parturiente

  • Croyances de l'astrologie chinoise: bayboom l'année du cheval car l'année de la chèvre est une mauvaise année

    F201405141506326031352857.jpg

     

    Certains obstétriciens à Beijing ont remarqué une augmentation évidente de la charge de travail cette année, et ils l'attribuent en partie à l'astrologie traditionnelle chinoise.

    Zhai Guirong, une gynécologue travaillant dans un établissement privé, a déclaré que le Ward obstetrics hospital était plein et ne pouvait plus accueillir de femmes censées donner naissance avant décembre.

    «Le zodiaque chinois a une grande influence sur le volume de travail. Beaucoup plus de femmes ont accouché à l'hôpital en 2012 pour l'année du Dragon, qu'en 2013, pour l'année du serpent», a-t-elle indiqué.

    En ajoutant que cette année, l'année du cheval, a vu une recrudescence chez les femmes enceintes cherchant de l'aide.

    «Les femmes enceintes viennent me demander si leur bébé naîtra dans l'année du cheval, car elles ne souhaitent pas une naissance pendant l'année de la chèvre en 2015».

    Bien que n'ayant pas de preuves scientifiques, ceux qui tiennent à la culture traditionnelle chinoise pensent que les gens nés dans l'année de la chèvre auront une mauvaise fortune tout au cours de leur vie.

    L'influence des douze symboles du zodiaque chinois sur les choix des Chinoises pour donner naissance est plus évidente dans les hôpitaux privés, puisque ses obstétriciens ont souvent moins de pression que leurs homologues du public, a déclaré Zhai, qui a travaillé à l'hôpital obstétrique et de gynécologie de Beijing pendant plus de 40 ans.

    Il est temps de remarquer cette tendance.

    «Contrairement aux établissements privés, les services obstétriques des hôpitaux publics à Beijing tournent toujours à pleine capacité. Donc, ils ne peuvent pas bien se rendre compte de la différence annuelle dans la charge du travail» a-t-elle noté.

    Toutefois, l'astrologie chinoise pourrait avoir joué un rôle en 1991, une autre année de la chèvre, lorsqu'elle travaillait à Pékin.

    « Plus de 2 000 bébés sont nés en 1991 à l'hôpital, alors que le nombre était de plus de 3 000 en 1990 et de plus de 4 000 en 1992».

    Gu Yueshan, responsable du Maternal and Child Health Hospital de Tongzhou, dans le district de Tongzhou de la capitale, a évoqué une tendance similaire.

    Le nombre de bébés nés ici entre janvier et avril a augmenté de 29,4 % par rapport à celui de la même période l'an dernier, et le nombre moyen de personnes se rendant au service obstétrique de l'hôpital a dépassé les 800 patientes par jour.

    « Seulement une moyenne de 500 à 600 patientes par jour ont visité le département l'an dernier. »

    De plus, le nombre de femmes inscrites cette année pour un contrôle de grossesse et d'accouchement, a augmenté jusqu'à présent de plus de 30 % par rapport à la même période en 2013, a-t-il précisé.

    D'après Gu Yueshan, on doit cette augmentation notamment au fait que de nombreuses clientes veulent accoucher dans l'année du cheval plutôt que celle de la chèvre.

  • Sheng Hailin est devenue la mère la plus âgée de Chine en donnant naissance à deux jumelles à l'âge de 60 ans

    mere.png

    Les deux petites filles de madame Sheng sont nées en mai 2010, 16 mois après que sa fille alors âgée de 29 ans et son beau-fils soient morts dans un accident a rapporté le magazine Southern People Weekly.

    Aujourd'hui, Mme Sheng voyage à travers la Chine en donnant des conférences sur la santé afin de pouvoir lever des fonds pour élever ses deux petites filles.

    Elle a un emploi du temps chargé. Ce mois-ci, neuf villes, dont Shanghai, figurent sur son itinéraire.

    « Je reste au même endroit pendant un à quatre jours. Quand je dois prendre l'avion, je n'ai pas le temps de manger », a déclaré Mme Sheng. « Je travaille presque au péril de ma vie ».

    Mme Sheng aurait pu passer une retraite confortable avec son mari à leur domicile de la province de l'Anhui, dans l'est de la Chine si elle n'avait pas décidé d'avoir ses filles. Mais elle dit que la joie qu'elles lui apportent en vaut la peine. Elle dit que leur naissance l'a aidée à sortir de son désespoir après la perte de sa fille.

    La perte d'un enfant est toujours dévastatrice, mais quand il s'agit d'un enfant unique à l'âge adulte, cela peut être catastrophique pour un couple trop vieux pour avoir un autre enfant. Les parents endeuillés sont connus en Chine sous le nom de « shidu fumu », ou parents qui ont perdu leur seul enfant.

    Au moment de l'accident, Mme Sheng était plongée dans les profondeurs du désespoir et pensait qu'elle ne pourrait pas continuer. Mais ses proches lui ont suggéré d'avoir un autre enfant et, bien qu'elle fût alors considérée comme étant trop âgée, elle se décida à sauter le pas.

    Mme Sheng a pris des médicaments et subi des injections tous les jours pour reconstruire sa santé et rétablir son cycle menstruel. Le 13 octobre 2009, trois embryons furent implantés dans son utérus.

    Pour une femme âgée, la grossesse peut être une expérience douloureuse, et très risquée. Son corps lui faisait mal en permanence, elle a subi des gonflements douloureux, et elle a perdu un fœtus après des saignements abondants, a précisé le magazine.

