030041.JPG

    Selon l'Unesco, le paysage inscrit a inspiré des poètes, artistes et érudits renommés depuis le IXe siècle. Il comprend de nombreux temples, pagodes, pavillons, jardins, arbres d'ornement, ainsi que des chaussées et des îles artificielles. Ces éléments ont été ajoutés afin de parfaire le paysage à l'ouest de la ville de Hangzhou, au sud du fleuve Yangtze.

    Le lac de l'Ouest a influencé de façon durable l'aménagement paysager et l'art des jardins en Chine, au Japon et dans la péninsule coréenne depuis des siècles. Il s'agit d'un témoignage exceptionnel d'une tradition culturelle d'embellissement des paysages en vue de créer une série de panoramas reflétant une fusion idéalisée entre les hommes et la nature, indique un communiqué de l'Unesco.

     

    PB030048.JPG

    "Nous nous félicitons de l'inscription du Paysage culturel du lac de l'Ouest de Hangzhou dans la liste du patrimoine mondial", a déclaré Tong Mingkang, directeur adjoint de l'Administration chinoise du patrimoine culturel.

    "Les autorités chinoises n'épargneront pas d'effortS pour renforcer la protection et la gestion des biens du lac de l'Ouest de Hangzhou, en respectant sa valeur universelle exceptionnelle, son authenticité et intégrité, et promouvant son développement durable", a assuré M. Tong.

     

    PB030061.JPG

    Le comité du patrimoine mondial a passé en revue depuis lundi l'état de conservation de 169 biens du Patrimoine mondial, notamment les 34 sites qui figurent sur la Liste du patrimoine en péril. Il examine à partir de vendredi les candidatures des 35 sites proposés à l'inscription dans la Liste du Patrimoine mondial.

    La Liste du patrimoine mondial comprend 911 biens d'une "valeur universelle exceptionnelle", dont 704 biens culturels, 180 biens naturels et 27 mixtes dispersés dans 151 Etats. A ce jour, la Chine compte 41 biens inscrits dans la liste du patrimoine mondial.

     

    PB030072.JPG

    PB030082.JPG

    PB030114.JPG

    PB030115.JPG

    PB030103.JPG

    PB030108.JPG

    P1000081.JPG

     
  • Moisson de succès de la Chine à l'UNESCO

    2010 a vu la Chine récolter une moisson de reconnaissances au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Du naturel au culturel, du tangible à l'intangible, le succès de la Chine montre que la communauté internationale reconnaît l'amélioration de l'Empire du Milieu dans la gestion de son patrimoine. Récapitulons avec A Hei les domaines nouvellement reconnus par la prestigieuse institution de l'UNESCO.

    Le Temple Shaolin, vieux de 1500 ans, berceau du kungfu chinois et du zen bouddhiste, a été ajouté en juillet à la liste du Patrimoine Mondial comme un site culturel.

    Le Temple Shaolin est connu pour sa beauté et pour être le lieu de naissance de l'une des plus vieilles formes d'art martial. Pendant plusieurs siècles, son architecture ancienne a attiré l'attention du monde entier sur les arts martiaux et la philosophie de la Chine.

    Le Temple Shaolin n'est qu'un des onze sites historiques anciens de Dengfeng, dans le Henan, une province dans le centre de la Chine, à avoir été ajouté dans cette liste.

    Egalement connue sous le nom de "Centre du Paradis et de la Terre", cette série de monuments est un témoignage kaléidoscopique de l'histoire de l'Empire du Milieu et de ses succès scientifiques, religieux et culturels.
    Après ce succès, début août, les terres de Danxia ont été ajouté à la prestigieuse liste de l'Unesco. Danxia est composé de 6 zones, qui présentent des caractéristiques géomorphologiques extraordinaires dans le sud-est de la Chine.

    Danxia consiste en un lit rouge et des pics abruptes. Ce paysage incroyable et rude a permis de conserver une forêt sub-tropicale, ainsi que de nombreuses espèces florales ou de la faune.

    Avec Danxia, le nombre de sites chinois faisant partie du patrimoine mondial s'élève à 40, dont 29 sont culturels, 7 naturels et 4 à la fois naturels et culturels.

    C'est depuis le 5ème sommet du Comité Intergouvernemental pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Intangible qui a eu lieu à la mi-novembre que l'Opéra de Pékin fait partie de la liste représentative du Patrimoine Culturel Intangible dressée par l'Unesco.

    Sans doute, c'est l'opéra, parmi les 300 existants, qui est le plus connu et qui a eu le plus d'influence. L'Opéra de Pékin synthétise la danse, le chant, le théâtre, le mime, les arts martiaux et la poésie... bref un mélange qui représente la culture chinoise.

