panneau photovoltaique

  • 600 entreprises photovoltaïques européennes condamnent le projet antidumping de l'UE visant des produits chinois

    prod_install_image001.jpg

    De nombreuses voix se sont exprimées dans l'industrie photovoltaïque contre le projet de taxes punitives que l'Union européenne compte prélever sur les produits photovoltaïques chinois, avant un vote prévu à ce sujet.

    Les Etats membres de l'UE ont commencé vendredi dernier à voter sur une proposition de taxes anti-dumping allant de 37 à 68% sur les produits photovoltaïques importés de Chine. Le taux provisoire sera effectif à partir du 6 juin si la proposition est adoptée.

    Le plan de la Commission européenne d'imposer des droits punitifs est vivement contesté par des hommes politiques et des dirigeants d'entreprises de l'UE.
    Angela Merkel , la première, a dit tout le mal qu'elle pensait de ces mesures. Elle n'est pas la seule puisque 18 pays semblent du même avis que madame Merkel.

    En outre, l'Alliance pour une énergie solaire abordable (AFASE), une coalition de plus de 580 sociétés de l'industrie photovoltaïque européenne qui représente plus de 60.000 emplois dans l'UE et un chiffre d'affaires de plus de 20 milliards d'euros a déclaré s'opposer fermement à cette taxe.

    D'après un rapport d'étude rendu public par la société allemande de conseils Prognos, ces droits punitifs pourraient effectivement conduire à la suppression de plus de 200.000 emplois en Europe au cours des trois prochaines années.

    WWF, et plusieurs autres ONG ont pris position au niveau international contre l’imposition de droits antidumping à l’encontre des produits solaires importés de Chine. Pour WWF, l'imposition des importations chinoises aurait des effets négatifs en Europe et en Chine.

     

     

    Pour WWF,  « l’imposition de droits antidumping à l’encontre des produits solaires importés de Chine menace plus de 250 000 emplois en Europe » et qu’une telle mesure « nuirait considérablement à la croissance rapide de l’énergie solaire en Europe », remettant ainsi en question  « le progrès de l’Europe en faveur d’une politique de l’énergie propre et durable ». WWF évoque aussi des suppressions d'emplois en Chine.

    Le ministre allemand de l’économie, Philipp Rösler, a déclaré que la Commission européenne avait commis une « grave erreur » en acceptant l’imposition de droits de douane punitifs à l’importation sur des panneaux solaires chinois. Il a exhorté la Commission à empêcher l’éclatement d’un conflit commercial.

    De nos jours, l’Europe est le pionnier incontesté de la technologie solaire et le plus grand marché photovoltaïque au monde. L'industrie européenne du solaire a connu une croissance de 40 % par an - plus rapide que tout autre secteur. L'Association européenne de l'industrie photovoltaïque (EPIA) estime, à ce jour, qu'environ 300 000 emplois ont été créés dans l'industrie solaire européenne.

    Une chaîne d’approvisionnement globale – Une valeur ajoutée locale
    Le succès de l'énergie solaire européenne tient également à sa chaîne d’approvisionnement globale. Les fabricants européens vendent leurs matières premières et machines outils à des producteurs de produits solaires non européens. Une fois les systèmes solaires fabriqués, il revient ensuite aux ingénieurs et aux intégrateurs de systèmes européens de prendre en charge l'installation des systèmes solaires sur site. Ce sont en définitive les entreprises locales qui installent et entretiennent ces systèmes solaires. Si un panneau solaire est fabriqué en Chine et assemblé en Allemagne, comme ce peut-être le cas aujourd'hui, c'est environ 70 % de la valeur ajoutée qui est générée en Allemagne.
     
    Des marchés ouverts sont essentiels à la réussite du secteur
    L'industrie solaire européenne restera compétitive uniquement si elle demeure rentable - en conservant sa capacité à innover. Protéger le marché solaire européen par des barrières douanières aurait un impact négatif sur les clients et fournisseurs de nombreuses entreprises européennes de la chaîne d’approvisionnement du secteur solaire. D'après  le cabinet indépendant d’études économiques Prognos,  l’imposition de droits antidumping et/ou compensatoires sur les produits solaires importés de Chine, à quelque niveau que ce soit, conduiraient à une baisse de la demande, ce qui se traduirait immédiatement par des destructions d'emplois très significatives et une baisse de la valeur ajoutée tout le long dela chaîne de valeur du photovoltaïque européen.

    Naturellement, c'est le devoir des politiques Européennes de soutenir la position concurrentielle des compagnies localisées en Europe. Cependant, cela ne peut se faire qu'en renforçant le libre-échange et en luttant contre les développements protectionnistes. Le protectionnisme nuit les constructions mécaniques.

    Dr. Hannes Hesse
    Directeur général
  • l'UE doit revoir ses propositions sur l'importation de panneaux solaires chinois (André Flahaut)

    hqdefault.jpg

    La Commission européenne doit rapidement évaluer la situation pour revoir ou atténuer ses propositions concernant l'importation de panneaux solaires chinois, a annoncé le président de la Chambre des représentants de Belgique, André Flahaut, mercredi à Beijing.

    Lors d'une conférence de presse accordée à des journalistes chinois, M. Flahaut a déploré l'absence de concertation avant la prise de certaines décisions par la Commission européenne.

    Selon le président de la Chambre basse du Parlement fédéral belge, l'Europe doit adopter une approche équilibrée à l'égard de ses partenaires commerciaux et économiques et il ne faut pas être sélectif selon l'origine ou la provenance de certains produits.

    La solution à la crise de la dette souveraine européenne et à la crise financière mondiale ne se trouve ni dans un ultralibéralisme débridé ni dans un protectionnisme aveugle, a-t-il souligné, ajoutant qu'un dialogue était nécessaire afin de relancer de façon durable des politiques qui profitent aux différents partenaires.

    M. Flahaut a hautement apprécié les relations bilatérales entre la Belgique et la Chine. Il a espéré que les deux pays pourraient consolider les secteurs traditionnels de coopération et développer de nouveaux secteurs tels que l'éducation, la recherche, le tourisme, l'épuration des eaux, le traitement des ordures et les nouvelles énergies.

    M. Flahaut a effectué une visite en Chine du 18 au 22 mai. Il s'agissait de sa première visite à Beijing en tant que président de la Chambre des représentants de Belgique.

    sans-titre.png

    André Flahaut et André Lamy, ils ont le même prénom et ils ont la même dégaine. On pourrait très facilement les

    confondre

    Question: qui est le Président de la Chambre et qui est l'humoriste belge?