    Mais le 25 mai 2010, Mme Sheng a donné le jour à des jumelles, devenant la nouvelle mère la plus âgée de Chine.

    Aujourd'hui, elle travaille dur pour gagner suffisamment d'argent pour payer une nourrice et épargner pour l'avenir de ses filles.

    « Je suis vieille. Je pense que c'est trop difficile de prendre soin de mes filles par moi-même » , a-t-elle dit.

  • En Chine, plus de femmes choisissent la césarienne plutôt que l'accouchement naturel

    001ec92b90291391315d03.jpg

    Beaucoup de parturientes chinoises n'ont pas le choix . Les bébés deviennent de plus en plus "bien portants"

    tandis que la plus part des Chinoises gardent un corps mince et un bassin étroit.

    Le petit-fils de ma belle-soeur est né le 5 août dernier , par césarienne , ce qui a donné l'occasion à la future grand-mère de choisir le jour de naissance après avoir consulté un spécialiste du feng shui qui lui a conseillé le 5 août

    comme jour faste pour une naissance à Shenzhen.

    QQ图片20130813224051.jpg

    D'autres femmes choisissent la césarienne plutôt que l'accouchement naturel sans qu'il y ait une obligation thérapeutique.

     Liu Zhihua en découvre les raisons ainsi que le pour et le contre.

    Récemment, Wu Liujia, membre du personnel des communications de l'hôpital Xin-qiao à Chongqing, était occupée à rejeter des demandes d'amies et de parentes.

    « Elles ont demandé d'avoir une césarienne avant le 1er septembre pour que leur enfant puisse aller à l'école un an plus tôt.

    J'ai fait de mon mieux pour les persuader de laisser tomber l'idée, a dit Mme Wu. La césarienne n'est pas aussi bonne qu'un accouchement naturel, tant pour les bébés que les mères. »

    Mme Wu a une expérience personnelle. Elle a eu une césarienne en 2010, et elle l'a regretté.

    sans-titre.png

    « Quand mon bébé est né, il semblait ne pas être à terme. J'ai également mis plus de temps à récupérer du travail (comparé à celles qui choisissent un accouchement naturel) », a déclaré Mme Wu.

    Mais ce n'est pas tout le monde qui a le même avis que Mme Wu à propos des césariennes.

    Environ 47 % de toutes les naissances en Chine se font par césarienne, ce qui représente le taux le plus élevé pour ce procédé dans le monde, bien que le taux recommandé soit moins de 15 %, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé en 2010.

    « La mentalité des Chinoises sur l'accouchement a changé profondément », dit Zhai Guirong, une obstétricienne chevronnée de l'Hôpital d'obstétrique et de gynécologie de Beijing.

    « Dans le passé, on s'attendait à ce que les femmes et les bébés subissent le cours normal, mais plus maintenant.

    Dans les années 1970, quand elle a commencé à travailler, la césarienne n'était adoptée qu'au besoin, et pour une telle opération, on devait obtenir l'approbation du directeur du service d'obstétrique », se rappelle Mme Zhai.

    Selon cette dernière, seulement quelque 10 % des enfants naissaient par césarienne à ce moment-là.

    Dans les années 1980, le taux a grimpé jusqu'à environ 15 %, et il a depuis lors augmenté très rapidement d'une année à l'autre, selon Zhao Yangyu, directeur du service d'obstétrique de l'Hôpital no 3 de l'Université de Beijing. « Dans certaines provinces, le taux a grimpé jusqu'à 70 et 80 % », ajoute M. Zhao.

    Et les raisons sont variées, allant de l'amélioration de la technologie médicale jusqu'au changement de l'attitude de la société envers la césarienne.

     

     

    Wu Liujia, qui habite Chongqing, a choisi une césarienne en 2010 pour un certain nombre de raisons, bien que les médecins lui aient vivement recommandé un accouchement naturel.

    L'examen aux ultrasons montrait que son bébé pesait environ 3,7 kg, et Mme Wu avait peur que le bébé soit trop gros pour être accouché naturellement. Elle craignait la douleur et que son vagin soit agrandi, ce qui affecterait sa vie sexuelle.

    De telles craintes et préoccupations sont choses courantes parmi les nouvelles mères en Chine.

    Zhang Yiwen, 28 ans, une résidente de Beijing qui en est à son troisième trimestre de grossesse, dit qu'elle veut seulement une césarienne. « Mon bébé est gros. Mais même s'il n'était pas gros, je ne choisirais pas un accouchement naturel », confie Mme Zhang. « Je ne peux même pas endurer la douleur infligée par une piqûre au doigt lors d'une prise de sang, encore moins la douleur d'un accouchement naturel. »

    L'obstétricienne Zhao Yangyu observe que les femmes nées dans les années 1980 et 1990 ont mené une vie meilleure que leurs parents, et elles ont un seuil de douleur et de souffrances très bas, ce qui constitue la raison principale pour laquelle elles ne veulent pas d'accouchement naturel.

    En outre, la politique de planification des naissances que le pays a adoptée depuis la fin des années 1970 contribue également indirectement à la demande croissante de césariennes. Beaucoup de femmes n'ont pas l'intention d'avoir un deuxième bébé, de sorte qu'elles sont moins préoccupées par le fait que leur utérus puisse être endommagé par une césarienne.

     

    chinoises_enceintes_0.png