    Depuis sa naissance au milieu du 19ème siècle dans la cour impérial, l'Opéra de Pékin est devenu de facto l'opéra national, apprécié par tous.

    Le monde reconnaît les apports de la médecine traditionnelle chinoise, MTC. L'acupuncture et la moxibustion ont également remporté le droit si prestigieux d'être reconnu par le tampon de l'Unesco.

    La MTC est constituée par le système médical chinois basé sur la balance et l'harmonie du corps. La MTC comprend également le régime, la thérapie grâce à des herbes ou à une nutrition particulière, des exercices physiques et le massage thérapeutique.

    Trois autres éléments phares de la culture chinoise font aussi désormais partie de la liste du Patrimoine Intangible Culturel qui Nécessite une Protection Urgente.

    L'allégresse de voir ces merveilles enfin reconnues ne devrait pas faire oublier qu'il ne s'agit là que d'une première étape. Car l'étape ultime est de mieux protéger ce patrimoine et de le transmettre aux générations futures sans dommage.

    Les gens ne devraient pas monopoliser les patrimoines culturels à leur guise. Les générations futures ont aussi le droit de jouir de ce patrimoine afin d'apprendre de leurs ancêtres.

  • LE PATRIMOINE CULTUREL CHINOIS

    Protection du patrimoine culturel chinois
     

    aL'organe législatif de Chine, l'Assemblée populaire nationale, a délibéré mercredi sur le projet de loi portant sur la protection de l'héritage culturel immatériel du pays. Ce projet de loi a été soumis en première lecture par le Conseil des affaires d'Etat.

    Le projet de loi propose la création de listes de représentants du patrimoine culturel immatériel au niveau national et local afin de protéger le patrimoine qui a une valeur historique, artistique, ou scientifique.

    Selon le document, le Conseil des affaires d'Etat et les gouvernements provinciaux doivent constituer séparément des listes des éléments du patrimoine immatériel tandis que les gouvernements au niveau des districts doivent effectuer des enquêtes sur la protection du patrimoine.

    F201008261323321785023713.jpg


    Les organisations étrangèrent ne peuvent mener ce genre d'enquêtes en Chine qu'après avoir obtenu l'approbation du gouvernement chinois et à condition de coopérer avec les institutions de recherche académique chinoise.

    Le projet de loi comporte six parties, qui portent notamment sur la définition du patrimoine culturel immatériel, les mécanismes des enquêtes, les règles concernant la transmission et les pénalités pour la destruction.

    Le patrimoine culturel immatériel est défini comme étant les expressions culturelles traditionnelles et les pratiques des différents groupes ethniques de Chine qui sont transmises de génération en génération et font partie du patrimoine culturel d'un groupe.

    Les objets et les sites de ces expressions et pratiques sont également reconnus par le projet de loi en tant qu'éléments du patrimoine culturel immatériel.

    Certaines cultures traditionnelles disparaissent vite, et l'absence d'une telle protection pose des difficultés dans la prévention de leur disparition.

    Les statistiques du Ministère de la Culture montrent qu'en 2009 le Conseil des affaires d'Etat et le ministère avaient désigné plus de 2500 éléments du patrimoine culturel national et plus de 1400 héritiers de ce patrimoine.

    Le projet de loi sur le patrimoine culturel immatériel a été soumis à la session bimensuelle du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale qui a débuté lundi.

     

     

  • LE PATRIMOINE MONDIAL DE LA CHINE (suite)II

    Chine: 40 sites inscrit sur la liste du patrimoine de l'UNESCO
    F201008051338071190915229.jpg

    Avec l'inscription du site naturel de Danxia sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, la Chine possède maintenant 40 sites inscrits.

    La Chine se place ainsi au troisième rang mondial, derrière l'Italie et l'Espagne. Les sites chinois sont les plus touristiques, comme le site de l'Homme de Pékin à Zhoukoudian, le Mont Taishan dans le Shandong, et les grottes de Mogao à Dunhuang. Beijing possède six sites, en première place mondiale. La Chine adhère depuis 1985 à la convention internationale sur la protection du patrimoine culturel et naturel mondial.

     

    F201008041402002700385023.jpg

    L'observatoire astronomique de la dynastie des Yuan .

    Il fait partie du site Dengfeng , inscrit au patrimoine cette année.

    Le Mont Song ou Songshan , mont central, (actuellement province de Henan, à l'Est de la Chine) a été le plus visité par les empereurs. Le nom de la région où il se situe, Dengfeng composé de deng «gravir» et de feng «cérémonie au Ciel» lui a été donné en commémoration du rite que Wu Zetian (625 - 705) y effectua lors de l'inauguration de sa nouvelle dynastie.

     

     

    F201008041401581103127328.jpg

     

     

     

    Le site de l'homme de Beijing à Zhoukoudian, patrimoine culturel inscrit en décembre 1987.

    À 42 km au sud-ouest de Pékin, le site, dont l'exploitation scientifique continue, a permis notamment de découvrir, accompagnés d'objets variés, les restes de Sinanthropus pekinensis, qui vivait au pléistocène moyen, puis des restes d'Homo sapiens sapiens, datables de -18 000 à -11 000. Le site n'apporte pas seulement un témoignage exceptionnel sur les sociétés humaines du continent asiatique à une époque très reculée, mais illustre aussi le processus de l'évolution.

    F201008041401562479713141.jpg

     

     

    Grottes de Mogao, patrimoine culturel, inscrit en décembre 1987.près de Dunhuang, dans la province de Gansu, en marge du désert de Gobi.  Situées en un point stratégique de la Route de la soie, à un carrefour de la circulation des richesses et des influences religieuses, intellectuelles et culturelles, les 492 cellules et sanctuaires rupestres de Mogao sont célèbres pour leurs statues et leurs peintures murales, qui reflètent un millénaire d'art bouddhique.

    F201008041401542948813440.jpg

     

    Le Mont Taishan, patrimoine mixte inscrit en décembre 1987, est situé près des plaines de Qi et Lu (pays de Confucius, Qufu, province du Shandong, à l'Est de la Chine). C'est la plus ancienne des montagnes sacrées et elle en garde le titre de «Première montagne du monde connu». Objet d'un culte impérial pendant près de deux millénaires, le mont sacré Tai abrite des chefs-d'œuvre artistiques en parfaite harmonie avec la nature environnante. Il a toujours été une source d'inspiration pour les artistes et les lettrés chinois et il est le symbole même des civilisations et des croyances de la Chine ancienne.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Mausolée du premier empereur Qin, patrimoine culturel inscrit en décembre 1987F201008041401511932519364.jpg,près de Xi'an province de Shaanxi .Sur ce site archéologique qui ne fut découvert qu'en 1974, il reste sans doute des milliers de statues à mettre au jour. C'est là que Qin, premier unificateur de la Chine, mort en 210 av. J.-C., repose au centre d'un ensemble qui évoque le schéma urbain de sa capitale Xianyan, entouré d'une armée de guerriers en terre cuite devenus rapidement célèbres dans le monde. Ces personnages, tous différents, avec leurs chevaux, leurs chars et leurs armes, sont des chefs-d'œuvre de réalisme, qui constituent aussi un témoignage historique inestimable.

     

     

    F201008041401492934105862.jpg

     

    Le Palais impérial de Beijing, patrimoine culturel inscrit en décembre 1987. Si certain ressentent quelque chose en pénétrant dans un édiffice religieux , moi , c'est ici que je me suis senti investi .Siège du pouvoir suprême pendant plus de cinq siècles (1416-1911), la Cité interdite à Beijing, avec ses jardins paysagers et ses nombreux bâtiments dont près de 10 000 salles renferment meubles et œuvres d’art, constitue un témoignage inestimable de la civilisation chinoise au temps des Ming et des Qing. Le palais impérial de la dynastie Qing à Shenyang est constitué de 114 édifices construits entre 1625-26 et 1783. Il comporte une importante bibliothèque et témoigne de la fondation de la dernière dynastie qui dirigea la Chine avant son expansion vers le centre du pays et le transfert de la capitale à Beijing. Le palais impérial de Shenyang devint une annexe du palais impérial de Beijing. Cet ensemble architectural remarquable représente un important témoignage de l’histoire de la dynastie Qing et des traditions culturelles des Mandchous et des autres tribus du nord de la Chine.

    Le Palais impérial des dynasties Ming et Qing de Shenyang dans le LiaoningF201008041401472040511844.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Mont Huangshan, patrimoine mixte, en décembre 1990 ,province de l'Anhui, est de la Chine.Célébrée durant une bonne partie de l'histoire chinoise dans l'art et la littérature (par exemple dans le style shanshui « montagne et eau », milieu du XVIe siècle), Huangshan, la plus belle montagne de Chine, exerce toujours la même fascination sur les visiteurs, les poètes, les peintres et les photographes d'aujourd'hui venus en pèlerinage dans ce lieu enchanteur, connu pour son paysage grandiose composé de nombreux rochers et pics granitiques émergeant d'une mer de nuages.F201008041401441652726908.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    F201008041401361530311970.jpg

     

    La région d'intérêt panoramique et historique de la vallée de Jiuzhaigou, patrimoine naturel inscrit en décembre 1992. S'étendant sur une superficie de 72 000 ha dans le nord de la province du Sichuan, la vallée de Jiuzhaigou, extrêmement accidentée, culmine à plus de 4 800 m d'altitude et comprend de ce fait une série d'écosystèmes forestiers très variés. Ses superbes paysages se caractérisent notamment par un chapelet de cônes karstiques étroits et des chutes d'eau spectaculaires. La vallée abrite, en outre, quelque 140 espèces d'oiseaux, ainsi qu'un certain nombre d'espèces végétales et animales menacées, dont le panda géant et le takin du Sichuan

     

    F201008041401424364704259.jpgLa région d'intérêt panoramique et historique de la vallée de Huanglong, patrimoine naturel inscrit en décembre 1992.Dans le nord-ouest de la province du Sichuan, la région de Huanglong comprend des sommets couverts de neiges éternelles et le glacier chinois situé le plus à l'est. À ses paysages de montagne s'ajoutent des écosystèmes forestiers très variés, associés à des formations karstiques spectaculaires, des chutes d'eau et des sources d'eau chaude. La région abrite un certain nombre d'espèces animales menacées, dont le panda géant et le singe doré à nez camus du Sichuan.

     

     

     

     

     

  • PATRIMOINE CULTUREL MONDIAL:LES TULOU ,MAISONS DE TERRE DES HAKKA

    Exotiques et dépaysantes! Pour les Occidentaux habitués à un environnement de vie plus individualiste, les tulou font découvrir un univers de vie hors du commun : une vie de clan dans de véritables forteresses.

    Les tulou (maisons en terre) de la province du Fujian, en Chine du Sud-Est, étaient le seul site que la Chine présentait à l’inscription au patrimoine culturel mondial de l’humanité de l’Unesco en 2008. En juillet dernier, le site a été inscrit à la liste de ce patrimoine. Voici le commentaire du Comité du patrimoine mondial : « Ils sont inscrits comme des exemples exceptionnels d’une tradition de construction et d’une fonction représentant un type particulier de mode de vie communautaire et d’organisation défensive, et comme un exemple exceptionnel d’habitat humain pour ce qui est de leur rapport harmonieux avec leur environnement. »

     

    Des bâtiments résidentiels uniques

     

    Au IVe siècle, les Chinois d’ethnie han qui vivaient dans la région des Plaines centrales ont commencé à se déplacer vers le sud. Après avoir connu plusieurs migrations, ils ont finalement abouti au Fujian et ont formé les communautés hakka.

    Pour se protéger des bandits et résister à l’intimidation des indigènes, les Hakka ont choisi de vivre en communautés soudées, et à cette fin, les tulou étaient les meilleures habitations qui soient. À une certaine époque, dans la province du Fujian, il y avait des dizaines de milliers de ces maisons en terre.

    .

    La plupart des tulou sont situées dans des vallées encaissées et certaines sont nichées dans les montagnes. La plupart de ces maisons ont de trois à quatre étages et ressemblent à des forteresses. Les pièces du rez-de-chaussée sont utilisées comme cuisine et le premier étage sert d’entrepôt pour les céréales. Ce sont les pièces des deuxième et troisième étages qui servent de chambres à coucher et de salles de séjour. À des fins de défense, les pièces du rez-de-chaussée n’ont aucune fenêtre.

    Les matériaux utilisés pour construire les tulou étaient obtenus localement. La terre était formée d’un mélange de trois matières : argile, sable et chaux (à laquelle on ajoutait de l’eau). On damait ce mélange pour former un mur, et des blancs d’oeuf et de la cassonade étaient ajoutés pour servir d’adhésif. Parfois, on ajoutait également du jus de riz glutineux. Une fois ces éléments séchés, les murs étaient si durs qu’il était difficile d’y enfoncer un clou. Un dicton local indique : « Un bol de mélange de terre équivaut à la valeur d’un bol de porc. » Ceci montre la valeur de ces matières premières. En damant le mélange en terre pour construire les murs, on y intégrait des branches de sapin pour servir de tiges de renforcement. Les vieilles branches de sapin sont dures et ne brisent pas facilement. Après des siècles, quand elles sont retirées, elles sont toujours aussi dures.

     

    Les tulou de la province du Fujian sont situées dans des lieux où les séismes sont fréquents, mais il est bien connu que les édifices circulaires résistent aux séismes. Le bâtiment Huanji (district de Yongding) a résisté à un fort séisme en 1918. Ce tremblement de terre n’y a laissé qu’une fissure de 3 m de long et de 20 cm de large. Peu de temps après, la fissure s’est refermée, ne laissant qu’une fente étroite.